Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Managua"

Correspondant coopération décentralisée
Grethel CASTRO
Courriel : grethel.castro[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Paulo PAIS
Courriel : paulo.pais[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Projet de solidarité numérique défense des droits de l'enfant - campagnes éducatives de lutte contre la violence et les abus sexuels
Année de première signature de la convention
1999
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Education, emploi, formation professionnelle
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
1999
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La commune d’El Tuma La Dalia a été créée en 1989, elle se situe dans une zone montagneuse à 175 km au Nord-Est de Managua et à 45 km de la ville de Matagalpa, sur la route qui relie la 7e région à la côte Atlantique. Son territoire s’étend sur 650 km2 et présente 60% de terrain accidenté. Le conseil municipal a divisé son territoire en 13 microrégions totalisant 186 villages et deux zones urbaines : La Dalia (15 quartiers) et El Tuma (5 quartiers), pour une population d’environ 70 000 habitants.

90 % de la population vit dans le secteur rural. Le taux de chômage est très élevé et la majeure partie de la population est constituée d’ouvriers agricoles recrutés 3 à 4 mois par an pour la cueillette du café.

La commune connaît le plus fort taux de natalité du département 7,7 % (contre 3,09 % au niveau national), 46 % de la population a moins de 15 ans. Ce facteur démographique est déterminant dans la politique menée par la municipalité, avec le soutien de l’ONG CESESMA (Centro de Servicios Educativos en Salud y Medio Ambiente – Centre de Services d’Education en Santé et Environnement www.cesesma.org), pour l’éducation et la défense des droits des enfants et adolescents. C’est aussi un élément essentiel pour les projections d’avenir et le développement local à travers l’accès à la terre, la création d’emplois, les services de base à la population (eau potable, assainissement, énergie, électricité, santé, éducation et logement).

L’Etat nicaraguayen a mis en œuvre une politique de décentralisation de l’éducation à partir de 2004 en transférant le pouvoir de décision aux municipalités en matière de planification, organisation, gestion, supervision et distribution des moyens matériels, humains et financiers qui leur sont attribués. Dans la municipalité, le modèle de « Régime de participation éducative » a été mis en œuvre grâce à la volonté politique des équipes politiques successives et du Ministère de l’Education, conjuguée à la garantie apportée par CESESMA de participation citoyenne au processus (et particulièrement des jeunes formés par CESESMA dans le cadre de l’éducation formelle et informelle).

Grâce à l’effort conjoint de tous les acteurs impliqués dans l’éducation, la Ville d’El Tuma La Dalia disposait pour la première fois, d’un « Plan d’Education pour le Développement local (2008-2015) », véritable guide pour le développement intégral de l’enseignement adapté au contexte local.
Le 8 septembre 2010, un article publié dans la Prensa citait en exemple les municipalités de San Ramón et El Tuma la Dalia qui, selon l’étude menée par la coordination en faveur de l’Enfance (CODENI) « investissent le plus en faveur de l’enfance et de l’adolescence, bien qu’elles figurent parmi les municipalités d’extrême pauvreté du pays ».

L’accès égalitaire des citoyens à l’éducation, à l’information et à la formation permanente sont des axes forts de la politique éducative reconduite par la municipalité d’El Tuma La Dalia pour la période 2016-2020, consciente des enjeux en terme d’évolution juste et solidaire de la société, d’intégration sociale, professionnelle et d’épanouissement personnel. Depuis 2011, notre coopération entre villes est axée sur la solidarité numérique. La coopération avec CESESMA sur le territoire d’El Tuma La Dalia se traduit par des campagnes éducatives pour la promotion des droits des enfants, avec un accent particulier ces dernières années sur la prévention de la violence et des abus sexuels. L’Association Bouguenais Jumelage Coopération soutient le centre d’apprentissage de CESESMA et particulièrement son atelier menuiserie-électricité.
Historique
Les relations entre les villes de Bouguenais et d’El Tuma La Dalia sont nées en 1998, alors que le cyclone Mitch entraînait dans un total dénuement la population de ce secteur déjà économiquement éprouvé.
Le partenariat entre les deux villes a permis entre 1999 et 2002 l’autoconstruction de 56 maisons pour des familles sinistrées.

