Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Yaoundé"

Correspondant coopération décentralisée
Serge GRAZIANI
Courriel : serge.graziani[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Regis DANTAUX
Courriel : regis.dantaux[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui à la Commune de Yaoundé VI
Année de première signature de la convention
2013
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Gouvernance et démocratie locales

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2013
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La Commune d’arrondissement de Yaoundé VI compte près de 250 000 habitants. C’est l’un des 7 arrondissements de la capitale du pays.
Dès la première année de sa création, en 1996, le maire d’alors a souhaité engager un partenariat avec une commune alsacienne. Sollicitée par l’IRCOD, la Ville d’Erstein s’est engagée en 1999 dans cette relation de partenariat de long terme.
Historique
A l’occasion de la venue du maire de Yaoundé VI en Alsace en mai 2000, trois axes de coopération ont été sélectionnés d’un commun accord par les partenaires du projet et notifiés dans une convention cadre. La pertinence de ces axes de coopération a été réaffirmée lors du voyage d’étude du maire d’Erstein au Cameroun en janvier 2004 (développement urbain, lecture publique et éducation au développement). Une rencontre entre les nouveaux exécutifs de la Ville d’Erstein et de la Commune de Yaoundé VI en novembre 2008 en Alsace a permis d’évaluer la portée des actions entreprises et de réajuster le contenu du programme de coopération. Le séjour à Yaoundé du maire d’Erstein en 2010 a permis de confirmer les orientations de cette coopération.
Objectif du partenariat
Contribuer au renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la commune d’arrondissement de Yaoundé VI et à l’amélioration de la gouvernance locale

- Améliorer l’accès aux services urbains de base et le cadre de vie des populations
- Améliorer les conditions d’hygiène et de salubrité de certains quartiers de la ville
- Promouvoir les échanges entre sociétés civiles du Sud et du Nord
Description détaillée du partenariat
Sous-action 1 : Appui à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une politique d'aménagement urbain.

Yaoundé a les caractéristiques d’une ville à très forte croissance démographique où se mêlent des quartiers à l’urbanisation maîtrisée et de plus larges zones présentant les caractéristiques d’habitat spontané (règles d’urbanisation peu ou pas respectées, niveau d’infrastructures faible). L’arrondissement de Yaoundé VI n’échappe pas à cette règle. Dans ce cadre, l’exécutif municipal a souhaité expérimenter une démarche d’aménagement de quartiers visant l’augmentation du niveau des services urbains de base et l’implication des bénéficiaires à l’élaboration du plan d’actions. Une zone pilote formés par plusieurs quartiers contigus a été sélectionné (ilot urbain de Nkolbikok ; 12 000 habitants). Plusieurs phases de travaux d’aménagement de pistes piétonnes bétonnées et de renforcement de l’éclairage public se sont succédées jusqu’à ce jour, en associant à chaque fois les habitants, organisés en comités de développement représentants les composantes sociales de l’ilot, grâce à l’action d’une ONG locale, le CEPAD, relayée depuis trois ans par les services de la commune de Yaoundé VI, notamment le bureau d’appui au développement des quartiers et les services techniques.
In fine, il s’agissait d’impliquer les services municipaux dans la production d‘un plan d’aménagement de cet ilot urbain, concertés avec les populations, et qui recouvre l’ensemble de leurs préoccupations (alimentation en eau, sécurité, assainissement, circulation, etc.). Cet objectif n’a aujourd’hui été atteint que très partiellement car l’accent a été mis sur les étapes préalables à cette structuration urbaine.

