Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Titre
Soutenir le présent, investir sur l’avenir : les jeunes au cœur du développement ici et là-bas
Année de signature de la convention ou de la lettre d'intention
1996
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
Education, Social et Recherche Jeunesse & genre 1
Economie durable Agriculture et développement rural 2
Education, Social et Recherche Education, emploi, formation professionnelle 3
Environnement, Climat et Energie Protection / Gestion de l'environnement / Biodiversité 4
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>

Objectifs de développement durable - ODD

Objectifs de développement durable - ODD
Thématique éligible
1 - Pas de pauvreté 2
2 - Faim « zéro » 2
4 - Éducation de qualité 2
6 - Eau propre et assainissement 2
8 - Travail décent et croissance économique 2
10 - Inégalités réduites 2
12 - Consommation et production responsables 2
13 - Mesures relatives à la lutte contre le changement climatique 2
17 - Partenariats pour la réalisation des objectifs 2
3 - Bonne santé et bien-être 1
5 - Égalité entre les sexes 1
11 - Villes et communautés durables 1
14 - Vie aquatique 1
15 - Vie terrestre 1
16 - Paix, justice et institutions efficaces 1
Année de début du partenariat
2022
Le partenariat est :
En cours
Date de fin du partenariat
31/12/2024
Contexte et historique
Le Mali connait une crise multidimensionnelle complexe, accentuée par les conséquences de la grande insécurité dans la bande sahélienne. L’accès aux besoins de base des populations, constitutifs des droits de l’homme, en est restreint et provoque des situations de fragilité et d’instabilité.

Les impacts du changement climatique sont une source de préoccupation majeure tant pour la stabilité du pays que pour la vie d’une grande partie des Maliens. La raréfaction des ressources en eau, les mauvaises répartitions pluviales, ainsi que la perte de fertilité des sols, accentuent l’insécurité alimentaire et provoquent des conflits d’usage qui soutiennent des phénomènes de violence plus larges. Au-delà des aléas climatiques, les zones cultivées se réduisent dans les zones de conflit. Cette crise modifie les usages agro-pastoraux, provoquant des tensions, dont les femmes et les jeunes sont les premières victimes. En 2022, la malnutrition aiguë globale demeure à 10% au niveau national. Les situations des cercles de Nioro-du-Sahel, Diéma et Douentza sont considérées comme graves/sévères, sans perspective d’amélioration compte-tenu des mauvaises performances agricoles. La saison agricole 2021 a été catastrophique au Mali. Les prix des denrées et des intrants agricoles augmentent sur les marchés des cercles, phénomène amplifié par la hausse des cours sur le marché mondial.
Des groupes armés de différentes natures occupent une large partie du territoire malien, au nord et au centre du pays et désormais vers l’ouest de manière moins marquée. Il en résulte une situation d’instabilité, mais aussi l’affaiblissement du service public. Les déplacements périlleux accroissent les besoins de proximité. Le sentiment de délaissement des populations par les autorités publiques exacerbe l’émergence des phénomènes de défiance envers l’autre. Lorsqu’ils sont dépourvus d’espoirs plus grands, les jeunes présents dans ces zones sont des cibles de recrutement privilégiées pour les groupes armés et/ou des candidats à l’émigration interne et externe.
Il en résulte des mouvements de population importants, accentuant la vulnérabilité des ressources des populations et collectivités accueillantes. Ces déplacés fuient la violence, ainsi que l’insécurité alimentaire. A l’échelle nationale, le nombre de personnes déplacées internes a doublé depuis 2019, atteignant 401 000 fin 2021. Plus de 64% auraient moins de 18 ans.
De nombreuses écoles du nord et du centre du Mali sont fermées. Dans le cercle de Douentza, les fermetures sont liées à la menace des groupes armés et/ou à l’absence d’enseignants. En 2018, seuls 50% des Maliens de 15 à 24 ans étaient alphabétisés (43,4% des jeunes femmes). En 2021, à l’échelle nationale, 1 621 écoles sur 9 324 étaient fermées, au détriment de 483 000 enfants. Dans le cercle de Douentza, 161 écoles sur 228 sont fermées : seules 67 restent ouvertes. Les enfants ne peuvent plus être alphabétisés. L’offre de formation professionnelle est perfectible sur l’ensemble du Mali. Elle est considérée comme très inégalement répartie sur le territoire, trop ciblée sur certains métiers du tertiaire et d’une qualité insatisfaisante. L’employabilité des jeunes et leur résilience économique en pâtissent.

