Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Brazzaville"

Correspondant coopération décentralisée
Marie VEILLON
Courriel : marie.veillon[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Michel PRE
Courriel : michel.pre[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui à la consolidation de la politique de développement rural du Conseil départemental du Pool à travers la structuration des filières agricoles et le renforcement de la gouvernance locale participative
Année de première signature de la convention
2010
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention
Agriculture et agroalimentaire

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2017
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Un territoire marqué par les affrontements sociopolitiques
La République du Congo a été déchirée par une guerre civile des années 1990 à 2000. Le territoire du Pool, auparavant « grenier à blé» du Congo a été particulièrement impacté par ces événements qui ont déstructuré le tissu socio-économique. Dans les districts les plus touchés, les activités productives ont été abandonnées, les cheptels décimés et les infrastructures détruites. De plus, malgré l’existence d’espaces cultivables, de pâturages naturels abondants et de conditions climatiques favorables, le secteur primaire ne parvient pas à satisfaire la demande en produits alimentaires et le pays est contraint d’importer. La coopération entre le Département du Pool, la Ville de Ribeauvillé et l’Ircod cible depuis 2010 la relance des filières agricoles et a déjà permis d’amorcer une reprise de la production dans 6 districts, reprise qui nécessite d’être consolidée pour en garantir la pérennité.

Reconstruction post-conflit et contraintes au développement économique
Le climat de sécurité et de paix s’est consolidé au Congo, y compris dans le Pool, et la situation politique est globalement apaisée. Sur le plan économique, le Congo a connu une croissance soutenue mais peu inclusive et peu pourvoyeuse d’emplois, du fait d’une économie faiblement diversifiée et reposant principalement sur le pétrole. Le Conseil départemental du Pool (CDP), comme tous les Conseils départementaux, rencontre des difficultés financières dues à la suspension de la dotation de l'Etat au budget dédié à l’investissement de ces collectivités locales, s’expliquant notamment par la dépréciation des cours du baril de pétrole. Le secteur agricole reste contraint par l’état des voies de communication, limitant les capacités de développement de certaines zones malgré un potentiel reconnu.

Evolutions institutionnelles et enjeux actuels
Le CDP, dont le territoire entoure Brazzaville et couvre environ 10% du Congo, a été créé en tant que collectivité en 2008, dans le cadre de la décentralisation amorcée en 2003 et de la reconstruction post-conflit. Le 6 novembre 2015 a été promulguée la nouvelle Constitution, adoptée par referendum le 25 octobre. Elle définit notamment le cadre juridique des collectivités territoriales, reformulant leurs compétences. Les évolutions institutionnelles à venir renforceront le processus de décentralisation et de fait la pertinence du partenariat de coopération décentralisée entre la Ville de Ribeauvillé et le Département du Pool. Ainsi le présent projet vise à ancrer le développement agricole dans une démarche globale de planification territoriale, accompagnant les processus de décentralisation.
Historique
La naissance du partenariat
Dans le cadre d’une mission de la Commission des Affaires étrangères du parlement français au Congo, en 2008, le député-maire de Ribeauvillé a rencontré les congrégations religieuses des frères marianistes de Voka et des sœurs de la Divine Providence, originaires de Ribeauvillé, ainsi que le président du Conseil départemental du Pool. Ces échanges, auxquels l’ambassade de France au Congo était associée, ont conduit à développer un projet de coopération décentralisée axé sur le développement rural, en associant l’Ircod.

Le Programme d’appui au développement agropastoral (PACD)
Le PACD a été mené de 2010 à 2012 dans 3 districts du Département du Pool, avec l’appui financier du Ministère français des Affaires Etrangères. Au sortir d’événements sociopolitiques particulièrement destructeurs dans le Pool, il était prioritaire de relancer l’agriculture, traditionnellement développée dans la zone, de manière à réamorcer un développement économique local tout en renforçant la sécurité alimentaire mise à mal par le conflit. Le PACD a permis de formuler des diagnostics agraires précis et de poser les premières bases d’une relance agricole dans 3 districts.

Le projet de Professionnalisation et structuration des filières agricoles pour le développement rural de six districts du Pool (PROFAP)
Dans le prolongement du PACD et pour en pérenniser les acquis, les partenaires ont lancé un programme de développement agricole élargi à 6 districts, avec l’appui financier de l’Union européenne. D’une durée de 4 ans (2013-2017), le PROFAP vise à l’amélioration des capacités productives, la structuration des filières céréalières, bovine et avicole et la professionnalisation des agriculteurs et éleveurs. Il permet également de poser les premiers jalons d’une véritable politique agricole sur le territoire du Pool.

2017-2018 : pérennisation et consolidation
Le présent projet vise à consolider les résultats des deux précédents projets, à les enrichir à travers un focus sur la formation des acteurs agricoles, et à les étendre sur l’ensemble du territoire du Pool (13 districts). Il s’appuie sur les éléments de suivi-évaluation du PROFAP, qui ont permis d’identifier des goulets d’étranglement et des points d’amélioration pour pérenniser les filières (notamment sur le volet aliment de bétail ou encore l’appui vétérinaire bovin). Le projet vise à approfondir la dynamique d’organisation des acteurs agricoles et à accompagner le CDP dans le pilotage du développement agricole, afin d’animer un processus de gouvernance participative du développement rural sur le territoire, de manière à alimenter la démarche de planification territoriale.
Innovation :

L’innovation du projet réside dans son approche conjuguant un appui institutionnel au CDP, dans un contexte de renforcement du processus de décentralisation au Congo, et un accompagnement technique des acteurs économiques des filières agricoles. Ceci vise à faire du Pool un laboratoire d’expérimentation dans le domaine de la relance agricole via une démarche de gouvernance participative.
Une approche innovante est également déployée en matière de développement économique, via la structuration d’un réseau d’opérateurs agricoles autour d’un noyau de fermes pilotes, qui assurent des missions de renforcement de capacités et de suivi-accompagnement des agriculteurs. Ces fermes pilotes animent la structuration de relations commerciales entre les acteurs dans la perspective d’un partenariat renforçant la confiance nécessaire au développement économique et à la consolidation du climat de paix.


Bénéficiaire(s) du projet :

Au Congo : élus et agents du CDP, éleveurs et producteurs agricoles, fermes pilotes, groupements, coopératives et unions agricoles, Centre de métayage bovin, chefs de secteur agricole, centre de formation agricole de Voka, habitants du Pool.

En France : élus et agents de la Ville de Ribeauvillé, AFDI 67, organisations professionnelles agricoles, experts et opérateurs économiques associés, Ircod et ses partenaires, élèves et enseignants du Lycée agricole d'Obernai, société civile alsacienne.
Objectif du partenariat
Sur le territoire partenaire :
Résultat global espéré dans le cadre du projet :

Le CDP dispose d'une stratégie agricole développée en concertation avec des partenaires impliqués et actifs, et reposant sur une connaissance fine des spécificités de chaque district. Les filières avicoles et bovines sont structurées, professionnalisées et leur montée en puissance technique et économique est amorcée. La sécurisation en approvisionnement en aliment de bétail de la filière avicole est améliorée et un réseau de fermes pilotes est durablement structuré pour assurer l’animation de la filière en articulation avec des groupements. La formation d’auxiliaires vétérinaires et de bouviers contribuera à professionnaliser la filière bovine, dans le cadre d’un partenariat innovant avec un programme national de relance bovine. La démarche du CDP en matière de gouvernance agricole génère des apprentissages qui alimentent la mise à jour du plan de développement territorial.

Objectifs à long terme du projet :

A long terme l'objectif est de promouvoir la croissance inclusive et durable des 13 districts du Département du Pool en contribuant à renforcer la sécurité alimentaire dans le département, en structurant des initiatives de développement économique, en consolidant la professionnalisation et la spécialisation des acteurs privés et publics des filières de l'agro écologie et en appuyant leur gouvernance territoriale. L'objectif est également de renforcer le rôle de la société civile et des opérateurs économiques aux processus de développement local, pour une croissance inclusive et durable favorisant notamment la diversification des emplois, l’amélioration des revenus et des conditions de vie des populations les plus vulnérables en milieu rural.

Actions à mettre en œuvre pour atteindre ces résultats :

Afin de pérenniser la filière avicole, le projet initiera un dispositif visant à sécuriser l’approvisionnement en aliment de bétail, renforcera les capacités des fermes pilotes assurant l’animation de la filière et accompagnera la structuration des producteurs et éleveurs en groupements organisés. Pour appuyer la filière bovine, le projet s’associera avec le CMB et assurera un suivi continu des éleveurs. Il formera des bouviers et des auxiliaires vétérinaires et appuiera la structuration des éleveurs en groupements. Le projet apportera un appui au CDP pour la mise en place et l’opérationnalisation d’une stratégie agricole sur le territoire, via une concertation locale renforcée et sur la base du diagnostic agraire des districts nouvellement intégrés au projet. Enfin, le projet appuiera la structuration du centre de formation agricole de Voka, plateforme de ressource pour les acteurs.

?
Sur le territoire français :
Résultat global espéré dans le cadre du projet :

Sur le territoire alsacien, le réseau des partenaires techniques et économiques est mobilisé de manière renforcée autour des volets techniques, stratégiques et institutionnels du projet. Les échanges avec les partenaires congolais alimentent et enrichissent les approches de travail des experts et des organisations françaises. Le dialogue interculturel et la promotion de la coopération internationale sont consolidés à travers la participation de la société civile, du grand public et plus spécifiquement des jeunes via des projets scolaires et étudiants et via l’implication de jeunes professionnels dans le projet (stage, volontaire). La visibilité du projet est renforcée en Alsace, grâce à l’organisation d’événements, notamment à l’occasion de l’accueil d’un agriculteur congolais, et via la réalisation d’actions de promotion.