Cette action a connu pendant l’année 2011 une avancée significative du fait de l’implication d’ONU Habitat qui a mandaté une autre ONG, ERA Cameroun, dans le cadre du programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) et en lien avec le ministère camerounais en charge de l’urbanisme, pour proposer un schéma de restructuration de cet ilot urbain. Sur la base d’une démarche participative associant les habitants et les services municipaux concernés, ERA Cameroun a progressivement construit un plan de restructuration portant sur l’amélioration des services urbains de base et sur l’amélioration de la desserte de l’ilot urbain par la densification et/ou la réhabilitation de la voirie, depuis les voies structurantes jusqu’aux pistes piétonnes bétonnées. Ce module a été confié à un binôme d’étudiants ingénieurs issus de l’Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg (ENGEES) et de l’Ecole nationale supérieure de polytechnique de Yaoundé (ENSPY). Le projet prévoit de reloger dans des habitats sociaux construits sur la même zone les habitants qui pourraient être impactés par les destructions de maisons rendus incontournables par l’actualisation du tracé des voiries. Ce plan de restructuration a été validé début 2012 par l’ensemble des acteurs civils (habitants, associations de quartiers) et institutionnels impliqués (ministère en charge de l’urbanisme, communauté urbaine de Yaoundé, partenaires techniques et financiers) et son coût de réalisation est estimé à 30 millions d’euros, répartis sur une dizaine d’années. L’Union européenne a confirmé sa participation financière, ce qui incitera d’autres bailleurs de fonds à se joindre à la réalisation de cet ambitieux projet urbain dans lequel l’Ircod et ses partenaires continueront à œuvrer.

Toujours dans le domaine du développement urbain, la commune de Yaoundé VI a pris l’initiative de répondre à un appel à projets émis par l’Union européenne (ANE-AL 2012). La commune a décidé de promouvoir les espaces de participation citoyenne à la mise en œuvre de politiques publiques locales portant sur la gestion de l’environnement. L’Ircod a été associé à ce travail aux côtés d’autres acteurs locaux, partenaires au développement sur le territoire de la commune (ERA Cameroun, ASSOAL, Tam-Tam Mobile, GIC Le Vert, MSORAD) pour aider la commune de Yaoundé VI à monter son dossier. Ce dossier a été validé par l’Union européenne et la commune dispose désormais d’un financement sur trois ans pour mettre en œuvre le projet PAMOP-C (projet d’appui à la maîtrise d’ouvrage municipale et participation citoyenne). Les activités prévues dans ce projet portent sur l’organisation des services, la formation continue des personnels concernés et des élus, la gouvernance financière et la fiscalité locale (sur le modèle de ce qui est prévu à Saa – voir supra), le développement d’outils de planification, de programmation, la promotion de la participation et du contrôle citoyen (dynamisation des comités d’animation et de développement des quartiers, renforcement du processus de budget participatif initié en 2010 par l’ONG ASSOAL) et la réalisation de petits projets issus du plan local de gestion de l’environnement qui aura été élaboré.
Afin d’éviter la dispersion des efforts, la municipalité a choisi de concentrer l’action de ses partenaires au développement essentiellement sur l’ilot urbain de Nkolbikok (même si certaines actions sur financement UE concernent l’ensemble de l’arrondissement). Cette décision permet d’augmenter l’impact attendu des deux projets cités plus haut et d’améliorer la visibilité de l’action des partenaires.
La commune sollicite l’Ircod et les partenaires alsaciens pour l’accompagner dans ces efforts de structuration et l’aider à organiser efficacement l’action de ses divers partenaires en travaillant sur l’amélioration de la structuration des services concernés et par le renforcement des compétences de leurs personnels. Des actions d’accompagnement (études complémentaires) compléteront ces efforts.

Sous-action 2 : Appui à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une politique d’assainissement.