Cela entraine une inquiétude sur l’avenir de ces territoires. L’espérance des partenaires maliens doit être soulignée, ceux-ci évoquant parfois la libération, qu’ils souhaitent prochaine et qu’ils veulent anticiper en soutenant la jeunesse : 65% des Maliens a moins de 25 ans et plus d’un sur deux moins de 18 ans. C’est pourquoi le programme 2022-2024 propose 2 axes de travail : le premier visant principalement à l’adaptation au changement climatique dans le contexte rural, par des actions à impact rapide ; le second à augmenter le pouvoir d’agir des jeunes à travers l’éducation, la formation professionnelle et la culture.

Destination de flux migratoires de nombreux pays dont le Mali, l’Essonne est caractérisée par la diversité de sa population. Les services publics, dans leurs prérogatives d’appui à l’inclusion des personnes en situation de vulnérabilité, doivent être en capacité de comprendre les spécificités de ces Essonniens et d’accompagner l’expression de leur potentiel. La coopération décentralisée est un outil pour la réussite de ces stratégies transversales. Elle doit être comprise des Essonniens au travers de la communication et d’activités de sensibilisation.

Le Réseau Essonne Mali (RésEM), dont le Département de l’Essonne est chef de file, est un réseau multi-acteurs de 42 collectivités et associations maliennes et françaises qui travaillent en synergie pour le développement de leurs territoires en Essonne et dans les cercles de Diéma, Douentza et Nioro-du-Sahel au Mali. Ces relations sont trentenaires.

Les initiatives ont été préparées et coordonnées avec l’ensemble des acteurs du RésEM en France et au Mali. La mise en œuvre s’appuiera sur des études préalables de faisabilité technique et sociale.
Objectif global du partenariat
L’objectif général du projet est de renforcer les capacités des collectivités de l'Essonne et des cercles de Diéma, Douentza et Nioro-du-Sahel pour prévenir et traiter les situations de fragilité affectant particulièrement les jeunes. L’action 1 repose sur l’accès aux besoins vitaux face à des défis immédiats. Elle favorise l’adaptation au changement climatique par des actions locales, pour l’amélioration de la sécurité alimentaire, l’EHA et l’accompagnement des collectivités. Elle est en continuité des efforts menés lors du programme 2019-2021, les complétant au regard de l’évaluation externe. L’action 2 vise à lutter contre les fragilités délétères à moyen et long terme. Il s’agit d’outiller les jeunes essonniens et maliens afin qu’ils puissent être acteurs de la paix de demain et d’un développement humain solidaire. Elle s’appuie aussi sur des activités déjà entreprises par le RésEM.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
Conseil départemental de l'Essonne SCDRI, Conseil de cercle de Nioro-du-Sahel, Conseil de cercle de Douentza, Conseil de cercle de Diéma, Cerny (91590), Limours (91470), Les Molieres (91470), Marolles en Hurepoix (91630), Bures sur Yvette (91440), Chilly Mazarin (91383), Commune de Diéma, Commune d

