Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
SIG et portail collaboratif à Guédiawaye (Sénégal) : deux outils numériques au service de la gouvernance d'une ville de 400 000 habitants.
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Technologies de l'information et de la communication
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Naissance d’une ville
La ville de Guediawaye est une des quatre villes (Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque) qui composent l’agglomération dakaroise. L’urbanisation de la zone débute dans les années 60 puis s’accélère dans les années 70 avec les vagues de déguerpissement des quartiers infra urbains de Dakar, puis de migrants ruraux, qui font de l’ensemble Pikine - Guédiawaye une banlieue en croissance rapide qui devient vite la deuxième ville du pays.
Cette évolution est entérinée en 1990 par la décision de doter Guediawaye du statut de commune ville à part entière, incluant les 5 communes d’arrondissement de Golf Sud, Ndiarème Limamoulaye, Sam Notaire, Wakhinane Nimzatt et Médina Gounass.
La ville de Guédiawaye compte aujourd’hui plus de 400 000 habitants et se dote progressivement des attributs des outils et des modes de gouvernance d’une ville à part entière.

Un territoire d’expérimentation urbaine
La ville de Guédiawaye est reconnue au Sénégal pour le dynamisme de sa société civile et les expérimentations de planification participative et de gouvernance démocratique lancées par les différentes équipes municipales qui se sont succédées (Projet de ville, Agenda 21 Local, etc.).La municipalité qui est sortie des urnes lors des dernières élections de 2009, s’inscrit dans cette perspective et s’est engagée à renforcer la transparence, l’information et la participation des citoyens.
La ville de Guédiawaye constitue par ailleurs un territoire d’expérimentation pour des projets de développement des usages du numérique par les différentes catégories d’acteurs. Tentatives d’utilisation des TIC pour la gouvernance locale (Projet OVAF, projet Système d’information Populaire) ; création de sites web municipaux (Commune d’arrondissement de Sam Notaire et de Medina Gounass) ou de la société civile (ENDA, Présence locale) ; expérimentation de l’usage des TIC en milieu scolaire (salles multimédia, SENECLIC) ou par les organisations de micro crédit (réseaux PAMECAS et RECEC) ; création de cyber communautaires. Il faut cependant noter que ces expérimentations restent très fragmentées et ne s’inscrivent pas dans un plan d’ensemble du développement du numérique dans la ville.

Des responsabilités accrues par les lois de décentralisation
Dans le cadre des lois de décentralisation de 1996 et de l’importance des compétences transférées aux villes et aux communes d’arrondissement, les collectivités sénégalaises sont amenées à se doter des outils de stockage et de mise à disposition de l’information qui doivent contribuer tout à la fois à l’efficacité des services et à la démocratisation des institutions locales.

Le contexte semble donc favorable au développement d’un projet expérimental d’usage des TIC au service de la gouvernance et du développement local et d’un espace de mise en cohérence des initiatives en cours.
Historique
C’est sur la base d’un réseau de coopérations croisées entre la ville de Guediawaye, la communauté d’agglomération Castres-Mazamet et l’Université de Toulouse le Mirail qu’est né un premier projet de coopération décentralisé « Outil collaboratif pour la gouvernance et le développement local durable de l’agglomération dakaroise » (2008 – 2010).

Ce projet s’inscrivait dans le cadre des travaux du programme eAtlas Francophone de l’Afrique de l’Ouest qui repose sur une articulation entre le monde de la recherche académique et le monde des acteurs du développement qui interviennent dans le champ de la société de l’information ; il se veut un outil d’interaction et de co-apprentissage entre ces mondes, et de coproduction de connaissances.

La communauté d’agglomération de Castres-Mazamet a depuis de nombreuses années développé une plateforme numérique aujourd'hui reconnue comme l'un des vecteurs majeurs du développement local, tant sur le plan économique qu'en matière d'enseignement et de recherche. La Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet dispose d’une expérience et d’un savoir faire dans la mise en place et l’animation d’un SIG mutualisé à l’échelle communautaire.

Une coopération s’est instaurée depuis une dizaine d’années entre la Communauté d’agglomération de Castres-Mazamet et l’Université de Toulouse-le Mirail qui s’exprime par le développement de formations supérieures et la réalisation de travaux de recherche dans la filière des technologies de l’information et de la communication.

