Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Tananarive"

Correspondant coopération décentralisée
Florian MARCHADOUR
Courriel : marchadour.matd[at]gmail.com
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Philippe GEORGEAIS
Courriel : philippe.georgeais[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Développement économique et renforcement de la sécurité alimentaire, diversification des sources de revenus et sauvegarde du patrimoine naturel de la région Alaotra Mangoro, Madagascar, à travers le développement des filières laitière et touristique.
Année de première signature de la convention
2005
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention
Agriculture et agroalimentaire

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2005
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
28/02/2017
Contexte
La Région Alaotra Mangoro

• Géographie et population

La Région Alaotra Mangoro s’étend sur plus de 400 km du Nord au Sud, et sur 100 km d’Est en Ouest pour une superficie de 33 000 km². Elle est située sur la partie Nord des Hauts Plateaux qui s’étendent sur 600 km du Nord au Sud de la capitale Antananarivo, de manière presque symétrique.

La population compte plus 1,1 million d’habitants regroupés principalement autour du Lac Alaotra dans le Nord (environ 500 000 habitants) et dans le Sud dans le district de Moramanga. C’est une population de taille similaire à l’Ille-et-Vilaine.

La population est composée de deux groupes éthniques majoritaires traditionnelles : les Sihanaka au Nord, et les Benzanozano au Sud. Plusieurs minorités de tout le pays sont présentes, notamment les Mérinas.

La langue officielle est le Malagasy, mais de nombreux dialectes locaux sont également pratiqués. Le français est assez répandu et utilisé.


• Organisation administrative

La Région Alaotra Mangoro est l’union de deux « sous-régions » historiques du pays : l’Alaotra, qui tire son nom du Lac Alaotra au Nord, et la Mangoro, dont le nom est celui du plus grand fleuve de la Région, qui coule au Sud.
C’est l’une des 22 régions de Madagascar. Elle dépend du Ministère de l’aménagement du territoire et de la décentralisation. La Région est dirigée par un Chef de Région, directement nommé par le Président de la République de Madagascar (actuellement le Régime de la Haute Autorité de Transition). Le Chef de Région est le plus haut représentant de l’Etat dans la Région. Il est appuyé par des services en charge du développement et de l’administration de la Région.
Le chef lieu de la Région est la Commune Urbaine d’Ambatondrazaka, ville dans laquelle sont situées tous les services déconcentrés de l’Etat et directions régionales associées.

La Région est composée de cinq districts qui sont, du Nord au Sud, Andilamena, Amparafaravola, Ambatondrazaka, Moramanga et Anosibe An’Ala. Chaque district est dirigé par un Chef de District, représentant du ministère de l’intérieur.


• Transport et économie

Transport
L’offre de transport de la Région Alaotra Mangoro est très inégale. Peu de routes sont bitumées :
- la Route Nationale 2 qui relie la capitale Antananarivo et Toamasina (Tamatave), seconde ville du pays en termes de population et d’activités économiques, traverse la Région d’Ouest en Est au niveau de la Commune Urbaine de Moramanga.
- La route reliant les villes de la rive Ouest du Lac Alaotra, principale grenier rizicole de Madagascar.

Les autres routes sont des pistes dont l‘état varie en fonction des tronçons et surtout des saisons. En saison des pluies, certaines parties de la région ne sont accessibles que par camions.
La Région est fortement handicapée par le très mauvais état de son axe interne, la Route Nationale 44, qui relie Ambatondrazaka au Nord et Moramanga au Sud, les deux communes urbaines de la Région. Cette route, qui fait depuis de nombreuses années l’objet de rumeurs et spéculations sur sa réhabilitation, est une piste difficile pendant 110 km. Ceci est préjudiciable pour la Région, puisque la majorité de la production agricole (au niveau régional et national) est au Nord, ce qui limite l’exportation vers d’autres zones de Madagascar.
En 2012, d’importants travaux de rénovation de la RN44 ont été réalisés et plusieurs ouvrages d’art ont été construits.

Les transports dans la région se font majoritairement par taxi brousse ou camions. Ambatondrazaka possède un aérodrome utilisé uniquement par les avionneurs privés.
Le projet de réouverture par AIRMAD de la ligne aérienne Antananarivo/Tamatave/Ambatondrazaka est à l’étude.