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Sandaré Mali commun.ico.loupe.alter
Commune de Koréra-Koré Mali commun.ico.loupe.alter
Commune de Lakamané Mali commun.ico.loupe.alter
Commune de Gandamia Mali commun.ico.loupe.alter
Commune de Nioro-du-Sahel Mali commun.ico.loupe.alter
Commune de Diéma Mali commun.ico.loupe.alter
Conseil de cercle de Diéma Mali commun.ico.loupe.alter
Conseil de cercle de Douentza Mali commun.ico.loupe.alter
Conseil de cercle de Nioro-du-Sahel Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Conseil de cercle de Douentza DICKO Tyoubado Vice-président dickotyoubado@gmail.com
Conseil de cercle de Nioro-du-Sahel DIARRA Tidiani Secrétaire général diarratidiani66@gmail.com
Conseil de cercle de Diéma CAMARA Seydou Secrétaire général conseilcerclediema@gmail.com
Commune de Diéma SISSAKO Abdoulaye Maire
Commune de Nioro-du-Sahel DICKO Mohamed Mouctar Maire
Commune de Gandamia GUIRIYABA Adama Maire
Commune de Lakamané DIALLO Mamadou Maire
Commune de Koréra-Koré YATTABARE Diabé Maire
Commune de Sandaré KONATE Mahati Maire

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Marolles en Hurepoix commun.ico.loupe.alter
Les Molieres commun.ico.loupe.alter
Limours commun.ico.loupe.alter
Cerny commun.ico.loupe.alter
Conseil départemental de l'Essonne SCDRI commun.ico.loupe.alter



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Montant 1% Eau (Loi 2005) Année
RésEM France (hors CTF) 53303 2024
RésEM France (hors CTF) 95866 2023
RésEM France (hors CTF) 15604 2022
Essonne-Sahel 629 2024
Essonne-Sahel 630 2023
Essonne-Sahel 630 2022
Collectivités et partenaires étrangers 48256 2024
Collectivités et partenaires étrangers 61269 2023
Collectivités et partenaires étrangers 147017 2022
Marolles en Hurepoix 4000 2024
Marolles en Hurepoix 4000 2023
Marolles en Hurepoix 4000 2022
Les Molieres 1500 2024
Les Molieres 1500 2023
Les Molieres 1500 2022
Limours 1500 2024
Limours 1500 2023
Limours 1500 2022
Cerny 10000 2024
Cerny 10000 2023
Cerny 10000 2022
Conseil départemental de l'Essonne SCDRI 136599 2024
Conseil départemental de l'Essonne SCDRI 194167 2023
Conseil départemental de l'Essonne SCDRI 189367 2022
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 136666 2024
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 136666 2023
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 136666 2022





Évaluation, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Suivi-évaluation
Dans une dynamique de responsabilité partagée, la gouvernance est paritaire entre la France et le Mali et entre autorités locales et société civile. Les collectivités sont maîtres d’ouvrage des actions qui se déroulent sur leur territoire. Elles ne sont pas isolées quant au suivi : les y accompagner est une des raisons d’être du RésEM. Le projet bénéficie de l’assistance technique d’Essonne-Sahel et du suivi sur place par une équipe dédiée. Les intercollectivités sont mobilisées en assistance à la maîtrise d’ouvrage et les renforcent par le biais de conventions dédiées. Des rencontres techniques sont programmées. Des situations de référence sont établies en amont de chaque initiative de sorte à fiabiliser le suivi des indicateurs. En plus d’un appui quotidien, chaque maître d’ouvrage est tenu de rendre compte annuellement de l’état d’avancement des activités et des indicateurs. Ces déclarations sont discutées collégialement en interne au sein du réseau, de sorte à s’assurer de leur fiabilité. Ce fonctionnement multipartite permet de suivre les projets malgré le contexte sécuritaire. L’évaluation externe sera réalisée dès les activités terminées. 23 199 € y sont affectés. Le Département, Essonne-Sahel et la coordination Mali co-élaboreront les termes de référence. L’appel d’offres sera lancé par le chef de file Mali, le choix du prestataire sera pris collégialement et il sera accompagné dans sa mission par la coordination. Des précisions sont apportées en annexe.

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013