Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Renforcement des services sociaux de la ville et de ses partenaires publics et privés pour améliorer l’accueil, la prise en charge, l’orientation et l’insertion scolaire et socio-professionnelle des enfants en situation de rue à Guédiawaye
Année de première signature de la convention
2019
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Insertion sociale
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2020
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2022
Contexte
Au Sénégal, les « enfants de la rue », victimes d’un environnement socio-économique dégradé ou de l’exploitation d’un tiers, et dont le parcours est souvent jalonné d’une succession de ruptures avec la famille ou le tuteur, sont parfois conduits à s’installer véritablement dans la rue. Estimés entre 50 000 et 100 000 dans le pays, l’UNICEF estimait en 2007 que 7600 enfants se livraient à la mendicité dans la région de Dakar, dont 1480 dans le département de Guédiawaye (20%). Agés en moyenne de 11 ans (le plus jeune 2 ans), près de 50% des enquêtés avait moins de 10 ans. 90% étaient talibés, et 95% originaires d’autres régions ou pays. Victimes d’exploitation et d’abus, ces enfants souffrent de vulnérabilités psychosociales, sanitaires, épidémiologiques, et de faiblesse dans les « compétences de vie », impactant leur insertion et les amenant parfois à entrer en conflit avec la loi.
Malgré l’évolution de la réponse institutionnelle, progressivement ouverte à une approche par la rééducation et la prévention, seules 3 régions disposent d’un centre d’accueil aux capacités limitées et non comblées par les centres privés. Malgré la volonté présidentielle de « retirer les enfants de la rue », et une première opération en 2016, puis une deuxième en 2017-2019 qui a permis la restitution de 300 enfants à leur famille, et la construction de daaras publics, la protection de l’enfance souffre encore du manque de moyens et de cohérence dans les programmes.
A Guédiawaye, Ville de 400 000 habitants proche de Dakar dont le dynamisme économique reste informel, les services de la Ville, du Département et de l’Action Educative en Milieu Ouvert s’appuient depuis 2004 sur des centres privés, et engagent, via le Comité Départemental de Protection de l’Enfant et les Comités de Quartiers, un dialogue avec les acteurs associatifs pour mener des activités de prévention, prise en charge, régularisation, et insertion. Cependant, ils souffrent encore du manque d’attache des associations avec les mécanismes de protection sociale et judiciaire, et d’un manque de moyens.

Souhaitant répondre à l’urgence de la situation, amplifiée par la crise du Covid qui a durcit les conditions des enfants et a accentué leur vulnérabilité malgré le projet « Zéro enfant dans la rue », le Maire a exprimé la volonté de renforcer la cohérence des actions menées par les services de la ville, des communes, du département, et de l’AEMO, avec les associations, en s’appuyant sur sa coopération avec Mantes-la-Jolie.

Les services de la Ville et des Communes en particulier souhaitent renforcer durablement leur action dans ce domaine, en déployant leurs efforts au-delà du seul appui aux structures privées.
Historique
Au Sénégal, Mantes-la-Jolie a débuté son engagement par la construction de la Première Case des tout-petits en 2002, avec la Commune de Kanel comme partenaire. La collectivité française a ensuite continué de s’engager dans le secteur de l’éducation avec l’équipement de 42 classes en Tableaux Numériques Interactifs, bénéficiant à 2400 élèves depuis 2011.
Initiant en 2007 à Dakar, la première campagne d’opérations gratuites de la cataracte cécitante avec le soutien du Ministère de la Santé, le programme humanitaire s’est poursuivi à Ziguinchor puis à partir de 2015 à Ourossogui, en partenariat avec les départements de Matam et Kanel.
Faisant appel au Fonds conjoint franco-sénégalais en 2016 pour initier une nouvelle dynamique, un premier programme permet aux trois partenaires la formalisation de deux projets économiques à fort impact. En 2018-2020, un second projet aboutit à la création de deux Bureaux Economiques Locaux, qui grâce à la formation de personnels compétents, assurent la formation et l’accompagnement de 50 jeunes pour la création d’entreprise du secteur agricole.
Ciblant le renforcement des BEL et l’accès aux financements des jeunes en 2020-2022, Mantes-la-Jolie a souhaité par ailleurs répondre à la sollicitation de la Ville de Guédiawaye pour s’engager dans le domaine social, qu’elle a expérimenté depuis plusieurs années au Maroc, où elle s’est engagée successivement depuis 1991 avec de nombreux partenaires.
Lors de ses dernières réalisations cofinancées par les fonds conjoints 2016 et 2019, Mantes-la-Jolie a ciblé la politique sociale de proximité avec son partenaire de la Municipalité de Rabat, ainsi que l’accompagnement à la création du complexe socio-éducatif AL MAJD avec son partenaire du Conseil Préfectoral de Rabat.
Poursuivant ses efforts avec le Conseil Préfectoral de Rabat pour développer les capacités des cadres et agents du Centre Mohammedia pour la Protection Sociale et du Centre social Al Amal dans le domaine de l’accueil et de l’orientation des enfants en situation de rue, la Ville de Mantes-la-Jolie s’est félicitée de l’engagement pris par le Conseil Préfectoral de Rabat et la Ville de Guédiawaye en faveur du renforcement de leur coopération au service du développement social.
C’est ainsi qu’en préfiguration d’une future coopération tripartite liant les trois entités française, marocaine, et sénégalaise, la Ville de Guédiawaye a souhaité s’engager avec la Ville de Mantes-la-Jolie dans un premier projet ciblant le renforcement des capacités et la mise en cohérence des réponses apportées par la ville et ses partenaires publics et privés à la problématique de l’insertion des enfants en situation de rue à Guédiawaye.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
La stratégie des collectivités s’appuie sur les échanges de pratiques et le renforcement pour répondre de façon durable à la problématique :
-accueil, d’information, prise en charge, accompagnement vers la sortie de la rue
-partenariats pour la restitution des jeunes à leurs familles, leur insertion
-sensibilisation des communautés sur les violences faites aux enfants, sur les grossesses précoces
-détection, alerte, écoute des enfants, instruments juridiques, thérapies familiales, appui psychosocial
-définition d’une politique municipale sur la protection de l’enfance
Les actions pourront ensuite s’élargir à d’autres champ d’intervention : droits des femmes, droits des migrants, avec un appui à une meilleure structuration des services de la ville.
A moyen terme les deux collectivités s’appuieront sur des échanges d’expériences triangulaires avec le Conseil Préfectoral de Rabat.