En 2003, une volonté commune d’inscrire ce partenariat dans la durée a conduit les villes à signer des conventions triennales de coopération permettant de concrétiser des projets d’intérêt collectif et des échanges interculturels et de pratiques :

- action de développement de la lecture (animations conduites par CESESMA dans les communautés, travaux d’extension et équipement de la bibliothèque municipale et formation complémentaire du personnel)
- projet pluriannuel de CESESMA « Education, formation et développement des capacités personnelles et d’organisation des jeunes » de 20 communautés d’El Tuma La Dalia
- élaboration du « Plan d’Education pour le Développement Local d’El Tuma La Dalia
2008-2015 à travers le financement du projet de CESESMA « participation citoyenne dans la gestion de l’éducation basée sur l’expérience de participation communautaire et de leadership des enfants »
- échanges de pratiques dans le secteur animation jeunesse : accueil en juillet 2008 d’une délégation de l’atelier « Théâtre » de CESESMA à la faveur d’un séjour organisé par Echanges et Solidarité 44. Puis déplacement d’une animatrice de Bouguenais et de deux jeunes en février 2009.
- projet 2008-2009-2010 de CESESMA « développement des capacités et compétences à travers la promotion du droit à une éducation équitable et de qualité », avec deux actions développées spécifiquement en 2010 : protection de l’environnement et formation d’enseignants dans le domaine de la « souveraineté alimentaire et nutritionnelle et le droit humain à une alimentation adéquate ».
- projet municipal de création d’un centre de développement infantile (2007-2010) pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie d’environ 100 familles les plus démunies, lutter contre la dénutrition des enfants et assurer leur sécurité avec la création d’un centre d’accueil pour les jeunes enfants d’ouvrières agricoles qui travaillent à la cueillette du café.
- action municipale de lutte contre l’empirisme des enseignants-
- Lutte contre la fracture numérique avec l’extension de l’école municipale d’informatique (2011-2012).
- Réalisation par CESESMA d’une action éducative auprès des enfants, adolescents, parents et enseignants de 9 communautés pour lutter contre les violences sexuelles, les grossesses précoces et agir pour la prévention des maladies sexuellement transmissibles (2011-2012).
- Avec le soutien de Nantes Métropole, dans le cadre de la loi Oudin-Santini, financement d’une étude de faisabilité du réseau d’assainissement du secteur Yasica-El Tuma situé dans une zone très sensible sur le plan environnemental. Cette étude a permis à nos partenaires d’obtenir, de l’Etat nicaraguayen, le financement des travaux.
Objectif du partenariat

Promouvoir les droits des enfants, lutter contre la violence de genre, les violences générationnelles et les abus sexuels.
Description détaillée du partenariat
Projets 2013-2019 avec la Ville d’El Tuma La Dalia

Dans le domaine de la lutte contre la fracture numérique, la Ville d’El Tuma la Dalia a mobilisé des moyens pour mettre en œuvre son Plan d’éducation pour le développement local, prévoyant la formation des enseignants et des jeunes à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication, avec pour objectif à terme 100% des enseignants et élèves en capacité d’utiliser les technologies de l’informatique.

Dans la dynamique de la réalisation de l’extension de son école municipale d’informatique, qui a bénéficié du soutien de l’Etat et de la Région des Pays de la Loire en 2011 et 2012, la Ville d’El Tuma La Dalia a poursuivi en 2013 et 2014 ses efforts dans le domaine de la lutte contre la fracture numérique, en répondant aux besoins exprimés par les jeunes de 4 communautés stratégiques en terme de croissance démographique et où, chaque année, en moyenne, 140 jeunes obtiennent leur baccalauréat, mais ne disposent d’aucune possibilité d’accès à des cours informatiques facilitant la poursuite d’études universitaires.

Soutenu par la Ville de Bouguenais, ce programme a obtenu le cofinancement de l’Etat et de la Région des Pays de la Loire. 60 ordinateurs, 60 onduleurs, 60 bureaux, 4 ordinateurs portables, 4 imprimantes et 4 vidéoprojecteurs ont été répartis dans les classes. Quatre enseignants ont été formés et les classes tournent à plein régime.

