Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Restauration hydraulique du bassin versant du thiangol mangol
Année de première signature de la convention
2003
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2003
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Ce programme s’inscrit dans un contexte d’évolution institutionnelle du Sénégal en matière de décentralisation. Depuis 1996, l’Etat a décentralisé auprès des collectivités locales des compétences sur 9 secteurs, avec en 2002, la naissance de la Région de Matam et des départements de Matam, Kanel et Ranérou avec des compétences propres.
L’ensemble de ce processus de décentralisation vise à :
- enraciner un processus de développement au niveau local et mieux l’articuler au développement national ;
- renforcer la démocratie locale : élection au suffrage universel direct de l'ensemble des membres des assemblées des trois niveaux de collectivités ;
- renforcer, par une responsabilisation accrue des acteurs locaux et une mobilisation des ressources locales, le développement local.

Dans ce contexte, la CCVD, en relation avec d’autres collectivités rhônalpines, souhaite par sa coopération avec la communauté rurale de Sinthiou Bamambé, accompagner la transformation de son organisation administrative, politique et technique vers une plus grande efficacité dans les services rendus aux populations.

Par ailleurs, la mise en œuvre de ce programme concerne un problème régional, car le contexte du Thiangol Mangol de Sinthiou Bamambé est récurent dans la région de Matam.

Enfin, il convient de souligner que l’objectif affirmé d’un développement durable en prévoyant d’assurer une gestion raisonnée avec le souci d’offrir au secteur agricole un environnement apte à dynamiser et viabiliser les initiatives locales. Le programme s'inscrit ainsi dans l’atteinte des objectifs du millénaire pour lequel le Sénégal bâtit son action gouvernementale.
Historique
La communauté de communes du Val de Drôme (CCVD) est impliquée depuis 1992 dans des actions de coopération avec la région de Matam, plus spécialement avec la communauté rurale de Sinthiou Bamambé. Ces actions, menées en partenariat avec l’association Ardèche Drôme Ouro-sogui Sénégal (ADOS) se sont progressivement renforcées par une présence accrue sur le terrain de l’association qui assure désormais l’accompagnement et la mise en œuvre des programmes de coopération des collectivités de Drôme et d’Ardèche.

Suite aux besoins exprimés de restaurer le cours d’une rivière éphémère qui irriguait autrefois les terres de culture, la communauté de communes du Val de Drôme a été sollicitée. Forte de son expérience dans l’aménagement de la rivière Drôme et de son engagement dans la coopération internationale, elle était à même de travailler sur ce projet de restauration hydraulique du Tiangol Mangol , considéré comme prioritaire par la communauté rurale de Sinthiou Bamambé.

Le Thiangol Mangol est constitué d’un ensemble de cours d’eau éphémères en saison des pluies et permet la culture de décrue indispensable à l’alimentation : mil, maïs, et quelques cultures maraîchères. Autour du Tiangol s’organisent la vie et la production de 9 villages de la communauté rurale, pour une population de 10 000 habitants. Mais le fonctionnement hydraulique s’est très fortement dégradé, compromettant la production agricole, les activités pastorales et même la survie de certains villages.

En 1999, la CCVD, la communauté rurale de Sinthiou Bamambé et l’ADOS ont lancé un vaste travail de définition du contenu du programme. L’objectif mis en avant est de rendre au bassin versant un fonctionnement hydraulique plus naturel permettant de restaurer son utilité vivrière. Les données géographiques, cartographiques et hydrologiques étaient inexistantes sur le secteur et, compte tenu d’interactions entre un milieu naturel affaibli et un ensemble d’activités humaines, la solution doit être globale et concertée.

Aussi, le projet ne pouvait pas résulter d’une ingénierie "extérieure", mais reposer sur une démarche d’étude et d’action menées conjointement sur le terrain avec les habitants.

Il a été conçu en deux phases :

Phase 1 : 2001-2002 : Etude et premières actions de sensibilisation, de formation et de réalisations de travaux de démonstration. Durant cette phase, les éléments de connaissance technique et sociologique indispensables ont été acquis. Les premiers travaux menés avec les villageois ont créé la dynamique locale et des actions de formation aux techniques de lutte contre l’érosion, de protection de la végétation et de replantation ont été engagées.

Cette première phase A permis de déterminer :
- l’orientation de l’ensemble des actions à mener sur le long terme (15 ans)
- l’articulation avec les autres projets de développement menés sur la zone
- le programme des premières tranches de travaux

Phase 2 : phase d’exécution de la restauration du bassin versant (à partir de 2003 et prévue pour une durée de 15 ans) : il s’agit de réaliser, au regard des premiers résultats des chantiers test et sous forme de programmes pluriannuels, un ensemble de travaux et d’actions définis avec les habitants et élus locaux. Ce programme pluriannuel associe un ensemble de travaux et d’actions, dont le contenu a été mis au point avec les habitants et élus locaux lors de la première phase.

