Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Sherazade BENALLA
Courriel : sherazade.benalla[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Françoise GIANVITI
Courriel : francoise.gianviti[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Les banques de céréales communales (BCC), promoteur du riz local
Année de première signature de la convention
1995
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2018
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
31/12/2018
Contexte
Nous sommes dans une région agricole, dans le Sud du Mali. La majorité de la population vit de l’agriculture.
- Les nouveaux élus locaux (communes), en place depuis un an, sont conscients des nombreux défis à relever pour améliorer l’alimentation et les revenus des agriculteurs de leur zone, mais ils ne savent pas comment s’impliquer dans l’amélioration des filières agricoles :
Nous observons un début de prise de conscience des enjeux de santé publique, d’environnement et d’économie locale, mais les élus ont peu de connaissances sur ces sujets, et sur les différents leviers d’action d’une commune pour améliorer la qualité et la durabilité des filières agricoles.
- Les paysans peinent à écouler leur production :
La riziculture est une activité récente sur la zone (une dizaine d’années) et les producteurs ont de faibles connaissances sur les techniques de production, le choix des variétés, les techniques de transformation et de conditionnement. Ils sont aussi peu structurés pour des ventes collectives.
- les paysans utilisent massivement des pesticides et engrais chimiques qui nuisent à la qualité des céréales, à la santé, à l’environnement et à la rentabilité des cultures :
Ils commencent à être conscients de ces nuisances, notamment sur la difficile conservation des céréales, mais ne savent pas comment cultiver différemment sans réduire la productivité.
- Les Banques de Céréales Communales ont du mal à s’approvisionner :
Le riz produit localement ne correspond pas à la demande des populations locales (variété, qualité, riz décortiqué). Il manque de moyens logistiques et de communication entre BCC et producteurs. Les systèmes d'approvisionnement ne sont pas adaptés (Niono).
- Les Banques de Céréales Communales vendent à un marché de niche (les cadres installés sur la zone) plutôt qu’à l’ensemble de la population locale.
Les élus ont une mauvaise compréhension du rôle de leur BCC, qui est avant tout de lutter contre l’insécurité alimentaire, et donc de fournir des céréales à prix abordable à l’ensemble de la population.
- La logistique n’est pas organisée pour transporter les céréales des zones de production aux magasins de vente (BCC) :
Comme il n’y a pas de filière logistique locale, producteurs et BCC travaillent avec des commerçants, qui cherchent la situation la plus rentable et ne participent pas au maintien d’une filière locale. Les productions locales sont achetées à bas coût et exportées, les BCC s’approvisionnent en céréales produites à plus de 400 km et vendues à un prix élevé. Mais chacun est conscient de cette situation, et les élus aimeraient faciliter la mise en place d’une filière locale.
Historique
Depuis 1995, nous sommes en coopération décentralisée avec la commune de Dembela et depuis 2002 avec celle de Benkadi. Dans ce cadre, nous accompagnons les élus sur leur projet global de développement, notamment le volet Agriculture.
En 1995, dans chaque village de la commune, nous avons créé 11 banques de céréales qui en 2002, nous permettrons de créer la première banque de céréales communale à Dembela. En 2008, nous avons participé au développement des 3 autres BCC des communes partenaires.
Depuis, nous suivons la gestion de ces structures, et échangeons avec les comités de gestion et les élus sur les enjeux et les difficultés au niveau du C.I.A.G.E. (Centre Intercommunal d’Appui à la Gestion et l’Evaluation, créé en 2009, cofinancement MAE) .
En 2011, suite aux études techniques que nous avons réalisées en 1996, la région de Sikasso a aménagé le casier Sud (100ha) de la plaine rizicole du Koureh. Depuis, nous suivons la gestion de l’organisation paysanne responsable de cette plaine, et nous avons pu identifier ensemble les problématiques ci-dessus. Les producteurs souhaitent améliorer leur production (riz paddy) pour l’adapter au marché et écouler leur riz (décortiqué).
En 2016, la BCC de Dembela a acheté le riz des producteurs du Koureh, mais elle a eu beaucoup de mal à le revendre, car il ne correspondait pas aux attentes des consommateurs.
Petit à petit, face aux problèmes d’approvisionnement, de logistique et de conservation des céréales traditionnelles (mil, maïs, sorgho), la BCC de Benkadi s’est tournée vers une céréale plus rentable : le riz. Mais elle s’approvisionne à Niono (450 km), grâce à un ressortissant qui y tient un commerce. Cette BCC est ainsi rentable et fait du bénéfice, mais elle ne répond plus aux objectifs de sécurité alimentaire et de régulation des cours qu’elle s’était fixée à sa création, et a laissé tomber les céréales traditionnelles.
Les nouveaux élus, en place depuis un an, sont conscients de ces enjeux et nous ont sollicités pour les aider à créer une véritable filière locale, bénéficiant tant aux producteurs qu’aux consommateurs locaux.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
- Les producteurs locaux proposent un riz conforme aux attentes des consommateurs locaux
- Le nombre de producteurs pratiquant l’agroécologie augmente chaque année
- Les femmes productrices participent activement à la diffusion de ces pratiques
- La BCC joue son rôle de régulation des cours, en faveur des producteurs et des consommateurs
- La BCC a défini une stratégie pour diversifier les céréales locales qu’elle propose
- Une coopérative de vente est mise en place par les producteurs du Koureh
- Cette coopérative et la BCC contractualisent avec un propriétaire de tracteur pour assurer le transport des céréales
- Les 4 communes partenaires mettent en place des actions pour promouvoir le développement et la diversification des filières agricoles agroécologique sur leur territoire, et acceptent à terme de fiscaliser les revenus de la Coopérative producteurs et de la BCC.

