Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Projet d'appui à la sécurité alimentaire et au développement de l'entrepreneuriat féminin
Année de première signature de la convention
2017
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention
Sécurité alimentaire et nutrition

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2018
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2020
Contexte
L’agriculture dans la localité est pratiquée par près de 90% de la population active. Malgré son importance dans l’économie de la commune, elle reste encore soumise aux facteurs climatiques, et aux subventions étatiques. La culture sous-pluie est l’unique forme pratiquée du fait de la mauvaise qualité de l’eau du forage et de l’évaporation rapide des eaux des marigots.
Les exploitations agricoles dans cette zone sont essentiellement familiales. En fonction de l’adaptabilité des sols, différentes spéculations sont cultivées dans ce terroir : le mil, le niébé, le bissap, le sorgho, le maïs, la pastèque, le gombo, l’arachide, …
Les acteurs du secteur se sont organisés en organisations de producteurs de base (OP) au niveau village et à l’échelle en organisation de producteur faitière (OPF).
La fédération des organisations de producteurs (FOP) est l’unique OPF de la commune créée en 2012 et reconnue comme association par le gouverneur de la région sous le numéro 054/GRD/AA du 12 juin 2015. La FOP priorise le développement des chaines de valeurs agricoles, depuis 2012 les acteurs ont reçu des appuis dans la production en intrants en renforcement de capacité des producteurs sur les bonnes pratiques agricoles.
Vu que les rendements sont augmentés et passent de 600kg à 1500kg à l’hectare pour le mil qui est la principale culture dans la zone, la FOP a théorisé l’utilité de la transformation des céréales par le concept de "consommer local grâce à la transformation". Ainsi, elle accorde une importance capitale à la transformation des céréales pour ajouter de la valeur au mil et obtenir de meilleurs prix mais également améliorer la santé nutritionnelle (mil fortifié) des populations surtout des enfants malnutris. Particulièrement prise au sérieux par les femmes de la FOP, la maitrise des techniques de transformation peut lutter efficacement contre la pauvreté et la malnutrition infantile. Ainsi, avec l’appui du PAFA-E et de l’ANCAR, elles sont renforcées sur les techniques de transformation des céréales pour acquérir des connaissances utiles à la conduite de l’activité.
La construction et l’équipement d’une unité de transformation permettra aux femmes et aux jeunes de transformer les productions des exploitations familiales, d’apporter de la valeur ajouté à la production mais également de créer de l’emploi
Historique
Face aux fléaux qui menacent les populations, l’Etat de Sénégal, les autorités locales et les partenaires ont toujours cherché des solutions pour assurer une meilleure condition de vie. C’est ainsi que de nombreux projets ont été initiés ces dernières années : le Projet d’urgence de développement communautaire (PUDC) qui vise à améliorer l’accès des populations rurales aux services sociaux de base à travers la mise en place d’infrastructures socio-économiques, le PAFA qui contribue à amélioration durable des moyens d'existence des exploitations familiales. Mais ces derniers ne peuvent pas toucher tout le monde.

C’est dans ce sillage que ce nouveau projet vient pour faciliter aux femmes de Touré Mbonde l’autonomisation à travers la création d’emplois mais aussi de création de valeur ajoutée aux productions. Il permettra la diminution du temps de travail des femmes dans la pour s’instruire et mener d’autres activités.
En ce sens des groupements de femmes se sont souvent manifestés auprès de la commune et de ses partenaires pour un accompagnement. Des propositions sont toujours faites pour la prise en compte des femmes dans le budget de la commune.
Et d’ailleurs un des axes inscrit dans le plan local de développement de Touré porte sur le développement la productivité par la promotion des secteurs porteurs de croissance (agriculture, élevage).
Le choix de la thématique vient renforcer les initiatives et expériences vécues au niveau de la commune en matière de développement de filières agricoles. Déjà le projet PAFA intervient pour accompagner les groupements des femmes et les organisations paysannes à améliorer les revenus et les moyens d’existence. C’est sur ce modèle que les collectivités comptent bien s’investir sur ce nouveau projet.
Objectif du partenariat
Sur le territoire sénégalais :
Résultat global espéré dans le cadre du projet
Afin de répondre aux problématiques rencontrées par la population pour la sécurisation alimentaire et le développement d’activités génératrices de revenus, le conseil municipal de la commune de Touré Mbonde et celui de Châteaugay se sont mis d’accord pour œuvrer conjointement à trouver des solutions. La stratégie d’action menée par les deux collectivités consiste en un large investissement humain en mobilisant les consciences des populations de part et d’autre via la formation et la sensibilisation. Cette stratégie inclue également un investissement financier pour permettre la mise en place d’unités de transformation céréalière, de magasins de stockage. Cette stratégie a pour finalité la création d’emplois, l’autonomisation des femmes