Parallèlement depuis plusieurs années des coopérations croisées entre l’Université de Toulouse-le Mirail, l’Université Cheikh Anta Diop ou l’Ecole Nationale d’Economie Appliquée au Sénégal, l’ONG ENDA Tiers Monde, se sont concrétisées par des échanges d’enseignants et d’étudiants, l’organisation d’accueil d’étudiants-stagiaires dans les collectivités locales, et ont permis de constituer un réseau de partenaires en matière de communication pour l’aménagement et le développement territorial au Sénégal, et ce tout particulièrement avec la ville de Guédiawaye.


Un premier projet, portant sur la période 2007 – 2010 qui a reçu un appui financier du MAEE a débouché sur :
- l’établissement des bases d’un partenariat durable entre la CACM et la ville de Guédiawaye, pour lesquelles c’était le premier projet de coopération
- la mise en place expérimentale d’un SIG et d’un portail collaboratif pour la gouvernance et le développement local durable
- La confirmation de l’intérêt et de l’engagement de la ville de Guédiawaye qui a fait de ce projet un élément de son agenda et s’engage sur la voie de son institutionnalisation.

L’inscription de ces outils dans la durée, la finalisation des bases techniques et infrastructurelles et le renforcement des capacités nécessaires à leur institutionnalisation par la municipalité ont amené les trois partenaires à poursuivre leur effort et à présenter cette deuxième phase de projet "SIG et portail collaboratif à Guédiawaye (Sénégal) : deux outils numériques au service de la gouvernance d'une ville de 400 000 habitants".

Objectif du partenariat
Le projet s’appuie sur le bilan d’une première expérience de coopération « Outils collaboratifs pour la gouvernance et le développement local durable de l’agglomération dakaroise » menée durant trois ans au titre de la solidarité numérique.

Ces trois années de coopération ont abouti à la construction expérimentale de deux outils (un SIG et un Portail d’information) sur le territoire d’une des 4 villes qui constituent l’agglomération dakaroise, la ville de Guédiawaye.

- Un portail d’information qui permette :
- d’échanger et de mutualiser les initiatives des différents catégories d’acteurs,
- de mettre à disposition des citoyens et de leurs organisations de l’information actualisée et répondant à leurs besoins
- de former les citoyens à l’usage des outils (usage perçu comme incontournable)

Un système d’information de type SIG qui permette :
- une gestion plus efficace des services de la municipalité
- la production et la diffusion d’une cartographie de localisation à l’usage des décideurs d’une part, de la société civile d’autre part.

Cette première phase d’expérimentation a permis de dégager les conditions de faisabilité, de maintenance et d’évolution de ces deux expérimentations. Elle a permis également de préciser les attentes et de dégager les besoins nécessaires à l’ancrage durable de ces deux outils.

Il est rapidement apparu au cours des évaluations successives, que le niveau de familiarité avec ces outils était trop faible pour qu’en soient perçus d’emblée l’étendue des possibles, mais aussi les contraintes et limites. On a pu constater également que l’appropriation de ces deux outils par l’ensemble des acteurs locaux, ainsi que leur institutionnalisation s’inscrivait dans un temps plus long que celui des projets habituels (2-3 ans). Ce constat a amené l’ensemble des partenaires initiaux à présenter cette deuxième phase.

Le projet actuel envisage de passer de l’approche « projet » à une approche « territoire » (réflexion et actions sur les moyens humains et organisationnels complémentaires aux outils développés dans un enjeu plus général d’aide à la gouvernance pour la collectivité).

Les objectifs principaux du projet actuel sont de divers ordres :
- Consolider les acquis et renforcer la durabilité des deux expérimentations en cours en mettant l’accent sur le développement des usages qui constituent un élément prépondérant de leur durabilité ;
- Mutualiser et diffuser cette expérience au niveau local, national et régional ;
- Capitaliser et valoriser les acquis méthodologiques du projet.

