Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui à la mise en place d'un shéma d'aménagement concerté des berges du fleuve Casamance dans la commune de Ziguinchor
Année de première signature de la convention
2010
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Aménagement du territoire et transports
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2010
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Représentant la zone la plus septentrionale du Sénégal, la Casamance correspond à un espace naturel de près de 30.000 km² qui recense près de 1.500.000 habitats. Etablie le long du bassin du fleuve qui lui a donné son nom, elle est partagée entre les régions administratives de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda. C’est un territoire de bas plateaux, naturellement irrigué par un vaste réseau hydrographique et une pluviométrie généralement abondante qui permet par ailleurs d’entretenir un paysage luxuriant. Légèrement inclinée d’Est en Ouest, l’océan s’y engouffre dans sa partie occidentale et rivalise avec la terre formant ainsi un large paysage composé d’îles et de mangrove. Le « fleuve » Casamance, qui en découle, est long de près de 300 Km et alimente un réseau secondaire de plus de 1000 km composé de nombreuses ramifications appelées bolongs ou marigots.
Ce bassin, par la multiplicité et l’importance des rôles qu’il joue dans la vie économique sociale et culturelle (pêche, cultures marines, activités balnéaires et plaisance, transport), constitue un élément fondamental du patrimoine naturel de la région de Ziguinchor. En effet, la richesse, la diversité et l’abondance de ses ressources et la multiplicité des utilisations qui en sont faites, concernent directement plus de 300.000 personnes.
Toutefois cet écosystème est relativement fragile et extrêmement sensible aux déséquilibres écologiques. Les mutations climatiques de ces trente dernières années, combinées ou non à une forte pression anthropique, ont induit un accroissement de la salinité des eaux avec pour conséquences une diminution exponentielle des ressources halieutiques, une disparition progressive de la mangrove et une salinisation des rizières adjacentes. Aussi la dégradation de l’environnement a-t-elle accentué le niveau de pression sur les ressources et faute de réelle législation, des conflits d’usage entre acteurs se sont développés.
Dans ces conditions, alors que le fleuve pourrait contribuer significativement à la croissance de la région, il demeure jusqu’à présent une ressource qui se dégrade et génère du conflit.
Face à ce contexte, les élus locaux de la commune de Ziguinchor tentent de se mobiliser pour trouver des pistes de solutions locales. Mais les enjeux sont nombreux, complexes et très imbriqués et l’identification de réponses adaptées aux défis à relever n’est pas forcément évidente.
En effet, la mise en valeur du bassin du fleuve Casamance résulte de l'équilibre et de la complémentarité à trouver entre plusieurs préoccupations très distinctes : développement économique, compatibilité d’activités différentes, protection de l’environnement, aménagement touristique, lutte contre la dévitalisation des milieux ruraux insulaires, exode des jeunes.
Pour mieux intégrer l’ensemble de ces composantes et favoriser une exploitation et utilisation plus rationnelle et équitable de cette ressource, il apparaît donc essentiel de mettre en place un véritable modèle de gestion concertée. Toutefois, les élus locaux ne disposent pas réellement, pour le moment, d’expériences concrètes sur ce type de processus et progressent donc par étape.
Dans ce contexte, ils ont donc cherché à mettre en place un partenariat de coopération décentralisée avec La Rochelle qui dispose de problématiques d’aménagements et de gestions de zones littorales et de permettre ainsi de mobiliser, à leur côtés, des acteurs déjà engagés sur ces enjeux (élus locaux, chambre de commerce, chambre de métier, port, chantier naval…) et de bénéficier d’une expérience à adapter aux caractéristiques de la Casamance alors que celle-ci n’existe pas pour le moment. Par ailleurs, compte tenu de la complexité globale de la problématique, le choix a été fait de se limiter à un secteur. Il a donc été retenu de travailler dans un premier temps sur la gestion des activités nautiques de plaisance afin de disposer d’une base de réflexion concrète pour aborder les autres thématiques de l’aménagement.
D’une manière assez générale à l’échelle internationale, les activités nautiques de plaisance, dont la voile loisir et la pêche promenade, sont en pleine expansions. Toutefois, les sites traditionnels commencent à être relativement saturés et ce secteur connait une large mutation laissant imaginer des perspectives de développement importantes pour de nouvelles zones qui viendraient à se structurer.
La Basse Casamance présente à ce niveau un certain nombre d’atouts naturels d’autant plus pertinents aujourd’hui que la région se stabilise. Mais à l’heure actuelle, son attractivité reste très modeste puisque l’on estime la fréquentation annuelle pour la plaisance à près de 300 bateaux alors que plus de 4.000 voiliers passent chaque année au large de ses côtes. Toutefois il n’existe aucune infrastructure adéquate dans la sous région et ce secteur reste totalement désorganisé en Casamance, ce qui n’est d’ailleurs pas sans conséquence au niveau social et environnemental même si les impacts négatifs demeurent encore relativement localisés et limités.
A un moment où la Casamance se reconstruit et qu’il est indispensable de relancer l’économie locale, l’aménagement de sites pour les activités nautiques de plaisance au niveau du fleuve Casamance pourrait représenter un enjeu important en termes de création de richesse et d’emplois d’autant que ce secteur peut être un véritable catalyseur du développement socio-économique.
Dans ce contexte ce projet initié dans le cadre du partenariat entre les villes de Ziguinchor et de La Rochelle doit concourir à élaborer, sur la commune de Ziguinchor, un schéma d’aménagement concerté des activités nautiques de plaisance qui puisse permettre également de contribuer à mettre en place une dynamique régionale de valorisation du fleuve Casamance vecteur de développement et de paix.