Objectifs en France :
Au-delà de notre projet, la stratégie poursuivie avec notre partenaire pour favoriser le développement du territoire français consiste à :
- sensibiliser les citoyens issus de la diaspora aux actions entreprises pour le développement et l’amélioration du bien-être au Sénégal
- renforcer les liens unissant les deux territoires pour développer un attachement à la communauté d’intérêt entre les deux territoires
- renforcer l’attractivité du territoire sénégalais pour les habitants du Mantois et inversement
- stimuler la création d’activités entre les deux territoires, favorisée par un environnement plus attractif
- développer des coopérations tripartites entre Mantes-la-Jolie, Guédiawaye et le Conseil Préfectoral de Rabat pour accélérer le développement et l’attractivité des territoires
- renforcer la communauté d’intérêts entre les trois territoires français, sénégalais et marocain.
Description détaillée du partenariat
La Ville de Guédiawaye concentre le plus fort taux d’enfants en danger ou en conflit avec la loi, recensés par l’Action Educative en Milieu Ouvert, après la Commune de Pikine. Le présent projet répond à la volonté de Mantes-la-Jolie et de Guédiawaye de mutualiser leurs moyens pour améliorer la prise en charge et l’insertion des publics. Sur la base d’un diagnostic, un cadre commun sera élaboré entre acteurs publics (ville, communes, département, Etat) et privés (associations), pour l’élaboration d’un plan d’action et d’un plan de renforcement des capacités, qui seront déroulés sur deux ans. Ce projet préfigure la coopération tripartite entre le Conseil préfectoral de Rabat (partenaire de Mantes-la-Jolie dans le secteur socio-éducatif), la Ville de Guédiawaye, et la Ville de Mantes-la-Jolie dans le domaine. Une volonté officialisée par la signature de conventions en 2020.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Mantes la Jolie, Ville de Guediawaye, ADEFRAMS
Bénéficiaire(s)
Bénéficiaires directs au Sénégal : agents des services sociaux de la Ville de Guédiawaye et des cinq communes qui la compose (Golf Sud, Sahm Notaire, Wakhinane-Nimzatt, Ndiarème-Limamoulaye, Médina-Gounass), agents des services du département, agents de l’Action Educative en Milieu Ouvert, associations du secteur, en visant l’égalité femmes-hommes Bénéficiaires indirects : au Sénégal, les enfants en situation de rue et les habitants de la Ville ; en France les agents et habitants de la Ville

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
MCTDAT Sénégal commun.ico.loupe.alter
Ville de Guediawaye Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Guediawaye NDIAYE Charles Ousmaïla Directeur de la Jeunesse, des Affaires sociales et sanitaires mr2008ndiaye@yahoo.fr
MCTDAT GAYE Khady Dieng Conseillère technique Coopération décentralisée xadipapa@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Mantes la Jolie commun.ico.loupe.alter



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 7500 2020
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 7500 2021
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 7500 2022
Mantes la Jolie 4300 2020
Mantes la Jolie 12200 2021
Mantes la Jolie 1500 2022
Collectivités et partenaires étrangers 11333 2020
Collectivités et partenaires étrangers 11333 2021
Collectivités et partenaires étrangers 11333 2022




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013