Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Sherazade BENALLA
Courriel : sherazade.benalla[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Françoise GIANVITI
Courriel : francoise.gianviti[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Développement de la culture maraîchère et soutien aux groupements féminins de productrices de Meredigueodou
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention
Agriculture et agroalimentaire

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Le Pays Bourian constitué en 2000, regroupe 4 communautés de communes, 42 communes et 18 000 habitants. Territoire rural de la Région Midi-Pyrénées, département du Lot, il se caractérise par : une population vieillissante, l'arrivée de nouvelles populations, une présence agricole encore très marquée malgré une forte déprise, une activité artisanale importante, un patrimoine naturel et architectural riche et préservé.
Le Syndicat Mixte du Pays Bourian est un regroupement de quatre Communautés de communes qui lui délèguent la conduite d'actions à l'échelle du Pays: Communauté de communes Haute Bouriane, Quercy Bouriane, du Pays de Salviac et Sud Bouriane. Il est un des rares Pays français à s'être engagé dans un projet de coopération décentralisée. Son action est innovante dans ce domaine.

Le Syndicat de communes Meredigeodou fédère les communes de Dandoli et Soroly, situées sur le Plateau Dogon. Elles appartiennent au Cercle (département) de Bandiagara et à la Région de Mopti. Ces communes ont été créées en 1996, avec les lois de décentralisation.

Dandoli et Soroly comptent à elles deux plus de 14 000 habitants. Elles sont majoritairement habitées par des Dogons, mais on dénombre également quelques Peuls. La population y est jeune.
Situées sur « la route » des falaises de Bandiagara, Dandoli et Soroly connaissent un relief accidenté et dominé par des collines encastrant quelques plaines de grès nichées dans des vallons sablonneux.

L’activité largement dominante est l’agriculture, avec la culture du mil et de l'échalote.

Les deux communes ont décidé de se constituer en intercommunalité. C’est les premières dans le cercle de Bandiagara, et on ne compte que quelques expériences en la matière au Mali. Le Syndicat de communes Meredigeodou a été créé en décembre 2006.

Le rapprochement entre Dandoli et Soroly s’est fait très naturellement. Historiquement les habitants des deux communes formaient une même communauté, qui partage une histoire et une culture communes.
Les deux communes partagent également des problématiques liées à l’eau (barrages), à l’environnement, aux axes routiers, aux équipements scolaires, à la sécurité alimentaire...

La principale culture vivrière de Dandoli et Soroly est le mil. Mais l'aridité de la zone et la pauvreté des terres ne permettent pas de produire suffisamment de céréales pour assurer la jonction entre deux récoltes. Après la saison des pluies, quand la récolte du mil est terminée, les agriculteurs se lancent donc dans la culture de l'échalote. Selon les années, ils réalisent 2 à 3 récoltes d'octobre à mars.
Cette culture est leur principale source de revenu. Avec la vente de celle-ci, ils peuvent acheter des céréales et des denrées alimentaires, pour subvenir à leurs besoins jusqu'à la récolte de mil suivante.

En février 2007, le Pays Bourian et le Syndicat de communes Meredigueodou ont signé un protocole de coopération.
Trois objectifs communs ont été identifiés à partir de la Charte du Pays Bourian et des PDESC (Plan de développement économique, social et culturel) des deux communes:
- le développement économique, particulièrement dans le domaine agricole,
- la préservation de l'environnement,
- l'action solidaire.

La volonté du Pays Bourian lorsqu'il s'est engagé dans ce projet de coopération était de s'ouvrir à de nouvelles pratiques pour un développement plus solidaire et durable, intégrant une dimension internationale.

Le projet de Coopération décentralisée qui a été établi, vise à bâtir un partenariat qui contribue à l'amélioration des conditions de vie des habitants et à leur développement. Le souhait est qu'il permette l'expression de la citoyenneté, l'exercice de la démocratie participative, et fédère le tissu associatif et socio-économique local en France et au Mali.

A travers les différentes actions prévues, l'objectif est de renforcer les capacités disponibles localement, à travers la formation, les échanges d'expériences, de savoir-faire, de pratiques, en réservant une place privilégiée aux femmes et aux jeunes.

