Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Projet Ombrage - Ecoles vertes
Année de première signature de la convention
1986
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Protection / Gestion de l'environnement / Biodiversité
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2016
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La commune d’Agnam est une ex-communauté rurale ; elle rassemble 16 villages et 28 hameaux, elle se situe dans l’arrondissement d’Agnam-Civol, département de Matam, à 650 km de Dakar, 60 de Matam, au bord du fleuve Sénégal.
La population, 26000 habitants environ, est d’ethnie Peul à 99 % et majoritairement de religion musulmane ; elle connaît une croissance annuelle de 5 % et compte autant d’hommes que de femmes. Les enfants de 5 à 10 ans constituent la tranche d’âge la plus nombreuse, ce qui explique et justifie les efforts faits depuis plus de 20 ans en matière d’éducation.
Situation géographique : La commune s’étend, du nord au sud, sur trois zones : le « Dandé mayo », au plus près du fleuve (riziculture, élevage, pêche) ; le « Ferlo », zone intermédiaire (élevage et culture) et le « Diéri », zone semi aride dédiée à l’élevage extensif.
Douze villages (+ de 90 % de la population) se situent dans le « Ferlo », le long du «Goudron», la RN2, sur 24 km, quatre dans le « Diéri », de sédentarisation récente ils nécessitent la mise en place de nombreux équipements collectifs (puits, école, poste de santé, etc.).
Activités économiques : L’élevage extensif est l’activité traditionnelle des Peuls et encore la plus répandue. D’importants efforts de maraîchage ont été faits (avec succès) par des GIP féminins ; aucune industrie, mais un artisanat vigoureux lié aux activités agricoles. A noter enfin, la création récente d’une petite entreprise de mise en bouteille d’eau de source.
L’éducation : Grâce aux efforts de l’Etat et de nombreux partenaires, tous les villages sont dotés d’écoles élémentaires ; quatre collèges accueillent environ 400 nouveaux élèves par an, un lycée, aux résultats brillants, a été inauguré en 2013 et un centre de formation professionnelle est en construction. Ces équipements de proximité ont permis aux jeunes filles d’accéder à l’éducation dans les mêmes pourcentages que les garçons. Aucun établissement scolaire et presqu’aucune structure de santé ne bénéficie d’un système de lutte contre le rayonnement solaire.
Historique
A l’origine : Une décision unanime du Conseil Municipal d’Hérouville qui décide, en 1985, de rechercher un partenaire de coopération à l’Est – ce sera Tikhvine, Russie- et un au Sud, ce sera «Les villages d’Agnam ».
Un premier pas : 1986. Le premier grand projet fut la construction du réseau d’eau (1987) : 22 km de canalisations, 2 forages et 2 châteaux d’eau. Ce réseau, que notre ville a cogéré, pendant plus de 10 ans, est toujours le vecteur essentiel de la distribution d’eau à Agnam.
La longue marche de l’Education : parce que nous étions persuadés, comme les responsables sénégalais, que l’avenir du développement du Sénégal passait en grande partie par l’éducation, nous avons œuvré à son développement pendant 15 ans, en appui à l’Etat sénégalais et à notre partenaire, accompagnés par l’OSIM ALDA (des migrants d’Agnam). Deux réalisations majeures : un CEM 600 en 2006 et une active participation à la construction du lycée, en 2013, aux côtés du dispositif PAISD. Il est clair qu’en raison du taux de croissance de la population à Agnam (+ 5 % par an), il faudra recalibrer les établissements scolaires entre 2018 et 2021. Nous y songeons déjà !
Le Plan Agnam Emergent, PAE, élaboré en 2014/2015 : ce document présente l’ensemble des objectifs de développement et cite, à propos de l’éducation : «continuer à équiper les établissements scolaires en intrants de qualité».
Or, lors des missions d’Hérouville à Agnam, la ville est régulièrement sollicitée pour construire des préaux et protéger les élèves, ce qui nous a conduits à privilégier cet axe d’intervention et choisir la création d’ombrages.
La commune d’Agnam compte 20 écoles élémentaires, 4 collèges d’enseignement moyen, un lycée et un centre de formation professionnelle, et, dans un autre domaine, une douzaine de structures de santé.
C’est dire si la tâche est importante et devra mobiliser nos énergies pendant de longues années, dire aussi l’impérieuse nécessité de l’étude de faisabilité qui va se réaliser « en marchant ».
Objectif du partenariat
- Lutter contre la chaleur et les dangers du rayonnement solaire par la création de zones ombragées de grande taille
- Lutter contre les conséquences néfastes des dérèglements climatiques
? Résultat global local : créer en quelques années dans les cours des écoles de Lidoubé et Godo (plus de 200 élèves chacune) un espace ombragé d’environ 1000m2, plantés de neems qui constituent un répulsif contre beaucoup d’insectes.

Au-delà de la création des zones d’ombre, nous visons à développer :
- Le sentiment d’appartenance des élèves et parents en faveur de l’école.
- L’économie locale et l’autonomie d’action des structures de base que constituent les villages.
- Nous espérons aussi, un effet d’exemplarité si notre expérimentation réussit en vue d’un développement durable de l’ensemble de la commune.
- Enfin, la preuve de faisabilité et le pronostic de succès nous conduiront à étendre progressivement à toutes les écoles et structures de santé, la création de zones ombragées.
Description détaillée du partenariat
Lors de leurs missions à Agnam, les représentants d’Hérouville Saint-Clair sont souvent sollicités par des écoles ou des structures de santé pour venir en appui à la construction de préaux qui protègent élèves ou patients des rayonnements solaires.
Pour apporter une réponse durable aux défauts des préaux (chaleur, coût, fragilité…) à titre expérimental et dans deux écoles, nous proposons d’aider à la création d’ombrages, mis en place et entretenus par les bénéficiaires et leurs familles.

Planter des arbres dans des cours d’écoles n’est pas nouveau dans la région de Matam mais c’est une première à, Agnam. L’originalité du projet réside dans deux démarches essentielles :
- S’appuyer complètement sur le tissu économique et social local : un GIE horticole va assurer la gestion, la cohérence technique de plantation et le suivi à 3 ans ; l’école c’est-à-dire élèves, parents et enseignants, les femmes du GIE (aussi parentes), le fabricant de grillage, le chef de village vont tous travailler ensemble sur ce projet pour le faire naître et pour le rendre durable.
- Par une étude participative et soigneuse en amont, nous pensons remplacer l’étude de faisabilité par une expérimentation « grandeur nature » sur 2 sites différents : Lidoubé et Godo et recueillir ainsi des informations fiables pour une poursuite de cet effort de plantation.

Cette démarche expérimentale se substitue à une étude de faisabilité en vue de généraliser le procédé, progressivement à toutes les écoles et les structures de santé.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Bénéficiaire(s)

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Communauté Rurale Agnam Sénégal Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Herouville Saint Clair Icone d'une loupe



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 0 2016
Herouville Saint Clair 5000 0 0 0 2016




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 2013