Le train relie deux fois par semaine Moramanga à Ambatondrazaka, depuis sa mise en œuvre en 2011.

Economie
Bien que la Région possède un potentiel de richesses très important, l’économie et l’emploi sont très largement occupés par le secteur primaire :
- Au Nord, les plaines autour du Lac Alaotra composent le plus important grenier à riz de Madagascar (plus de 300 000 tonnes de paddy par an). Si le riz domine l’agriculture traditionnelle et industrielle, le maraîchage (tomates, carottes…) se développe de plus en plus en contre saison.
- La pêche continentale dans le Lac Alaotra (surface de 20 000 hectares) permet une production de 2 500 tonnes par an. Mais le lac fait face à une diminution de ses ressources, due à la surpêche et à l’ensablement naturel.
- L’élevage est une composante très importante, puisque la Région compte plus de 260 000 bovins, principalement des zébus. Les animaux sont utilisés principalement pour l’attelage, et en réforme pour la viande. L’activité laitière est peu développée.

D’autres ressources, principalement minières, sont exploitées. La Région possède d’importants gisements de pierres précieuses (rubis, saphir) ou semi-précieuses (quartz…).
Les minerais sont aussi exploités ou transformés (chrome, cobalt, nickel). Le plus gros projet minier au monde, qui concerne le cobalt et le nickel, est en cours de réalisation dans la Région (Société Ambatovy).

A noter enfin, de nombreuses forêts de pins et d’eucalyptus, dont les bois sont utilisés pour le chauffage, la cuisine ou la construction. Les scieries sont l’une des principales activités industrielles.


• Le développement économique de la filière laitière

L’expertise du Département d’Ille-et-Vilaine
L’Ille-et-Vilaine est le premier département laitier de France avec une production d’environ 14 millions de litres de lait produits à l’année. Le lait représente plus de 26 % de la production agricole du département. Le département dispose d’un large panel d’exploitations agricoles, de l’élevage intensif à l’élevage biologique, et peut proposer des transferts d’expériences et de technologies diversifiés dans ce secteur.

Une priorité de la Région Alaotra Mangoro
La production agricole malgache connait une croissance et les grandes orientations actuelles du gouvernement font figurer l’agriculture comme une priorité. Le désenclavement des régions à travers la construction de routes et de pistes témoigne de cette volonté (même si des difficultés perdurent sur la RN44).

L’élevage est également l’une des priorités du Ministère de l’Elevage au niveau national, comme en témoigne le plan gouvernemental d’importation de vaches et le développement, dans les années 2000, du pôle intégré de croissance d’Antsirabe dédié à l’industrie agroalimentaire. Les services déconcentrés du Ministère ont pour mission d’accompagner les éleveurs (conseil technique) et sont ainsi des partenaires importants.

Le développement de l’élevage est enfin l’un des axes du plan régional de développement de la Région Alaotra Mangoro : organiser les filières de production, mettre à disposition des producteurs des intrants et des infrastructures d’appui, organiser les marchés, créer des fonds de garantie mutualiste pour les petits producteurs, etc.

L’objectif de la coopération Ille-et-Vilaine – Alaotra Mangoro est de proposer des solutions pour lever les freins au développement de l’élevage laitier dans le respect du développement durable et du patrimoine rural, tout en apportant un appui institutionnel à son partenaire.

• Le développement du tourisme

Une expertise apportée par le Département d’Ille et Vilaine
L’Ille-et-Vilaine est un département français à très fort attrait touristique. Outre la ville de Rennes, la ville de Saint Malo et l’ensemble de la Baie du Mont Saint-Michel sont des sites mondialement reconnus qui attirent chaque année plusieurs millions de touristes français et étrangers. Le Département a ainsi mis en place des politiques ambitieuses de soutien du tourisme et dispose aujourd’hui d’une bonne expertise, à travers ses services ou ses partenaires impliqués sur le territoire.