Objectifs à long terme du projet :

L’objectif à long terme du projet est le renforcement du tissu des acteurs alsaciens impliqués dans le partenariat. Via l’AFDI, l’implication des organisations professionnelles agricoles sera renforcée autour des volets de structuration du monde agricole et de pilotage stratégique du développement agricole. Le projet vise aussi à long terme à associer de manière durable des opérateurs économiques alsaciens. Enfin, il vise à consolider et amplifier l’appropriation locale de la coopération, en impliquant la société civile et les habitants, en particulier les jeunes, de manière à enrichir le projet et à en faire un véritable échange entre deux territoires.

Actions à mettre en œuvre pour atteindre ces résultats :

Le projet associera étroitement les experts de l’AFDI sur l’ensemble des volets techniques et stratégiques. L’AFDI mènera une mission de terrain afin d’apporter un appui spécifique à la filière avicole. Les partenaires alsaciens accueilleront un leader agricole du Pool pour une mission de partage d’expériences et de formation autour des questions de structuration. Lors de cette mission, des échanges seront organisés avec des agriculteurs alsaciens, des jeunes du Lycée d’Obernai et le grand public, de manière à contribuer à la promotion d’échanges professionnels et du dialogue interculturel. La Ville de Ribeauvillé mobilisera la société civile autour du partenariat et encouragera les écoles à s’impliquer dans les échanges avec le Congo. Deux jeunes professionnels français seront associés, sous forme de stage et de volontariat, contribuant à enrichir le projet et alimenter les échanges.

Participation des entreprises locales françaises :

Via l’AFDI 67, partenaire de longue date, le projet associe le tissu économique agricole alsacien. L’AFDI mobilise, à travers ses réseaux au sein des organisations professionnelles agricoles, des entreprises qui mettent leur expertise au service du projet. Le volet de renforcement de la filière avicole bénéficie de l’appui d’experts en accouvage et en aliment de bétail. Le projet vise à instaurer des liens entre les acteurs économiques du Pool et des fournisseurs français en aliment de bétail : le projet accompagnera la structuration des acteurs du Pool afin qu’ils puissent se positionner en tant que partenaire économique vis-à-vis d’un fournisseur français ; il identifiera les prestataires pertinents et appuiera la mise en place d’un dispositif contractuel permettant de répondre aux besoins et contraintes, tout en fournissant les garanties nécessaires aux entreprises françaises.

Intégration des jeunes dans le montage et l’exécution du projet :

Des actions de sensibilisation dans une démarche de dialogue Nord-Sud, cibleront prioritairement la jeunesse en Alsace, notamment via le Lycée agricole d'Obernai et les écoles de Ribeauvillé. Un binôme franco-congolais de stagiaires ingénieurs agronomes participera concrètement à l'exécution du projet en réalisant un diagnostic agraire des districts du Pool nouvellement concernés par le projet. L’approche en binôme leur permettra de renforcer leur apprentissage professionnel tout en tissant des synergies et des complémentarités interculturelles et méthodologiques. Au Congo, les jeunes seront des bénéficiaires directs de l'action, puisque le développement de l’économie locale participe à leur maintien sur place en leur offrant des opportunités d’activité. Ils seront pleinement associés au projet qui vise à les appuyer pour constituer de véritables acteurs du développement économique.

Egalité femmes-hommes :

L’un des enjeux du projet est de renforcer le développement économique local inclusif du Pool. A ce titre, l’inclusion des femmes est essentielle. Elles sont particulièrement impliquées dans l’agriculture familiale et constituent une véritable ressource pour le territoire mais leur travail est rarement valorisé. Le projet s’attachera à mettre en avant leur contribution au développement agricole et à tenir compte de leurs besoins en matière d’accompagnement et de structuration. Les fermes pilotes assurant l’animation seront sensibilisées et outillées pour tenir compte des enjeux en termes d’égalité femmes-hommes. Le projet appuiera la participation des femmes aux instances de concertation et de gouvernance territoriale (promotion à la tête des groupements, intégration des associations féminines aux organes de gouvernance) afin de favoriser leur contribution dans les prises de décisions.

?
Viabilité du projet

Précisions sur la viabilité technique, organisationnelle, environnementale, financière, politique, sociale et culturelle du projet :

La viabilité politique repose sur l’engagement des collectivités dans une relation de confiance tissée au cours du partenariat, gage d’appropriation et de pérennité. La viabilité environnementale est intrinsèque au projet qui vise à structurer des filières agricoles durables et adaptées au potentiel du territoire, à travers un dispositif de formation et d’accompagnement des producteurs. Ceci permet de proposer une alternative à la surexploitation forestière, réduisant le phénomène de déforestation. L’implication financière du CDP, témoignant d’une volonté politique forte, garantit la viabilité financière. La viabilité technique et organisationnelle repose sur l’accompagnement méthodologique du CDP, le renforcement de ses capacités et l'implication des partenaires. La viabilité sociale et culturelle est liée à la mobilisation des sociétés civiles Nord et Sud, en particulier la jeunesse.


Manière dont l'(ou les) acteur(s) prévoit (prévoient) de se désengager progressivement du projet :

L’engagement de Ribeauvillé auprès du CDP s’inscrit dans le long terme pour des raisons de pérennité et d'efficience de l'action. Le projet privilégie la concertation et la mobilisation locale intégrant tous les acteurs du territoire, permettant de mettre en place un cadre durable et pérenne de dialogue local ainsi que des outils adaptés et facilement transférables. Le CDP est pleinement associé à l’ensemble des activités, notamment au pilotage stratégique et opérationnel de l’action, favorisant l’appropriation locale et le renforcement des capacités des élus. Ce projet s’attache à renforcer les aspects de réciprocité, d’échange et de partage des responsabilités entre les partenaires. Le désengagement de la collectivité Nord ne signifie ainsi pas un retrait total mais une redéfinition régulière des engagements, tenant compte des évolutions institutionnelles et des acquis du partenariat.


Communication

Avez-vous engagé pour ce projet une stratégie de communication ?

- En France : Oui
- Dans les pays partenaires : Oui

Si oui, en quoi consistera-t-elle ? Est-elle budgétée ?

La communication s'inscrit dans l’ensemble des actions afin de garantir la mobilisation des sociétés civiles et de documenter les résultats du projet. La réalisation d’un web documentaire photographique valorisant les réalisations est budgétisée. L'Ircod partagera les enseignements à travers des fiches de capitalisation et assurera une visibilité du projet par le biais de supports de communication institutionnels. Au Congo, la communication sera menée dans le Département du Pool, afin de rendre lisible le soutien aux filières agropastorales par les acteurs intéressés à un renouveau économique et organisationnel de leur territoire. La dynamique actuelle (diffusion périodique d’une lettre d’information, interventions à la radio, etc.) sera poursuivie. A Ribeauvillé, la communication sera menée via des animations autour du partenariat et les temps forts seront médiatisés dans la presse.
Description détaillée du partenariat
Liste des actions pour le projet proposé :

Intitulé Date de début Date de fin Coût total en Euros
Action 1 : Pérennisation de la structuration de la filière avicole dans le Pool février 2017 décembre 2018 16 000 €
Action 2 : Appui à la structuration de la filière bovine et accompagnement de sa montée en puissance technique et économique février 2017 décembre 2018 31 000 €
Action 3 : Appui à la mise en place d'une stratégie de développement agricole durable et concertée sur l'ensemble du Département du Pool février 2017 décembre 2018 64 600 €
Action 4 : Renforcement des dynamiques de mobilisation locale au Nord et au Sud à travers la structuration d’un lieu de ressource et d’animation agricole dans le Pool et à travers la promotion du dialogue interculturel en Alsace février 2017 novembre 2018 0 €


?
ACTION 1 - Pérennisation de la structuration de la filière avicole dans le Pool

Date de début : février 2017
Date de fin : décembre 2018

Résumé :

L’action s’inscrit dans la continuité directe du travail mené depuis 2010 par les partenaires, en vue d’initier puis de professionnaliser la filière avicole, dans 6 districts du Département du Pool. Elle vise à consolider les résultats déjà atteints et à répondre aux contraintes identifiées et analysées sur le terrain, afin de pérenniser la structuration de la filière et d’en renforcer la durabilité (en intégrant notamment des approches agro-écologiques). L’action conjugue un travail structuré sur l’approvisionnement en aliment de bétail, représentant aujourd’hui la principale contrainte à la montée en puissance de l’aviculture, sur le renforcement des capacités des fermes pilotes qui assurent un rôle de relais vis-à-vis des agriculteurs et aviculteurs dans les zones d’intervention, et sur l'accompagnement renforcé des groupements pour soutenir l’organisation des acteurs.

Déroulement de l’action :

Volet 1 : Sécuriser l’approvisionnement en aliment de bétail : diagnostic de l'AFDI et préconisations. Organisation de bourses agricoles mettant en lien producteurs et acheteurs de matières premières.

Volet 2 : Renforcer les capacités des fermes pilotes via une formation en gestion économique. Appui aux demandes de financement dans le cadre du Projet d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE). Suivi de 300 producteurs agricoles et 204 éleveurs avicoles par les fermes pilotes.

