Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Yaoundé"

Correspondant coopération décentralisée
Serge GRAZIANI
Courriel : serge.graziani[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Regis DANTAUX
Courriel : regis.dantaux[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui à la Communauté Urbaine de Limbé
Année de première signature de la convention
2013
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Gouvernance et démocratie locales

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2013
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
En raison du grand dynamisme qu’ont montré les responsables politiques de la Commune urbaine de Limbé dans le cadre d’un projet de soutien au collectivités locales mis en œuvre par la coopération française, l’ambassade de France au Cameroun a suggéré que des liens de coopération décentralisée puissent se nouer entre cette commune et une collectivité locale alsacienne, à l’image d’autres partenariats engagés avec des communes camerounaises.
Historique
Fin 2002, la Ville de Colmar a répondu positivement à la sollicitation de l’Ircod pour s’engager sur le long terme aux côtés de Limbé afin d’agir dans les domaines du renforcement et de l’amélioration de la gouvernance locale et de l’éducation au développement.
A l’occasion d’un séjour en France en octobre 2009, l’actuel délégué du gouvernement a rencontré le maire de Colmar. Leurs échanges ont confirmé leur volonté de travailler ensemble au développement touristique de la Ville de Limbé et de sa région. Un deuxième volet d’intervention a émergé pendant les discussions, portant sur la mise en œuvre d’une politique de sécurité civile avec deux axes d’intervention :
- Le renforcement de l’organisation locale en matière de secours aux personnes et aux biens (orienté notamment vers la lutte contre l’incendie).
- La définition d’un programme de lutte contre les inondations et la problématique des glissements de terrain.
Objectif du partenariat
Finalité : Contribuer au renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la communauté urbaine (CU) de Limbé et à l’amélioration de la gouvernance locale

- Renforcer l’organisation locale en matière de secours à la personne et aux biens
- Renforcer l’attractivité touristique du territoire de la communauté urbaine de Limbé
- Développer les capacités de maîtrise d’ouvrage communale
Description détaillée du partenariat
Sous-action 1 : Appui à la CU de Limbé pour l'élaboration et à la mise en œuvre d'une politique de sécurité civile.

Les inondations et glissements de terrain meurtriers (plus de 20 morts) qui ont endeuillé la ville de Limbé en juin 2001 ont amené les autorités à prendre des initiatives visant à réduire l’impact des risques naturels sur les populations. Ces initiatives se sont traduites notamment par la réalisation d’études (risques géologiques, hydrologiques, étude du plan d’assainissement) et par la production de documents de planification urbaine (plan de développement urbain, plan d’occupation des sols – en cours). Quelques investissements limités ont accompagné cette démarche.
Par ailleurs, des incendies dévastateurs se déclarent régulièrement dans des zones sensibles de la ville (marchés, quartiers densément peuplés) sans que les autorités aient les moyens d’intervenir rapidement de façon autonome. Il est fait appel aux moyens logistiques de la raffinerie voisine voire aux pompiers de Douala pour intervenir, ce qui génère des délais d’intervention incompatibles avec l’urgence des situations (autorisations administratives, distances).
Un expert de l’association Pompiers Alsace Solidarité (colonel à la retraite du Service départemental d’incendies et de secours – SDIS - du Haut-Rhin) a été mobilisé en 2012 pour réaliser une étude diagnostic qui a permis de définir les missions et la structuration (moyens humains, logistiques, techniques et financiers à mobiliser) d’un service de sécurité civile adapté aux besoins des habitants et aux capacités de la collectivité. Cette mission a également traité de l’organisation, du fonctionnement du service ainsi que des programmes de formation initiale et continue.
Dans le même temps, le délégué du gouvernement a engagé en 2011 une opération pilote à l’échelle du bassin versant renfermant le quartier de New Town East pour définir un programme de lutte contre les inondations en travaillant sur la gestion du risque et sur la définition des investissements à réaliser. Les acquis de cette expérience pilote doivent permettre d’étendre l’opération à l’ensemble des bassins versants de la ville, l’objectif étant d’aboutir à terme, à l’élaboration d’un schéma directeur d’assainissement pluvial de la ville de Limbé.