Les différentes actions proposées par la suite s’inscrivent dans l’un de ces trois objectifs de la manière suivante :
- Consolider les acquis et renforcer la durabilité des deux expérimentations en cours ;
Finaliser et pérenniser le volet cartographie et SIG,
Adapter le portail collaboratif à la demande institutionnelle et citoyenne locale,
Disposer d’une infrastructure et d’une capacité de formation autonome.
- Mutualiser et diffuser cette expérience au niveau local, national et régional
Missions d’échanges d’expériences Sénégal – Maroc
Atelier « SIG pour l’aménagement et la gouvernance locale »,
Atelier « Outils de diagnostic et de planification stratégique locale en matière de numérique ».
Emissions de radio communautaire locale pour la diffusion auprès du public.
- Capitaliser et valoriser les acquis méthodologiques du projet
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
Le projet "SIG et portail collaboratif de Guédiawaye , Sénégal (2010-2012) » constitue un prolongement du projet « Outils collaboratifs pour la gouvernance et le développement local durable de l’agglomération dakaroise (2007-2009) » .
Il vise à l’appropriation et à l’institutionnalisation de deux outils numériques : un SIG et un portail collaboratif, par les acteurs locaux d’une ville de 400 000 habitants, Guédiawaye, située à la périphérie de l’agglomération dakaroise.
Ce projet contribuera à institutionnaliser l’usage des TIC dans la structure et l’agenda de la municipalité, et à renforcer ainsi ses capacités de gouvernance démocratique, de planification et de gestion urbaine.
La proposition d’un programme et d’une infrastructure de formation adaptée aux différents utilisateurs (Techniciens et élus, cadres de la société civile locale et simples citoyens), participera au renforcement des usages de ces outils.
La production de documents méthodologiques et l’organisation d’ateliers destinés aux élus et techniciens d’autres villes sénégalaises et des associations d’élus contribuera à la capitalisation et la mutualisation des leçons méthodologiques de l’expérience de Guédiawaye.
La mise en œuvre de ce projet, qui est basé sur un partenariat triangulaire entre la Communauté d’Agglomération Castres – Mazamet, la ville de Guédiawaye et l’Université de Toulouse Le Mirail, se réalisera par la mise en œuvre de 4 volets profondément imbriqués :
- La finalisation d’un SIG et le renforcement de l’outil cartographique pour une exploitation efficace au service de la collectivité ;
- L’adaptation du portail collaboratif municipal à la réalité de la demande locale ;
- La création et l’équipement d’un espace numérique municipal de formation et de promotion des TIC ;
- La mutualisation des expériences tant au niveau national que régional ;
- La capitalisation méthodologique de l’expérience en vue du développement des usages du numérique pour la gouvernance et le développement territorial.

- SIG : renforcer l’outil cartographique pour une exploitation efficace au service de la collectivité.
Objectif de l’action : Renforcer les partenariats (services fiscaux, Agence de développement des municipalités…) pour structurer le SIG en soutien à l’organisation des services municipaux et pour aider au renforcement des capacités financières de la commune.
Description sommaire : Description sommaire

Les années 1 et 2 de l’appel à projet 2007-2009 ont permis de préciser les attentes des partenaires et les moyens envisagés pour avancer sur des bases concrètes.

Le SIG de Guédiawaye est d’ores et déjà autonome. Les matériels et le logiciel sont en place, la formation à l’utilisation du SIG est faite et permet l’interrogation, la création et la mise à jour des données. Des données sont accessibles et superposables dans l’outil et d’autres sont en cours de saisies.

Ce projet n’est pas achevé pour autant. L’enjeu est de passer de la mise en place de l’outil cartographique à une nouvelle phase de réflexion et d’actions. Le SIG n’est en effet qu’une boîte à outil dont l’efficacité dépend de moyens humains et organisationnels. Cette nouvelle phase vise donc le renforcement du SIG au niveau des moyens humains et des contenus. Elle vise également un enjeu de gouvernance grâce à une exploitation efficace du SIG pour l’aide à la structuration de services, le renforcement des capacités financières, ….
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Ville de Guédiawaye
Maître(s) d'ouvrage
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet
Bénéficiaire(s)
Ville de Guédiawaye

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ville de Guédiawaye Sénégal Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Guédiawaye DIENG Mamadou mdieng14@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Université Toulouse le Mirail


Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet 86551 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 6000 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 6000 2008
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 6000 2009
Autre 126032 0 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013