Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Yaoundé"

Correspondant coopération décentralisée
Serge GRAZIANI
Courriel : serge.graziani[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Regis DANTAUX
Courriel : regis.dantaux[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Promouvoir et diffuser des techniques d’agriculture durable basées sur l’agroécologie, le compostage et l’apiculture à Saa et Bandjoun au Cameroun.
Année de première signature de la convention
2000
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Environnement, Climat et Energie Eau et déchets 1
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2019
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2019
Contexte
L’augmentation de la population et de la concentration urbaine a orienté le gouvernement camerounais vers la promotion d’une agriculture dite de seconde génération, privilégiant des pratiques intensives basées sur la mécanisation et l’utilisation d’intrants chimiques en constituant des agro-pôles (DSCE 2010). L’agriculture vivrière reste cependant à ce jour le plus gros fournisseur de produits alimentaires (70% du PIB sectoriel), mais la raréfaction et l’épuisement des terres agricoles disponibles, l’exode rural, les changements climatiques contraignent les agriculteurs, nourris par ailleurs depuis des décennies aux principes de l’agriculture moderne, à développer des techniques peu respectueuses de l’environnement (déforestation, brulis, chimie), offrant au marché des produits agricoles pas toujours sains. Ce dernier point trouve un écho de plus en plus fort au sein de la société camerounaise progressivement conscientisée sur les dangers de la ‘’malbouffe’’ et sur la consommation de produits contenant des pesticides.
Une autre voie, promouvant une agriculture responsable, cherche peu à peu à s’imposer, portée plutôt par des acteurs locaux ou issus de la société civile. En effet, de premières expériences d’agroécologie, à échelle certes encore réduite, sont recensées et permettent de documenter progressivement ce domaine. Plusieurs centres de formation en agriculture (ISSAEER/CEFRA de Saa ; ISAGO Obala ; CPF de Mbouo) s’investissent dans ces enseignements, soutenus par la FASA de Dschang, elle-même demandeuse de partages d’expériences. Le COSADER, collectif national d’ONG, organise régulièrement depuis 2016 les ‘’Matinées de l’agroécologie’’, espace de dialogue multi-acteurs, lieu de réflexion sur la promotion de l’agriculture durable et d’une alimentation saine.
Ce mouvement entre en résonance avec d’autres initiatives internationales notamment françaises, avec le Festival Alimen’Terre, qui a vocation à promouvoir l’agriculture et l’alimentation durables à l’échelle de la planète.
L’abeille est quant à elle reconnue comme un des principaux auxiliaires de l’agriculture avec sa fonction de pollinisation, source d’augmentation des rendements. Le marché des produits de la ruche reste largement sous-exploré au Cameroun, avec cependant quelques succès (miel certifié d’Oku). Le MINEPIA, à travers la Coordination nationale apicole, cherche à développer largement cette filière avec le double impact d’augmentation des productions agricoles et apicoles, et in fine la possibilité pour les producteurs d’améliorer leurs revenus, contribuant à les fixer en milieu rural.
Historique
Les communes de Saa et de Sélestat ont bâti leur relation de coopération décentralisée depuis l’an 2000. L’une des priorités de la commune de Saa s’est rapidement orientée vers l’amélioration de la gestion des DMS. Les exécutifs successifs ont testé plusieurs modalités de gestion du service pour finalement retenir la régie au sein du service hygiène et salubrité. GESCOD a mobilisé des compétences techniques locales (ERA Cameroun) et du Grand Est (SMICTOM) pour structurer le service et pour documenter le secteur. Quelques dotations en équipements (EPI, bornes de pré-collecte) ont permis de renforcer son efficacité et de le rendre plus visible auprès des usagers, satisfaits de la progression de ce service public. Finalement, la commune s’est dotée d’une stratégie locale de gestion des DMS en 2017, privilégiant la valorisation des DMS par compostage, avec la perspective d’encourager l’utilisation du compost comme alternative aux engrais et pesticides. L’installation de l’ISSAEER à Saa (formations agricoles initiales), et la très récente création du CEFRA en son sein (formations continues), sont des vecteurs essentiels pour la promotion et la diffusion de ces nouvelles pratiques agricoles durables. Ainsi, le compost produit avec les DMS trouvera des débouchés grâce à une collaboration étroite avec cet institut.
Des relations ont été développées avec cet établissement dans le cadre de la promotion de l’agroécologie. Le séjour d’un membre de CANOP’Terre en novembre 2018 a conduit, en lien avec l’équipe pédagogique, à l’élaboration de modules de formations en agroécologie. Une leçon inaugurale lui a permis d’échanger avec un large public composé d’étudiants, d’enseignants et d’agriculteurs locaux autour des questions d’agriculture durable, suivi le lendemain d’une animation dans le cadre du festival Alimen’Terre.
De la même façon, un apiculteur alsacien a séjourné à l’ISSAEER pour former des enseignants et des apiculteurs aux techniques modernes de production apicoles, afin de développer la filière localement.
Bandjoun, profitant d’une relation ancienne développée par l’IUT Victor Fotso avec les IUT alsaciens, a sollicité auprès de GESCOD un partenariat avec une collectivité du Grand Est. L’axe prioritaire dégagé par son exécutif rejoint la gestion des déchets et la production de compost, l’économie locale étant fortement agricole. Elle capitalisera sur l’expérience de Saa et sur celle de la commune de Dschang qui bénéficient d’une longue expérience en matière de production de compost et de vulgarisation de son utilisation.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
Le projet promeut le développement d’une agriculture durable (agroécologie, apiculture) et de systèmes alimentaires résilients (compostage), améliorant la qualité de vie des populations (alimentation saine, revenus augmentés). Il favorisera l’organisation par les communes et les services de l’Etat de modalités d’accompagnement des producteurs agricoles et apicoles ex-post pour consolider les nouveaux modes de production et pour valoriser au mieux les produits de meilleure qualité (développement et structuration de filières bio, structuration d’une interprofession en charge de l’apiculture, développement de circuits courts sur les marchés locaux et sous-régionaux), garantissant ainsi des revenus améliorés aux populations rurales ciblées, ce qui diminuera d’autant l’exode vers les centres-urbains.