Activité 1 : lutte contre les inondations et les glissements de terrain.
Outre les professionnels, notamment de la ville de Colmar et de l’ONG Hydraulique sans frontières mobilisés dans le cadre de cette opération aux côtés des services techniques de Limbé, l’action prévoit également la collaboration sur le terrain de jeunes ingénieurs (stage académique d’étudiants Camerounais ou Français). Ceux-ci travailleront plus particulièrement sur l’étude et la définition d’un programme de drainage pluvial sur la voirie secondaire de la zone pilote et un programme spécifique de prévention urbaine pour éviter que la catastrophe vécue en 2001 ne se reproduise à plus grande échelle du fait de l’urbanisation illégale dans les zones à fort risques.
Des actions (IEC) d’information publique, réunions ciblées par sous-quartiers impliqués par les risques, la définition de mesures urbaines parfois drastiques et leur mise en œuvre préventive ou curative par la collectivité malgré la pression des habitants deviennent prioritaires pour que les futures études de projet ne deviennent pas rapidement caduques au regard de l’urbanisation galopante.
A cette condition seulement il est prévu de réaliser les études de projet phasé afin de permettre à la CU de Limbé de mobiliser selon les disponibilités financières locales, nationales ou internationales tous les financements nécessaires à la mise en œuvre de ce volet très sensible sur Limbé.

Activité 2 : lutte contre les incendies.
Pour accompagner la démarche de création, de structuration et de formation du corps de sapeurs-pompiers de Limbé (service de secours à la personne et aux biens), la Ville de Colmar a doté son partenaire d’un fourgon-pompe réformé de ses services de secours et d’incendie, la CU de Limbé ayant pris en charge les frais d’acheminement.
Il s’agit maintenant de poursuivre la mission d’appui à la professionnalisation, à l’amélioration et à l’efficience et de la performance de ce service. La CU de Limbé est d’ores et déjà engagé dans la construction de locaux adaptés pour abriter la brigade de pompiers et leurs équipements. L’expertise de l’association Pompiers Alsace Solidarité continue d’être sollicitée pour atteindre ces objectifs d’organisation optimisée du service et de formation des hommes qui le compose.
Le développement attendu de la ville de Limbé grâce aux investissements prévus par le gouvernement (construction d’un port en eau profonde, d’une cimenterie, d’un chantier naval) aura pour conséquence l’augmentation de la population urbaine et renforce la pertinence de cette sous-action. Il permet aussi d’espérer l’augmentation des recettes locales pour assurer la faisabilité et la pérennité des actions envisagées. L’organisation de ce service se fera aussi par la clarification des missions et la synergie d’action possible avec le service d’incendie de la société de raffinage de Limbé (SONARA). Des actions de communication vers la population permettront de vulgariser le nouveau dispositif (création d’un numéro vert).

Sous-action 2 : Appui à la CU de Limbé pour l'élaboration et à la mise en œuvre d'une politique de développement touristique.

La ville de Limbé et sa région bénéficient d’atouts naturels (paysages, plages de sable noir, jardin botanique, etc) et éco-géographiques (proximité du pôle économique de Douala, de l’aéroport international) qui participent à sa réputation de destination touristique et de loisirs. Cependant, l’offre touristique en termes d’infrastructures hôtelières, de sites aménagés, de prestations offertes au public reste relativement faible et peu organisée.
La mobilisation de l’expertise technique alsacienne depuis 2007 a permis de tracer les grandes lignes du potentiel touristique de Limbé, autant sur le plan des opérateurs (hôtels, restaurants, agences) existants que celui des sites et circuits à découvrir et à promouvoir.
L’actuel délégué du gouvernement a entrepris de relancer cette action de politique touristique en s’appuyant sur les résultats et les données issus des missions antérieures (rapports de mission, informations diverses).
L’objectif visé est de renforcer l’attractivité touristique du territoire de la CU de Limbé en proposant une offre touristique diversifiée et de qualité. L’organisation d’un service affecté à cette tâche est un préalable. Le délégué a ainsi décidé de structurer un « bureau du tourisme et des musées » (BTM) doté des moyens nécessaires à la réalisation de ses missions et dont les compétences se limiteront dans un 1er temps à l’agglomération urbaine de Limbé.
Cette nouvelle dynamique s’est déjà traduite par le recrutement de deux agents qui ont la responsabilité d’élaborer un plan d’actions pour atteindre cet objectif. La réhabilitation d’un local destiné à accueillir le BTM a été financée sur budget propre de la LCC et l’ouverture du BTM est prévue au premier semestre 2013. De même, les modalités d’implication technique et financière des acteurs du secteur touristique (tours opérateurs, hôtellerie, restauration) seront étudiés afin de susciter une réelle appropriation de cet outil de promotion.