Les résultats constatés ont permis de démontrer l’efficacité des ouvrages, la mobilisation locale ainsi que de nombreux effets induits pour le développement de la communauté rurale de Sinthiou Bamambé.
- la conservation des eaux et sols / défense et restauration des sols (lutte anti – érosive)
- la reforestation
- le désenclavement
- protection de villages qui étaient inondés chaque année
- la mise en place d’un système de financement local pour les travaux d’entretiens et la pérennisation du programme
- la structuration de comités villageois et d’un comité inter-villageois à qui la collectivité locale a délégué la maîtrise d’ouvrage du programme
- la gestion des conflits relatifs à l’accès et à l’utilisation des ressources naturelles…

Vers une maîtrise d’ouvrage locale structurée et une logique de démultiplication

La maîtrise d’œuvre technique du programme est pensée dans un souci de transfert de compétences aux acteurs locaux afin de garantir la durabilité des réalisations et acquis du programme. Les techniques introduites dans la zone avec ce programme sont entrain d’être bien appropriées par les acteurs locaux. De plus en plus d’initiatives, soit de fabrication et de pose de gabions, ou bien d’entretien de digues ou encore les techniques de fabrication de foyers améliorés se multiplient dans les villages sans que çà soit planifier dans le cadre du programme. Cela révèle d’une part un savoir-faire local qui s’affirme et d’autre part la possibilité à terme de d’avoir une expertise locale sur laquelle pourra reposer la pérennisation des résultats du programme.

Pour soutenir cette dynamique, il a été proposé la création d’un centre de ressources appelé « Maison Thiangol » afin de capitaliser toutes les compétences développées localement dans le cadre du Programme. Ce centre servirait au programme en cours et à la Communauté Rurale, mais également à tous les autres territoires de la région de Matam ou ailleurs.

L'action a été conduite principalement avec l'ADOS jusqu'en 2008 et se poursuit en 2009 avec l'Association Développement Afrique de l'Ouest (DAO).
Objectif du partenariat
La finalité du projet est la restauration du fonctionnement hydraulique du bassin versant.
Il s’agit de travailler à sa réhabilitation mais aussi à la rationalisation de l’utilisation des ressources naturelles de la vallée, telles que : l’eau, le sol, la végétation, la faune.

Objectifs spécifiques

Le programme vise à atteindre plusieurs objectifs contenus dans différents volets d’action :

1. Renforcer les capacités des acteurs locaux à travers :
a. L’accompagnement et le renforcement des capacités des élus dans leur fonction de maître d’ouvrage du programme
b. La poursuite des activités de formation des populations afin d’asseoir durablement le capital de compétence local en émergence
c. L’appui à l’émergence d’un service technique communautaire 'restauration hydraulique'
d. La mise en place d’un centre expérimental local pour favoriser et susciter des innovations dans le cadre des différentes activités
2. Développer l’activité économique locale
a. L’appui à la structuration d’activités économiques locales en lien avec le programme (création de micro-entreprises)
b. L’aménagement de marres nécessaires à l’élevage
c. La réalisation d’études économiques (notamment agricole) permettant le développement d’actions parallèles au programme

3. Réguler l’écoulement du bassin versant et lutter contre l’érosion hydrique
a. Réalisation d’ouvrages régulateurs
b. Pose de gabions, cordons pierreux, ….

4. Restaurer le couvert végétal
a. Reforestation : reboisement et mise en défens
b. Lutte contre les feux de brousse
c. Rationalisation de l’usage du bois : fourneaux.

5. Capitaliser et communiquer sur les résultats du programme
a. Mise en place des outils de mesure et de contrôle de l’évolution de la restauration du bassin versant
b. Diffusion de l’information au Sud et au Nord
c. Organisation de colloques et séminaires sur la valorisation de l’action et les possibilités de démultiplication.

6. Mener des actions d’éducation au développement et à l’environnement au Nord et au Sud
a. Mise en place des actions d’éducation et de sensibilisation au Nord dans le val de Drôme
b. Education à l’environnement auprès des écoles de la communauté rurale de Sinthiou Bamambé
c. Partenariats Nord-Sud, notamment entre les acteurs du Val de Drôme et les acteurs de la Communauté Rurale de Sinthiou.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2009.

