Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Chisinau"

Correspondant coopération décentralisée
Emmanuel SKOULIOS
Courriel : emmanuel.skoulios[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Emmanuel SKOULIOS
Courriel : emmanuel.skoulios[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Mise en place de projets pilotes d’assainissement dans 3 villages
Année de première signature de la convention
2014
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Eau et assainissement

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2014
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
En juillet 2007, la République de Moldavie a adopté une stratégie nationale de l’alimentation en eau et en assainissement. La Moldavie a par ailleurs ratifié en juillet 2005 le Protocole sur l’eau et la santé de la Convention de 1992 portant sur la protection et l’utilisation des cours transfrontaliers et des lacs internationaux.

La Moldavie dispose de tous les types de ressources en eau douce (rivières, lacs, eaux souterraines). La plus grande de ces ressources provient de deux rivières frontalières, le Dniestr et le Prut. Le réseau hydrographique moldave se compose de 3621 cours d’eau répartis dans 4 bassins versants parmi lesquels celui de la rivière Prut couvre environ 24% de la surface du territoire. Les eaux qui parcourent la République moldave sont principalement de transit. Les frontières entre la Roumanie et la Moldavie coïncident avec le Prut dont les débits sont importants.

La principale source d’alimentation en eau potable de la Moldavie est constituée des sources d’eau souterraine auxquelles s’alimentent 65% de la population totale du pays et 100 % de la population rurale. Parmi les sources d’alimentation de surface, le Prut est la deuxième plus importante après le Dniestr et alimente 2,8 % de la population totale du pays.

D’une manière générale, la qualité des eaux de surface des principaux cours d’eau est considérée comme modérément polluée. Néanmoins, les petites rivières restent encore très fortement polluées.

En 2005, les analyses réalisées par le Service Sanitaire Epidémiologique d’Etat révélaient qu’un taux élevé de sources et de réseaux d’alimentation fournissait des eaux non-conformes aux critères de potabilité, que 53% des échantillons prélevés par sondes artésiennes étaient non-conformes aux normes d’hygiène et que 84 % des échantillons prélevés dans les nappes phréatiques n’étaient pas conformes aux paramètres chimiques. Les eaux souterraines et les eaux phréatiques souffrent de concentration élevée en fluor, nitrate, sodium, etc. On constate également une non-conformité aux paramètres microbiologiques.

Les sources de pollution proviennent dans la plupart des cas du disfonctionnement des stations d’épuration, des déversements d’eaux non-épurées, de la gestion incorrecte des déchets ménagers solides, du secteur agricole, individuel et collectif (déjections animales accumulées dans des fosses, dépôts de pesticides inutilisables et interdites) et du secteur énergétique.

Aujourd’hui, le système d’exploitation du bassin artésien est dans un état déplorable. La stratégie nationale mentionne que : « Le haut degré de pollution, dont il souffre, est dû à un manque de rigueur dans l’administration de l’ensemble du secteur (absence de mesures élémentaires de protection, de surveillance, d’évaluations, de recherches, de planification et de ressources financières) indispensable à une bonne gestion ».

Les nappes phréatiques se trouvent à des profondeurs de 10 à 30 m et constituent la ressource principale en eau dans les zones rurales où il n’existe pas de réseaux d’eau centralisés. Or qualitativement, ces eaux ne remplissent pas les conditions de potabilité, les valeurs limites des indicateurs spécifiques physiques, chimiques, et microbiologiques étant largement dépassées.

Cet état de fait s’explique par le fait que 80% des eaux résiduelles n’ont pas été épurées par les systèmes existants (défectueux ou inexistants). Le rejet des eaux usées dans le milieu récepteur exerce une influence majeure sur la qualité des eaux naturelles. Le bassin hydrographique du Prut fait partie des situations alarmantes en Moldavie.

Le ministère de la Santé a tenu compte d’un seul critère dans la détermination des objectifs lors de l’établissement des priorités garantissant les services publics d’alimentation en eau et en assainissement des 1532 localités rurales et petites villes. Ce critère est « la santé de la population et facteurs de risque ».