Intégrée au cursus scolaire par le Ministère nicaraguayen de l’Education, la formation est diplômante et encadrée par l’Institut National de Technologie.

Face au succès de l’opération, les villes ont décidé en 2015 de mobiliser de nouveaux moyens pour financer l’extension des équipements en ajoutant 10 ordinateurs par classe. Le budget nécessaire de 31 000 euros devait être financé sur les années 2016 et 2017 incluant une subvention de 10 800 € dans le cadre du contrat Etat/Région 2016-2018. Suite à la rupture de ce contrat, le projet a été suspendu, puis reconsidéré lors de l’annonce, par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, d’un appel à projet annuel 2017 exceptionnel.

Les 6 000 € mobilisés par la Ville de Bouguenais en 2016 ont été reportés en 2017 pour concentrer sur l’année 2017 ses 12 000 € de participation et le projet a été revu à la baisse avec l’achat de 32 ordinateurs, onduleurs et bureaux, au lieu de 40, afin de financer un suivi-évaluation du projet.

L’extension des équipements était d’autant plus attendue que le Conseil National nicaraguayen des Universités lançait en 2017 l’université en ligne accessible à tous les jeunes des 153 municipalités du pays.

Une première partie des équipements complémentaires a été achetée en juillet 2017 (28 ordinateurs + équipement + bureaux). Avec la crise politique et sociale survenue en avril 2018, c’est seulement en janvier 2019 que le complément de matériel (26 ordinateurs + équipement + bureaux) a pu être acheté par nos partenaires pour la rentrée de février 2019, et au-delà des prévisions initiales grâce à une participation financière complémentaire de leur part.

Les cours étaient programmés d’avril 2017 à avril 2018. En s’adaptant au contexte, nos partenaires se sont fortement mobilisés pour les assurer sur 9 mois entre février 2018 et avril 2019.

Malgré la baisse des effectifs, du fait du contexte d’instabilité du pays, 1 118 étudiants ont été diplômés des cours d’informatique depuis 2016 et 221 étaient inscrits au 1er semestre 2019, dont 53% de jeunes femmes.

58 enseignants ont été formés par l’INATEC.

Les partenariats avec le Ministère de l’Education et l’Institut National de Technologie (INATEC) sont fructueux et chacun remplit ses engagements :
- Le Ministère a mis à disposition les locaux et il garantit la sécurité du matériel, les enseignants mettent en place les cours dans le cadre des horaires dédiés à l’enseignement technique professionnel.
- L’INATEC certifie tous les cours dispensés, assure la formation continue de l’ensemble des enseignants (pas seulement celle des enseignants chargés des cours d’informatique), délivre les diplômes et évalue les résultats.
- La mairie d’El Tuma La Dalia assume les salaires des enseignants d’informatique, ainsi que la maintenance des équipements et l’actualisation des logiciels. Gère les inscriptions des étudiants, le suivi d’assiduité et leurs résultats.


Projet 2013-2019 avec CESESMA

Le Nicaragua, où vivent 6,2 millions d’habitants, dont 2 millions de moins de 15 ans, est le pays le plus pauvre d’Amérique latine et celui qui connaît le plus fort pourcentage de grossesses précoces, dont une part importante liée à des abus sexuels.

Le contexte de pauvreté, de violence et de faiblesse institutionnelle génère une situation de violation des droits des enfants et adolescents. Les adolescents nicaraguayens se distinguent par une sexualité précoce et un fort taux de fécondité. La fécondité des adolescentes du secteur rural est supérieure de 60% à celle des adolescentes vivant en milieu urbain. Le taux de mortalité maternelle est également plus élevé. La moitié des jeunes femmes de 15 à 19 ans qui connaissent une sexualité active n’utilisent pas de méthode contraceptive.

La fécondité adolescente implique l’abandon scolaire, réduit les possibilités de faire des études, limite les options d’accès à l’emploi et d’amélioration des revenus, reproduisant le cycle de la pauvreté, exposant les adolescentes à la violence et à l’exploitation sexuelle.