Sous-action 3 : Appui au renforcement des capacités organisationnelles, techniques et financières de la communauté urbaine.

Activité 1 : suivi / accompagnement / expertise technique locale
L’augmentation du nombre de partenariats et la complexité croissante de leur contenu, favorable à une réelle expertise croisée nord-sud et sud-sud, a conduit l’IRCOD à renforcer son dispositif de suivi-accompagnement sur le terrain en recrutant un chargé de pôle camerounais. Ce personnel expérimenté et compétent contribue largement à l’évolution positive des différents axes de coopération engagés entre les CTD camerounaises et alsaciennes.
De par son expérience acquise lors de sa vie professionnelle antérieure dans le monde du développement local au Cameroun, et de par sa connaissance fine des partenaires alsaciens impliqués dans les coopérations développées à l’occasion de stages de formation en Alsace, il a également une posture de formateur en ce sens qu’il partage et transmet aux élus et aux techniciens municipaux camerounais des méthodes et démarches en gestion de projets.

Activité 2 : organisation des services
Cette activité sera centrée la première année sur le poste de secrétariat général, incontournable dans l’organisation des activités dans une commune de la taille d’Akono. Un diagnostic portant sur les missions et tâches prévues par la règlementation (fiches de poste types), sur celles effectivement remplies et sur les moyens mis à disposition, permettra de proposer des mesures d’ajustement en termes d’organisation plus efficiente (rédaction de fiches de procédures), de moyens techniques supplémentaires à prévoir. Des premières discussions tenues avec la secrétaire général apparaissent également des besoins de formation dans les domaines du management, de la circulation de l’information, de l’archivage et du classement des documents et de formation basique en bureautique.
A moyen terme, le maire vise la réorganisation de l’organigramme communal afin de l’adapter aux besoins actuels de la commune et de le mettre en cohérence avec les récentes évolutions règlementaires liées à la politique nationales de décentralisation (organigrammes types et missions dévolues à chaque poste). Il s’agit d’organiser des services et de recruter les personnels qualifiés au regard des missions à accomplir et du budget municipal disponible. Un regard particulier sera porté à la gestion des carrières (plan de formation, etc.).

Activité 3 : suivi / accompagnement / expertise technique locale
L’augmentation du nombre de partenariats au Cameroun et la complexité croissante de leur contenu a conduit l’IRCOD à renforcer son dispositif de suivi-accompagnement de ceux-ci sur le pôle Centre (Yaoundé, Akono, Saa, Bafia et SYCOMI) en y impliquant la collaboratrice du représentant résident de l’Ircod au Cameroun, partageant ainsi son temps entre le terrain et le suivi administratif et financier de la représentation locale. Ce personnel expérimenté et compétent contribue largement à l’évolution positive des différents axes de coopération engagés entre les CTD camerounaises et alsaciennes, notamment, mais sans exhaustive, ceux concernant le domaine socioculturel et l’éducation au développement.
De par son expérience acquise lors de sa vie professionnelle et de par sa connaissance fine des partenaires alsaciens impliqués dans les coopérations développée à l’occasion de stages de formation en Alsace, il a également une posture de formateur en ce sens qu’il partage et transmet aux élus et aux techniciens municipaux camerounais des méthodes et démarches en gestion de projets.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Bénéficiaire(s)
Bénéficiaires directs : personnels des services concernés, la commune. Bénéficiaires indirects : Ils se partagent en deux catégories en fonction des activités réalisées : les riverains des cours d’eau et les habitants des zones sensibles, acteurs du secteur du tourisme, réseaux économiques de sous-traitance ou de services et aux visiteurs grâce à l’amélioration de l’offre et des services.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Communauté urbaine de Limbé Cameroun Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Communauté urbaine de Limbé ANDREW Andrew Délégué du gouvernement limbecity@yahoo.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Ircod Icone d'une loupe



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 65000 2013
Ircod 8000 0 2013
Communauté urbaine de Limbé 20200 2014




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 2013