Volet 3 : Suivi continu des groupes de vulgarisation agricole pour renforcer leur structuration interne et mise en place d’un GVA des fermes pilotes pour contribuer à la structuration de la filière de production de poussins d’un jour par couveuse électrique. Mission de formation d’un agriculteur congolais en Alsace.


Présentation détaillée des activités proposées :

Volet 1 – Mise en place d’un dispositif structuré permettant de sécuriser durablement l’approvisionnement en aliment pour volaille

La filière avicole nécessite, pour être opérationnelle sur le plan technique et économique, un accès sécurisé et durable à l’alimentation. L’alimentation de volaille comporte plusieurs éléments : un apport en énergie (céréales), un apport en protéines et un apport en compléments en vitamines et sels minéraux. La fabrication de l’aliment à partir de ces composantes est assurée par les fermes pilotes sur le territoire.
Les partenaires travaillent depuis plusieurs années sur la mise en route d’une filière de production de maïs qui a déjà produit des résultats intéressants. Le présent projet permettra d’accompagner une montée en puissance de la filière maïs, en renforçant la contractualisation entre producteurs de maïs et fabricants d’aliment de bétail (sécurisation de la production). Si le volet maïs est en phase de montée en puissance, l’approvisionnement en protéines et en compléments représente un défi pour les éleveurs locaux. Cet approvisionnement est aléatoire, peu structuré et souvent non qualitatif (en termes sanitaires et nutritionnels), ce qui constitue un facteur limitant pour le développement de l’aviculture et donc, du développement économique rural.
L’une des priorités du présent projet est ainsi de mener une action en profondeur visant à identifier les goulets d’étranglement et de définir avec les parties prenantes des modalités concrètes d’accès aux compléments alimentaires. Ce volet associe les aviculteurs, les fermes pilotes qui assurent la fabrication de l’aliment de bétail, et cherchera à mobiliser des entreprises agro-alimentaires congolaises et françaises opérant dans ce secteur d’activité, tout en visant une diversification des productions locales qui réduiront la dépendance des producteurs locaux vis-à-vis de l’extérieur et contribueront à la régénération des sols (cultures de légumineuses notamment).

Les activités prévues dans ce cadre sont :

- Organisation d’une mission d’expertise de 10 jours : menée par un expert alsacien de l’AFDI, cette mission permettra de diagnostiquer de manière approfondie la problématique de l’approvisionnement en aliment de bétail et de proposer des solutions techniques et économiques à court, moyen et long termes. Cette mission intégrera notamment la question des apports en protéines et compléments vitaminiques et minéraux, analysera différentes options possibles et proposera des modalités d’organisation des agriculteurs et éleveurs qui favoriseront l’approvisionnement en intrants (mise en place de lieux de stockage collectifs, commandes groupées, etc.).

- Organisation de bourses agricoles dans les 6 districts prioritaires du projet : 3 bourses agricoles seront organisées chaque année (soit 6 rencontres) dans les districts. Ces bourses sont des rencontres d’échanges et de contractualisation entre les producteurs de maïs et les acheteurs / transformateurs de maïs (fabricants d’aliment de bétail). Elles se déroulent avant le lancement de la campagne agricole et permettent d’établir dans chaque secteur les quantités à produire, sur la base des besoins pour l’aviculture. Elles permettent d’encourager les producteurs de maïs en leur garantissant l’écoulement de leur production, de mettre en place des relations de confiance réciproque entre producteurs et acheteurs de maïs et à structurer la filière maïs / aliment de bétail.

D’autres productions que le maïs pourront être intégrées dans les bourses, en fonction du contexte de chaque secteur (soja, légumineuses), de manière à structurer et accompagner la diversification de la production locale, notamment dans le cadre de l’alimentation du bétail.


Volet 2 – Renforcement des capacités organisationnelles et d’animation locale des fermes pilotes

Au cours des précédents projets, les partenaires ont amorcé la structuration d’un réseau de fermes pilotes dans 6 districts du Pool. Il s’agit d’exploitations agricoles plus expérimentées que les autres, qui assurent un rôle de relais vis-à-vis des agriculteurs et éleveurs du territoire. Elles tiennent un rôle de leader et de référent technique local, représentant ainsi de véritables pôles de ressources pour les producteurs locaux. Elles assurent le suivi en continu des producteurs et éleveurs de leur secteur, selon les standards établis par l’Ircod, et organisent des sessions de formation à l’attention des bénéficiaires locaux. Si certaines de ces fermes ont déjà largement renforcé leurs capacités d’animation locale, elles restent toutefois fragiles et nécessitent un accompagnement dans la durée de manière à les pérenniser à la fois dans leur rôle de pôle de ressources, mais également dans leur organisation et leur gestion interne. Elles sont en effet avant tout des opérateurs économiques qui disposent du potentiel de promouvoir et d’avoir un effet levier sur l’économie locale.

Ainsi, le volet prévoit les actions suivantes :

- Formation en gestion économique des fermes pilotes : le projet cherchera à renforcer les capacités de gestion interne des fermes, en vue de les pérenniser en tant qu’opérateurs économiques « locomotives » sur le territoire. Cette formation de 4 jours sera préparée et menée en associant une expertise congolaise spécialisée dans l’appui à l’entreprenariat local. La formation sera suivie d’un appui en continu, mené par l’équipe du projet.

- Appui au montage de dossiers de demande de financement : le projet accompagnera les fermes pilotes dans la préparation et l’élaboration de demandes de financements pour l’achat de matériel et d’équipement de production et de transformation agricole, notamment dans le cadre du Projet d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE) mené par la Banque Mondiale et la République du Congo. Quatre des fermes pilotes ont déjà bénéficié de l’appui du PADE dans sa composante « formation » et ont été encouragées par ce partenaire à soumettre de nouvelles demandes de subvention. Cet accompagnement sera mené par l’équipe du projet.

- Suivi des bénéficiaires de terrain par les fermes pilotes : les fermes pilotes sont chargées d’assurer l’appui conseil en direction des producteurs et aviculteurs dans leurs districts. Au total, 300 producteurs agricoles et 204 éleveurs avicoles, identifiés et dotés en intrants de base lors d’un précédent projet, bénéficieront d’un suivi renforcé (4 fois par an) en vue de consolider leurs capacités et de pérenniser leurs exploitations. Cette action contribuera également au travail de suivi-évaluation du projet dans son ensemble, en collectant des données relatives à l’atteinte des résultats au travers de fiches de suivi. Ces données de terrain quantitatives et qualitatives sont ensuite centralisées puis analysées par la cellule projet. Les fermes pilotes mènent le suivi des bénéficiaires sous la coordination et la responsabilité de l’équipe projet qui assure l’accompagnement des fermes pilotes, la mise en place des outils de suivi, la centralisation et l’analyse des données, etc.


Volet 3 – Accompagnement de l’organisation et de la structuration des agriculteurs et éleveurs, à travers la consolidation des Groupements de vulgarisation agricole (GVA)

L’organisation des professionnels agricoles au sein de groupements constitue l’un des facteurs essentiels dans la structuration des filières et, plus globalement, dans le développement agricole. En effet, la structuration d’organes d’échanges et de mutualisation des savoirs et des ressources permet aux professionnels non seulement de renforcer leurs capacités techniques mais également de devenir de véritables interlocuteurs dans la gouvernance et dans l’économie locale (vis-à-vis des pouvoirs publics et vis-à-vis des bailleurs, créditeurs, prestataires, fournisseurs…).

Le projet s’attachera à appuyer les Groupements de vulgarisation agricoles tout au long de l’action, à travers les activités suivantes :

- Organisation d’une mission d'un agriculteur congolais en Alsace : cet accueil de 10 jours permettra à cet agriculteur représentatif des filières du Pool et leader reconnu dans sa spécialité et sur son territoire, de rencontrer des agriculteurs alsaciens ainsi que des organisations professionnelles agricoles. Il appréhendera les modalités de structuration des professionnels agricoles, ainsi que le rôle des organisations professionnelles dans la gouvernance du secteur économique de l’agriculture. Il participera également à plusieurs actions d’échanges, de promotion et de visibilité programmées dans le cadre de l’action 4.

- Suivi et appui en continu aux Groupements de vulgarisation agricoles dans les districts : cet appui sera mené par l’équipe projet et visera à renforcer la structuration interne des groupements (mise en place de modalités de gouvernance interne, expérimentation de mise en commun de ressources, appui à la mise en place de commandes groupées d’intrants, réflexion sur les statuts légaux pertinents…).Un accent particulier sera mis sur la participation des femmes et des jeunes dans ces instances.

- Mise en place d’un GVA des fermes pilotes : ce groupement contribuera également à la structuration de la filière de production de poussins d’un jour par couveuse électrique. Dans le cadre du précédent projet financé par l’Union européenne, le PROFAP, quatre fermes pilotes ont été dotée de couveuses électriques représentant au total une capacité de production de 300 poussins par mois. Devenues propriétaires de ces couveuses à la fin du précédent projet, les fermes seront accompagnées dans la définition d’une chaîne de valeur, notamment dans la maîtrise du circuit logistique (collecte des œufs à couver correctement fécondés, production de poussins d’un jour, pré-élevage et vaccination).

?
Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :

Au Congo : éleveurs et producteurs, fermes pilotes, groupements et unions agricoles, élus et agents du CDP, habitants (consommateurs) du Pool.

En France : AFDI 67, organisations professionnelles agricoles, opérateurs économiques associés, Ircod et son réseau de partenaires, élus et agents Ville de Ribeauvillé.


