Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Châtellerault-Kaya : Développement durable et services de base à la population
Année de première signature de la convention
2018
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Environnement, Climat et Energie Eau et déchets 1
Economie durable Technologies de l'information et de la communication 2
Education, Social et Recherche Jeunesse & genre 3
Education, Social et Recherche Education, emploi, formation professionnelle 4
Economie durable Agriculture et développement rural 5
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2019
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2022
Contexte
Le Burkina-Faso figure au 16eme rang des pays produisant le moins de richesses. Malgré des progrès réguliers depuis 20 ans (5 % et plus de croissance annuelle moyenne, sauf en 2017), l'augmentation de la population (20 millions-2018) oriente la mobilisation des ressources vers les investissements démographiques au détriment des investissements productifs. L'aide publique et la solidarité internationale restent indispensables. Le secteur agricole domine largement l'économie du Burkina- Faso malgré le développement récent de l’exploitation de mines d’or. Les services, souvent informels, tirent la croissance : commerce, finance, énergies renouvelables, T.I.C, tourisme et activités connexes. Le Plan Communal de Développement de Kaya (2018) relève les conséquences du changement climatique (baisse tendancielle de la pluviométrie en volume), le risque de stress hydrique permanent et la fragilité environnementale : détérioration des ressources en eau par pollution urbaine, domestique et agricole, dégradation des terres aggravée par la désertification, sur-exploitation du bois comme source énergétique altérant le couvert végétal. Les nuisances s’accumulent : orpaillage, et, en ville, insalubrité et précarité.
La gouvernance s’est normalisée après l’ère Compaoré et l’échec d’un coup d’État. Le président Kaboré a été élu en 2015 entraînant le renouvellement de l’assemblée nationale et des exécutifs locaux. (élections libres et équitables selon la communauté internationale). La situation sécuritaire s’est fortement dégradée sous les coups de groupes djihadistes, suscitant la création du G5 Sahel et la mobilisation de la communauté internationale militairement (Opération Barkhane pour la France) et renforçant l’aide au développement (Alliance pour le Sahel).
Selon les projections officielles (2017), la population de Kaya atteindrait 157 000 habitants répartis entre 71 villages (54 %) et 7 secteurs du centre urbanisé (46%). Deux tiers de la population a moins de 25 ans. Kaya est la capitale de la région Centre-Nord, à 100 kilomètres au Nord-Est de la capitale Ouagadougou. Ethnies et religions coexistent pacifiquement, mais le Centre-Nord (Yirgou) a connu des affrontements inter-ethniques consécutifs à une provocation terroriste, entraînant des mouvements de réfugiés vers Kaya (estimation 1500 personnes). Le secteur agro-sylvo-pastoral implique 90 % de la population. Il est le cœur de l'économie kayalaise (important marché de bétail) . Le commerce informel domine l'économie urbaine malgré le développement de services publics (CHR, administrations déconcentrées) et privés (banques, grossistes, distribution alimentaire) et de productions artisanales (cuirs).
Historique
Pierre Abelin, Maire et Ministre de la coopération (1974) et René Monory, président du conseil général de la Vienne ont impulsé le rapprochement au Nord entre Châtellerault et Kaya, concrétisé par un jumelage dès 1976. Un comité des jumelages à Châtellerault est alors en charge du projet avec le comité communal des jumelages de Kaya. Dès 1977, de jeunes châtelleraudais peuvent s'impliquer concrètement en luttant contre la désertification (plantation d'arbres). La gestion communale s'affirme à Kaya en 1995 dans le cadre d’une expérimentation de la décentralisation. Le jumelage investit dans les infrastructures de santé, centres de soins (CSPS), d'enseignement (écoles), innove en matière d'énergie et d'agriculture, soutenu par la Ville de Châtellerault, le CD 86, accompagné par le Ministère des affaires Étrangères et par les autorités burkinabé, municipalité et services déconcentrés de l’État.
En 1992, CKJC accède à l’autonomie pleine mais perd les moyens humains précédemment mis à disposition par la collectivité. En 2005, l'association appelle le réinvestissement de la collectivité pour faire face aux besoins nés de la décentralisation au Burkina-Faso. « L'appui institutionnel » émerge comme axe d’intervention majeur dans le but de renforcer les capacités communales. Dès lors , les communes exercent la maîtrise d'ouvrage de la coopération. Elles mettent en œuvre directement le financement des actions de développement institutionnel. Les associations de jumelage conservent les projets en direction de la société civile et du monde rural. Les partenaires adoptent un calendrier triennal pour définir leurs actions de coopération, calé sur le rythme des appels à projets du MEAE. Entre 2006 et 2009, la Région Poitou-Charentes joue le rôle de chef de file dans le cadre d'un contrat de plan État – Région. En 2011, la coopération Châtellerault-Kaya devient officiellement trilatérale avec Herzogenaurach (Allemagne). Le programme triennal sert de matrice à l’ensemble de la coopération. Un volet eau potable/assainissement est développé avec l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (2 programme successifs de 2015 à 2019) et le concours technique d’Eaux de Vienne. Le triennal 2016-2018 permet aussi de lancer un programme de Gestion des Déchets Solides avec de nouveaux partenaires (belges et suisses), financé par « Climat 2 ». le volontariat international de service civique est initié avec Jeunesse 2 et des actions de formation au développement durable en direction des jeunes avec Jeunesse 3. Les associations de jumelage, en besoin de consolidation, renoncent cependant à candidater à l’appel à projet « agriculture et développement durable » du MEAE en 2018.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
Sécuriser l'approvisionnement en eau potable des populations en milieu rural et péri-urbain
Améliorer l'état sanitaire des populations par diminution des risques hydriques Diversifier et sécuriser la fourniture d'énergie en privilégiant les solutions durables et douces pour l'environnement. Réduire la fracture numérique
Former les populations pour créer des richesses, des activités et des emplois.
Soutenir la démocratie locale en accompagner l’autorité communale démocratiquement élue. Améliorer le fonctionnement des services municipaux. Participer ainsi à réduire les risques d'instabilité.

