Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Titre
Soutien à la protection sociale, sanitaire et insertion économique des femmes au sein des régions partenaires au Bénin, au Sénégal, au Togo et au Maroc
Année de signature de la convention ou de la lettre d'intention
1987
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Jeunesse & genre
Sous-sous-thématique d'intervention
Genre

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>

Objectifs de développement durable - ODD

Objectifs de développement durable - ODD
Thématique éligible
1 - Pas de pauvreté 2
5 - Égalité entre les sexes 2
10 - Inégalités réduites 2
17 - Partenariats pour la réalisation des objectifs 2
2 - Faim « zéro » 1
3 - Bonne santé et bien-être 1
4 - Éducation de qualité 1
8 - Travail décent et croissance économique 1
11 - Villes et communautés durables 1
12 - Consommation et production responsables 1
13 - Mesures relatives à la lutte contre le changement climatique 1
16 - Paix, justice et institutions efficaces 1
Année de début du partenariat
2022
Le partenariat est :
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2023
Contexte et historique
Malgré les efforts investis ces deux dernières décennies, les femmes du Togo, du Bénin, du Maroc et du Sénégal se heurtent à une multitude d’obstacles sur la voie de l’autonomie et de l’égalité. Au sein de la famille, le rôle attribué aux femmes est essentiellement domestique avec un statut inférieur à celui des hommes. Ces rôles et stéréotypes de genre impactent grandement les femmes dans leur accès aux moyens de production, aux sphères décisionnelles, et aux opportunités d’emploi et d’investissement. Ils sont également à l’origine de violences subies en majeure partie par les femmes et les filles. Bien que des actions de lutte contre les violences soient engagées au niveau de ces pays, elles sont encore communément pratiquées. Au Bénin par exemple, une femme sur trois a été violée, battue, forcée à l'acte sexuel ou abusée au moins une fois dans sa vie. Au Maroc, la violence basée sur le genre (VBG) demeure socialement acceptée.

Au Bénin et au Togo, malgré leur interdiction, l’excision et les mutilations génitales féminines (MGF) sont encore pratiquées (entre 5 et 6% des femmes sont excisées) et cette pratique atteint presque le quart des femmes de 15 à 49 ans au Sénégal. Si la crise sanitaire de la COVID-19 a permis de mettre la lumière sur les inégalités et les violences subies par les femmes à travers le globe, elle a fortement contribué à les accentuer. Elle a également montré la nécessité de structurer et renforcer les moyens de prévention ainsi que de prise en charge de ces violences.

Ce phénomène de violence et des inégalités persistantes ne touchent pas que les 4 pays précités : il s’agit d’un phénomène mondial qui touche également la France et notre région. Au 23 novembre 2021, 102 femmes ont été assassinées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en France. Face à ce véritable fléau, la Région Grand Est a décidé de faire de la lutte contre les violences faites aux femmes la grande cause régionale du nouveau mandat, s’inscrivant parfaitement dans la stratégie nationale. En effet, dès 2022 des mesures concrètes seront prises, dans le cadre des compétences régionales et en complémentarité avec l’ensemble des acteurs et professionnels investis sur le sujet sur nos territoires. Pour ce faire, la Région Grand Est a défini 5 axes principaux dans le cadre de stratégie de lutte contre les inégalités femme-homme dans laquelle elle est engagée:
• développer l’entrepreneuriat au féminin et accompagner le leadership féminin
• favoriser la mixité des métiers et des filières et agir pour l’égalité professionnelle
• soutenir des actions à destination de la jeunesse
• mettre en œuvre des moyens d’actions remarquables menées sur son territoire pour plus d’égalité au quotidien
• lutter contre les violences sexuelles et sexistes et les violences faites aux femmes

Les difficultés que ressentent les femmes avec une particulière acuité ne sauraient être résolues par de simples ajustements conçus spécifiquement en leur faveur. Elles exigent des transformations structurelles nécessaires en relation avec les statuts et les rôles des femmes et des hommes dans la famille et dans la société. Ces transformations passent par des actions concrètes de sensibilisation, de renforcement de la prise en charge des violences, mais aussi des actions favorisant l’inscription socio-économique des femmes dans toutes les sphères de la société. En effet, le taux de participation des femmes au marché du travail reste largement inférieur à celui des hommes et l’accès à l’éducation reste très inégalitaire. Au Sénégal par exemple, la participation des femmes au marché du travail y est de 35,2 % contre 58,6 pour les hommes. Au Maroc encore, les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes à occuper un emploi. L’accès à l’alphabétisation, à l’instruction, à des formations de qualité, constituent autant de facteurs essentiels du potentiel d’autonomisation des femmes et des jeunes qu’il s’agit de développer.