Résultats progressifs de l'action visés dans le cadre du projet ici et là-bas :

Au Congo : La structuration et l’ancrage de la filière agricole sont renforcés durablement sur le territoire du Pool.

A court terme
- Les goulets d’étranglement concernant l’approvisionnement en aliment de bétail sont analysés et font l’objet d’un diagnostic partagé par l’ensemble des acteurs
- Les partenaires et les éleveurs avicoles disposent d’une analyse qualitative et quantitative précise des besoins en termes d’aliment de bétail
- Les fermes pilotes identifient leurs besoins en équipement et développent, avec l’appui du projet, des dossiers de demandes de financement
- Les bénéficiaires sur le terrain sont suivis et accompagnés en continu par les fermes pilotes
- Les groupements de vulgarisation avicole sont consolidés et se structurent peu à peu

A l'issue du projet
- Les producteurs avicoles disposent d’une feuille de route à court, moyen et long terme pour l’approvisionnement en aliment de volaille
- Des fournisseurs sont identifiés et associés à l’opération, en France et au Congo
- La contractualisation entre les producteurs de maïs et les fabricants d’aliment de bétail est renforcée via les bourses agricoles
- De même, les fabricants d’aliment de bétail écoulent leur production auprès d’un réseau de petits producteurs avicoles
- Les bourses agricoles sont pleinement appropriées par les structures locales qui sont en capacité d’en assurer l’organisation
- Les capacités des fermes pilotes sont durablement renforcées, et en font de véritables pôles de ressources sur les territoires
- Un leader agricole est identifié et formé lors d’une mission en Alsace
- Les GVA disposent d’un dispositif de fonctionnement et de gouvernance opérationnel


En France : Le réseau des partenaires techniques et économiques alsaciens est mobilisé autour de la filière avicole.

A court terme
- Les experts des organisations agricoles mobilisées par l'AFDI enrichissent leurs approches de travail et leur connaissance du secteur à l’échelle internationale à travers le partage d’expériences avec les partenaires congolais
- L’organisation de l’accueil d'un leader agricole congolais renforce la mobilisation des partenaires alsaciens

A l'issue du projet
- Les acteurs alsaciens ayant participé à l’accueil en mission d'un agriculteur congolais en Alsace sont sensibilisés aux enjeux agricoles du Congo et plus généralement aux enjeux de la coopération internationale en matière de développement rural et agricole
- Le grand public est informé du projet via les actions de visibilité initiées à l’occasion de l’accueil du leader agricole congolais
- Des opérateurs économiques français sont identifiés et associés à l’action, à travers un partenariat gagnant-gagnant


Résultats progressifs de l'action visés après le projet ici et là-bas :

Au Congo :
Au cours de la prochaine phase du projet, un partenariat durable avec une entreprise agroalimentaire sera contractualisé afin d’approvisionner en aliment de bétail les éleveurs avicoles du Pool.
Le résultat visé à plus long terme est la sécurisation durable de l’approvisionnement en aliment de bétail et l’autonomisation des producteurs avicoles et des GVA (incluant en leur sein femmes et jeunes).

En France :
Au cours de la prochaine phase du projet, de nouvelles expertises pourront être mobilisées par l’AFDI au sein du réseau des organisations professionnelles agricoles alsaciennes.
Le résultat attendu à plus long terme est l’implication renforcée des organisations professionnelles agricoles et des opérateurs économiques français dans le partenariat.


Questions évaluatives :

Volet 1
Une feuille de route stratégique sur l’aliment de bétail a-t-elle été élaborée ?
Combien d'entreprises congolaises et françaises ont été identifiées, contactées et avec quels résultats ?
Combien de bourses agricoles ont été organisées ?
D'autres productions ont-elles été intégrées ?

Volet 2
Combien de fermes pilotes ont été formées en gestion économique ?
Ont-elles mené les visites de suivi et d’accompagnement ?
Combien ont soumis une demande de financement et l'ont obtenu ?

Volet 3
La mission d'un agriculteur en Alsace a-t-elle permis de renforcer ses capacités ?
Les acquis ont-ils été partagés ?
Un dispositif de gouvernance et de fonctionnement a-t-il été expérimenté avec succès dans les GVA ?
Combien de femmes et de jeunes sont impliqués dans les GVA ?
Le GVA des fermes pilotes a-t-il été mis en place et facilite-t-il la maîtrise du circuit avicole ?


Sources du suivi-évaluation :

Le suivi-évaluation sera mené en continu par les partenaires, sous la coordination de l’Ircod et selon une démarche privilégiant une approche participative axée sur l’apprentissage, l’analyse des processus et la capitalisation. Le suivi sera mené sur la base des outils développés dans le cadre du PROFAP (tableaux de suivi, réunions de suivi, rapports annuels). La mission de l'AFDI et les réunions tenues dans le cadre du projet seront documentées par des rapports, compte-rendu et témoignages, fournissant des éléments de suivi au fil des activités. Les fermes pilotes assureront le suivi en direct des aviculteurs et agriculteurs soutenus par le PROFAP et transmettront les données de suivi au chef de projet, responsable de la coordination et du suivi global des activités.
ACTION 2 - Appui à la structuration de la filière bovine et accompagnement de sa montée en puissance technique et économique

Date de début : février 2017
Date de fin : décembre 2018

Résumé :

Dans la continuité des précédents projets, l’action vise à poursuivre la relance de la filière bovine, ravagée par la guerre. Le projet poursuivra le suivi du cheptel de l’Ircod (120 bêtes) mis en place sous forme de métayage par les partenaires depuis 2012. Il consolidera la formation des éleveurs bovins, en ciblant les bouviers et des auxiliaires vétérinaires et renforcera la structuration des éleveurs et leur organisation en groupements, dont le rôle sera à terme d’assurer la représentation et le suivi-conseil des éleveurs. Le projet confortera le partenariat avec le Centre de métayage bovin, organisme étatique de relance de la filière bovine, qui continuera de renforcer le cheptel dans le Pool. L’enjeu est d’amorcer le transfert de la gestion et du suivi des cheptels en direction des partenaires locaux, à travers une démarche de mutualisation et de renforcement des capacités.


Déroulement de l’action :

Volet 1 : Renforcer le cheptel des bénéficiaires via un approvisionnement en bêtes par le CMB. Signature d'une convention de partenariat avec le CMB et définition d’un partenariat cadre entre le CDP, l’Ircod et le Ministère congolais de l’agriculture. Un technicien assurera le suivi des élevages (une visite par trimestre).

Volet 2 : Renforcer le partenariat existant avec le PADE pour la formation des bouviers assurant la gestion des élevages et des auxiliaires vétérinaires qui assureront les premiers soins aux bovins et prodigueront des conseils vétérinaires.

Volet 3 : Renforcer la structuration des éleveurs via une formation à la vie associative les sensibilisant à l’intérêt des groupements. Les GVA seront appuyés pour la définition d’un modèle de gestion afin de les autonomiser. Le technicien animera la dynamique locale et le CDP organisera des réunions de travail.


Présentation détaillée des activités proposées :

Volet 1 - Renforcement et suivi des cheptels bovins, en partenariat avec le Centre de métayage bovin

Le partenariat avec le Centre de métayage bovin (CMB) vise à maximiser les efforts en faveur de la filière bovine, en mutualisant les opérations d’approvisionnement et de suivi. Le CMB dispose d’une importante capacité d’octroi de matrices bovines au travers du travail effectué par les différents Centres d’appui techniques (CAT) dont celui de Mpassa dans le Pool, qui disposent de compétences avérées en matière de reproduction bovine. Il assurera ainsi la poursuite de l’approvisionnement bovin sur le territoire, de manière à atteindre des cheptels de 26 bêtes par éleveur. De son côté, l’Ircod a développé une réelle expertise en matière de suivi et de formation des éleveurs bovins, il assurera ainsi l’accompagnement des éleveurs en termes de suivi-conseil, tout en transférant progressivement ce volet aux acteurs locaux.

Le projet propose ainsi la mise en place des activités suivantes :

- La poursuite et la consolidation du partenariat avec le CMB : une convention de partenariat est en cours de préparation et permettra un appui conjoint sur cette filière. Il est également envisagé, sur proposition du CMB, de signer une convention cadre tripartite entre le Département du Pool, l’Ircod et le Ministère congolais de l’agriculture, renforçant ainsi l’articulation entre des actions de coopération décentralisée et les projets gouvernementaux (le CMB, le PADEF, etc.).

- Renforcer le cheptel bovin existant dans le Pool : le partenariat avec le CMB permettra de soutenir un certain nombre d’éleveurs, l’approvisionnement en bêtes étant assuré par le CMB et la formation puis le suivi par l’Ircod. Ce dispositif pourra être ouvert à de nouveaux bénéficiaires ou renforcer le cheptel de ceux ayant fait leurs preuves en matière d’élevage. Les fonds du projet ne seront pas affectés à l’achat de bétail, mais exclusivement au suivi et à la formation des éleveurs.

- Suivi des éleveurs et des cheptels par un technicien spécialisé mis en place par le projet : ce technicien, intégré à l’équipe projet, aura pour mission d'assurer le suivi régulier des élevages et animera la structuration des éleveurs (groupements de vulgarisation agricole, appui aux unions locales et départementale…). La périodicité envisagée pour le suivi est d’une visite trimestrielle par élevage, hors intervention d’urgence.

