Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Beyrouth"

Correspondant coopération décentralisée
Martine HERLEM-HAMIDI
Courriel : martine.herlem[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Denis GAILLARD
Courriel : denis.gaillard[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui au Fonctionnement et au développement de la capacité d’assistance technique de la Commission Méditerranée de Cités et Gouvernements Locaux Unis
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Appui institutionnel

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Le calendrier politique méditerranéen et euro-méditerranéen (notamment, le travail « opérationnel » de l’ARLEM, la perspective du prochain Forum des Autorités Locales et Régionales de la Méditerranée en mai 2010 et le Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union pour la Méditerranée au mois de juin 2010) aussi bien que les échéances dans le cadre de la stratégie européenne 2014-2020 encouragent la Commission Méditerranée de CGLU à renforcer son action pour être un interlocuteur représentatif, crédible, efficace et opérationnel sur la scène méditerranéenne.

Historique
Les collectivités locales sont des acteurs reconnus du développement, par leurs actions de promotion de la solidarité, de la démocratie locale et en faveur de la paix. La montée en puissance de ces acteurs, proches de la société civile et en lien direct avec les différentes problématiques du développement s’est exprimée par la création, en mai 2004, de l’organisation mondiale Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU).
CGLU regroupe les collectivités et leurs réseaux à l’échelle mondiale et porte leur voix auprès des organisations internationales et des Nations Unies. Elle a pour objectifs la reconnaissance du rôle des collectivités locales dans le système international et la mobilisation de l’action locale en faveur des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies. Elle encourage la paix par la « diplomatie des villes » et l’innovation au sein de la gouvernance locale.
Au sein de Cités et Gouvernements Locaux Unis, la Commission interrégionale Méditerranée est au carrefour de trois sections régionales : Europe, Afrique et Moyen-Orient/Asie de l’Ouest.

La Méditerranée occupe une place à part dans CGLU du fait du nombre important d’adhérents directs dans les trois régions du Nord, du Sud et de l’Est de la Méditerranée, du fait également de la multitude de coopérations reliant les collectivités territoriales et des politiques communes au service du développement régional.

La Méditerranée est la zone où s’est créée, à la suite du programme Med Urbs, une « culture des réseaux » transméditerranéens de collectivités locales, renforcée par le partenariat euro-méditerranéen.
MedCités, le réseau des villes Euromed, le Comité Permanent pour le Partenariat Euro-Méditerranéen des Pouvoirs Locaux et Régionaux (COPPEM), le Réseau Urbain Europe-MENA, l’Arc Latin, la Commission inter-méditerranéenne de la Conférence des régions Périphériques Martimes (CRPM), le Réseau européen des collectivités locales pour la paix au Proche-Orient (COEPPO) en sont des exemples parmi d’autres qui se croisent avec les nombreux réseaux de la société civile, des universités et les initiatives du secteur privé.

Il est apparu que la réunion des trois sections régionales de CGLU au sein d’une Commission Méditerranée pouvait renforcer l’échange et la prise en compte des intérêts spécifiques des collectivités locales méditerranéennes, qu’il s’agisse des relations euro-méditerranéennes ou des questions stratégiques comme la décentralisation, le développement urbain ou l’environnement, la paix.
Objectif du partenariat
La Commission Méditerranée de CGLU est le cadre le plus large d’échanges politiques directs entre les élus mais également entre l’ensemble des acteurs de la Méditerranée.
Depuis sa création, elle œuvre pour :
La reconnaissance de l’importance de l’échelon institutionnel local et régional comme concepteur, gestionnaire et animateur de politiques de développement au plus proche des citoyens, dans une région où les indicateurs de gouvernance révèlent l’urgence de rapprocher les centres de pouvoirs et les populations.
La promotion de l’autonomie locale et régionale et le renforcement institutionnel des collectivités du Sud et de l’Est de la Méditerranée, ainsi que de leurs réseaux ou associations nationales.
Le rapprochement entre élus et décideurs locaux de la Méditerranée, afin de renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté de destin méditerranéenne, en dépit de la persistance de certains conflits et de difficultés économiques et sociales.
La défense du rôle et la participation accrue des collectivités locales dans le Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée, la Nouvelle Politique de Voisinage et plus largement dans le partenariat méditerranéen.
La prise en compte des questions politiques méditerranéennes sous l’angle des collectivités locales : la paix au Proche-Orient (« Peace Keeping »), la prévention des conflits, le dialogue des cultures, les processus d’intégration régionale…
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
Au sein de Cités et Gouvernements Locaux Unis, la Commission Méditerranée est une plate-forme d’échanges et de partenariats qui vise à renforcer les capacités des autorités locales et régionales méditerranéennes et de leurs associations et à accroître leur place et leur influence dans la gouvernance internationale.
- ACTIONS POUR LA RECONNAISSANCE INSTITUTIONNELLE DES COLLECTIVITES LOCALES ET REGIONALES
Objectif de l’action : Les collectivités territoriales jouent un rôle déterminant dans la qualité de vie de leurs citoyens. Elles sont les promoteurs et les garants de la cohésion économique, sociale et territoriale. Pour assurer une gouvernance à la hauteur des enjeux à relever en Méditerranée, il est donc fondamental qu’elles prennent part aux processus de construction des politiques de développement définies par les états aussi bien que par l'UE ou plus largement par des multiples acteurs qui mettent en œuvre des politiques territoriales en Méditerranée. Pour la Commission Méditerranée de CGLU, il est donc essentiel d’œuvrer pour leur reconnaissance institutionnelle et leur participation effective aux prises de décisions qui concernent l’avenir de leurs territoires.
Description sommaire : Pour organiser la participation effective des collectivités locales et régionales méditerranéennes aux prises de décisions qui concernent l’avenir de leurs territoires, la Commission Méditerranée de Cités et Gouvernements Locaux Unis organise la rencontre de ces acteurs afin de favoriser leur expression politique et leur participation à la définition des politiques en Méditerranée.
Elle organisera ainsi en 2010, la seconde édition du Forum des autorités Locales et régionales de la Méditerranée. Cette seconde édition bénéficie du soutien de la Ville et de la Diputacio de Barcelone ainsi que de la Generalitat de Catalogne. Il est organisé en partenariat avec les principaux réseaux de collectivités territoriales qui oeuvrent en Méditerranée.
Ce Forum est un espace où elles contribuent à la définition et à la promotion de politiques pour le développement et la gouvernance de leurs territoires.
Lors de la première édition qui s’est tenue à Marseille (France) en juin 2008, les autorités locales et régionales se sont exprimées sur les enjeux du partenariat euro-méditerranéen et sur le développement des pays de la Méditerranée. Leur mobilisation a permis des avancées au premier plan desquels la reconnaissance de leur rôle dans les politiques d’intérêt majeur pour la Méditerranée : développement durable, changement climatique, énergies renouvelables, gestion de l’eau, dépollution de la méditerranée,….
L’édition 2010, sera l’occasion d’exprimer la vision des collectivités locales et régionales pour le développement de la région et, notamment, leur souhait de mettre en place une stratégie à l’échelle du bassin méditerranéen plus proche des populations. Celle-ci devrait reposer sur une politique commune avec une approche territoriale du développement, une gouvernance locale renforcée et des collectivités territoriales dotées de compétences et des ressources à la hauteur des enjeux posés.
Après la reconnaissance de principe du rôle des autorités locales et régionales, l’objectif de ce Forum sera également d’obtenir une participation effective des autorités locales et régionales au partenariat euro-méditerranéen.

