Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Cotonou"

Correspondant coopération décentralisée
Lara GILMAN
Courriel : lara.gilman-ancb[at]hotmail.com
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Jean-Michel KASBARIAN
Courriel : jean-michel.kasbarian[at]diplomatie.gouv.fr

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Lomé"

Correspondant coopération décentralisée
Antoine BOUDOU
Courriel : antoine.boudou[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Gilles GANIVET
Courriel : gilles.ganivet[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Appui à l’insertion économique des jeunes femmes de la région Centrale (Togo) et des départements du Borgou et de l’Alibori (Bénin) en renforçant leur employabilité et leur autonomie
Année de première signature de la convention
1987
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Education, emploi, formation professionnelle
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Education, Social et Recherche Jeunesse & genre 1
Education, Social et Recherche Insertion sociale 2
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2020
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2021
Contexte
Les résultats du RGPH 2010 montrent que sur 6,2 millions d’habitants au Togo, dont 48,6% d’hommes et 51,4% de femmes, la proportion des femmes salariées du public est moins élevée que celle des hommes (64,6% contre 84,6%). Dans le privé, ce pourcentage reste également faible par rapport à celui des hommes. Le revenu global des femmes est trois fois inférieur à celui des hommes. D’une manière générale, cette féminisation de la pauvreté s’explique en partie par :
– l’accès difficile aux facteurs de production, aux ressources et aux opportunités économiques et sociales ;
– l’insuffisance des infrastructures de base permettant d’alléger la pénibilité de certains travaux et de faciliter l’accès aux marchés (stockage, transformation et conservation de la production, pistes rurales…),
– l’analphabétisme des femmes (52,4% contre 76,9% d’hommes) et le faible niveau d’instruction des filles.
Malgré les efforts investis ces deux dernières décennies, les femmes togolaises se heurtent à une multitude d’obstacles sur la voie de l’autonomie et de l’égalité.
Au sein de la famille, le rôle attribué à la femme est essentiellement domestique avec un statut inférieur à celui de l’homme. Or le développement ne peut s'effectuer sans la prise en compte de tous les acteurs sociaux. Pour faire face à cette situation, des transformations structurelles nécessaires s’imposent en relation avec les statuts et les rôles des femmes et des hommes dans la famille et dans la société.
Au Bénin, l’emploi, la formation et l’insertion professionnelle sont au centre des débats. Les difficultés d’insertion des jeunes et des femmes en particulier sur le marché du travail sont notamment liées à la faiblesse du tissu économique et à son incapacité à offrir des débouchés aux jeunes. Le sous-emploi est le véritable problème des jeunes au Bénin.
Le taux de chômage chez les jeunes augmente avec le niveau d’instruction : 27,6% pour le niveau supérieur. Ce taux est le triple de celui du niveau secondaire et est quatre fois supérieur à celui du niveau primaire.
En réponse à la crise de l’emploi, fait structurel à l’économie du pays, les gouvernements se sont toujours préoccupés d’une prise en charge des jeunes et des femmes, principales victimes du phénomène. Cette volonté politique se confirme par l’élaboration de la présente Politique Nationale de l’emploi.
Selon le gouvernement béninois le chômage et le sous-emploi sont des défis auxquels est confronté le Bénin puisque, plus de 50% de la population active est en situation de sous-emploi. La majorité des jeunes de 15 à 35 ans sont affectés par cette situation qui demeure encore plus préoccupante pour la tranche de 25 à 34 ans.
Historique
Depuis 2007, la Région Grand Est a fait du développement local un des axes prioritaires de sa politique de coopération décentralisée avec la Région Centrale et les Départements du Borgou et de l’Alibori au Bénin. Plusieurs programmes ont favorisé le développement inclusif et durable en prenant en compte différents facteurs comme la place de la femme dans le système de production ou encore des productions économes en intrants et plus respectueuse de l’environnement. Ce secteur d'activités considéré comme gage d’une dynamique de développement durable a fait l’objet de plusieurs programmes triennaux, sountenus par le MEAE et projets en cohérence avec la politique des Etats concernés, mais aussi respectueux des OMD hier et des Objectifs de Développement Durable aujourd’hui (ONU).
A titre d’exemple, on peut citer :
– l’amélioration de l’aviculture villageoise féminine (2011), cofinancé par le MAEDI ;
– le renforcement et la structuration de la filière production/commercialisation d’anacarde (2012) qui a pris en compte l’implication de la femme en milieu rural ;
– la structuration des filières agricoles financée en 2015 par la Région Grand Est qui consistait à construire et à équiper deux magasins de warrantage au profit de deux coopératives agricoles dans lesquelles les femmes étaient très engagées ;
– la sécurité alimentaire avec la promotion de la culture des légumineuses à grains et organisation de la filière Niébé dans la Région Centrale (2013-2015, cofinancé par le MAEDI) ;
– l’appui à l’autonomisation économique de la femme en milieu rural par la diversification des productions agricoles dans la Région Centrale (2016-2018, cofinancé par le MAEDI) ;
Ce dernier projet a été mis en valeur par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes . Ces projets ont notamment permis d’obtenir des acquis intéressants qu’il convient aujourd’hui de capitaliser. Ces projets ont suscité d’ailleurs de l’intérêt chez d’autres organisations féminines porteuses de nouveaux besoins, ce qui a conduit la Région Grand Est et ses partenaires a développé une nouvelle action t favorisant la promotion de l’égalité femmes-hommes par le développement socio-économique au bénéfice des femmes de la région Centrale (2019-2021).
Tous ces projets sont en cohérence avec la politique de l’Etat togolais en matière de promotion de la femme, longtemps inscrite dans l’agenda au nombre des préoccupations majeures. Ils ont été mis en œuvre avec l’implication des populations bénéficiaires et des autorités locales. Ils se sont soldés par des résultats très satisfaisants.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
- Apporter des réponses à des jeunes filles déscolarisées en adéquation avec les besoins du milieu ;
- Favoriser la prise de conscience des femmes sur l’approche genre et leur rôle dans le développement de son milieu.
- Assurer l’insertion économique de jeunes femmes et leur autonomie financière