Objectifs à long terme du projet

L’objectif du projet à long terme est de contribuer de manière durable à l’amélioration des conditions de vie des populations, à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. Ceci à travers l’intensification du partenariat des deux collectivités dans le renforcement de compétence des acteurs locaux sur le territoire de Touré Mbonde

Actions à mettre en œuvre
La mise en place d'une unité de transformation et de banque céréalière pour la diversification et la sécurisation de la production
Le développement d’activités génératrices de revenus pour les femmes
Le Programme de formation et de renforcement des capacités
- formation des membres de la fédération des organisations de producteurs (FOP) aux techniques de transformation et de labellisation,
- formation en marketing,
- formation en gestion administrative et financière,
- renforcement de capacité des élus sur le développement durable et la conduite de projet de développement
Sur le territoire français :
Résultat global espéré dans le cadre du projet

La Ville souhaite réorienter son action en se concentrant sur quelques grands projets correspondant aux priorités de Touré Mbonde et susceptibles d’accélérer l’autonomie de la commune. Parallèlement elle compte développer des actions de sensibilisation de sa population en abordant des préoccupations communes comme celle du développement économique locale.
Les résultats attendus sont donc :
- Le renforcement de la coopération décentralisée par des actions mieux ciblées ;
- Le partage d’expériences en matière de DEL ;
- L’implication de la jeunesse et la découverte de la culture sénégalaise.
Objectifs à long terme du projet

- Faire grandir les solidarités interculturelles en agissant avec les habitants de Touré Mbonde en y associant notre jeunesse ;
- Œuvrer au rapprochement des peuples ;
- Participer à l’échelle de la Ville à la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté ;
Actions à mettre en œuvre :

Les habitants de Châteauguay seront les bénéficiaires dans le cadre d’un plan de communication composé de différentes actions ciblées par type de population :
- Une communication régulière sur les avancées du projet par voie de presse locale, l’organisation d’évènements publics dans le cadre de la fête de la ville, la semaine de la solidarité internationale, la semaine du développement durable et le Noël solidaire pour la population en général.
Description détaillée du partenariat
ACTION 1

Date de début : aout 2019
Date de fin : novembre 2019
Résumé : La mise en place d'une unité de transformation et de banque céréalière pour la diversification et la sécurisation de la production

Cette action vise à promouvoir la participation des populations à leur propre processus de développement. En ce sens, les banques céréalières auront au moins une triple fonction :
D'abord, une fonction de sécurité alimentaire, notamment pendant la période de soudure en attendant les prochaines récoltes. Cette fonction de sécurité alimentaire est tout à fait essentielle, surtout lorsqu'il s'agit de zone en cas de calamités comme les incendies.
Deuxièmement, une fonction de stabilisation des prix et de valorisation des productions céréalières paysannes, en permettant d'acheter au meilleur prix en période de disponibilité céréalière et de stocker pour assurer ensuite une vente non spéculative dans les moments de pénurie.

Troisièmement, une fonction de rentabilité économique notamment grâce à leur regroupement sous forme d'unions ou de fédérations, pour accéder à des gains de revente, réinvestissables dans d'autres formes d'activités d'entraînement profitables et à leurs localités.

Déroulement de l’action (solutions techniques retenues, travaux à entreprendre, programmes de formation envisagés...) :

1) La mise en place de l’unité de transformation céréalière et de la banque céréalière se déroulera à partir du mois d’aout 2019. Du matériel (moulin à mil, décortiqueuse de mil, presse à huile, décortiqueuse à arachide, presse à pate d’arachide, séchoir….) sera mis à la disposition des femmes. La mise en œuvre pratique portera sur
• l’identification du terrain,
• la construction du bâtiment bâtiment administratif, banque céréalière de 10T, bâtiment de transformation céréalière, salle de travail pour les femmes, salle de séchage et boutique de vente
• l’installation du matériel de transformation
Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :
- Groupements féminins seront sollicités.
- Les associations de jeunes seront fortement mobilisées pour la main d’œuvre locale.

Résultats visés pendant et après le projet :
Pendant le projet :
1) Le terrain est identifié par la commune de Toure Mbonde ;
2) Les procédures de passation de marché sont respectés ;
3) L’infrastructure est entrain de prendre forme
4) Les matériaux nécessaires à la transformation sont installés moulins, bassine, tamis, gaz, bol, décortiqueuses ;
A l’issue du projet :
5) Au moins 70% des GPF travaillent dans le complexe agricole.
6) Au moins 25% des jeunes ont un travail
A long terme :
7) Le taux de chômage est réduit de 25%
8) La sécurité alimentaire est améliorée.
9) La pauvreté est réduite


