Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ottawa"

Correspondant coopération décentralisée
Sarah VAILLANT
Courriel : sarah.vaillant[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Stéphane CATTA
Courriel : stephane.catta[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Repenser la ville en transition avec les citoyens (titre provisoire):Forts de leurs relations multiples, Strasbourg et Montréal souhaitent développer une coopération décentralisée pour repenser la ville en transition écologique et sociale, dans le c
Année de première signature de la convention
2017
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Protection / Gestion de l'environnement / Biodiversité
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Economie durable Aménagement du territoire et transports Planification et développement urbain 1
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2021
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2023
Contexte
L’action publique n’est pas encore parvenue à répondre, par ses politiques et ses projets, aux enjeux posés par le changement climatique. La réalité des pratiques institutionnelles et privées montre encore trop d’inerties. Si nombre d’initiatives vont dans le bon sens, un changement d’échelle est indispensable au regard des objectifs à atteindre. Ceci appelle de nouvelles stratégies et une évolution des modes de gouvernances.
La crise de la COVID-19 et ses externalités sociales et économiques agissent comme un nouveau révélateur des fragilités et limites de nos organisations, mais aussi comme un catalyseur des changements devant survenir.
Au regard de l’évolution des attentes sociétales et des moyens dont disposent les collectivités, une lutte plus efficace passe par une mobilisation accrue et une coopération mieux articulée des acteurs du territoire (institutionnels, privés, citoyens). Collectivement, nous pouvons franchir un palier d’efficacité de nos actions.
Cette «activation de l’écosystème local», mission de plus en plus dévolue aux collectivités, nécessite de mieux coopérer et passe par plus de coproduction de l’action publique. Elle nécessite de refonder l’équilibre existant entre les «traditionnels réflexes descendants et habitudes de contrôle» des collectivités qui s’avère indispensable (pouvoir réglementaire) et l’acceptation d’un nécessaire «lâcher prise» pour coproduire et aller collectivement plus loin. Ce «pas de côté» est une condition pour mettre en mouvement l’ensemble des acteurs. Il permet de mobiliser des énergies et leviers d’actions qui dépassent la portée et «force de frappe» actuelle des puissances publiques (moyens humains et financiers, complémentarités des actions publiques, privées et citoyennes).
Enfin, face au défi climatique, il faut expérimenter pour apporter des solutions alternatives facilitant les transitions (mobilité, énergie, nature…). Comment mieux y parvenir qu’associer dans un cadre ainsi renouvelé, réunissant porteurs et chercheurs de solutions, maîtrises d’ouvrages, techniques et d’usages ?
Cette coopération vise donc à enrichir nos approches respectives déjà engagées sur ces nouveaux «modes de faire» pour consolider notre vision et nos démarches, malgré la crise sanitaire. C’est en expérimentant ensemble que nous démontrerons la pertinence de ces nouvelles pratiques pour construire et gérer la ville.
Le suivi-évaluation du projet prendra en compte ces nouveaux modes de gouvernance en analysant, comment cette stratégie de leviers réciproques fondée sur la participation citoyenne et l’implication des milieux académiques, économiques et de l’innovation permet de mieux répondre à l’enjeu de transition.
Historique
La Ville de Strasbourg s’est officiellement rapprochée de Montréal grâce au réseau de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) en juin 2017 à Montréal. Une entente d’amitié et de coopération portant sur différents thèmes a été signée. Strasbourg participe depuis à l’Observatoire international des maires pour le vivre ensemble, réseau porté par Montréal en lien avec la Commission sur le vivre ensemble de l’AIMF. Des échanges autour des mobilités urbaines ont été initiés au sein d’un autre réseau multilatéral de villes, Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU). La ville collabore avec un organisme montréalais, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, pour des formations et échanges dans le cadre de son plan d’action de prévention de la radicalisation.
L’Eurométropole de Strasbourg soutient et développe depuis plusieurs années des échanges économiques autour de l’innovation avec la province du Québec, faisant partie des territoires cibles de la stratégie économique internationale.
Cette coopération est pilotée de manière transversale au sein de l’administration et implique des partenaires variés sur nos territoires respectifs.
Depuis mars 2019, un nouveau volet de coopération se développe activement. Il est dédié aux questions de transition écologique, d’urbanisme durable, d’activation de l’écosystème des acteurs du territoire et de coproduction avec les citoyens. Quatre visites de délégations ont déjà mobilisé des élu.es, directeurs.trices, fonctionnaires et partenaires (opérateurs, structures, citoyens).
Ces échanges ont révélé de riches potentiels de coopération, des expertises complémentaires et donc des intérêts croisés. Montréal est principalement intéressée par les cadres qui accompagnent nos politiques de transition et les processus qui permettent de construire une ville plus durable, favorisant une approche ensemblière et coproduite et une nouvelle gouvernance basée sur la coopération des acteurs. Strasbourg s’intéresse aux spécificités des réflexions montréalaises centrées sur les stratégies d’articulations entre politiques publiques et leurs expertises reconnues en matière de mobilisation citoyenne comme leviers de transition.
Présentant des enjeux communs à notre territoire, l’arrondissement de Rosemont?La Petite-Patrie est reconnu pour son milieu de vie dynamique et tourné vers l’innovation et la transition écologique et sociale. Il vient d’adopter un plan stratégique pour la transition écologique de son territoire, axé sur les objectifs de développement durable. Il est très actif sur la question de la coproduction avec les citoyens. Les conditions d’une synergie active sont donc réunies.
Objectif du partenariat
Objectifs locaux :
Ainsi, l’arrondissement de RPP poursuit trois objectifs dans la durée :
1.Explorer de nouveaux modes et modèles de : tenure foncière, d’habitat participatif, partenariats de gestion de l'espace public, gestion de l’énergie et de nouvelles mobilités, le tout développé dans le cadre d’un échange d’expertises avec les strasbourgeois. L’objectif de ce volet est de développer un nouveau modèle pérenne de quartier carboneutre à appliquer au futur écoquartier de Bellechasse.
2.Définir un ou plusieurs modèles de participation citoyenne (ou de collectif citoyen) qui permettent l’évolution nécessaire des modes actuels de gouvernance afin d’inspirer la mobilisation citoyenne et de favoriser la légitimité et l’adhésion de la population aux actions de transition écologique.
3.Faire rayonner la culture du dynamisme et de l’innovation de RPP et de la Ville de Montréal au sein de la francophonie.

