Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Organisation du Forum « Manger local pour agir global », articulé avec une étude ayant pour objet le repérage et l’analyse d’initiatives d’alimentation responsable et durable au Burkina Faso.
Année de première signature de la convention
2015
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Education, Social et Recherche Coopération universitaire, scientifique et recherche 1
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2019
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2020
Contexte
Le projet se propose de montrer pourquoi et comment les enjeux planétaires (réchauffement climatique, ressources aquatiques, érosion de la biodiversité, désertification, sécheresse, pauvreté, malnutrition, exode rural…) nécessitent que des politiques locales soient mises en œuvre. Il s’inscrit donc dans les mouvements internationaux de collectivités qui, à côté de la responsabilité des états, s’organisent pour apporter « des solutions locales à un désordre global ».

Le forum repose sur une réflexion commune et des échanges sur les systèmes alimentaires territorialisés. L’approche « système alimentaire » suppose une concertation entre les diverses familles d’acteurs qui s’intéressent aux questions alimentaires pour définir conjointement un « avenir alimentaire souhaitable » pour leur territoire. Par rapport aux approches classiques sur l’alimentation, elle renouvelle le discours et les pratiques en considérant le fait alimentaire dans toute sa complexité, liant des enjeux multiples : préservation de l’environnement, accès de tous à une alimentation saine, santé publique, développement territorial, emploi, nouveaux modèles d’urbanisme… Elle reconnaît également le rôle éminent de l’action locale, qu’il s’agisse de la société civile ou des représentations politiques, pour organiser des chaînes alimentaires durables et justes, mais aussi efficaces et résilientes. La localisation du Forum fait qu'une part importante des échanges sera consacrée aux ressources hydriques.
En France, le concept de système alimentaire a été théorisé puis mis en œuvre par l’action de la société civile, relayée par les pouvoirs publics en 2014. Il est désormais largement diffusé, notamment par l’élaboration de Projets Alimentaires Territoriaux à tous les échelons de gouvernance. Il inspire les positions des collectivités françaises dans leurs réseaux internationaux, comme l’ORU / FOGAR.
Le Brésil a mis en œuvre depuis le début des années 2000 des politiques nationales et locales qui illustrent cette approche. Après des succès notables, notamment dans la lutte contre la faim et la promotion de l’achat public local, celles-ci sont progressivement démantelées à l’échelle centrale, alors que les collectivités y restent attachées.
Au Burkina Faso, cette approche n’inspire pas encore les stratégies de la société civile ni celles des collectivités. Un enjeu essentiel du forum sera donc de la présenter, à la fois sur ses fondements théoriques, mais aussi et surtout sur les conséquences pratiques qui peuvent en être tirées pour l’action économique, politique, sociale, environnementale.
Historique
Au mois de mai 2016 s’est tenu le premier « forum franco brésilien des circuits courts », sous-titré « agriculteurs et consommateurs unis pour un commerce équitable et solidaire ». Il s’est tenu dans la ville de Pinheiral, dans l’état de Rio de Janeiro, en collaboration avec la municipalité et l’établissement d’enseignement agricole local. Cet événement a été soutenu par la Région Bretagne et l’Ambassade de France au Brésil. Il a été organisé par Terralim, en coopération avec les CIVAM de Bretagne.

En novembre 2018, une nouvelle édition du forum a eu lieu dans la commune de Volta Redonda. Elle s’est consacrée à une réflexion collective sur le thème « alimentation, eau et biens communs ». Avec les mêmes soutiens, auxquels s’est jointe la collectivité eau du bassin rennais et le comité de bassin du Paraiba, elle a examiné comment, concrètement, des systèmes alimentaires territorialisés aident à préserver les biens communs, et en particulier l’eau de qualité. Une délégation du Burkina Faso, composée d’un représentant élu, M. Eric Tiemtoré, président de la Région du Centre, et d’un représentant associatif, M. Ali Tapsoba, du Collectif Citoyen pour l’Agro-Ecologie, a pris part au forum. Outre des contributions propres, les représentants burkinabé ont pu s’imprégner de l’esprit et du mode d’organisation de l’événement.

Convaincus de l'intérêt de telles rencontres, les participants Burkinabé ont décidé de porter l’initiative dans leur pays. Il est donc programmé une rencontre Burkina-Brésil-France à la fin du mois de novembre 2019, qui sera consacré à une réflexion collective sur l'action locale pour contribuer à affronter des menaces globales.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
A plus long terme, les objectifs du projet sont de :

- Faire émerger des propositions de nouvelles politiques publiques burkinabé pour la transition alimentaire.

- Participer à la construction ou au renforcement de partenariats Nord-Sud ou Sud-Sud visant à accélérer la transition alimentaire et écologique au Burkina Faso.

Exemples de partenariats souhaitables : partenariats économiques pour le développement ou la création de filières alimentaires équitables et biologiques ; partenariats entre acteurs de l’enseignement agricole ; partenariats entre acteurs associatifs pour une recherche de synergies entres projets ; renforcement des coopérations décentralisées autour des enjeux alimentaires et agricoles, etc.

Objectifs en France :
La Bretagne, sous l’impulsion du Conseil Régional, se positionne comme une terre du « bien manger ». Les enjeux sont essentiels en termes de qualité des eaux, de santé publique et de transition agricole et alimentaire.
Les entreprises de la chaîne alimentaire bretonne sont fonctionnellement liées au Brésil, d’où provient le soja majoritairement OGM qu’elles utilisent, mais aussi au Burkina, qui devient source d’approvisionnement pour des protéines garanties sans OGM ou biologiques.
L’enjeu de long terme, en complément des questions planétaires à traiter ensemble, relève donc aussi de la compétitivité à long terme des entreprises bretonnes par la qualité.
Description détaillée du partenariat
Le projet articule plusieurs actions visant à faire converger les réflexions des sociétés civiles et des collectivités sur la problématique de la transition alimentaire et des systèmes alimentaires territorialisés. Le point central du projet est le forum « Manger local pour agir global » qui réunira le Burkina Faso, le Brésil et la France. Il se tiendra sur 3 jours du 20 au 22 novembre 2019 à Ouagadougou, dans la continuité des forums organisés en 2016 et 2018 au Brésil. Le forum sera articulé avec une étude réalisée en amont ayant pour objet le repérage et l’analyse d’initiatives d’alimentation responsable et durable au Burkina Faso. En parallèle du forum, une formation des conseillers/techniciens agricoles sur les systèmes alimentaires territorialisés pourra être proposée, ainsi que des visites d’initiatives exemplaires.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional de Bretagne, Région du Centre
Bénéficiaire(s)
400 participants sont attendus, avec des profils très variés : - Réseau Bretagne Solidaire (RRMA) - Pouvoirs publics burkinabé et collectivités territoriales - Pouvoirs publics français : Conseil Régional de Bretagne, Ambassade de France. - Autres acteurs burkinabé, brésiliens et français : entreprises, scientifiques, établissements d'enseignement, agriculteurs insérés dans des projets collectifs, consommateurs (AMAP et homologues).

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région du Centre Burkina Faso commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Région du Centre TOGUYENI Fatimata Directrice de la coopération décentralisée tfatimata4@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional de Bretagne commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 20000 2019
Conseil régional de Bretagne 20000 2019
Collectivités et partenaires étrangers 16047 2019
Régions de France 3166 2019
Agence de l'eau Loire Bretagne 20000 2019
Eau du bassin rennais 6200 2019
Afrique Verte 1000 2019
RESOLIS 5167 2019
Ingalan 14909 2019




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013