Les partenaires disposent d’un véhicule, acquis dans le cadre d’un précédent projet, qui sera mis à la disposition des activités du projet. Le projet prévoit donc un budget consacré à la rémunération du technicien, à ses déplacements de suivi (carburant, assurance, entretien véhicule), ainsi que la prise en charge de soins vétérinaires bovins.


Volet 2 –Appui à la formation d’expertises locales en suivi bovin

Sur la base de l’expérience acquise par l’Ircod, des formations seront dispensées à certains acteurs de la filière bovine, de manière à consolider des ressources humaines relais sur le territoire. L’Ircod cherchera pour cela à renforcer le partenariat existant avec le Programme d’Appui à la Diversification de l’Economie (PADE) au travers du Fonds d’Appui à Coûts Partagés (FACP), programme cofinancé par la Banque mondiale et le gouvernement congolais. Ce dernier permet la prise en charge d’une partie des coûts de formation ainsi que la mise à disposition de kits techniques aux bénéficiaires. Les fonds du projet permettront de financer une partie des formations proposées et de déclencher une aide financière du PADE en direction des acteurs locaux (effet levier).

Il a ainsi été identifié deux groupes cibles prioritaires, pour lesquels les formations suivantes seront proposées :

- Formation des bouviers : Les bouviers qui assurent la gestion quotidienne des élevages pour le compte des éleveurs bovins seront formés. Les capacités locales en conduite d’élevage sont en effet encore relativement faibles, ce qui pénalise la durabilité des élevages (faible suivi, mortalité des bêtes due à la mauvaise gestion). La formation des bouviers permettra de professionnaliser cette main d’œuvre essentielle dans la filière et de renforcer la reconnaissance de cette profession.

- Formation des auxiliaires vétérinaires : Cette activité vise à identifier 26 éleveurs locaux « leaders » (2 par district) dont les capacités techniques sont plus développées et de les accompagner pour en faire des « auxiliaires vétérinaires ». Véritables ressources humaines sur les territoires, ces auxiliaires assureront à terme les premiers soins aux bovins et prodigueront des conseils vétérinaires aux éleveurs. La formation de ces auxiliaires vétérinaires pendant 7 jours vise à autonomiser les groupements d’éleveurs sur le terrain.


Volet 3 - Renforcement de la structuration des éleveurs

En parallèle du volet formation, la dynamique visant la structuration des éleveurs sera poursuivie. Ce travail engagé dans le cadre du PROFAP trouvait ses limites dans les capacités techniques des membres des groupements agricoles. Les formations dispensées dans le cadre du volet 2 ci-dessus permettront de renforcer l’autonomisation de ces groupements.

Les activités suivantes sont prévues :

- Formation des éleveurs à la vie associative : cette formation permettra de sensibiliser les éleveurs à l’intérêt d’un regroupement et proposera des modalités de mise en œuvre (création d’une association ou d’un GIEC, actions de plaidoyer…). Cette formation sera organisée en lien avec le PADE, selon les modalités présentées plus haut (volet 2).

- Consolidation et autonomisation des GVA : les GVA dont l’un des membres aura été formé comme auxiliaire vétérinaire seront appuyés pour la définition d’un modèle de gestion. Le projet appuiera la mise en place d’un dispositif de fonctionnement permettant la prise en charge des interventions de l’auxiliaire vétérinaire (déplacements, indemnisation) et l’achat de produits vétérinaires. Les GVA seront également accompagnés pour mettre en place des outils de suivi développés par l’Ircod. Au total, l’objectif de cet axe est de responsabiliser et d’autonomiser les GVA et d’en faire de véritables unités de suivi et d’appui techniques sur le territoire. Cette activité sera animée par l’équipe projet Ircod / CDP.

- Animation du réseau des GVA et organisation des groupes de travail : le technicien de terrain animera la dynamique locale autour des GVA. Il les accompagnera dans leur organisation et leur apportera les conseils techniques nécessaires. L’un des volets prioritaires autour desquels les GVA pourront se structurer concerne l’approvisionnement en intrants pour l’élevage bovin. En outre, en articulation avec l’action 3, le CDP initiera et organisera des réunions de groupes de travail « filière bovine » associant l’ensemble des parties prenantes de la filière (Ircod, CMB, Direction de l’élevage, Union départementale des éleveurs, représentants des GVA…). Ces groupes techniques permettront la structuration du secteur, l’adoption de bonnes pratiques à l’échelle du département et contribueront ainsi au soutien apporté par le CDP aux éleveurs de son territoire.


Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :

Dans le Pool : éleveurs bovins, auxiliaires vétérinaires, groupements de vulgarisation agricole, services déconcentrés du Ministère de l’agriculture et de l’élevage, agents du Centre de métayage bovin et du Centre d’appui technique de Mpassa, élus et agents du Conseil départemental du Pool.

En France : experts et membres de l’AFDI 67, Ircod et son réseau de partenaires.


Résultats progressifs de l'action visés dans le cadre du projet ici et là-bas :

Dans le Pool : La filière bovine est relancée durablement, à partir des politiques et instances nationales soutenues localement par l’expertise de l’Ircod, en s’appuyant sur des compétences techniques formées sur le terrain et sur une amorce solide de structuration des éleveurs.

A court terme
- Le partenariat avec le Centre de métayage bovin est consolidé à travers des actions concrètes et encadré via la signature d'une convention
- Le cheptel Ircod est suivi en continu et les métayers assurent le remboursement de leur crédit bétail
- Les auxiliaires vétérinaires sont identifiés et participent à une formation
- Les bouviers sont sensibilisés à leur rôle et participent à une formation
- Les groupements de vulgarisation sont accompagnés et se structurent peu à peu

A l'issue du projet
- Le cheptel bovin est renforcé dans le Pool, tant sur le plan quantitatif que qualitatif
- Des orientations concrètes pour le transfert du cheptel Ircod en direction des partenaires locaux sont élaborées
- Les bouviers sont formés et assurent de manière professionnelle la gestion quotidienne des troupeaux.
- La contribution des bouviers est reconnue et valorisée, y compris dans les contrats de métayage
- Les auxiliaires vétérinaires sont formés et sont en capacité d’assurer le suivi vétérinaire dans leur district et/ou au sein de leur groupement
- Les groupements ont amorcé leur structuration et au moins 2 d’entre eux ont mis en place des modalités de fonctionnement interne pérennes
- Des leaders de la filière ont émergé, en capacité de fédérer les éleveurs et de les représenter, et parmi eux figurent notamment des jeunes et des femmes
- L’articulation entre l’action menée par le CDP et les politiques nationales est renforcée, via la signature d’une convention entre le CDP et le Ministère de l’agriculture


En France : Les experts et organisations professionnelles impliqués dans le projet enrichissent leur approche de travail à travers les échanges menés.

A court terme
- L'AFDI 67 poursuit son accompagnement technique des acteurs du Pool et mobilise de nouveaux experts au sein de son réseau

A l'issue du projet
- Les experts des organisations agricoles mobilisées par l'AFDI enrichissent leurs approches de travail à travers le partage de leur expérience avec les partenaires congolais


Résultats progressifs de l'action visés après le projet ici et là-bas :

Au Congo :
Au cours de la prochaine phase du projet, les acteurs locaux impliqués dans la filière bovine seront en capacité d’assurer la gestion et le suivi technique des troupeaux. La prochaine phase se focalisera sur le renforcement des aspects économiques de la filière (commercialisation).
Le résultat visé à plus long terme est l'autonomisation des éleveurs bovins et des GVA (incluant en leur sein femmes et jeunes) et la montée en puissance économique de la filière.

En France :
Au cours de la prochaine phase du projet, l'AFDI 67 renforcera son appui aux partenaires congolais, en particulier dans le domaine de la structuration des organisations professionnelles agricoles.
Le résultat attendu à plus long terme est l’implication renforcée des acteurs alsaciens dans le partenariat avec le Conseil départemental du Pool.


Questions évaluatives :

Volet 1
Combien de bénéficiaires ont vu leur cheptel renforcé ?
La participation des femmes et jeunes a-t-elle été renforcée ?
Le suivi des cheptels et des éleveurs a-t-il été mené ?
Les difficultés des éleveurs ont-elles été identifiées et traitées ?
Une convention de partenariat a-t-elle été signée avec le CMB ?
Une convention de partenariat a-t-elle été signée entre le CDP, l'Ircod et le Ministère de l'agriculture ?

?
Volet 2
Combien d’auxiliaires vétérinaires ont été formés ?
Se sont-ils approprié leur rôle ?
Combien de bouviers ont été formés ?
Des améliorations dans la filière bovine ont-elles été perçues ?
Les éleveurs sont-ils sensibilisés au rôle des bouviers ?

Volet 3
Combien d'éleveurs ont été formés à la vie associative ?
Combien de GVA sont fonctionnels (nombre de femmes et jeunes) ?
Les GVA disposent-ils des outils de gouvernance et de fonctionnement ?
Combien de groupes de travail ont été organisés et avec quels partenaires ?


Sources du suivi-évaluation :

Le suivi-évaluation sera mené en continu par les partenaires, sous la coordination et selon la démarche de l’Ircod, privilégiant une approche participative axée sur l’apprentissage, l’analyse des processus et la capitalisation. Le suivi sera mené sur la base des outils développés dans le cadre du PROFAP (fiches de suivi, alimentation d’une base de données, réunions de suivi, rapports annuels). Les missions et réunions seront documentées par des compte-rendu de mission et des témoignages. Le technicien de terrain assurera le suivi des bénéficiaires et fera un rapport régulier des avancées et difficultés tant sur un plan qualitatif que quantitatif. Le VSI chef de projet coordonnera les activités sur le terrain et préparera des notes trimestrielles développant les résultats atteints.