Historique
Ce projet se situe dans le cadre d’un partenariat naissant entre La Rochelle et Ziguinchor
Objectif du partenariat


Objectifs du projet : finalité générale

Contribuer à la mise en œuvre d’un schéma d’aménagement concerté des activités nautiques de plaisance en Basse Casamance afin que ce secteur puisse jouer un rôle de levier du développement socio-économique local.
Objectifs Spécifiques et résultats attendus :

OS1 - Renforcer les compétences de la commune de Ziguinchor en matière d’aménagement du territoire :
R11 - Une politique concertée d’aménagement du fleuve Casamance sur la commune de Ziguinchor est définie ;
R12 - Un programme global d’investissement sur ce secteur est élaboré. Il comprend aussi bien des besoins en termes d’infrastructures et d’équipements, qu’en termes de supervision, de formation, de gestion (économique, environnementale et sociale) et de promotion ;
R13 - Un plan de financement de ce programme est identifié. Il mobilise autour des ressources financières de la commune de Ziguinchor, celles de ses partenaires techniques et financiers.
OS2 - Contribuer à aménager sur la commune de Ziguinchor une zone « portuaire » dédiée aux activités nautiques de plaisances :
R21 - Une structure autonome de gestion et de promotion des infrastructures est créée ;
R22 - Un espace d’accueil des plaisanciers est aménagé. Il comprend : (I) une zone d’amarrage sécurisée d’une cinquantaine de places, (II) un ponton de débarquement comprenant un accès à une source d’eau douce, (III) un bâtiment comprenant des sanitaires et une laverie, (IV) un bureau d’accueil pour les démarches administratives, (VI) une zone de tri et récupération des ordures et déchets ;
R23 - Une zone technique est aménagée. Elle comprend : (I) une aire de carénage écologique, (II) un ponton technique, (III) un atelier de réparation et d’entretien pour la mécanique, la voilerie, la menuiserie, et la métallerie, (IV) un magasin d’accastillage ;
R24 - La berge du fleuve est réhabilitée, assainie et offre aux habitants de Ziguinchor un espace de détente et de loisirs.
OS3 - Encourager des liens d’échanges entre les acteurs locaux des villes de La Rochelle et de Ziguinchor dans le but de créer de nouvelles opportunités de partenariat et de coopération :
R31 - Développer des relations de partenariat entre le port de La Rochelle et le futur port de Ziguinchor ;
R32 - Favoriser des relations de partenariat entre des opérateurs privés de La Rochelle et de Ziguinchor en vue de développer des activités économiques dans le domaine du nautisme ;
R33 - Favoriser un dialogue interculturel entre les citoyens de Ziguinchor et de La Rochelle ;
R34 - Organiser un événement sportif entre La Rochelle et Ziguinchor.
OS4 - Favoriser l’intégration de ce projet au niveau régional afin de contribuer à élaborer un schéma d’aménagement concerté du bassin du fleuve Casamance sur la région de Ziguinchor :
R41 - Encourager la structuration d’un cadre réglementaire régional d’usage du fleuve Casamance pour réguler les activités nautiques de plaisances ;
R42 - Favoriser l’aménagement de sites d’accueil secondaires comprenant : (i) une zone de mouillage sécurisée d’une trentaine de corps morts, (ii) un ponton de débarquement, (iii) une petite capitainerie, (iv) un bâtiment comprenant des sanitaires et une laverie ainsi que des boxes d’entreposage à destination des usagers, (v) une aire de tri et récupération des ordures et déchets ;
R43 - Capitaliser les expériences acquises afin d’étendre le projet à d’autres localités de la région et à d’autres secteurs d’activités (transport fluvial, pêche, aquaculture…)
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
La Ville de Ziguinchor (Casamance) a sollicité la Ville de La Rochelle pour engager une coopération autour d’un projet d’aménagement d’une zone portuaire dédiée aux activités nautiques de plaisances, sur les berges du quartier Boudody.
Une délégation de la Ville de Ziguinchor a rencontré les responsables des structures rochelaises disposant d’un savoir faire certain pour ce type d’aménagement, à savoir la société Créocéan spécialisée dans les services et conseil en environnement littoral et marin et le Port de plaisance, plus grand port de plaisance européen. L’établissement de formation rochelais Forhom , spécialisé dans la formation de cadres et ingénieurs africains, travaillera aux côtés de la Ville de La Rochelle pour assurer un soutien aux compétences des institutions de Ziguinchor.