Le manque d’information des adolescents en matière d’éducation sexuelle et reproductive de la part des institutions et des parents, le manque d’accès aux méthodes de planification, la violence verbale, psychologique et sexuelle génèrent ce fort taux de grossesses non désirées chez les adolescents, affectant leur avenir et leur estime de soi.

Avec le soutien de l’Etat et de la Région des Pays de la Loire, l’ONG CESESMA a réalisé une action éducative entre janvier 2011 et décembre 2012 auprès des enfants, adolescents, parents et enseignants de 9 communautés pour lutter contre les violences sexuelles, les grossesses précoces et agir pour la prévention des maladies sexuellement transmissibles.

L’action s’est poursuivie avec une nouvelle campagne triennale (2013-2015) sur 11 communautés, toujours avec le soutien de la Ville de Bouguenais, de l’Etat et de la Région des Pays de la Loire.

Une convention biennale a été signée en 2016 pour renforcer cette action sur 2 années. Mais, suite à la rupture du contrat Etat-Région 2016-2018, le programme s’est partiellement réalisé en 2016 à concurrence de la participation de la Ville de Bouguenais (6 000 euros) et de la contribution valorisée de CESESMA 300 euros).

Le montage financier du projet et son échéancier ont été revus afin de présenter une demande de subvention dans le cadre de l’appel à projet généraliste 2017 du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Il s’agissait de :

1° Renforcer sur les communautés de Casa Blanca, Granadillo 1, la Mora, la Estrella et la Primavera, la participation des filles, garçons, adolescent.e.s, pères, mères et enseignants à la prévention de la violence et des abus sexuels.

2° Renforcer le travail transversal entre les secteurs Relations Internationales et Coopération Décentralisée et le secteur Enfance de la Ville de Bouguenais, en mettant à profit le potentiel extraordinaire et exemplaire de CESESMA dans le domaine éducatif. Faciliter les échanges entre les éducateurs de CESESMA et les animateurs de Bouguenais dans le cadre de leur formation continue.

Le programme s’est déroulé de mai 2017 à décembre 2018, en s’adaptant au contexte de crise.

Une évaluation des 3 années de programme a été réalisée (2016-2018) et a permis de constater que l’impact des actions est remarquable :

Les jeunes bénéficiaires considèrent qu’ils peuvent, grâce aux connaissance acquises, devenir des artisans du changement au sein de leur famille et de leur communauté, dans le domaine de la prévention des violences et des abus sexuels.
Ils ont personnellement progressé dans l’estime d’eux-mêmes, dans les relations familiales, amicales, amoureuses et communautaires. Ils ont appris à libérer leurs émotions et leurs peurs et se renforcer en tant que personne.
Les promotrices et promoteurs ont vu leurs connaissances et leurs compétences reconnues par leurs parents, les enseignants et leaders communautaires hommes et femmes, qui facilitent désormais l’organisation de leurs activités et autorisent leurs enfants à y participer.
Ils/elles ont appris comment accompagner les enfants et adolescents bafoués dans leurs droits, leur intégrité et leur dignité.
Ils/elles constatent, au sein de leur communauté, une baisse des violences envers les filles, adolescentes et femmes.

Le principe de base des actions développées par CESESMA est la transmission : chaque bénéficiaire s’engage à partager les connaissances acquises avec les membres de sa famille et de sa communauté, voire au-delà, à travers les rencontres intercommunautaires. Le principe a été systématiquement appliqué et l’effet « boule de neige » est durable.

Le nombre de bénéficiaires est conforme aux prévisions. 254 étaient ciblés, ils ont été 228 sur la période mai 2017 à juin 2018 et 261 de juillet à décembre 2018 :

29 promotrices et 27 promoteurs adolescents
48/62 filles, adolescentes, jeunes femmes
43/62 garçons, adolescents, jeunes hommes
17 mères et 3 pères pour les ateliers spécifiques sur les abus sexuels
40 mères et 11 pères sur tous les ateliers
7 enseignantes et 2 enseignants

La répartition hommes/femmes au sein des bénéficiaires des activités était de 62% de filles, adolescentes et femmes et 38 % de garçons, adolescents et hommes de mai 2017 à juin 2018 et 59% et 41 % sur la période de juillet à décembre 2018.