Objectifs en France :
Plusieurs objectifs guident la stratégie menée avec les partenaires associés ou prêts à rejoindre la dynamique :
1. Coopération internationale avec une ville experte : partage d’expériences et expérimentations innovantes ; démontrer par l’innovation conjointe
2. Renforcer nos capacités d’actions locales (collectivités et partenaires) : fédérer l’écosystème des acteurs locaux et mieux s’articuler
3. Renforcement des réseaux : dynamiser les échanges (émulation et nouveaux projets issus d’échanges hors cadre de la coopération par la mise en réseau des partenaires)
4. Relais dans nos réseaux à plusieurs échelles : régional, national
5. Promotion des actions « RPP/Montréal-Strasbourg » et de la coopération franco-québécoise : communication, recherche et valorisations académiques (partenaires universitaires), inciter autres territoires à coopérer.
Description détaillée du partenariat
Le projet entre l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie (150 000 habitants) et Strasbourg porte sur l’urbanisme en transition écologique, la nature, la mobilité innovante, la coproduction de solutions et donc l'évolution de la participation citoyenne. Il vise :
-une amélioration de l’impact des politiques publiques en la matière, par la fertilisation croisée des démarches développées au Québec et en France
-le prolongement de leurs efficacités par une coopération accrue avec les acteurs du territoire.
Les actions se concentrent sur la construction d’une gouvernance renouvelée, le partage d’outils et l’invention de nouvelles solutions en activant l’écosystème des acteurs locaux. L’objectif est de contribuer plus activement à la lutte contre le changement climatique, la transition énergétique et la mobilité durable, la sortie de crise (COVID-19) et la résilience des territoires.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Strasbourg, Ville de Montréal, Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, Eurométropole de Strasbourg
Bénéficiaire(s)
Les bénéficiaires directs sont les élu.e.s et agents des collectivités tout comme les partenaires associés au projet: collectifs citoyens, jeunes, chercheurs, opérateurs privés de l’urbanisme, entreprises, institutions. Les échanges et expérimentations visant une amélioration de l’action publique, qualité des projets réalisés, services alternatifs et améliorés bénéficieront aux résidents et usagers des territoires (accompagnement et solutions plus en phase avec les enjeux de transition).

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ville de Montréal, Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie Canada commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Montréal, Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie SIMONEAU Jean-François Conseiller en planification - gestion de projets jean-francois.simoneau@montreal.ca

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Strasbourg commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 3000 2021
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 3000 2022
Strasbourg 26144 2021
Strasbourg 31539 2022
Collectivités et partenaires étrangers 49645 2021
Collectivités et partenaires étrangers 49645 2022




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013