La Ville de La Rochelle est en capacité également d’apporter son savoir faire en matière de renforcement des compétences, notamment sur le volet formation en ingénierie et formation des élus.
Ce projet permettrait de mettre en valeur, dans un premier temps, les compétences rochelaises liées au secteur du nautisme et de la plaisance, de participer à la formation de cadres et d’élus sénégalais tout en favorisant le rayonnement à l’international de la Ville de La Rochelle.
Dans un deuxième temps, des échanges interculturels entre La Rochelle et Ziguinchor, sont programmés ainsi que des échanges sportifs avec l’étude de mise en place d’une course nautique.
A terme, ce dossier doit générer une activité économique et touristique supplémentaire tout en favorisant la mise en place d’une nouvelle structure de développement local à Ziguinchor.


- Mise en place d'un schéma d'aménagement des berges du fleuve Casamance sur la commune de Ziguinchor
Objectif de l’action : Contribuer à renforcer les compétences de la commune de Ziguinchor en matière d'aménagement du territoire
Description sommaire : Il s’agit d’appuyer la commune de Ziguinchor à définir une politique concertée d’aménagement des Berges du fleuve Casamance qui veille à articuler de manière pérenne les contextes urbains, écologiques et économiques afin de coordonner les efforts, de planifier les actions et les financements. Cette ambition qui vise à intégrer pleinement le fleuve dans l'urbanisme de Ziguinchor doit combiner :
w Une dimension « sociale » en faisant des berges un lieu de vie et de détente ouvrant la ville sur son fleuve. Il sera nécessaire d’embellir ce lieu et de le rendre plus facilement accessible aux citoyens par l’aménagement de cheminements piétonniers. Par ailleurs, il faudra également tenir compte du fait qu’il constituera également une porte d’entrée sur la Casamance pour le visiteur qui arrivera par le fleuve.
w Une dimension environnementale qui tienne compte à la fois de l’amélioration du traitement des effluents urbains mais également des déchets qui seront liées au développement des activités de plaisance en intégrant dans les aménagements futurs la protection des sites et des paysages.
w Une dimension économique qui permette le développement des activités nautiques de toute nature en étendant la réflexion progressivement à d’autres secteurs d’activité.
Pour cela, dans le cadre d’une démarche participative qui implique les citoyens, un diagnostic urbain, fonctionnel et paysager sera réalisé afin de proposer des orientations d’aménagements, il sera complété par des études d’implantation concernant l’intégration d’une zone portuaire dédiée à la plaisance. Les propositions retenues seront par la suite approfondie du point de vue technique et économique pour disposer de plans d’exécution chiffrés précis compatibles avec la législation Sénégalaise. En parallèle, des études complémentaires seront réalisées pour définir les structures de gestion à mettre en place et garantir la pérennisation des investissements réalisées. Elles intégreront également la mise en place de plans de formation pour le personnel recruté.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Commune de Ziguinchor
Maître(s) d'ouvrage
La Rochelle
Bénéficiaire(s)
Ville de Ziguinchor et ses habitants

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Ziguinchor Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune de Ziguinchor Balde Abdoulaye

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Rochelle commun.ico.loupe.alter



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 1136600 0 2010
Rochelle 27600 0 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 9000 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 9000 2011
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 9000 2012




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013