Objectifs en France :
A long terme, le projet vise à renforcer le tissu des acteurs du Grand Est impliqués dans le partenariat.
L’appui apporté par GESCOD à travers son expertise croisée, la mutualisation et la capitalisation des expériences, contribue à professionnaliser l’aide apportée par les partenaires aux divers projets techniques et de politiques publiques et à crédibiliser la pertinence de la coopération décentralisée auprès de leurs populations et OSC.
Le projet vise aussi à associer de manière durable des opérateurs économiques du Grand Est de sorte à ouvrir des perspectives économiques pour le territoire. Enfin, il vise à consolider et amplifier l’appropriation locale de la coopération décentralisée, en impliquant la société civile, en particulier les jeunes et la diaspora, de manière à enrichir le projet et à en faire un véritable terreau d’échanges entre territoires Nord et Sud.
Description détaillée du partenariat
Les communes de Saa et Bandjoun, dont une part importante de l’économie locale est liée au secteur agricole, s’engagent pour la promotion d’une agriculture durable et de pratiques agroécologiques plus respectueuses de l’environnement. Elles s’appuieront pour cela sur l’ISSAEER/CEFRA de Saa et d’autres structures de formation proches de Bandjoun qui structurent progressivement une part de leur enseignement vers les techniques agricoles durables. Les deux communes s’engagent également dans la valorisation des déchets ménagers solides pour produire du compost en optimisant les capacités de leurs services d’hygiène, au bénéfice des agriculteurs qui trouveront là une source de fertilisant organique. Le développement de techniques de production apicole modernes complète cette orientation en contribuant à l’augmentation des rendements agricoles et des revenus directs des producteurs.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
ISSAEER (Institut Supérieur des Sciences Agronomiques, de l’Environnement et de l’Entreprenariat Rural)
Maître(s) d'ouvrage
Communauté de communes de Selestat et environs, Commune de Saa, Selestat, SMICTOM d'Alsace centrale, Erstein, Strasbourg, Communauté de communes du canton d'Erstein, Commune de Pete-Bandjoun, Canop’Terre, Lycée d’enseignement général et Technologique Agricole d’Obernai, GESCOD – Grand Est Solidarit
Bénéficiaire(s)
Au Cameroun : Agents et élus des collectivités de Saa et Bandjoun, leurs populations (environ 150 000 hab.), l’ISSAEER (modules de formations) et ses apprenants, les agriculteurs locaux (alternatives aux engrais et pesticides), les services de l’Etat et autres acteurs associés. En France : Agents et élus des 5 collectivités Grand Est engagées dans le projet, GESCOD et son réseau de partenaires, experts et opérateurs économiques associés, la société civile alsacienne.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Saa Cameroun commun.ico.loupe.alter
Commune de Pete-Bandjoun Cameroun commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune de Saa MESSINA NOAH Jean Blaise Maire communesaalarose@yahoo.com
Commune de Pete-Bandjoun MAPTUE FOTSO Nicky Love Adjoint au Maire nickylovefotso@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Communauté de communes de Selestat et environs commun.ico.loupe.alter
SMICTOM d'Alsace centrale commun.ico.loupe.alter
Strasbourg commun.ico.loupe.alter
Communauté de communes du canton d'Erstein commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 40500 2019
Communauté de communes de Selestat et environs 5714 0 0 5000 2019
SMICTOM d'Alsace centrale 7143 2019
Strasbourg 8571 2019
Communauté de communes du canton d'Erstein 2857 2019
Collectivités et partenaires étrangers 17200 2019




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013