Cette participation devra se traduire par un engagement des associations de collectivités territoriales dans les réflexions et les prises de décision relatives à la dimension locale et régionale des politiques euro-méditerranéennes. Ainsi, la présence des associations de pouvoirs locaux et régionaux au sein de l’Assemblée Régionale et Locale Euro-méditerranéenne (ARLEM) devra se traduire par leur participation effective à l’élaboration des contenus des avis et des préconisations.
De ce fait, la Commission Méditerranée s’engagera dans une réflexion afin d’assurer au mieux le rôle d’interlocuteur qu’elle aura auprès de l’ARLEM. Dans les échanges avec le Comité des Régions, la Commission Méditerranée a promu dès 2008 la représentation des associations de pouvoirs locaux du Nord comme du Sud et de l’Est de la Méditerranée au sein de l’ARLEM.
La mise en place effective de l’ARLEM au mois de janvier 2010 aussi bien que la préparation du Forum des Autorités Locales et Régionales de la Méditerranée offrent un cadre privilégié pour engager une réflexion pour l’organisation d’une interlocution technique régulière avec l’ARLEM, afin :
- d’alimenter les élus siégeant à l’ARLEM au premier rang desquels le représentant des associations de collectivités (le Président de la Commission Interrégionale Méditerranée de la CRPM) au sein du bureau de l’ARLEM,
- d’assurer la consultation du plus grand nombre de collectivités méditerranéennes du nord comme du sud.
L’objectif final est bien d’enrichir de manière concrète et opérationnelle les propositions qui seront formulées sur la base des expériences, des attentes et de la vision des collectivités territoriales pour la Méditerranée.

Une démarche similaire sera à engager avec le Secrétariat de l'Union pour la Méditerranée à Barcelone, dès lors qu’il sera opérationnel.

Plus largement, dans un paysage institutionnel en évolution dans nombre de pays méditerranéens, la Commission Méditerranée doit organiser la participation politique de ses membres aux réflexions et démarches sur les différents processus en cours : la décentralisation au Liban et au Maroc, le processus de régionalisation en Jordanie, la structuration des municipalités en Syrie (programme MAM),… Dans ce cadre, il est essentiel de réfléchir à la définition de politiques territoriales de développement durable et à l’articulation de ces politiques avec les architectures institutionnelles des différents Etats.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Ville de Beyrouth
Maître(s) d'ouvrage
Marseille
Bénéficiaire(s)
en termes de : renforcement de leurs capacités, d’échange d’expériences, de mise en réseau, d’information sur les opportunités de financement, de reconnaissance de leur rôle sur la scène internationale et dans l’exercice de la gestion et de la démocratie locale : - Les collectivités locales et régionales des pays de l’Union pour la Méditerranée ; - Les réseaux de collectivités locales et régionales oeuvrant en Méditerranée ; - Les associations nationales de pouvoirs locaux du Sud et de l’Est de la Méditerranée ; - Les partenaires des collectivités locales et régionales sur leurs territoires : Universités, Centres de recherche, associations,… ; en terme de lisibilité d’intervention des collectivités locales et régionales en Méditerranée, d’identification des projets et actions innovantes, de dialogue et de collaboration avec les collectivités locales, de participation à de nouveaux projets ou démarches : - Les gouvernements de l’Europe et de la Méditerranée ; - Les organismes, agences, fondations conduisant des programmes bilatéraux en Méditerranée ; - Les organisations internationales et européennes intervenant en Méditerranée ; - Les acteurs de la société civile des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée ; - Cités et Gouvernements Locaux Unis.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ville de Beyrouth Liban Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Beyrouth JALKH Rachid

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Marseille Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Ville de Marrakech


Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 96750 0 2007
Marseille 286800 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 31500 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 31500 2008
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 31500 2009
Conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur, Ville 286800 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013