Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Coopération SANDIARA / VALTOM
Année de première signature de la convention
2018
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Déchets

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2018
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
30/09/2019
Contexte
Doté d’une croissance économique de l’ordre de 7% depuis plusieurs années, le Sénégal est l’un des pays les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest. Cependant cette croissance économique est assortie d’une croissance démographique également importante (2.9 % /an), croissance que les services de base aux populations ne parviennent pas toujours à suivre. Parmi les services de base les plus en retard, nous nous focaliserons sur la collecte et la gestion des déchets, souvent inexistantes dans les villes secondaires et en milieu rural.
Conscient de « la nécessité d’instaurer une salubrité universelle pour accroitre l’attractivité et la compétitivité du Sénégal en vue de l’émergence visée en 2035 », le Gouvernement sénégalais a instauré, en 2013, un « Programme National de Gestion des Déchets » (PNGD) destiné à « contribuer de façon significative à la satisfaction de la demande sociale, en termes de propreté, de création d’emplois et de richesses »
Comptant une population de l’ordre de 15.8 Millions d’habitants, le Sénégal produit de l’ordre de 8.000 tonnes de déchets ménagers chaque jour . Or selon l’étude du GRET-LVIA, le taux moyen de couverture de la collecte dans les villes de moins de 100.000 habitants est de l’ordre de 28%, ce qui laisse entendre que 72 % des déchets s’amoncellent sur des décharges sauvages disséminées autour des villes et villages, ou s’accumulent dans les rues et terrains vagues.

Plusieurs initiatives ont été prises pour palier à ces difficultés, parmi lesquelles la plus emblématique est celle, initiée il y a une dizaine d’années par l’association italienne LVIA, qui a abouti à la société PROPLAST implantée à THIES, laquelle recycle environ 2.000 tonnes de plastiques chaque année et emploie de l’ordre de 200 personnes. Cette initiative a même fait des émules puisqu’il y aurait aujourd’hui une dizaine d’entreprises similaires sur l’ensemble du territoire sénégalais. Cependant ces structures ne collectent et recyclent qu’une partie des déchets plastiques lesquels ne représentent que 3% du poids des déchets ménagers produits.

Il convient désormais d’envisager d’autres dispositions, plus « généralistes », qui permettraient aux acteurs sénégalais de s’approcher progressivement des taux de recyclage de déchets ménagers et industriels comme ceux atteints en Lozère sur l’ECO-SITE de la société « ENVIRONNEMENT MASSIF CENTRAL », laquelle recycle jusqu’à 80% des 40.000 tonnes annuelles de déchets, toutes natures confondues pour produire et revendre, matières premières, matières plastiques, compost, énergie (CSR), etc.. En d’autres termes, il faudrait développer et promouvoir au Sénégal, des ECO-SITES, porteurs des principes de l’ECONOMIE CIRCULAIRE, laquelle permettrait notamment de limiter les importations et améliorerait la productivité agricole (compost) et la compétitivité des entreprises sénégalaises, tout en créant un nombre conséquent d’emplois. Créer à terme sur la commune rurale de SANDIARA, un pilote reproductible d’un tel ECO-SITE, est l’objectif que ce sont fixé ensemble, le Maire de SANDIARA et le Président du VALTOM.
Historique
2006 : Les premiers contacts entre l’Auvergne et la commune de SANDIARA datent de 2006, lorsqu’une association de Clermont Ferrand, « VIVRE EN BROUSSE » a pris contact avec le maire de SANDIARA, lui proposant de contribuer à l’amélioration de l’accès à l’eau potable dans les villages ruraux de sa commune. Quelques années plus tard, 15 forages (dont 13 équipés de pompage solaire) permettent à 15.000 habitants de disposer d’eau potable.

2015 : Naturellement le Maire de SANDIARA, préoccupé par les conséquences environnementales de la croissance économique et démographique de sa ville (particulièrement dynamique), fit part à la Présidente de l’association, Mme Martine MOY, de sa volonté de résoudre le problème des déchets solides produits par les 25.000 habitants de sa commune. Mme MOY s’est donc adressée, en 2015, au Vice-président du VALTOM, M. LEMPEREUR lequel a immédiatement diligenté une mission pour s’entretenir du sujet avec M. Serigne Guèye DIOP, et prendre connaissance du contexte.

2016 : Dans un premier temps, le projet est modeste, et en guise de premier pas, le Président du VALTOM, M. Laurent BATTTUT, décide d’acheter et envoyer à la Municipalité de SANDIARA, un camion-benne remis en état, ainsi que 370 bacs à ordures ménagères financés par l’un des syndicats membres du VALTOM. Une nouvelle délégation auvergnate se rend à SANDIARA en juillet 2016 pour accompagner ce matériel, composée du Président et du Directeur Général du VALTOM, délégation à laquelle participe Mme MOY. A l’occasion des échanges entre les deux élus, le projet s’étoffe parce que la problématique se complexifie. Le Maire de SANDIARA vient d’inaugurer une Centre de formation professionnelle devant accueillir 15.000 élèves, ainsi qu’une zone industrielle, susceptible d’accueillir 30 usines (3 sont construites / 8 en construction). Non seulement la population de SANDIARA connait une croissance exponentielle, mais viennent s’ajouter aux déchets ménagers la pollution induite par les déchets industriels.

2017 : Le Maire de SANDIARA (également Ministre Conseiller du Président sénégalais) est un ancien Directeur Afrique du développement de la multinationale NESTLE. Il est donc parfaitement au fait des problématiques environnementales, des solutions pratiquées, des avantages de l’économie circulaire. Encore faut-il les adapter au contexte sénégalais. C’est le projet que concoctent le Président BATTUT et le Maire DIOP par échanges successifs. Un recueil de données est effectué, analysées par les spécialistes du VALTOM et de son entourage, permettant de juger de la faisabilité d’un ECO-SITE pilote à SANDIARA.

Janvier 2018 : Décision est prise. Le VALTOM accompagnera la Municipalité de SANDIARA dans la conception puis l’installation par étapes successives d’un ECO-SITE pilote, lequel par la position ministérielle de M. DIOP, et en cas de succès, sera présenté et éventuellement dupliqué sur d’autres villes sénégalaises. Une « Convention de coopération » est signée entre les deux institutions sur cette thématique.
Objectif du partenariat
Conformément à la demande du Maire de SANDIARA, l’objectif est d’introduire progressivement au Sénégal, les principes de l’Economie circulaire et d’en démontrer la faisabilité et la pertinence. Conformément aux termes du Programme National de Gestion des Déchets (PNGD), le présent projet vise à contribuer à la satisfaction de la demande sociale en termes de propreté, de création d’emplois et de richesses.
Description détaillée du partenariat
Accompagnement à l’installation, à l’exploitation, et au développement par étapes successives, d’un ECO-SITE pilote, destiné à collecter, trier et valoriser les déchets ménagers et industriels émis sur la commune et la région environnante de la ville de SANDIARA .
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
VALTOM et Commune de SANDIARA
Maître(s) d'ouvrage
SAGE Environnement, Corail Développement et Vivre en Brousse
Bénéficiaire(s)
Communes de SANDIARA et municipalités sénégalaises environnantes

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Sandiara Sénégal Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Sandiara GNING Aliou agningsn@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
VALTOM Icone d'une loupe



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 0 2018
VALTOM 0 0 0 0 2018




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013