Les quartiers modernes de la commune de Yaoundé VI (Biyem Assi, Mendong, Cité Verte) ont été construits selon des règles d’urbanisme moderne mais souffrent aujourd’hui d’un mauvais fonctionnement de leurs réseaux d’assainissement induisant des conséquences néfastes sur les sphères sanitaires et environnementales (déversement des effluents sur la chaussée et dans les cours d’eau, notamment pendant les pluies).
La commune de Yaoundé VI s’était engagée au début des années 2000 dans une démarche de réhabilitation d’un réseau d’assainissement dans une zone pilote de Biyem Assi (collecteur, branchements collecteurs – habitations, station de traitement des eaux usées), en réfléchissant concomitamment aux conditions de pérennisation des nouvelles installations (entretien et maintenance, formation des agents municipaux, éducation des habitants à la bonne utilisation d’un réseau moderne). L’expertise technique de partenaires alsaciens et camerounais avait été sollicitée pour conseiller la commune dans la conduite de ce projet qui finalement s’est avéré trop ambitieux notamment du point de vue financier.
Ce dossier a été relancé à la faveur d’un appel à projet européen paru en 2010 nommé SPLASH (consortium financier à capitaux européens majoritaires) et ciblé sur des projets de recherches scientifiques dans le domaine de l’assainissement urbain. L’Ecole nationale supérieure de polytechnique de Yaoundé (ENSPY), à travers son laboratoire de recherche Energie - Eau - Environnement a candidaté en proposant un projet de recherche au bénéfice des deux collectivités de Yaoundé et de Douala. Appelé MAFADY (maîtrise des filières d’assainissement de Douala et de Yaoundé), ce projet articulé sur trois ans, apporte des réponses concrètes aux gestionnaires urbains dans le domaine de l’assainissement de base (latrines) et collectif (réseau). Initié en 2011 par l’ENSPY, chef de file d’un consortium technique et financier composé par l’ENGEES, par les deux collectivités alsaciennes de Strasbourg et Erstein et leurs partenaires camerounais – Douala IV et Yaoundé VI, par l’ONG ERA Cameroun et l’Ircod, ce projet fait l’état des lieux des techniques en matière d’assainissement de base et des expériences d’assainissement collectif. Il propose ensuite, sur la base de l’étude des pratiques de l’ensemble des maillons composant la chaîne des acteurs tout au long de la filière – de la production jusqu’au stockage et traitement des effluents -, des solutions techniquement et socialement adaptées et acceptées, peu onéreuses et durables, visant l’amélioration de l’hygiène et de la santé des populations citadines.
Sur Yaoundé VI, le projet cible particulièrement les zones de l’îlot urbain de Nkolbikok et les cités modernes. Le projet arrive à son terme en avril 2014. Sur la base des résultats scientifiques traduits en normes techniques pour intervenir efficacement dans les quartiers difficiles des deux villes, des fonds d’investissements pourront être mobilisés à la faveur de futurs appels à projets internationaux. Déjà, les deux communautés urbaines se disent très intéressées par les résultats intermédiaires obtenus et s’impliquent dans la valorisation de ceux-ci sur le terrain. Plus particulièrement à Yaoundé, ils seront repris dans le cadre du projet de restructuration urbaine de l’îlot Nkolbikok en proposant aux populations des cahiers des charges types pour la construction de latrines performantes, bon marché et respectueuses de l’environnement. En même temps, les services municipaux de Yaoundé VI seront organisés et formés pour accompagner efficacement ces évolutions.

Sous-action 3 : appui au renforcement des capacités organisationnelles, techniques et financières de la commune

Activité 1 : renforcement de la gouvernance financière et de la fiscalité locale.
Voir supra sous-action 1, projet PAMOP-C. L’une des activités prévues dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet porte sur le développement de la gouvernance financière et de la fiscalité locale, comme cela a été décrit dans l’action concernant la commune de Saa (sous-action 3, activité 1). Le terrain d’application est l’ilot urbain de Nkolbikok. Aucun moyen financier supplémentaire n’est mobilisé dans le cadre du présent appel à projets pour cette activité.