ACTION 3 - Appui à la mise en place d’une stratégie de développement agricole durable et concertée sur l'ensemble du Département du Pool
Date de début : février 2017
Date de fin : décembre 2018

Résumé :

Le processus de gouvernance et de pilotage concerté du développement agricole par le CDP, initié au cours du précédent projet (PROFAP), sera consolidé tout au long de ce nouveau projet avec comme objectif l'extension de cette stratégie à l’ensemble du Département (13 districts, contre 6 précédemment). Un diagnostic agraire approfondi sera réalisé dans des districts nouvellement concernés par l’intervention du projet, sous la maîtrise d’ouvrage du CDP. La démarche de concertation locale associera l’ensemble des acteurs à la définition des priorités et alimentera l'approche de planification territoriale globale menée par le CDP. L’action inclut un appui-conseil en continu mené par un chef de projet Ircod (volontaire de solidarité internationale) et par le responsable agricole du CDP, dont le rôle sera d’accompagner la collectivité dans le pilotage de sa politique agricole.


Déroulement de l’action

Volet 1 : Renforcer la stratégie de développement agricole du Pool via l’élaboration d’une feuille de route et via 2 plateformes de concertation consolidant le dialogue entre les acteurs.

Volet 2 : Diagnostic de nouveaux districts par un binôme de stagiaires franco-congolais qui analysera le potentiel et les pratiques agricoles existantes et identifiera les personnes ressources.

Volet 3 : Renforcer l’articulation avec les processus de décentralisation et de planification territoriale via un atelier de sensibilisation des élus en partenariat avec l’ONG ID.

Volet 4 : Appui-conseil en continu au CDP : 1 chef de projet (volontaire de solidarité internationale) assurera la coordination et le suivi des activités, en concertation avec le responsable agricole du CDP (ancien chef de projet adjoint du PROFAP). Les élus du CDP effectueront 4 missions de suivi sur le terrain.


Présentation détaillée des activités proposées :

Volet 1 –Renforcement et opérationnalisation de la stratégie concertée de développement agricole du Pool

L’action vise à accompagner le Département du Pool dans la planification concertée de sa stratégie agricole et dans l’élaboration d’une feuille de route opérationnelle de développement agricole et rural sur le territoire. Cette réflexion s’inscrit dans la démarche plus globale que le Département amorcera en 2016-2017 en vue de mettre à jour son Plan de développement local (PDL). L’action contribuera à alimenter le PDL en éléments de contenu stratégique, mais également en termes de méthodologie. En effet, l’animation territoriale amorcée avec les acteurs du développement agricole dans le Pool constitue une démarche pilote dont les meilleures pratiques seront capitalisées de manière à inspirer la dynamique de mise à jour concertée du PDL. L’action permettra ainsi de renforcer le dialogue entre les élus du CDP et la société civile locale, et accompagnera les évolutions en matière de décentralisation annoncées par la nouvelle Constitution de 2015.

L'activité prévue pour ce volet est la suivante :


- Organisation de 2 plateformes de concertation multi partenariales : dans la continuité de la démarche amorcée dans le cadre du PROFAP, le CDP réunira une fois par an l’ensemble des parties prenantes impliquées dans le développement agricole. Cet espace d’échange vise à consolider en continu le dialogue entre institutions, acteurs économiques et associatifs du territoire, en vue de répondre aux enjeux concrets du développement. Un accent particulier sera mis sur la participation des femmes et des jeunes dans ces instances de gouvernance et de concertation.


Volet 2 – Réalisation d’un diagnostic agraire dans 7 districts du Pool

A la demande du Conseil départemental du Pool, le projet envisagera une approche territoriale plus large que le PROFAP, en étendant son champ d'action à certains des 7 districts du Département qui n’ont pas été concernés par le partenariat. Il s’agit des districts de Kimba, Vindza, Mayama, Ngabe, Igné, Ngoma Tse Tse, Mbanza-Ndounga. L’enjeu pour le CDP est de renforcer la cohérence de sa stratégie de développement rural en s’appuyant sur l’expérience menée sur les 6 districts du PROFAP.

La première étape de cette extension du projet de développement agricole du Pool consiste en la :

- Réalisation d’un diagnostic agraire approfondi sur plusieurs de ces nouveaux districts : celui-ci sera mené par un binôme de stagiaires congolais et français qui exploreront pendant 4 à 6 mois les nouveaux districts et analyseront le tissu agricole de chaque zone. Cet état des lieux permettra de recenser les pratiques agricoles existantes, d’analyser le potentiel de chaque district et d’identifier les personnes et sites ressources sur le terrain (exploitants, fermes, pôles de compétences agricoles, leaders locaux, associations et coopératives…). L’analyse des données permettra d’élaborer un programme d’action stratégique en corrélation avec le potentiel de chaque district.


Volet 3 – Renforcement de l’articulation avec les processus de décentralisation et de planification territoriale

Le projet vise à contribuer à la démarche de planification territoriale menée par le Département du Pool, et de manière plus globale, à accompagner les processus de renforcement de la décentralisation annoncés dans la nouvelle Constitution de 2015.

A cet effet, l’activité suivante sera menée :

- Organisation d'un atelier de sensibilisation des élus en partenariat avec l’ONG ID (Initiative Développement) autour des enjeux de la décentralisation, du développement local et de la démocratie locale participative. Cet atelier pourra associer des élus du Département voisin de la Bouenza, favorisant ainsi le partage d’expériences entre collectivités.


Volet 4 - Appui-conseil en continu

Le projet prévoit la mise en place d’un appui-conseil en continu au CDP, à travers les ressources humaines dédiées au projet : un chef de projet volontaire de solidarité internationale Ircod (mis à disposition par le CEFODE) et le responsable agricole du CDP (ancien chef de projet adjoint du PROFAP, formé au cours des 4 années de mise en œuvre du PROFAP). Cette équipe technique assurera, de manière transversale, la gestion et l’animation du projet et sera garante de la cohérence de l’ensemble des actions menées.

Les activités prévues pour ce volet sont les suivantes :

- Mise en place d’un chef de projet sous statut de volontaire de solidarité internationale : il sera recruté par l’Ircod dans le cadre de son partenariat avec le CEFODE (organisme d’envoi de volontaires). Le chef de projet assurera la coordination et le suivi de l’ensemble des activités réalisées dans le cadre du projet. Il apportera un appui-conseil en continu au CDP, notamment sur le volet de renforcement de la stratégie agricole et dans une perspective de consolidation de la gouvernance locale participative. Le chef de projet animera les partenariats et coordonnera l’ensemble des ressources humaines impliquées dans le projet : technicien agricole, fermes pilotes, auxiliaires vétérinaires, etc. Il mènera sa mission en concertation permanente avec le responsable agricole du CDP avec lequel il formera un binôme.

- Mise à disposition du responsable agricole du CDP : l’ancien chef de projet adjoint du PROFAP, qui a été formé tout au long du PROFAP sera en 2017 devenu le responsable agricole du Département. Il s’agit d’un fonctionnaire d’Etat (Ministère de l’Agriculture) mis à la disposition du CDP. Le CDP mettra cette ressource humaine à la disposition du projet. Le responsable agricole constitue une véritable passerelle entre l’Ircod et le CDP, mais également entre les acteurs socioprofessionnels du territoire et le CDP. Son rôle est d’appuyer et de conseiller les élus du CDP en matière agricole, de piloter l’élaboration de la politique agricole du Pool, et d’animer la concertation locale et le dialogue avec les organisations agricoles. Il sera impliqué dans tous les volets de l’action (mise en œuvre, suivi, évaluation, coordination) et formé en continu de manière à pouvoir coordonner par la suite la mise en œuvre de la politique agricole du CDP.

- Réalisation de 4 missions de suivi-contrôle sur le terrain par le CDP : le CDP prévoit l’organisation de 2 missions de suivi-contrôle par an, visant à rencontrer les acteurs locaux et les bénéficiaires, et à appréhender et mesurer les résultats atteints par le projet. Ces missions permettront en outre de consolider l’appropriation des actions menées par les élus du Pool.


Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :

Au Congo : élus et agents du Conseil départemental du Pool, responsable agricole, groupements et unions agricoles, producteurs et éleveurs, associations locales.

En France : élus et agents de la Ville de Ribeauvillé, AFDI 67, Ircod et son réseau de partenaires, VSI chef de projet et stagiaire en fin d’études.


Résultats progressifs de l'action visés dans le cadre du projet ici et là-bas :

Au Congo : Le Conseil départemental du Pool dispose d’une stratégie agricole opérationnelle, élaborée en concertation avec les acteurs des filières et tenant compte des réalités et besoins locaux.