Un axe de développement voulu par la Région Alaotra Mangoro
Une partie du « corridor forestier » de Madagascar se situe dans la Région Alaotra Mangoro. Ce corridor comprend un ensemble de forêts primaires et secondaires, qui sont une richesse inestimable pour Madagascar et l’humanité entière.
Au Sud de la Région a été créé le Parc National d’Andasibe Mantadia, à la fin des années 80. C’est aujourd’hui le premier parc de Madagascar en termes de nombre de visiteurs (environ 20 000 par an).
Au Nord, le Parc National Zahamena a été créé à la fin des années 90. Malgré son intérêt et son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, il souffre de son enclavement et de l’absence de guides officiels reconnus par le Ministère du tourisme et de l’artisanat.
Le Lac Alaotra est inscrit à la liste des sites de la convention Ramsar, qui classe les écosystèmes humides exceptionnels en fonction de la richesse de leur faune et de leur flore. Le lac est notamment l’unique habitat dans le monde du lémurien aquatique. Cependant la mauvaise route d’accès au lac et au Nord de la Région en général limite la venue des touristes nationaux et étrangers dans cette région.

Fort du constat du potentiel qu’offre la Région, et de l’impact économique potentiel pour les populations, la Région Alaotra Mangoro et le Département d’Ille-et-Vilaine ont souhaité s’investir dans le développement du tourisme pour offrir aux populations des activités génératrices de revenus complémentaires.
Historique
En juillet 2005, le Conseil général d’Ille-et-Vilaine a répondu favorablement à la demande de partenariat du Président du Sénat malgache. Une coopération décentralisée est initiée entre le Département et la Région Alaotra Mangoro. Le Département s’appuie sur une expérience de la coopération et de la solidarité internationale de plus de 20 ans avec la région de Mopti au Mali.

La coopération est ciblée sur la filière laitière, présentée comme une priorité de la Région, dans un pays où la consommation de lait par habitant est l’une des plus faibles au monde (environ 5 litres par an et par habitant). Les problèmes de carence en calcium des enfants sont l’une des conséquences de la malnutrition qui frappe une grande partie de la population, dans un pays où plus de la moitié de la population a moins de 18 ans.

4 axes sont déterminés pour assurer le développement :
- La création d’une Ferme Ecole située au Nord d’Ambatondrazaka. Cette ferme est un outil de démonstration en terme d’élevage de vaches laitières (les habitants n’élèvent pour la très grande majorité que des zébus), d’alimentation des bovins, de reproduction, de collecte du lait et de transformation laitière.
- La mise en place de formations, à la Ferme Ecole et itinérantes, pour les éleveurs de la zone du lac Alaotra et de Moramanga. Ces formations, sous la forme de modules, concernent la production de fourrages, les soins des animaux, la collecte et la transformation du lait. Le développement d’une filière élevage avec le Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle au sein du Lycée d’Ambatondrazaka est à l’étude. D’autres formations en partenariat avec des acteurs locaux sont destinées aux professionnels de la santé animale.
- Un programme d’insémination artificielle pour les éleveurs dans les zones du lac Alaotra et de Moramanga, pour améliorer la génétique des cheptels en croisant des races locales à des races laitières (Holstein, Pis Rouge Norvégienne, Normande), afin de combiner les caractéristiques rustiques de l’une et productives de l’autre, et ainsi permettre une augmentation sensible de la production laitière dans la Région.
- En aval de la chaîne un programme d’amélioration de la collecte des déchets et de leur valorisation en compost est aussi en cours dans les deux communes urbaines de la Région, Moramanga et Ambatondrazaka. L’objectif est double :
o Améliorer de manière durable la salubrité dans les communes, où les déchets sont la plupart du temps jetés dans des dépôts sauvages à proximité des habitats.
o Produire un engrais de qualité et bon marché à destination des agriculteurs locaux, qui par manque de moyen n’ont qu’un accès faible aux intrants nécessaires à l’amélioration des rendements agricoles dans un contexte d’instabilité alimentaire dans le pays.