Quatre axes de coopération ont été définis dans le cadre du protocole de coopération signé en février 2007 :

AXE 1 : Promouvoir les pratiques de bonne gouvernance, de démocratie participative et les démarches citoyennes des deux parties, notamment par l’échange des pratiques existantes sur leurs territoires respectifs.

AXE 2 : Accroître les capacités hydrauliques et développer l’irrigation au service de la production maraîchère présente sur le territoire des communes de Dandoli et Soroly

AXE 3 : Assurer la sécurité alimentaire des populations de Dandoli et Soroly

AXE 4 : Favoriser les démarches de développement durable par la sauvegarde de l’environnement naturel (reconstitution du couvert végétal et lutte contre l’érosion), et du patrimoine culturel.

Durant les trois ans qui viennent de s'écouler, un programme d'actions déclinant les différents axes énoncés ci-dessus a été réalisé, dont certaines actions ont été financés par le MAEE. Une action a notamment été engagée sur le volet irrigation et gestion de la ressource en eau, en lien avec la culture de l'échalote.
Historique
Cette action concernant l'appui institutionnel dans le domaine du développement rural et de l’irrigation a débuté en 2007. La première phase a consisté à réaliser une étude qui avait permis de dresser un état des lieux et d’identifier les besoins :
- identification des infrastructures à la charge des collectivités
- présentation des modes d’organisation et de gestion en matière d’irrigation en France avec la rencontre de responsables de syndicats d’irrigation (ASA)
- repérage d’autres expériences menées dans la région de Mopti en matière d’irrigation et notamment au niveau du goutte à goutte – d’amener les élus de Meredigueodou à voir ces expériences afin d’en tirer des enseignements au niveau de l’efficacité de la technique mise en place (atouts/inconvénients), du coût, de la mobilisation et de l’implication de tous les acteurs locaux concernés, du mode de gestion mis en place, afin de proposer un nouveau mode de gestion aux élus.

Cette action s’est poursuivie en 2008, avec la mise en place d’une phase expérimentation, visant à tester le mode d’irrigation proposé à l’issue de la première phase (goutte à goutte) et un mode de gestion collectif du dispositif.

L’action 2008 visait donc, sur la base de l’ensemble des éléments recueillis, à développer une expérimentation sur une zone test. L’opération s’est déroulée en différents temps :

1- Présentation de l’état des lieux et du projet d’irrigation proposé aux acteurs concernés : élus, producteurs d’échalote, organismes locaux (Service de l’agriculture)
2- Mobilisation des acteurs locaux et repérage des producteurs maraîchers intéressés pour expérimenter la mise en œuvre du nouveau système d’irrigation proposé
3- Définition de la zone test
4- Formation des acteurs de l’expérimentation : élaboration d’un protocole de suivi
5- Mise en place du chantier expérimental (décembre 2008).

L’expérimentation a été déployée sur les deux communes, sur les villages de Andioumbolo pour Soroly et Gologou pour Dandoli.
Sur les deux communes, un producteur maraîcher a été identifié pour être partenaire de l’expérimentation. Il a mis à disposition une parcelle pour le test. Un groupe de maraîchers chargé de suivre l’expérimentation sur chaque commune a été mobilisé. Le suivi technique de l’expérimentation a été assuré par le technicien du Service agricole de Bandiagara, avec le chargé de mission coopération de Meredigueodou qui a une formation d’ingénieur agronome.
Un protocole de suivi a été rédigé. L’expérimentation s’est déroulée sur la période de décembre 2008 à février 2009.
La mise en place du chantier, la coordination du projet et le suivi technique ont été assurés en France par un ingénieur agronome de la Chambre d’agriculture, avec qui le Pays Bourian a passé une convention.
Celui-ci a dressé un bilan de l’expérimentation après la récolte des échalotes.
Les résultats ont été positifs, même si certains réajustements doivent être opérés :
- forte diminution de la quantité d'eau utilisée
- pénibilité et durée temps du travail d'irrigation réduites, ce qui permet de dégager du temps pour d'autres activités : sarclage ...

Au vu de ces résultats, il a été décidé avec les élus de Meredigueodou d'étendre ce système d'irrigation par le goutte à goutte sur d'autres parcelles.
Cela va permettre, en agissant à plus grande échelle, d'avoir une meilleure gestion de la ressource en eau et de mettre en place des systèmes de gestion collectifs.