Le projet porte sur la restauration hydraulique du bassin versant du Thiangol Mangol. Le programme mis en place vise à atteindre plusieurs objectifs contenus dans différents volets d'action :

- volet 1 : renforcer la capacité des acteurs locaux (capacité de maître d'ouvrage, formation des populations, service technique communautaire, centre expérimental local)

- volet 2 : développer l'activité économique locale (structuration d'activités économiques, aménagement de marres, réalisation d'études économiques)

- volet 3 : réguler l'écoulement du bassin versant (aménagement ouvrages, gabions, cordons pierreux)

- volet 4 : restaurer le couvert végétal (reboisement, lutte contre les feux de brousse, rationalisation de l'usage du bois)

- volet 5 : capitaliser et communiquer sur les résultats du programme

- volet 6 : mener des actions d'éducation au développement et à l'environnement au Nord et au Sud (action d'éducation envers les écoles)

Renforcer les capacités des acteurs locaux

Objectif de l’action :

Ce volet constitue le fondement de la pérennisation du programme. En effet, il vise à renforcer les acteurs locaux et mettre en place les conditions locales nécessaires à une maîtrise par les acteurs locaux de Sinthiou de l’intervention contre l’érosion hydraulique dans la communauté rurale. Ce qui se traduit par :

La poursuite des actions de formation techniques pour renforcer et développer les compétences locales ;

- Un appui à l’organisation et à la structuration des acteurs (comité villageois, commission Thiangol, GIE) pour qu’à terme le programme puisse être porté par des structures locales viables ;

- Un appui à la maîtrise d’ouvrage du conseil rural qui consiste essentiellement à renforcer ses capacités budgétaires par le biais de formation en fiscalité locale, avec une collaboration de l’ARD, du Trésor public et du service des impôts de Matam ;

La maison du Thiangol sera un élément structurant de ces activités de renforcement de capacités

Description sommaire :

- formations techniques au profit de GIE de construction et de pose de gabions ;
- mise en place d’une pépinière communautaire gérée par une GIE producteurs de plants ;
- mettre en œuvre tout ou partie de la maison “ Thiangol ”
- former des élus en fiscalité locales et organiser des journées de Sensibilisation/Formation dans des villages de la communauté rurale sur la fiscalité locale et le recouvrement de la taxe rurale ;
- continuer à appuyer la commission Thiangol, les comités villageois et les équipes techniques ;
- constituer une équipe locale formée sur les techniques d’entretien des ouvrages et pour d’aménagement de micro ouvrages.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
ASSOCIATION DEVELOPPEMENT DE L'AFRIQUE DE L'OUEST
Maître(s) d'ouvrage
Communauté de communes du Val de Drôme
Bénéficiaire(s)
A - Les 9 villages concernés Les bénéficiaires directs du projet sont les habitants des neufs villages du bassin versant. Ce sont eux qui sont à l’initiative du projet et qui, à travers la commission Thiangol accompagnent le conseil rural dans le pilotage du projet. Mais ils sont aussi acteurs du projet, en témoigne leur participation forte pour la réalisation des ouvrages et aménagements : diguettes, gabions, plantations. N’ayant pas ou trop peu de moyens financiers pour participer financièrement au programme leur mise à disposition “ physique ” pour la réalisation des ouvrages (en particulier l’eau) vient abonder le programme. B - La communauté rurale de Sinthiou Bamambé Elle pilote le processus et délègue le suivi de terrain à une commission élargie à la société civile : la commission Thiangol. Pour la collectivité ce projet est très important et ce pour plusieurs raisons : - il contribue à renforcer sa capacité de maîtrise d’ouvrage et à se former dans les domaines de compétences qui lui ont été transférés ; - il répond à une problématique de gestion de l’environnement et de maîtrise des eaux de ruissellement présente sur l’ensemble des collectivités de la région. - il offre des perspectives locales en terme de formation afin de rendre autonome la collectivité dans le suivi et la maîtrise du secteur ; - il permet des relations de coopération décentralisée avec un partenaire du Nord. C - L’Etat Sénégalais représenté par ses organes déconcentrés L’aménagement du Thiangol Mangol intéresse la région de Matam et même au-delà. L’administration territoriale (Préfet, Gouverneur, Service des eaux et forêt, …) est unanime quant à l’intérêt du programme et suit avec attention son évolution. L’état est engagé en particulier sur la partie foresterie et sur l’appui à la collectivité locale. D - Le Conseil Régional de Matam Plus particulièrement impliqué par la promotion des énergies alternatives dans le cadre de la maison “Thiangol”, n’en reste pas moins intéressé par la reproductibilité du volet lutte antiérosive.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Communaute Rurale de Sinthiou Bamambe Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Communaute Rurale de Sinthiou Bamambe BASSIROU TALLA MAMADOU

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Communauté de communes du Val de Drôme commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
COMMUNAUTE RURALE DE SINTHIOU BAMAMBE


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 53500 0 2003
Communauté de communes du Val de Drôme 21500 0 2003
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 21500 2003
, COMMUNAUTE RURALE DE SINTHIOU BAMAMBE, REGION RH 218000 2003




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation

Documents

Documents
Titre du document Taille en Ko Nom du fichier  
PRESENTATION DU PROGRAMME 1357.99 4P COOPERATION 2.pdf commun.ico.doc.alter
BILAN 2007 - 2009 446.15 Elements de bilan 2007-2009.pdf commun.ico.doc.alter


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013