En 2008, la coopération s’étend au développement du tourisme dans la Région. Un cabinet d’études met en avant les richesses et potentiels de la Région. Le constat est d’autant plus fort que la Région possède le parc national le plus visité du pays.
Cependant, malgré le potentiel affiché, les lacunes sont nombreuses : manque d’infrastructures, d’opérateurs, de promotion notamment. Le Nord de la Région est souvent peu ou pas abordé dans les principaux guides touristiques.
Face à cela la coopération s’oriente sur 2 axes :
- La promotion de la Région par l’Office Régional du Tourisme Alaotra Mangoro (ORTALMA), créé fin 2008 et reconnu par l’Office National du Tourisme de Madagascar en septembre 2009. Cette reconnaissance permet d’intégrer la promotion de la Région dans la promotion globale du pays, et les circuits internationaux.
- L’appui à la création de sites pilotes de tourisme solidaire sur le Lac Alaotra. Outre les sites d’Imerimandroso (et le quartier de Vohitsoa) et le village d’Antanandava, porte d’entrée du parc national Zahamena, d’autres sites seront retenus comme celui d’Andriamamovoka (près d’Anjiro) au fur et à mesure de l’achèvement des travaux.
Objectif du partenariat
Appuyer le développement de deux filières économiques dans la région Alaotra Mangoro et accompagner la Région en matière d’ingénierie de projets économiques et d’appui institutionnel

La finalité générale est de permettre à la Région Alaotra Mangoro de se doter d’outils et méthodes lui permettant de planifier et mettre en œuvre des projets structurants dans les domaines du développement économique, agro-alimentaires et touristiques en appuyant les deux filières concernées.
Pour ce faire, le Département d’Ille-et-Vilaine valorisera son expérience acquise :
- Sur la filière laitière commencée depuis 2005 ;
- au Mali dans le domaine du tourisme durable et à Madagascar depuis 2008.

Les modalités d’actions envisagées passent ainsi par du transfert de savoir-faire « Nord-Sud », l’échange d’expérience « Sud Sud » mais aussi par la poursuite des actions de formation et de sensibilisation pour améliorer les capacités des acteurs et leur permettre d’améliorer de manière conséquente les ressources alimentaires et leurs revenus.


Objectif 1 : Poursuivre le développement de la filière laitière dans la Région Alaotra Mangoro et viser l’autosuffisance alimentaire

L’objectif est de continuer l’appui au développement de la filière laitière entrepris depuis 2005. De nombreuses réalisations concrètes ont été menées, et la dynamique au sein du projet est particulièrement forte et encourageante.

Le développement de la Ferme Ecole ainsi que des partenariats avec les Services Régionaux ont permis de dynamiser la filière :
- organisation de journées de rencontres avec les éleveurs et renforcement des liens entre les acteurs de la filière :
o Formations 2011/2012 :
 Cycle 1, formation sur la « Zootechnie de base » pour 240 éleveurs sur neuf communes,
 Cycle 2, formation sur la « Transformation » du lait, pour 113 éleveurs sur neuf communes.
- organisation de formations conjointes avec d’autres partenaires et renforcement des capacités en élevage :
o Formation avec la société B.R.L.. dans le cadre du « Projet PAGME » Elevage et Alimentation vaches laitières, à destination de 20 éleveurs.
o Formation de recyclage des techniciens et inséminateurs avec la Direction Régionale de l’Elevage (D.I.R.E.L.) et la Direction Régionale de l’Agriculture (D.R.A.), pendant une semaine. pour 30 participants (travaux pratiques à la Ferme et à Andilamena).
o Formation du CEFTAR de Tamatave sur le thème de l’Elevage et l’alimentation des vaches laitières, dispensée à la Ferme Ecole, pendant une semaine.

Au-delà de ces actions en cours, la convention passée avec la D.I.R.E.L. doit permettre le développement et la structuration de la filière lait sur la région Alaotra Mangoro, à travers les objectifs suivants :

- Le renforcement de capacités :
o Des éleveurs pour améliorer la productivité des élevages (formations itinérantes, ateliers à la Ferme Ecole),
o Des techniciens inséminateurs et ceux de la DIREL sur des thèmes relatifs à la réalisation du programme,
o De l’enseignement des techniques agricoles (développement de la ferme école, d’une filière agricole au lycée d’Ambatondrazaka),
o Des circuits de distribution des produits laitiers transformés.
- Le développement de l’insémination artificielle :
o Encadrer et organiser les activités d’insémination en collaboration avec la Région Alaotra Mangoro, notamment l’assistance technique de la coopération décentralisée,
o Suivre et évaluer les activités de l’insémination,
o Capitaliser les données de l’insémination,
o Capitaliser les impacts de l’amélioration génétique dans la région, de l’augmentation de la production laitière, de l’augmentation du cheptel laitier, de l’augmentation des revenues des éleveurs.
- Le développement les sites de monte naturelle pour les sites difficiles d’accès :
o Encadrer les éleveurs détenteurs de station de monte à l’installation du taureau de race améliorée,
o Intensifier les sensibilisations sur l’existence et l’avantage du programme,
o Encadrer les éleveurs sur la gestion technique de la station de monte, et le suivi sanitaire rigoureux,
o Conduire les modules de formations itinérantes à destination des éleveurs.
- La mise en place d’un système de suivi – évaluation du développement de la filière laitière :
o Elaborer les rapports de suivi, collecte, analyse des informations,
o Formuler les recommandations et proposer des orientations,
o Archiver les données,
o Préparer le Comité de Pilotage et le Programme Travail Annuel budgétisé.