Les femmes étant très impliquées dans la production de l'échalote à travers des groupements féminins, mais rencontrant par ailleurs des difficultés accrues par rapport aux hommes, il a été décidé d'étendre dans un premier temps l'expérimentation sur les parcelles de deux groupements féminins. Ces groupements ont été rencontrés au Mali par une délégation française en décembre 2008, et des difficultés et des besoins spécifiques ont été repérés, ce qui a permis d'orienter notre projet et de définir les actions à développer.
Objectif du partenariat
Les objectifs à long terme du projet sont :
- de contribuer à la sécurité alimentaire des populations de Meredigueodou en soutenant le développement du maraîchage
- d'aider au développement de la culture de l'échalote et à la structuration d'une filière locale
- d'accroître la production et les rendements tout en préservant et gérant au mieux la ressource en eau
- de faciliter le travail des maraîchers, notamment des femmes et améliorer leurs conditions de travail.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
Le projet concerne le développement de la culture maraîchère, et plus particulièrement de l'échalote mais aussi la diversification vers d'autres productions. Pour cela le projet consiste à développer l'irrigation par le goutte à goutte, système expérimenté en 2008-2009, sur 2 parcelles test, afin d'améliorer les conditions de travail des producteurs, mieux gérer la ressource en eau et accroître les rendements et la qualité des produits.
Ce projet s'adresse à deux groupements féminins, pour lesquels les conditions de travail sont particulièrement pénibles car leurs parcelles sont éloignées d'un point d'eau. A travers ce projet, l'objectif est d'accompagner ces groupements de femmes et les former pour qu'elles puissent mieux vivre de leur production et mieux gérer leur activité.
- Développement de la culture maraîchère par la mise en place de la technique d'irrigation par le goutte à goutte
Objectif de l’action : - Améliorer la qualité et la quantité d'échalotes produites afin d'augmenter les ressources des groupements féminins
- Développer de nouvelles cultures maraîchères afin de nourrir les populations locales
- Mieux gérer la ressource en eau
- Améliorer les conditions de travail des femmes.
Description sommaire : Les deux groupements de femmes retenus pour cette opération connaissent des difficultés accrues par rapport aux autres producteurs, avec cependant une forte volonté de leur part de se développer et de s'organiser pour améliorer leur situation.
Les parcelles que possèdent ces femmes sont les plus éloignées des retenues d'eau, et sont situées en hauteur, d'où un accès difficile. Le seul moyen d'arrosage dont elles disposent est la calebasse avec lesquelles elles doivent parcourir de longues distances (plusieurs centaines de mètres) sur un terrain escarpé.

L'action concerne l'accompagnement à la mise en place des différentes étapes de la culture de l'échalote, de la préparation de la parcelle jusqu'à la récolte :
- aménagement du périmètre de culture
- préparation de la terre et plantation
- installation du système d'irrigation par le goutte à goutte
- suivi de l'irrigation
- analyse des résultats de la récolte.

Si la culture de l'échalote est aujourd'hui la principale activité de ces groupements, et leur principale ressource, la volonté est cependant également de développer de nouvelles productions maraîchères pour la consommation propre des populations locales (tomates, pommes de terre, poivrons, aubergines, choux...). Ces productions sont encore aujourd'hui peu développées car leur culture et leur conservation posent des difficultés. Dans le cadre du projet, il s'agira donc de rechercher et d'expérimenter de meilleures techniques pour remédier à ces problèmes (techniques de conservation, de transformation des produits...).
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Syndicat de communes Meredigueodou
Maître(s) d'ouvrage
Syndicat mixte du Pays Bourian
Bénéficiaire(s)
Syndicat de communes Merediguedou, composé des communes de Dandoli et Soroly, et plus spécifiquement 2 groupements féminins de maraîchères : groupement de Andioumbolo et groupement de Gologou.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Syndicat de communes Meredigueodou Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Syndicat de communes Meredigueodou CISSE HOUSSEINI

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Syndicat mixte du Pays Bourian commun.ico.loupe.alter



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Syndicat mixte du Pays Bourian 29500 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 4500 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 4500 2008
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 4500 2009
Autre 40700 0 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013