Activité 2 : suivi / accompagnement / expertise technique locale.
L’augmentation du nombre de partenariats au Cameroun et la complexité croissante de leur contenu a conduit l’IRCOD à renforcer son dispositif de suivi-accompagnement de ceux-ci sur le pôle Centre (Yaoundé, Akono, Saa, Bafia et SYCOMI) en y impliquant la collaboratrice du représentant résident de l’Ircod au Cameroun, partageant ainsi son temps entre le terrain et le suivi administratif et financier de la représentation locale. Ce personnel expérimenté et compétent contribue largement à l’évolution positive des différents axes de coopération engagés entre les CTD camerounaises et alsaciennes, notamment, mais sans exhaustive, ceux concernant le domaine socioculturel et l’éducation au développement.
De par son expérience acquise lors de sa vie professionnelle et de par sa connaissance fine des partenaires alsaciens impliqués dans les coopérations développée à l’occasion de stages de formation en Alsace, il a également une posture de formateur en ce sens qu’il partage et transmet aux élus et aux techniciens municipaux camerounais des méthodes et démarches en gestion de projets. Il enrichit les réflexions permanentes que demande l’avancée des actions grâce à sa participation aux réunions de travail, aux comités techniques et aux comités de pilotage et grâce aux relances téléphoniques et par courriels. De même, grâce à l’efficacité induite, il instaure une relation de confiance entre les différents acteurs locaux concernés par l’action contribuant ainsi à la construction de synergies favorables aux résultats de l’action. Pour finir, la qualité et la régularité du rapportage permet un meilleur suivi des actions par les partenaires alsaciens ainsi régulièrement informés et mobilisés sur le partenariat.


Sous-action 4 : appui au développement des échanges entre sociétés civiles du nord et du sud et a la mise en œuvre d’un programme d’éducation au développement.

Ce programme vise à :
- développer des relations entre acteurs de la société civile des collectivités Nord et Sud pour ancrer progressivement et de façon durable la relation de partenariat dans le paysage institutionnel des collectivités partenaires ;
- renforcer la connaissance de la culture de l’Autre à travers les acteurs concernés et les activités entreprises dans le cadre de programme ;
- promouvoir les valeurs de solidarité et de dialogue des cultures portées par la Francophonie.

Un premier volet associe des établissements scolaires de Yaoundé VI (école primaire Toche et collège des sciences et techniques industrielles - CSTI) et d’Erstein (collège Romain Rolland et école primaire Anne Franck) et s’est construit progressivement autour de diverses activités (préparation de supports de communications permettant d’échanger sur les réalités locales de chacun basés sur le choix de thèmes importants et dont l’ étude peut être valorisée et mise en pratique par les uns et les autres, échanges de courriers, échanges de supports vidéo et photos des journées locales de sensibilisation et de restitution des activités annuelles, etc.).
Ces échanges riches et dynamiques, animés localement par la collaboratrice du représentant résident de l’Ircod à Yaoundé, trouvent également un écho dans la vie sociale organisée par la commune d’Erstein en proposant à ses administrés de nombreuses animations en rapport avec le partenariat établi avec Yaoundé VI (sensibilisation à la littérature et à l’art africain, organisation de repas africain, semaine du Cameroun, etc.).
Ce volet ne fait pas l’objet de demande de financement dans le cadre du présent appel à projets.

Pour renouveler le concept, un deuxième volet vise à orienter maintenant les deux collectivités partenaires vers le développement de relations entre les Conseils municipaux des enfants (CME) qui est actif depuis plusieurs années à Erstein (dans le cadre des Villes amies de l’enfance / UNICEF) mais qui reste à organiser à Yaoundé VI (une délibération autorisant la constitution d’un CME a toutefois été prise il y a quelques années). Le maire de Yaoundé VI a formulé le vœu que le CME devienne rapidement opérationnel pour qu’il participe à son niveau à la vie de la cité et ainsi au développement d’un esprit de citoyenneté des populations de la commune dès le plus jeune âge.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Bénéficiaire(s)
Bénéficiaires directs : les personnels des services concernés, la commune, les jeunes conseillers municipaux membres des CME. Bénéficiaires indirects : les habitants de l’îlot urbain de Nkolbikok, l’ensemble de la population (meilleur service aux usagers, meilleure efficacité des services), la communauté urbaine de Yaoundé et les autres arrondissements de la ville qui pourront tirer profit de l’expérience de Yaoundé VI pour répliquer méthodes et démarches sur d’autres territoires.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Yaoundé 6ème Cameroun Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune de Yaoundé 6ème JEAN-CLAUDE Jean-Claude Maire yaounde6@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Ircod Icone d'une loupe



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 65000 2013
Ircod 19000 0 2013
Commune de Yaoundé VI 14196 2014
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 100000 2014
Ircod 1346 0 2014




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 2013