Cependant la filière ‘aval’, c’est-à-dire de la collecte à la vente, reste encore très informelle et peu professionnalisée. Aujourd’hui le problème du débouché reste un frein à l’extension de nombreux élevages. Il convient de renforcer le circuit de transformation et de vente afin d’améliorer les conditions sanitaires ainsi que l’offre présente sur le marché.

La Coopération décentralisée entre la Région Alaotra Mangoro et le Département Ille-et-Vilaine travaille depuis 2007 sur l’amélioration du système de gestion des déchets, sur les agglomérations de Moramanga et d’Ambatondrazka.

Elle soutient l’ensemble des étapes, de la pré-collecte, à la collecte et au compostage. Le composte est conditionné puis vendu au secteur agricole pour l’amélioration des terres cultivables.

La plateforme de traitement des déchets de Moramanga a été ouverte en 2008 et celle d’Ambatondrazaka en 2013. Les quantités de collecte des déchets n’ont cessé d’augmenter, ce qui nécessite de repenser les moyens de collecte et de pré-collecte, mais aussi du développement de la vente du compost.

Les habitants et notamment les enfants sont sensibilisés à la nécessité du tri des déchets pour diminuer l’insalubrité. Cette sensibilisation se fait par les O.N.G. locales et l’association Pompiers Solidaires.


Actions envisagées
Action 1.1. Augmenter la production de lait sur le territoire pour lutter contre l’insuffisance alimentaire, créer des revenus supplémentaires au niveau des éleveurs locaux, développer une filière laitière
Action 1.2. Développer les compétences et le savoir faire dans le domaine agricole sur la région Alaotra Mangoro, et plus particulièrement dans la filière laitière
Action 1.3. Proposer une diversification de produits laitiers, maîtriser les techniques de transformation du lait, créer de la valeur ajoutée en transformant le lait et former à la transformation laitière les membres des associations de femmes
Action 1.4 : Renforcer et structurer la filière gestion des déchets des deux communes urbaines de la région Alaotra Mangoro, en améliorant la salubrité urbaine et en développant la commercialisation du compost


Objectif 2 : Poursuivre le développement du tourisme durable et diversifier les sources de revenus des populations participantes

La démarche entreprise est le développement d’un tourisme solidaire durable, source de revenus directs pour les populations participantes d’une part, mais aussi source d’échange culturel, de valorisation des héritages traditionnels et de connaissance mutuelle d’autre part.

Ce volet de la coopération s’articule principalement autour du partenariat avec l’office de tourisme de la région de la région Alaotra Mangoro (ORTALMA). Ce partenariat a pour objectif de soutenir le développement de cet office de tourisme autour de quatre axes :
 la professionnalisation par la formation des membres de l’Office et des acteurs touristiques de la région Alaotra Mangoro,
 le soutien au développement du tourisme villageois (mise en valeur de sites pilotes et des cultures locales),
 l’appui aux investissements privés pour l’amélioration de l’habitat à vocation touristique,
 le développement d’outils marketing et la présence sur les salons.