La crise politique et sociale survenue en avril 2018 a contraint nos partenaires à s’adapter à l’insécurité ambiante pour l’organisation des activités et à prendre en compte le désarroi des jeunes et de leurs familles, en instaurant un soutien psychologique (espaces d’expression des sentiments de peur et d’impuissance face aux événements, ainsi que des troubles engendrés sur le plan physique…) et des activités autour de la culture de la paix (mécanismes de résolution des conflits au sein des communautés du fait de la polarisation politique). Ces dispositions ont été plébiscitées par les bénéficiaires, car aucune autre structure ne prend en charge ces traumatismes.

Le nombre de réunions (communautaires, intercommunautaires et intercommunales) prévues dans le projet initial a été réalisé et se sont ajoutés les ateliers sur comment prendre soin de soi, la protection, la sécurité physique et affective et la culture de la paix.
Un échange intercommunal a été organisé sur la culture de la paix. L’objectif était d’identifier des sentiments, les émotions, les risques, les menaces et les vulnérabilités vécus par les adolescentes et adolescents dans le contexte actuel des familles, des écoles et communautés. La méthodologie a été le jeu, l’art et la connexion avec la nature comme fondements d’une pédagogie de la paix.


Concernant la coopération entre CESESMA et le service Enfance de Bouguenais :

Dans un premier temps, dans le cadre de leur formation continue, les 110 animateurs de Bouguenais ont bénéficié en 2018 de 3 séances de 2 heures de conférences animées par Agnès Dutheil sur la communication bienveillante :
1° Favoriser l’estime de soi et la confiance en soi des enfants.
2° Comprendre et accompagner les émotions des enfants.
3° Punition, sanction, réparation : vers une autorité positive.
L’objectif était de réinterroger la posture de l’animateur devant un groupe d’enfants, d’harmoniser les pratiques entre les animateurs, dans le souci d’améliorer le service rendu au public.

Dans un second temps, chaque équipe a développé avec les enfants de nouveaux ateliers pour leur apprendre, dès leur plus jeune âge, à vivre ensemble dans un climat plus serein en apprenant à appréhender leurs émotions, à mieux les gérer et savoir communiquer entre eux sans violence.

S’inspirant des fiches pédagogiques de CESESMA, l’équipe des 8 animateurs chargés des activités du mercredi pour les 6-12 ans a souhaité développer la participation des enfants et aller plus loin que la simple consultation des enfants sur leurs envies et idées d’animation.
Une formation en trois temps a été réalisée :
1° Comment se définit la participation au sens large ?
2° Pourquoi participer ? Comment ?
3° Des instances et outils de participation spécifiques à l’accueil de loisir.
Les trois étapes ont généré des changements d’organisation, avec un questionnement des outils de participation déjà mis en place. Ainsi les outils ont été revus et redessinés : exemple les « quoi de neuf ? », les boites à idées, le développement des projets d’enfants dans l’espace des possibles.

Suite à cette évaluation, un nouveau programme 2019-2021 a été élaboré dans la dynamique du précédent, en tenant compte de la situation sociopolitique du pays. En effet, élus et citoyens membres de l’Association Bouguenais Jumelage Coopération (ABJC) partagent la conviction que notre solidarité ne doit pas faillir dans cette période de crise et, en accord avec la Ville d’El Tuma La Dalia, lors de la préparation budgétaire 2019, il a été convenu de ne pas interrompre notre soutien à l’action de CESESMA, la priorité en cette période d’instabilité politique étant de maintenir les projets avec la société civile, de façon à ne pas pénaliser une population déjà durement éprouvée.


Projet 2020-2021 avec la Ville d’El Tuma La Dalia et CESESMA


En s’appuyant sur les conclusions de l’évaluation externe des trois années de campagne éducative pour la prévention de la violence et des abus sexuels, les activités poursuivies en 2019 et, en tenant compte des conséquences locales de la crise politique et sociale qui affecte le pays depuis avril 2018, il a été convenu, entre les partenaires, de mener une campagne 2020-2021 « pour la construction de communautés protectrices, sûres, affectueuses et équitables » associant enfants, parents et enseignants et intégrant soutien psychologique et activités de culture de la paix.