Objectifs en France :
Transfert et valorisation des savoirs faire de nos acteurs et actions de solidarité et de co-développement.
Description détaillée du partenariat
Fort de la capitalisation tirée du projet développé au Togo sur l’autonomisation économique des femmes en milieu rural (2016-2018), ce projet vise à développer l’employabilité et l’autonomie des jeunes femmes et promouvoir l’égalité Femme-Homme dans la Région Centrale et dans les départements du Borgou et de l’Alibori par le développement d’activités économiques. De manière plus spécifique, il a pour objectifs de renforcer la prise de conscience des jeunes femmes sur l’approche genre et leur rôle dans le développement de leur milieu, favoriser leur ouverture d’esprit vers un savoir-faire universel, développer leurs capacités techniques en coopératives sur des activités innovantes de développement économique local.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional du Grand Est, Départements de l’Alibori et du Borgou, Région Centrale
Bénéficiaire(s)
En France, les bénéficiaires du projet seront les experts qui pourront être sollicités pour les missions de renforcement des capacités mais également l’ensemble les acteurs concernés. Dans les pays partenaires, c’est la population en général et plus particulièrement, les jeunes filles et femmes, membres des coopératives concernées et leurs familles respectives qui en seront les premiers bénéficiaires.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région Centrale Togo commun.ico.loupe.alter
Départements de l’Alibori et du Borgou Bénin commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Départements de l’Alibori et du Borgou Moussa Mohamadou Préfet de l’Alibori prefecturekandi@gmail.com
Région Centrale Anakpa Mani Préfet de Mô p.bonheur67@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional du Grand Est commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 26500 2020
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 26500 2021
Conseil régional du Grand Est 37350 2020
Conseil régional du Grand Est 41350 2021
Collectivités et partenaires étrangers 23250 2020
Collectivités et partenaires étrangers 23250 2021
Grand Est Solidarités et Coopérations pour le développement (Gescod) 500 2020
Grand Est Solidarités et Coopérations pour le développement (Gescod) 500 2021
Go to Togo Solidarité 3750 2020
Go to Togo Solidarité 5250 2021




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013