Les formations des populations participantes ont commencé au début de l’année 2009. Elles se sont orientées sur la découverte du tourisme et des touristes, les règles de l’accueil touristiques, des conseils en hygiène…
Début 2010, des cours de français ont commencé, en partenariat avec l’Alliance Française d’Ambatondrazaka, et se sont poursuivis toute l’année (70% des touristes étrangers à Madagascar sont français). Une maîtrise de base du français est en effet très importante dans le cadre d’un tourisme solidaire pour que les populations et les touristes puissent échanger et s’intéresser aux cultures réciproques. Des formations à destination des pisteurs du Parc Zahamena ont commencé à la fin du 1er semestre 2010, afin de leur permettre d’obtenir à terme leur carte officielle de guide délivrée par le ministère du tourisme et de l’artisanat. Il est en effet démontré que l’absence de guides agréés par l’organisme de gestion officiel des parcs est un frein très fort à la venue de visiteurs.
Une formation a été organisée, en 2012, avec l’Office National du Tourisme Malgache sur la gestion hôtelière, l’hébergement et la réception, la cuisine et la restauration, le service en salle, le guidage. 100 personnes ont suivi cette formation et ont obtenu le certificat de formation. Dans le cadre de la coopération, des formations en français sont données aux opérateurs en lien avec l’Alliance Française.

Des aménagements, qui profitent à la population et permettent le développement du tourisme, ont été réalisés en 2010 : point de vue et aire de jeux, réhabilitation de routes et de canaux d’évacuation des eaux, panneaux d’affichage public, latrines publiques. L’attractivité de la ville d’Ambatondrazaka sera renforcée par la réfection des routes et canaux d’assainissement du marché, notamment la zone artisanale.
Le développement touristique peut aussi s’appuyer sur la valorisation des cultures avec un appui à la commercialisation d’un artisanat riche et raffiné réalisé par une association de femmes (vanneries notamment), qui malgré leur qualité ont du mal à trouver des débouchés du fait de l’enclavement. Cependant la vente des produits en circuit direct via l’office de tourisme, permet une amélioration sensible des revenus pour les familles.

Dans le cadre de la coopération, une commission a été mise en place avec la Direction Régionale du Tourisme et l’ORTALMA pour définir les modalités d’appui au secteur privé. Pour 2012, six dossiers ont été sélectionnés. Il s’agit principalement de l’aménagement de chambres d’hôtes, de toilettes, ou encore de soutien à la rénovation de pirogues.

L’ORTALMA a participé à plusieurs évènements pour assurer la promotion de la Région (Salon du tourisme de PARIS, Salon International Tourism Fair Madagascar, Célébration nationale de la journée mondiale du tourisme).
L’ORTALMA continue également d’améliorer sa communication (amélioration du site web www.ortalma.org, édition de nouvelles brochures, panneaux de signalisation à l’entrée de la région).
Le projet implique aussi un tour opérateur solidaire français qui après l’expérience d’un premier groupe fin 2009, a confirmé son offre de tourisme solidaire sur les sites pilotes. Ce voyage trouve un écho très favorable, puisque 2 à 3 groupes de 10 personnes pratiquent chaque année un circuit, leur permettant de partager le quotidien des locaux, de découvrir la culture, la flore et la faune, en faisant vivre les populations locales.

L’ORTALMA dispose d’une équipe très dynamique qui réalise des projets structurant, que la coopération soutient et permet la réalisation sur l’ensemble de la région Alaotra Mangoro.

Le reboisement pour lutter contre l’érosion des sols est un autre axe développé dans le cadre du tourisme durable. La région Alaotra Mangoro connaît d’importants problèmes d’érosion liés à la déforestation et à la technique du brûlis. L’affaissement des sols et le déversement des boues dans les vallées entraînent l’envasement des rizières et du lac Alaotra.


Actions envisagées
Action 2.1 : Accompagner le développement de l’ORTALMA pour soutenir le développement économique du secteur touristique, le développement des compétences des acteurs locaux de ce secteur, l’amélioration des structures d’accueil des touristes, ainsi que la communication et le marketing des atouts touristiques de la région Alaotra Mangoro.
Action 2.2 : Développement de nouveaux sites pilotes d’écotourismes et la formation des acteurs des secteurs touristiques et artisanaux.
Action 2.3 : Soutenir et mieux organiser les campagnes de plantation de la Région Alaotra Mangoro


Objectif 3 : Appui institutionnel à la Région Alaotra Mangoro

Dans le cadre des actions entreprises avec la Région Alaotra Mangoro nous constatons que le Conseil général d’Ille-et-Vilaine apporte ses compétences pour contribuer à améliorer le fonctionnement de certains services publics de la Région Alaotra Mangoro. Le coordinateur forme les adjointes au tourisme et à la ferme école, ainsi que les agents de la ferme, pour les rendre autonome sur leur poste. Il structure l’organisation et formalise les méthodes de travail.