Objectifs en France :
Les acteurs de nos territoires et le personnel des collectivités sont plus conscients des enjeux en France et dans le monde, ils sont revalorisés grâce à l’échange d’expérience.
Les jeunes sensibilisés ont une vision plus large des enjeux de l’agriculture dans le monde.
Ils s’intéressent à l’agriculture sur leur commune grâce aux échanges directs avec les écoles maliennes.
Nous enrichissons nos liens avec les réseaux thématiques et ceux de la région AuRA en capitalisant nos expériences sur l’agriculture et l’alimentation.
Nous créons des emplois maliens fiables et durables, limitant l’immigration vers l’Europe.
Description détaillée du partenariat
Renforcer le rôle de la commune dans la politique agricole locale par :
- la mise en relation des producteurs de riz avec la Banque de Céréales Communale (BCC)
- l’appui aux producteurs pour adapter leur production à la demande locale
- l’accompagnement de la BCC pour jouer son rôle de régulateur des cours et des stocks
- l’appui aux acteurs pour se mettre d’accord sur l’amélioration de la qualité des céréales (variété, mode de production plus durable, qualité de la transformation et du conditionnement)
- l’appui à la structuration de la logistique entre le producteur et la BCC
- la sensibilisation des élus et des producteurs à l’agroécologie
- l’appui-conseil aux élus et cadres des collectivités sur leur rôle dans la politique agricole locale.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
A.R.C.A.D.E. Une Terre pour Vivre
Maître(s) d'ouvrage
Pontcharra, Commune rurale de DEMBELA, Commune de Crêts-en-Belledonne, Commune de Barraux, Commune de La Chapelle Blanche, Commune rurale de BENKADI
Bénéficiaire(s)
Au Mali : 150 agriculteurs de la plaine du Koureh (dont 56 femmes), 29 élus des communes partenaires du projet, 5 agents administratifs des communes (dont 1 femme), 24 membres des BCC, les 22 000 habitants des communes concernées.En France : 300 élèves des écoles et collèges partenaires et leurs enseignants, le personnel et les élus de nos collectivités, 2 entreprises locales (mécénat de compétences) et les structures de Solidarité Internationale membres de nos réseaux (échanges).

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune rurale de DEMBELA Mali commun.ico.loupe.alter
Commune rurale de BENKADI Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune rurale de DEMBELA MAGASSA Younouss Mody Chargé de Développement arcade-mali@orange.fr
Commune rurale de BENKADI SANOGO Jean Secrétaire Général

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Pontcharra commun.ico.loupe.alter
Barraux commun.ico.loupe.alter
La Chapelle Blanche commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 7500 2018
Pontcharra 650 2018
Collectivités et partenaires étrangers 1238 2018
A.R.C.A.D.E. Une Terre pour Vivre 1469 2018
Fondation de France - CFSI 5245 2018
Barraux 2000 0 0 0 2018
La Chapelle Blanche 300 0 0 0 2018




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013