La décentralisation des services publics d’alimentation en eau et d’assainissement est effective en Moldavie. Les responsabilités de l’organisation et du fonctionnement de ces services publics reviennent aux autorités administratives locales. L’élaboration de plans garantissant la sécurité d’une eau potable fait notamment partie des mesures visant l’amélioration et la qualité des services offerts. De même, l’élaboration de stratégie et de politiques locales concernant l’alimentation en eau et en assainissement fait partie des mesures pour répondre au degré insuffisant de l’équipement technique et au niveau administratif inadapté.

Le département de Nisporeni est traversé par la Nîrnova qui est un affluent du Prut. Dans la ville de Nisporeni, l’eau consommée ne répond pas aux normes de potabilité. A l’issu d’une mission effectuée en janvier 2011, le SIAAP a souhaité accompagner les autorités du département de Nisporeni dans l’appropriation de ses nouvelles compétences afin de répondre aux différents problèmes soulevés dans la stratégie nationale.
Historique
En 2011, le SIAAP en accord avec SEE et SEAM a mis en place une coopération avec le département de Nisporeni afin de réaliser un schéma directeur d’assainissement du bassin de la Nîrnova dans les limites administratives du département.

Lors de cette première phase, SEE et SEAM ont obtenu des résultats importants dans le secteur de l'eau et de l'assainissement en Moldavie. Non seulement, cette coopération a permis d’approfondir les connaissances professionnelles et aptitudes qui ont contribués au développement local, mais a également permis d’obtenir la confiance, l'ouverture et l’implication des autorités locales, des citoyens responsables et des jeunes actifs , permettant ainsi de faire un changement qualitatif dans leurs communautés.
La démarche participative mise en place par les partenaires a permis aux autorités locales de s’impliquer et de prendre part aux processus de décision, et promouvoir une attitude sociale et écologique responsable au niveau local et national.

La première phase (2011-2013) de cette collaboration internationale de la coopération décentralisée (SEE, SIAAP, SEAM, Rayon de Nisporeni) a été achevé avec succès lors de la dernière mission qui s'est tenue en Avril 2014 avec la validation unanime du schéma directeur d’assainissement du bassin de la rivière Nirnova et la reconnaissance de 3 villages prioritaires pour la mise en place de solutions techniques d’assainissement dans les écoles, ce qui est l’objet de ce nouveau programme.
Objectif du partenariat
mise en place de projets pilotes d’assainissement dans 3 villages, répondant aux recommandations du schéma directeur d’assainissement pour le département de Nisporeni, réalisé par les partenaires lors de la phase 1 de projet (2011-2013) en Moldavie.
Description détaillée du partenariat
Lors de la 2ème phase de cette collaboration (2014-2016), il s’agit, tout en continuant la sensibilisation et l’information des populations, la formation des élus et des techniciens, de mettre en place les recommandations du schéma Directeur d’Assainissement, en se focalisant sur les écoles des 3 villages qui ont été approuvés comme prioritaires, lors de la dernière table ronde des partenaires.

Les activités prévues peuvent se décliner selon les axes suivants :

- Mise en place de systèmes d’assainissement dans les écoles de 3 villages (Balanesti, Ciutesti et Vinatori) : design, matériel de construction, main d ‘œuvre, monitoring
- Campagne de sensibilisation, information : à destination du grand public, des ménages, des jeunes et des acteurs concernés
- Développement de la plateforme jeunesse avec organisation « d’école d’été »
- Session de formation à destination des élus, des experts et des encadrants de jeunes.
- Etudes comparatif sur les réseaux d’assainissement collectifs et semi collectif, afin d’établir un diagnostic pour une mise en œuvre par la suite
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Bénéficiaire(s)

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Conseil Général de Nisporeni Moldavie commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
SIAAP (Service Public de l'Assainissement francilien) commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 0 2014
SIAAP (Service Public de l'Assainissement francilien) 70000 70000 2014
Département de Nisporeni 5400 2014




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013