Questions évaluatives :
Quelle(s) question(s) pensez-vous utiles de vous poser à intervalles réguliers, durant la mise en œuvre du projet, pour évaluer la réussite de cette action ? :
- Combien de GPF travaille dans le complexe ?
- Combien de jeunes travaillent dans le complexe ?
- Quelles est la quantité de céréales transformées ?
- Quel est la capacité de la banque céréalière ?
- Combien de bâtiment en dur ont été réalisés ?
- Combien de matériels ont été installés ?
Sources du suivi-évaluation :
Comment répondrez-vous aux questions évaluatives ci-dessus ? En faisant quelles activités, ou en utilisant quels outils ? Où trouverez-vous les informations nécessaires pour répondre à ces questions ?
Des visites de chantier seront menées par les techniciens de l’ARD, du DRDR et de la mairie pour observer et suivre le niveau de réalisation et d’équipement du complexe. Des enquêtes seront également menées auprès du comité de suivi local des travaux composé des paysans, des éleveurs, des groupements féminins, des ASC de Touré Mbonde.
Des rapports de mission seront également transmis par périodes aux deux collectivités locales.
Coût total de l’action en Euros : 16692

Coût total de l'action en Francs CFA: 11 000 000

ACTION 2

Date de début : octobre 2019
Date de fin : avril 2020
Résumé : « Le Programme de formation et de renforcement des capacités des bénéficiaires»
Un plan de formation, de renforcement de capacités des acteurs locaux sera entrepris sur les différentes activités de transformation. Il s’agira de former les femmes et les jeunes sur les techniques de transformation, de marketing et de gestion administrative par une démarche participative et inclusive. Des sessions de sensibilisation de la population seront également menées tout au long du projet pour les sensibiliser sur l’importance du développement économique local de la commune.

Déroulement de l’action

1) Formation des bénéficiaires aux techniques de transformation céréalière par un expert local.
2) Formation de GPF et des jeunes sur le marketing
3) Renforcement de capacités sur la gestion administrative d’une banque et d’une unité de transformation céréalière
Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :
- Groupements féminins et ménages.
- Producteurs, éleveurs.
- Les associations de jeunes.

Résultats visés pendant et après le projet :
1) 50% GPF sont formés au techniques de transformation céréalière ;
2) 10 associations de jeunes seront formées aux techniques de transformation ;
3) Les producteurs sont sensibilisés sur la gestion administrative d’une banque céréalière ;
4) Les capacités des groupements féminins sont renforcées en matière de techniques de transformation ainsi qu’au marketing pour la commercialisation des produits.
Questions évaluatives :

Pour l’ensemble des thématiques (techniques de transformation, techniques de commercialisation, mode de gestion d’une banque céréalière) :
- Combien de bénéficiaires ont été formés ?
- Combien de séances de formation ont été effectuées ?
Pour les séances de sensibilisation de la population :
- Combien de séances de sensibilisation ont été menées ?
- Combien de personnes ont été touchées par les séances de sensibilisation ?

Sources du suivi-évaluation :
Les activités de commercialisation des produits finis (couscous et arrow), des résidus du mil découlant de la transformation nous permettront d’évaluer le succès du projet sur la population et l’économie locale.
Des outils, comme des fiches techniques et des manuels de formation seront mis à disposition des artisans et producteurs. Le nombre de guide distribués et les feuilles de présence nous permettront de quantifier les personnes formées.
Des enquêtes de satisfaction seront menées auprès des paysans, des éleveurs, des groupements féminins, des ASC et des ménages.
Coût total de l’action en Euros : 7283,76
Coût total de l'action en Francs CFA : 4 800 0000

ACTION 3

Date de début : Décembre 2019
Date de fin : Juillet 2020
Résumé : Le développement d’activités génératrices de revenus pour les femmes

Cette action permet d’augmenter le pouvoir d’achat et de renforcer les moyens d’existence des familles de Touré Mbonde qui parviennent difficilement à garantir leur sécurité alimentaire en augmentant leur production agricole ou leur activité d’élevage ou qui sont extrêmement dépendantes du marché pour assurer leur alimentation.
Cette activité génère des revenus réguliers pour un groupe d’individus (coopérative agricole, GPF, etc.)

Déroulement de l’action
Les activités de commercialisation des produits finis (couscous et arrow), des résidus du mil découlant de la transformation nous permettront d’évaluer le succès du projet sur la population et l’économie locale

1. Identifier et quantifier les types de produits à transformer ;
2. créer un label pour les produits ;
3. Définir un plan d’écoulement des produits et résidus

Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :

GPF, association de jeunes, ménages.