Objectifs en France :
Améliorer les conditions de vie des populations à Kaya de sorte que Châtellerault et la France soient perçus comme solidaires des populations du sud. Châtellerault étant une ville d’accueil, impliquer sa population dans des activités qui renforcent les liens sociaux, le dialogue entre groupes et contribuer ainsi à augmenter la sécurité locale et la paix civile. Former les jeunes et susciter des vocations pour l’action internationale, gisement d’emplois. Conduire des projets en concertation avec les populations et valoriser l'efficacité de l'administration locale et de ses partenaires (associations, ONG, entreprises, établissements scolaires, agences gouvernementales, État et Union européenne). Faire connaître l'action internationale du châtelleraudais auprès des populations. Promouvoir le dialogue interculturel entre les populations, ainsi que l'acceptation de la différence.
Description détaillée du partenariat
Châtellerault-Kaya œuvre pour l'amélioration des conditions de vie des populations. Elle contribue à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et participe à concrétiser les engagements internationaux au Burkina-Faso et en France. Elle fédère des acteurs internationaux, nationaux et locaux, institutions publiques, entreprises, ONG et associations. Au sud, elle améliore les services de base à la population notamment l'accès à l’assainissement, à l'eau potable et à l'énergie, soutient la mise en place de la gestion des déchets dans un contexte où le changement climatique impose des solutions d'adaptation sous forte pression d’urbanisation. Elle participe à la formation professionnelle et spécifiquement à l'autonomisation de groupes de femmes par la création d'AGR. Le levier d’action principal est le renforcement des capacités et la structuration de l'autorité communale.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Direction Régionale de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle
Maître(s) d'ouvrage
Chatellerault, Commune de Kaya, Eaux de Vienne, CKJC
Bénéficiaire(s)
33 000 châtelleraudais et 85 000 habitants de Grand Châtellerault avec une attention particulière pour les jeunes. 150 000 habitants à Kaya pour l’amélioration de l’accès aux services de base (eau potable/ assainissement) dont 72 000 urbains plus concernés par la Gestion des déchets. Des milliers de lycéens et citoyens pour l’accès au TIC 250 agents, entrepreneurs, acteurs économiques et sociaux de Kaya formés.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Kaya Burkina Faso commun.ico.loupe.alter
Direction Régionale de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle Burkina Faso commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune de Kaya Ouedraogo Harouna Secrétaire Général de la Mairie tarnam2@yahoo.fr
Direction Régionale de la Jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle Ouedraogo Boukare Chargé de mission

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Chatellerault commun.ico.loupe.alter



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 33333 2019
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 33333 2020
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 33333 2021
Chatellerault 31780 20000 4000 8333 2019
Chatellerault 37780 20000 4000 8333 2020
Chatellerault 38830 20000 4000 8333 2021
Collectivités et partenaires étrangers 25949 2019
Collectivités et partenaires étrangers 25949 2020
Collectivités et partenaires étrangers 25949 2021
Hydraulique Sans Frontière 2134 2019
Hydraulique Sans Frontière 2134 2020
Hydraulique Sans Frontière 2134 2021




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013