Nous envisageons dans un premier temps des actions de renforcement institutionnel dans les domaines des marchés publics et de gestion de projet. Cela pourra être élargi à d’autres domaines au fur et à mesure des besoins. Pour se faire, le Département pense mobiliser les compétences de ses volontaires, des formations pour le personnel de la Région et de la Coopération, ainsi que ses agents dans le cadre de son dispositif des congés solidaires, mis en place depuis 2007.

Par ailleurs, la Région Alaotra Mangoro bénéficie d’un Système d’Information Géographique suite à la fin du projet BVLAC de l’Agence Française de Développement. Il s’agissait d’un projet de mise en valeur et de protection des bassins versants du lac Alaotra et de l’appui au dispositif national de l’agro-écologie. Dans le cadre de ce projet, des compétences ont été acquises et des cartes ont été produites. Nous souhaitons valoriser et développer ces outils et ces compétences pour permettre à la Région Alaotra Mangoro de disposer d’outils d’aide à la décision.

Le Conseil général d’Ille-et-Vilaine a déjà développé cette action de coopération décentralisée avec la Région de Mopti (Mali). Le Système d’Information Géographique de la Région de Mopti a été renforcé dernièrement pour répondre au succès rencontré au sein de l’administration de la Région mais aussi avec les autres collectivités locales de la région de Mopti.

Actions envisagées :
Action 3.1 : Renforcer les compétences de maitrise d’ouvrage et de gestion des projets de la Région Alaotra Mangoro
Action 3.2 : Développer le Système d’Information Géographique de la Région Alaotra Mangoro
Description détaillée du partenariat
Le Département d’Ille et Vilaine et la Région Alaotra Mangoro ont signé en 2005 un accord de partenariat. Ces deux collectivités ont choisi comme thématiques de coopération et comme leviers de développement, deux filières économiques : la filière laitière (commencée en 2005) et la filière tourisme (depuis2008).

Les deux filières sont des domaines d’expertise de la collectivité territoriale bretonne. Ce sont également des axes de développement souhaités par la collectivité territoriale malgache.

L’objectif est 1) d’accompagner le développement de deux filières économiques complètes :
- Pour la filière laitière, depuis l’amont, avec l’approvisionnement en eau, la formation et l’alimentation bovine, jusqu’à l’aval, avec la transformation du lait mais aussi la valorisation des déchets et la fabrication de compost pour l’amendement des terres (production de fourrages)..
- Pour la filière tourisme depuis l’amont avec la formation et la sensibilisation des populations et acteurs locaux aux enjeux du tourisme et de la protection de l’environnement, jusqu’à l’aval avec la promotion touristique de la région et le travail en partenariat avec des tours opérateurs solidaires basés en France.
et 2) de renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage de la Région, des services déconcentrés de l’état et des partenaires associés (communes, ONG…).

Les actions en cours de développement et de structuration :

Pour la filière laitière :
- Former et appuyer l’ensemble des acteurs de la filière laitière en partenariat avec les services déconcentrés de l’Etat notamment la DIREL (Direction Régionale de l’Elevage).Un accord de partenariat a été signé entre la Région Alaotra-Mangoro, le Département d’Ille et Vilaine et la DIREL, précisant les missions de la DIREL partagées avec la Coopération et les moyens mis à sa disposition pour les exécuter.
-Mettre en place, avec la DIREL, un système de suivi-évaluation de l’insémination artificielle pour mesurer les impacts régionaux du programme d’amélioration génétique. Le programme d’insémination artificielle sur la région Alaotra Mangoro existe depuis 2007.
-Développer les partenariats avec la Ferme Ecole pour en faire un véritable centre de Formation, renforcer les capacités des salariés en langue française et en technique agrobiologique.
- Développer et diffuser des méthodes de transformation laitière sur la Région, afin de permettre notamment aux éleveurs d’atteindre des marchés plus éloignés et rémunérateurs.
- Valoriser en compost les déchets ménagers des deux communes urbaines de la région.
- Renforcer les capacités administratives et techniques des élus et des agents régionaux et municipaux.