A court terme
- Les plateformes de concertation mobilisent l’ensemble des parties prenantes impliquées dans le développement agricole du Pool
- Le CDP dispose d’un diagnostic agraire détaillé des districts nouvellement concernés par l’intervention
- Deux jeunes ingénieurs agronomes renforcent leurs capacités et enrichissent leur expérience, dans une démarche interculturelle, à travers un stage de terrain
- Le responsable agricole du Département du Pool renforce ses capacités de coordination du développement agricole. Il est en mesure d’organiser et d’animer des plateformes de concertation, en associant l’ensemble des parties prenantes
?
A l'issue du projet
- Le dialogue entre le CDP et les acteurs du territoire est institutionnalisé via les plateformes et se concrétise par un document stratégique approprié par l’ensemble des partenaires
- Une cartographie précise du Département du Pool permet de visualiser l'existant, le potentiel et les besoins de chaque district
- Les élus du CDP sont sensibilisés au processus de démocratie locale et de gouvernance participative
- Le responsable agricole du Département du Pool a acquis le leadership nécessaire au pilotage opérationnel des activités de développement agricole menées par le CDP. Il est en mesure d’appuyer les élus dans le processus décisionnel et d’animer la préparation et l’exécution de feuilles de route techniques et financières


En France : La participation de jeunes professionnels français au projet contribue au dialogue interculturel et à la promotion de la solidarité internationale, et le réseau des partenaires Nord s’enrichit et se structure autour de l’accompagnement du Pool dans sa réflexion stratégique.

A court terme
- Deux jeunes professionnels français enrichissent leurs compétences personnelles et professionnelles via un stage et une mission de volontariat international

A l'issue du projet
- Le stagiaire et le volontaire de solidarité international, de retour en France après cette expérience, sont en capacité de partager leur expérience en direction d’autres jeunes et de participer à la promotion de la solidarité internationale
- L’accompagnement à distance de la démarche de réflexion stratégique mobilise des compétences des collectivités et organisations professionnelles alsaciennes via l’Ircod et l’AFDI 67


Résultats progressifs de l'action visés après le projet ici et là-bas

Au Congo :
Au cours de la prochaine phase du projet, le Conseil départemental du Pool sera en mesure de mettre en œuvre des programmes de développement agricole sur l’ensemble de son territoire et d’impulser un véritable développement économique et social inclusif et durable.
Le résultat visé à plus long terme est l'autonomisation du Conseil départemental du Pool en matière de gestion du développement de son territoire, dans un contexte de renforcement des compétences des collectivités locales au Congo.

En France :
Au cours de la prochaine phase du projet, le réseau des partenaires Nord s’attachera à structurer son appui sur les aspects stratégiques de la mise en place d’une politique de développement local dans le Pool et à accompagner en parallèle la structuration d’organisations professionnelles agricoles partenaires de la collectivité.
Le résultat visé à plus long terme est le renforcement du tissu des acteurs alsaciens impliqués dans cette coopération.


Questions évaluatives :

Volet 1
Une feuille de route opérationnelle de développement agricole a-t-elle été élaborée ?
Les plateformes de concertation ont-elles eu lieu ? quels partenaires y étaient présents ?
Femmes et jeunes ont-ils été impliqués dans ces instances de gouvernance participative ?

Volet 2
Un diagnostic agraire a-t-il permis d’analyser le potentiel et les besoins en développement agricole ?
Les capacités professionnelles des 2 jeunes stagiaires ont-elles été renforcées dans une dynamique de complémentarité ?

Volet 3
Combien de participants ont assisté à l’atelier de sensibilisation des élus ?
Quels sont les principaux apprentissages issus de l’atelier ?

Volet 4
Le responsable agricole du Pool est-il en mesure d’animer les partenariats locaux, d’organiser la concertation sur le terrain, de préparer des feuilles de route techniques et financières et d’appuyer les élus dans les processus décisionnels ?


Sources du suivi-évaluation :

Le suivi-évaluation sera mené en continu par les partenaires, sous la coordination de l’Ircod, privilégiant une approche participative axée sur l’apprentissage, l’analyse des processus et la capitalisation. Des réunions périodiques au sein du CDP donneront lieu à la production d’un compte-rendu et permettront à l’Ircod de faire part des avancements du projet. Des visites de suivi-contrôle des activités par le CDP financées en propre seront également réalisées deux fois par an. Les ateliers et plateformes seront documentés par un compte-rendu et des témoignages. Les stagiaires prépareront un rapport de stage exposant le diagnostic agraire. Le responsable agricole du CDP et le VSI chef de projet assureront le suivi des activités sur le terrain et prépareront des notes trimestrielles présentant les résultats atteints. Des comités de pilotage annuels seront tenus au Nord et au Sud.

?
Action 4 : Renforcement des dynamiques de mobilisation locale au Nord et au Sud à travers la structuration d’un lieu de ressource et d’animation agricole dans le Pool et à travers la promotion du dialogue interculturel en Alsace

Date de début : février 2017
Date de fin : novembre 2018

Résumé :

Cette action vise à consolider la mobilisation locale sur les deux territoires partenaires. Dans le Pool, l’action se focalisera sur l’appui à la structuration du centre de formation et d’animation agricole de Voka, lieu de ressources pour les agriculteurs et éleveurs du Pool, notamment les jeunes. En Alsace, une démarche de promotion du partenariat et, plus généralement, des échanges interculturels sera pilotée par la Ville de Ribeauvillé, l’AFDI 67 et l’Ircod, et associera le Lycée agricole d’Obernai.


Déroulement de l’action :

Volet 1 : Structurer le centre de formation et d'animation agricole de Voka : référentiels de formation produits avec le soutien des experts de l'AFDI et du Lycée agricole d’Obernai ; appui en continu, par l’équipe projet, à la structuration administrative et financière et à l’organisation des formations via un appui au montage de demandes de financement.

Volet 2 : Renforcer la visibilité du projet en Alsace à travers un événement de mobilisation de la société civile et du grand public à Ribeauvillé, une conférence sur l’agriculture au Congo par l’AFDI, un projet de classe élémentaire autour du partenariat, un Projet d’initiative et de communication (PIC) par un groupe d’étudiants en classe de BTS au Lycée agricole d’Obernai et la mise en place de synergies avec Bennwihr, commune voisine de Ribeauvillé, engagée dans un partenariat de coopération décentralisée avec une commune sénégalaise.


Présentation détaillée des activités proposées :

Volet 1 – Appui à la structuration du centre de formation et d'animation agricole de Voka

La ferme de Voka dirigée par la Fondation Marianiste a pour ambition de développer un centre de formation et d'animation agricole qui proposera dans le département du Pool des formations professionnelles répondant aux besoins des agriculteurs et éleveurs locaux. Le bâtiment qui hébergera le centre est en cours de construction et sera opérationnel d’ici 2017. Le projet vise à accompagner le lancement des activités de formation du centre ainsi que sa structuration organisationnelle.

Les activités prévues pour ce volet sont les suivantes :

- Appui en continu à la mise en place du programme de formation professionnelle agricole : le centre de Voka fera l’objet d’un appui en continu de la part de l’équipe projet en vue de développer des modules et des programmes de formation. Ces programmes seront adaptés au public cible et seront élaborés en complémentarité de l’offre de formation existant déjà dans le département.

- Appui à la structuration administrative et financière du centre de Voka : l’équipe projet accompagnera le centre dans la perspective d’une structuration interne pérenne, à travers un appui-conseil sur la gestion budgétaire, la programmation financière des activités et une réflexion sur les ressources humaines. L’équipe projet appuiera le centre pour la préparation d’un dossier PADE (Banque Mondiale) en vue de financer des activités de formation et/ou des équipements.


Volet 2 – Renforcement de la visibilité du projet et mobilisation de la société civile autour du projet en Alsace

Les partenaires alsaciens s’attacheront à promouvoir le projet et à consolider la visibilité de la coopération avec le Pool, via des actions d’information du grand public et à travers des projets impliquant la jeunesse. L’enjeu de cette approche est de renforcer l’appropriation de cette coopération par les citoyens, de fédérer la société civile autour du partenariat et d’encourager le dialogue et les échanges interculturels.

Les activités prévues dans ce cadre sont :

- Organisation d’un événement de mobilisation de la société civile et du grand public à Ribeauvillé : cette opération rassemblera les organisations associatives locales impliquées à l’international afin de faciliter les échanges d’expériences et de promouvoir la culture de la coopération. Les modalités précises de cet événement restent à déterminer (table ronde, conférence ou exposition).

- Organisation d’une conférence sur l’agriculture au Congo par l’AFDI : cette conférence s’adressera à un public d’agriculteurs et d’organisations professionnelles agricoles, et présentera des retours d’expériences des experts AFDI qui participent au projet. Cet événement se déroulera au cours de la mission de l'agriculteur congolais en Alsace (Cf. Action 1), de manière à renforcer le partage d’expériences Nord-Sud en termes de techniques agricoles et de structuration du monde agricole.

- Appui à la réalisation d’un projet scolaire autour du partenariat avec le Congo : la Ville de Ribeauvillé soutiendra la mise en œuvre d’un projet de classe élémentaire en lien avec le Congo. Ce projet sera défini par les enseignants et visera principalement à sensibiliser les élèves à l’échange interculturel. Il donnera lieu à une visibilité du partenariat via une restitution sous forme d’exposition ou de spectacle.

- Appui à la réalisation d’un « Projet d’initiative et de communication » (PIC) au sein du Lycée agricole d’Obernai, partenaire du projet : un groupe d’étudiants en classe de BTS ACSE (Analyse et conduite des systèmes d’exploitation) développera et mettra en œuvre un projet de communication autour de l’agriculture dans le Pool. Le support et l’approche seront laissés à leur initiative, afin d’assurer l’engagement et l’appropriation des jeunes. Le projet pourra comporter des échanges avec des étudiants congolais, notamment via les réseaux sociaux. Il donnera lieu à la réalisation d’un support de visibilité (exposition, vidéo…).

- Les partenaires prévoient également la réalisation d’un support de communication qui documentera les réalisations du projet, notamment à travers une approche photographique.