Sur les 6 communautés engagées dans la campagne éducative précédente de prévention des violences et abus sexuels (Casas Blancas, Barrio 14 de septiembre, El Granadillo 1 et 2, La Estrella, San Francisco de Peñas blancas), l’objectif est de contribuer à la participation de filles, garçons et adolescent.e.s dans l’exercice de leurs droits à vivre sans violence de genre ou générationnelle en :

- Renforçant l’organisation et la formation des réseaux communautaires d’enfants et d’adolescent.e.s vivant dans l’égalité, le respect, l’affection et l’harmonie au sein de leur famille et de communautés sûres.

- Établissant des relations de respect, d'environnement sûr et d'affection pour les enfants et les adolescents avec leurs familles, qui génèrent des opportunités pour leur bien-être au niveau personnel, familial et communautaire afin de parvenir à des communautés protectrices, équitables et attentionnées.

Une convention tripartite a été signée en mars 2020 entre les Villes de Bouguenais et d’El Tuma La Dalia et CECESMA. Une demande de cofinancement a été présentée au Ministère de L’Europe et des Affaires étrangères.

Le travail transversal se poursuit avec le service Enfance de la Ville de Bouguenais qui s’inspire des pratiques exemplaires de CESESMA pour la formation de ses animateurs. Des échanges étaient prévus avec les 5 animateurs et 5 animatrices de l’accueil du mercredi et des animateurs et animatrices d’accueil périscolaire, lors du séjour de 3 représentants de CESESMA programmé à Bouguenais en mai 2020. Celui-ci a malheureusement dû être reporté du fait de la pandémie du COVID 19.

En complément de ces projets, l’Association Bouguenais Jumelage Coopération bénéficie d’une subvention annuelle de la part de la ville et mobilise des fonds par des animations, du mécénat et des subventions du Conseil Départemental, en faveur des ateliers menuiserie et électricité du centre d’Apprentissage créé par CESESMA sur le territoire d’El Tuma la Dalia. Depuis 2019, Des enfants en situation de handicap de l’association Los Pipitos ont été inclus dans le dispositif de formation.
Elle a aussi financé des actions d’animation lecture, la construction de l’école d’un village isolé dans la montagne et l’extension d’une école maternelle près du centre d’apprentissage de CESESMA.
Elle sensibilise la population bouguenaisienne à travers son groupe Nicaragua et organise des cours d’espagnol pour adultes qui rassemblent 39 élèves en 2019-2020.

Informations complémentaires :

Une délégation nicaraguayenne composée de deux représentants de la municipalité d’El Tuma La Dalia et de deux représentantes de CESESMA a été reçue à Bouguenais en novembre 2016.

Jaime Arauz a été réélu maire en novembre 2017.

Le déplacement programmé au Nicaragua, en novembre 2019, d’une délégation bouguenaisienne constituée de représentants de la Ville et de l’ABJC a dû être annulée du fait de la crise politique et sociale survenue dans le pays.

La reprogrammation du séjour à Bouguenais de la délégation de CESESMA est suspendue à l’évolution de la pandémie du COVID19.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Villes de Bouguenais et d'El Tuma La Dalia
Maître(s) d'ouvrage
CESESMA
Bénéficiaire(s)
enfants, adolescents, parents, enseignants

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Tuma-La Dalia Nicaragua commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Tuma-La Dalia ARAUZ Jaime Maire alcaldia2005@yahoo.es
Tuma-La Dalia TORREZ BLANDON Francis Lucila Directrice de planification lunayoshua23@yahoo.es
Tuma-La Dalia PADILLA Martha coordinatrice CESESMA marthalidiapadilla@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Bouguenais commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Association Bouguenais Jumelage Coopération
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
CESESMA


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Bouguenais 21000 0 0 0 2013
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 4500 2013
Région 4500 2013
Bouguenais 11000 0 0 0 2014
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 3250 2014
Région 3250 2014
Bouguenais 6000 0 0 0 2015
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 750 2015
Région 750 2015
Bouguenais 6000 0 0 0 2016




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013