Pour la filière touristique :
- Poursuivre le soutien financier et l’appui technique de l’Office de Tourisme de la région Alaotra Mangoro (ORTALMA).
- Continuer la formation et le renforcement des capacités en accueil touristique et langue française des acteurs locaux, qui sont avant tout des agriculteurs.
- Continuer la formation des guides du Parc Zahamena.
- Promouvoir les produits locaux, en appuyant la commercialisation.
- Promouvoir la Région Alaotra Mangoro, notamment le tourisme solidaire durable au lac Alaotra, au Parc Zahamena dans le Nord la Région et à Moramanga.
- Sensibiliser les populations à la protection et la valorisation des ressources environnementales et valoriser les cultures locales.

Pour le fonctionnement :
- Création de deux postes d’adjoint à la coordination, un(e) adjoint(e) malgache pour la filière laitière, un(e) adjoint(e) malgache pour la filière tourisme. Ces deux postes vont garantir le transfert de compétences et améliorer le suivi des actions développées dans le cadre des projets de la Coopération.


Les deux collectivités maîtres d’ouvrage ont choisi de nombreux contributeurs externes au projet parmi lesquels : les entreprises de la filière lait d’Ille et Vilaine, l’Agrocampus de Rennes, les associations de solidarité internationale d’Ille-et-Vilaine impliquées à Madagascar, la Chambre d’Agriculture d’Ille-et-Vilaine, les services déconcentrés des Ministères malgache de l’Agriculture, de l’Elevage, et du Tourisme et de l’Artisanat, L’Office National du Tourisme de Madagascar, Madagascar National Park (organisme en charge de la gestion des aires protégées), les Communes de Moramanga et d’Ambatondrazaka, le CIRAD, les ONGs AVSF, Durrell, ainsi que de nombreuses ONGs locales (FIFIFA, Défi, Madagascar Wildlife Conservation) etc.
Ces acteurs sont associés dans le cadre des comités de pilotages de la coopération.

Le projet combine des approches filières, très sectorielles, à un appui institutionnel du partenaire régional compétent en matière de développement économique. C’est un projet transversal, et basé sur des échanges d’expériences, le renforcement des capacités et le transfert de technologies.

- Action 1.1 : Augmenter la production de lait sur le territoire pour lutter contre l’insuffisance alimentaire, créer des revenus supplémentaires au niveau des éleveurs locaux, développer une filière laitière.
Objectif de l’action : Développer une stratégie territoriale pour améliorer et développer les programmes d’inséminations artificielles, en étudiant l’impact social, économique, et alimentaire, à travers l’accord de partenariat avec la Direction Régional de l’Elevage (DIREL).
Description sommaire : Plus de 250 éleveurs ont déjà bénéficié de près de 1 100 inséminations artificielles sur les trois dernières années. Nous constatons que suite aux inséminations un éleveur multiplie par trois sa production de lait avec le même nombre de vaches.
Un Protocole d’accord a été signé entre la Direction Régional de l’Elevage de la région Alaotra Mangoro, la Région Alaotra Mangoro et le Département d’Ille-et-Vilaine, au sujet du développement de la filière lait dans la région.
Ce protocole fixe les objectifs, les engagements des partenaires ainsi que les moyens mis à disposition. Ce sont à présent trois inséminateurs qui couvrent le territoire de la région, excepté quelques zones difficiles d’accès où sont prévues des montes naturelles. L’identification de leader parmi les éleveurs bénéficiaires de l’insémination artificielle va permettre de structurer la filière lait.
La société SERSIA basée à Rennes apporte une expertise technique pour le développement de ce projet.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Région Alaotra Mangoro
Maître(s) d'ouvrage
Région Alaotra Mangoro
Bénéficiaire(s)
L'ensemble des acteurs de la filière et notamment les éleveurs qui seront formés, les éleveurs impliquées dans la collecte et la transformation du lait, les services techniques de l’élevage, les services vétérinaires.Les opérateurs locaux, l'office régional du tourisme (ORTALMA), les populations locales des sites bénéficiaires des projets d’aménagementLes employés du parc Zahamena et les populations riveraines, les communautés de base riveraines de la côte est du lac Alaotra.Les écosystèmes malgaches ciblés.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région Alaotra Mangoro Madagascar Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Région Alaotra Mangoro andrianamainty fils Jean Marius andrianamaintyfils@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Région Alaotra Mangoro


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 56084 0 2005
Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine 440249 0 2005
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 97000 2005
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 0 2017
, Région Alaotra Mangoro 19000 2005




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013