Ce projet s’appuie sur les quatre partenariats historiques de la Région Grand Est, à savoir : les Départements du Borgou et Alibori au Bénin (1993), la Région de Ziguinchor en Basse-Casamance au Sénégal (1996), la Région Centrale au Togo (1987), et la Région de l’Oriental au Maroc (1991).

Plusieurs programmes ont favorisé le développement inclusif et durable en prenant en compte différents facteurs comme la place des femmes dans le système de production. Ce secteur d'activités considéré comme gage d’une dynamique de développement durable a fait l’objet de plusieurs programmes soutenus par le MEAE et projets en cohérence avec la politique des Etats concernés et celle de la Région Grand Est. Cette démarche s’est également inscrite dans un cadre plus global, celui des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement) hier et des Objectifs de Développement Durable aujourd’hui (ONU).
Objectif global du partenariat
L'objectif visé est de fédérer toutes les énergies pour l'éradication des violences et des inégalités subies par les femmes sous toutes leurs formes. Cela se fera à travers des séances d’information et de sensibilisation sur le droit des enfants et des femmes, la responsabilisation des femmes leaders et leaders communautaires pour s’impliquer activement dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) dans leurs villages, quartiers de villes, communes et départements respectifs. Par ailleurs, ce projet vise également à promouvoir l’égalité femmes-hommes en développant l’insertion socio-économique et la structuration des femmes en groupement d’insertion économique (GIE) favorisant leur autonomisation et leur inclusion économique et sociale.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Direction départementale des affaires sociales et de la microfinance du Borgou (DDASM) / Centre de Promotion sociale du Borgou et Alibori, SOLIDEV, Association Oujda Aïn Ghazal 2000, Direction régionale de l’action sociale, de la promotion de la fem
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional du Grand Est, Conseil Départemental d’Oussouye, Région de l’Oriental, Région Centrale, Départements de l’Alibori et du Borgou

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Départements de l’Alibori et du Borgou Bénin commun.ico.loupe.alter
Région Centrale Togo commun.ico.loupe.alter
Région de l’Oriental Maroc commun.ico.loupe.alter
Conseil Départemental d’Oussouye Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Région Centrale ANAKPA Mani Préfet de Mô p.bonheur67@yahoo.fr
Région de l’Oriental ZEROUALI Mohammed Chef de la division des affaires économiques, du marketing territorial et de la coopération m_zerouali@yahoo.fr
Départements de l’Alibori et du Borgou KY-SAMAH Ahmed Préfet de l'Alibori prefectureparakou@yahoo.fr
Conseil Départemental d’Oussouye DIATTA Mamadou Secrétaire Général dyata10@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional du Grand Est commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Année
Grand Est Solidarités et Coopérations pour le développement (Gescod) 8500 2022
Collectivités et partenaires étrangers 27500 2022
Conseil régional du Grand Est 59800 2022
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 112000 2022





Évaluation, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Suivi-évaluation
Le suivi-évaluation sera effectué par la Région Grand Est et ses partenaires, avec l’appui de Gescod, en parfaite concertation avec les acteurs locaux, et selon une démarche privilégiant une approche participative axée sur l’analyse des processus et la capitalisation, dans une perspective de partage et d’échange. Seront ainsi mis en place les outils de suivi qualitatif et quantitatif (tableaux de suivi, réunions de suivi, rapports annuels). Des indicateurs sexo-spécifiques seront développés et utilisés pour assurer la bonne mise en œuvre des activités. Les ateliers et activités seront documentés par des rapports trimestriels et annuels ou comptes rendus et par des témoignages, fournissant des éléments de suivi. Enfin, une évaluation du projet et une démarche de capitalisation sera aussi mise en place afin de mettre en lumière les résultats, obstacles et perspectives éventuelles. En outre, au Bénin, au Togo et au Sénégal, un ou une chargé.e de suivi et d’animation spécialisé.e sur le genre sera recruté.e dans chacun des pays tout au long du projet.

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013