- Enfin, le projet renforcera la mise en place de synergies avec la Commune de Bennwihr, voisine de la Ville de Ribeauvillé, qui est engagée depuis 10 ans dans un partenariat de coopération décentralisée avec une commune sénégalaise. Les échanges entre collectivités engagées à l’international porteront sur des partages d’expériences, notamment en termes de mobilisation de la société civile et de promotion des partenariats. Des liens pourront être tissés entre les écoles de Bennwihr et de Ribeauvillé autour de leurs projets respectifs.


Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :

Au Congo : agents du centre de formation et d'animation agricole de Voka, agriculteurs et éleveurs du territoire du Pool, groupements et unions, habitants du Pool, élus et agents du CDP.

En France : société civile locale, écoliers et enseignants de Ribeauvillé, étudiants et enseignants du Lycée agricole d’Obernai, organisations professionnelles agricoles et membres de l’AFDI.


Résultats progressifs de l'action visés dans le cadre du projet ici et là-bas :

Au Congo : Le Pool disposera d’un centre de formation agricole et d’animation rurale structuré et opérationnel, qui formera les agriculteurs et éleveurs du territoire, notamment les jeunes.

A court terme
- Le centre de formation et d'animation agricole de Voka dispose d’un programme de formation et organise ses premières sessions de formation.
- Un dispositif de gestion pédagogique, administrative et financière est élaboré.

A l'issue du projet
- Le centre de formation et d'animation agricole de Voka est opérationnel tant au niveau de son équipement, que du développement des modules de formation.


En France : La visibilité du projet est renforcée et la société civile est mobilisée autour de la coopération.

A court terme
- Le grand public et la société civile sont informés du projet.
- Des échanges Nord-Sud sont tenus lors de l’accueil d’un agriculteur congolais en Alsace, contribuant au dialogue interculturel et à l’échange d’expériences sur le plan agricole.
- Des échanges sont menés avec la Commune de Bennwihr et des partages d’expérience sont amorcés.

A l'issue du projet
- Les agriculteurs et organisations professionnelles agricoles alsaciens ont enrichi leur approche à travers les échanges menés au cours du projet.
- La société civile de Ribeauvillé est associée au partenariat à travers les divers événements organisés.
- Des écoliers, lycéens et étudiants s’investissent dans le projet, à travers des activités pédagogiques et de communication, contribuant à la visibilité du projet et au renforcement de l’adhésion des jeunes générations aux valeurs de la solidarité internationale.
- Le grand public est sensibilisé à la richesse de l’échange interculturel et de la coopération internationale.


Résultats progressifs de l'action visés après le projet ici et là-bas :

Au Congo :
Au cours de la prochaine phase du projet, le centre de formation professionnelle agricole de Voka sera appuyé pour pérenniser sa structure de gestion et ses ressources humaines, et pour mettre en place, en partenariat avec le Ministère congolais de l’agriculture, un dispositif de qualification reconnu officiellement.
Le résultat visé à plus long terme est l'autonomisation du Centre de formation et d'animation agricole de Voka, tant sur le plan du contenu des formations que sur le plan de la gestion financière.

En France :
Au cours de la prochaine phase du projet la société civile de Ribeauvillé participera activement sur son territoire à la promotion du partenariat avec le Conseil départemental du Pool.
Le résultat attendu à plus long terme est l’implication renforcée des acteurs de la société civile, qui constitueront ainsi une véritable force de proposition dans le partenariat.


?
Questions évaluatives :

Volet 1
Le bâtiment hébergeant le Centre de formation agricole de Voka est-il opérationnel ?
Le programme de formation professionnelle agricole a-t-il été expérimenté ? Répond-il aux besoins du public et est-il complémentaire à l'offre déjà existante sur le territoire ?
Un modèle de gestion administrative et financière est-il opérationnel ?
Un dossier de demande de subvention PADE a-t-il été développé ?
Combien de personnes participent aux formations organisées ?

Volet 2
Combien d'associations ont été impliquées et de quelle manière ?
Combien de participants ont assisté à la conférence de l’AFDI ?
Quels ont été les centres d’intérêts dans les échanges ?
Un projet scolaire a-t-il été développé pour promouvoir le partenariat ?
Quels ont été les apprentissages des étudiants mobilisés dans le PIC et comment les ont-ils partagés ?
Des synergies se sont-elles initiées avec Bennwihr ?
La visibilité du projet est-t-elle renforcée ?


Sources du suivi-évaluation :

Le suivi-évaluation sera mené en continu par les partenaires, sous la coordination de l’Ircod, privilégiant une approche participative axée sur l’apprentissage, l’analyse des processus et la capitalisation. Le suivi-accompagnement sera conduit au travers de visites de terrain et de réunions de coordination. Les missions, réunions et tables rondes seront documentées par un compte-rendu et des témoignages. L’Ircod prendra part aux rencontres et événements organisés en France et contribuera à la capitalisation de leur contenu. Le VSI chef de projet assurera le suivi des activités sur le terrain et produira des notes trimestrielles détaillant l’avancée des activités. Des comités de pilotage annuels seront tenus au Nord et au Sud.

?
MUTUALISATION, COORDINATION ET SYNERGIE

Fil rouge du projet et articulations des actions entre elles :

Le projet consolidera et élargira les acquis du PACD et du PROFAP. Il renforcera les résultats techniques et économiques des filières agricoles des 6 districts concernés et étendra la réflexion à tout le territoire du Pool à travers un accompagnement structuré du CDP dans la mise en œuvre de ses compétences en termes de développement rural. Les actions 1 et 2, complémentaires, visent à la professionnalisation des filières avicoles et bovines sur des volets ciblés et à la structuration des producteurs / éleveurs de manière à augmenter leurs capacités à travers une approche collective. L’action 3 accompagne le CDP dans le pilotage de sa stratégie de développement agricole via un dispositif de concertation associant les acteurs locaux structurés en organes représentatifs. L’action 4, transversale, associe les sociétés civiles Nord et Sud via des événements de visibilité et de mobilisation.

Synergie et complémentarité de ces actions avec d'autres projets :

- Projets de la coopération française :

Le projet est en cohérence avec les grandes orientations de la coopération française au Congo sur les questions de gouvernance et d’amélioration des conditions de vie des populations locales. Le projet s’inscrit en synergie avec les autres projets de développement menés par des organisations françaises au Congo et notamment dans le Pool. Des complémentarités sont tissées, en particulier avec l'ONG française Initiative Développement, partenaire du projet, autour des questions de renforcement de la gouvernance locale et de l’appui aux élus du Conseil départemental du Pool. Dans une dynamique de promotion des interactions entre acteurs, des échanges et regards croisés avec d’autres coopérations décentralisées menées au Congo pourront s'opérer au cours de ce nouveau projet.

- Projets avec d'autres bailleurs de fonds bilatéraux ou multilatéraux, projets d'ONG, programmes des structures publiques et parapubliques locales :

Le projet est en conformité avec les priorités du plan cadre des Nations Unies au Congo (2014-2018), notamment en termes de gouvernance et d'accompagnement du processus de décentralisation à travers le renforcement des compétences des collectivités locales, mais aussi sur le volet du développement social et de la sécurité alimentaire. Le projet s’inscrit en parfaite synergie avec le Programme Indicatif National de l'Union européenne au Congo (2014-2020) vis-à-vis de deux des trois objectifs stratégiques : diversifier l'économie et créer des emplois décents ; contribuer au développement local et renforcer les pouvoirs locaux. Enfin, le projet répond aux priorités nationales congolaises qui mettent l'accent, à travers le Plan de développement national (2012-2016), sur la promotion d’une croissance économique diversifiée, inclusive et créatrice d'emplois et sur la consolidation de la paix.

- Stratégies régionales et/ou locales en France :

Le projet tissera des liens avec le partenariat mené par la commune de Bennwihr (voisine de Ribeauvillé) avec une commune sénégalaise, de manière à renforcer les partages d’expériences croisés et à promouvoir la culture de la coopération en Alsace. En outre, tout au long de son exécution, le projet cherchera à renforcer les synergies avec d’autres coopérations décentralisées menées au Congo, afin de favoriser le partage d’expériences et de consolider les complémentarités. L’implication de l’Ircod, dont le rôle est de fédérer et de mutualiser les actions de coopération des collectivités alsaciennes, permettra de faciliter ces synergies, dans le contexte de la grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

- Adhésion à un réseau régional multi-acteurs français :
Etes-vous adhérant à un Réseau régional multi-acteurs français : Oui

La Commune de Ribeauvillé adhère depuis 2008 à l’Ircod, organisation associative qui fédère les collectivités alsaciennes impliquées à l’international. Chef de file d’un réseau régional multi acteurs, l’Ircod anime le réseau des partenaires de la coopération internationale en Alsace et participe régulièrement à des manifestations concernant la solidarité internationale. L’Ircod est membre de nombreux réseaux régionaux et nationaux (Cités unies France, PS-Eau…) et partage régulièrement son expérience avec d’autres acteurs, en associant les collectivités impliquées.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
IRCOD
Maître(s) d'ouvrage
Ribeauvillé
Bénéficiaire(s)
Département du Pool au Congo

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Département du Pool Congo, Rép. commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Département du Pool SAROUISSE GAEL Conseiller financier gaelsarouisse@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Ribeauville commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 47600 2017
Ribeauville 27600 0 2017
AFDI67 10000 2017
REGION ALSACE 20000 2017
Conseil Départemental du Pool au Congo 36100 2017




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013