Résultats visés pendant et après le projet : (900 caractères)

Pendant le projet :
1. Maitrise des techniques de transformation ;
2. Création d’activités génératrices de revenus
A l’issue du projet :
3. Amélioration des revenus des ménages
A long terme :
4. Sécurisation alimentaire
5. Réduction de la pauvreté
6. Résorption du taux de chômage

Questions évaluatives :
- Quantité de mil, mais, arachide transformés ?
- Combien de sachets sont produits ?
- Quelle est le montant des ventes ?
- Combien de GFP et de jeunes travaillent dans le complexe ?
Sources du suivi-évaluation :
- Un reportage des activités sera réalisé auprès des bénéficiaires pour établir un premier bilan à l’issue du projet.
- Des fiches de collecte sur l’augmentation des revenus sera administré

Coût total de l’action en Euros : 3034,9 €
Coût total de l'action en Francs CFA : 2 000 000
ACTION 4

Date de début : Aout 2019
Date de fin : Juillet 2020

Résumé : Communication, suivi évaluation et Coopération

Les activités sur la thématique à destination des jeunes et du grand public s’associeront aux activités de transformation céréalière. Ces activités auront pour objectif la sensibilisation des deux peuples aux problématiques liées à la solidarité internationale et au développement économique local.
Cette action permettra de faire une large diffusion sur le projet mais aussi de faire un état des lieux à chaque phase du processus.

Déroulement de l’action
1. Renforcement la coopération entre des classes de primaires de Châteauguay et de Touré Mbonde Les élèves participeront au suivi du projet en étant formés aux bases de la conduite de projet, pilotés par les enseignants et un référent de la ville.
2. Les élèves de Touré Mbonde seront amenés à se déplacer sur « les chantiers », pour voir les avancées des différentes actions mises en place. Et des échanges par correspondance pourront se faire avec les élèves de Châteaugay pour un briefing des activités.
3. Des missions de suivi conjoint entre la délégation de Chateaugay, de Touré Mbonde et des autorités administratives sera organisé en plus des rapports trimestriels sera partagé
4. Organisation de communication dans les radios communautaires
5.
Bénéficiaire(s) de l'action ici et là-bas :
- classes de primaires de Chateaugay et de Touré Mbonde
- Les acteurs du projet
- Les habitants des deux communes

Résultats visés pendant et après le projet :
Pendant le projet :
1. Les échanges épistolaires sont renforcés autour d’une thématique commune,
2. Les jeunes générations sont sensibilisées aux problématiques de développement économique local ;
3. Les habitants des deux communes sont informés du déroulement du projet
4. Le suivi évaluation du projet est assuré
A l’issue du projet :
5. Les enfants sont un vecteur de communication auprès des parents en ce qui concerne cette coopération décentralisée.
6. Les habitants de Chateaugay ont une meilleure information des actions menées dans le cadre de la coopération décentralisée et peuvent participer au développement du projet de manière concrète.
A long terme :
7. La population est sensibilisée aux problématiques de la sécurité alimentaire et concoure à œuvrer à l’échelle locale sur ces questions.
8. Les capacités d’action conjointe sur les deux territoires sont renforcées et la coopération détient une certaine expertise.

Questions évaluatives :
- Combien d’élèves ont participé au projet ?
- Les visites de terrain par les élèves de Touré Mbonde ont-elles pu être assurées ?
- Est-ce que les populations connaissent le projet ?
- La transmission des courriers s’est-elle effectuée dans les délais impartis par le calendrier ?
- Les enseignants ont-ils été satisfaits par la qualité des ateliers de sensibilisation ? Dans quelles mesures ? (Questionnaire)
- Combien d’habitants de Chateaugay ont participé ?
- Combien de missions conjointes ont été organisées ?
Sources du suivi-évaluation :

Un bilan de fin d’année sera effectué sur les activités effectuées, le nombre de courriers envoyés, les connaissances acquises par les élèves. L’association qui sera sollicité pour les activités de formation et de sensibilisation sera mandatée et devra nous remettre un rapport.
Des rapports de missions et de réunions du comité de pilotage seront élaborés et partagés au grand public des deux communes.
Une évaluation en fin de projet sera menée pour mesurer l’effet sur les populations de Touré Mbonde.
Coût total de l’action en Euros : 6069,8€

Coût total de l'action en Francs CFA : 4 000 000F CFA
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Agence régionale de Diourbel
Maître(s) d'ouvrage
Commune de Châteaugay (France) - Commune de Touré Mbonde (Sénégal)
Bénéficiaire(s)
Populations locales

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Touré Mbonde Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Touré Mbonde FAYE Modou Maire tourembonde@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Chateaugay commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Chateaugay 10000 0 0 0 2019
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 10000 2019
Touré Mbonde 3300 2019
MGTDAT 9700 2019




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation

Documents

Documents
Titre du document Taille en Ko Nom du fichier  
Protocole d'accord 353.44 Protocole d'accord de coopération.pdf commun.ico.doc.alter


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013