Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Coopération dans les domaines de l'eau et de l'assainissement (2010-2012)
Année de première signature de la convention
2008
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Eau et assainissement

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2008
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
31/12/2012
Contexte
Le Burkina Faso est un pays sahélien situé en Afrique de l’Ouest, dans la boucle du Niger. C’est un pays continental de 274 000 km2 sans débouché sur la mer. Il est limité au Nord et à l'Ouest par le Mali, au nord-est par le Niger, au sud-est par le Bénin et au Sud par le Togo, le Ghana et la Côte d'Ivoire.
La faible déclivité du relief gêne l'écoulement des eaux des trois fleuves : le Mouhoun, le Nazinon et le Nakambé qui drainent le pays. Le point le plus proche de l'Atlantique est éloigné de 500 km. L'altitude moyenne des plateaux est 500 m. Le point le plus haut, le Tenakourou culmine à 747 m et se situe à l'Ouest du pays.

Son climat est tropical de type soudanien avec deux saisons : une saison pluvieuse (mai-septembre) et une saison sèche (octobre - avril).

La population du Burkina Faso est estimée plus de 13 000 000 habitants en 2006. Le taux annuel moyen d’accroissement de la population est établi à 2,37 %.

La population burkinabé est extrêmement jeune (environ 47,9 % de la population) et les femmes représentent plus de la moitié de la population burkinabé (51,2 % selon le RGPH de 2006) et constituent de ce fait un groupe dont le rôle dans le processus de développement devrait être prépondérant.

La densité de la population varie entre 5,8 habitants au km² dans la province de la Kompienga et 335 habitants au km² dans celle du Kadiogo abritant la capitale, pour une moyenne nationale de 37 habitants au km². Le phénomène des migrations est une donnée essentielle de la population burkinabé. Près de 60 % de ces migrations sont internes : des campagnes vers les villes et des zones arides vers les zones fertiles. Quant aux migrations externes, elles touchent principalement les hommes, avec comme pays traditionnels d’accueil le Ghana et la Côte d’Ivoire.

En dépit d’une croissance moyenne de 5 % du produit intérieur brut par an au cours des dix dernières années, le Burkina Faso reste parmi les pays les plus pauvres du monde. Avec un PIB per capita de 240 US$, le pays occupe parmi les 12 pays de la zone Franc, le 9ème rang en termes de revenu nominal et le 7ème rang en termes de revenu à Parité de Pouvoir d’Achat, devant le Congo, le Bénin, le Tchad, le Niger et le Mali. Le contexte macro économique difficile explique en grande partie la forte incidence de la pauvreté qui touche plus de 45 % des ménages et particulièrement ceux vivant en milieu rural où la proportion d’individus pauvres est encore plus élevée.

Située au Nord –Ouest du Burkina Faso, la région de la Boucle du Mouhoun est composée de six provinces : Balé, Banwa, Kossi, Mouhoun, Nayala et Sourou.

Elle est limitée à l’Est par la région du centre Ouest, à l’Ouest et au Nord par la république du Mali, au Nord-Est par la région du Nord, au Sud par celles des Hauts Bassins, et du Sud-Ouest. La région couvre une superficie estimée à 34 153 km2.

La région compte six (06) communes urbaines et quarante une (41) communes rurales. Le chef lieu de la région est Dédougou qui est aussi le chef lieu de la province du Mouhoun.

La région fait partie de la zone soudano-sahélienne. Elle est relativement bien arrosée, mais avec d’importantes variations inter-annuelles. Elle fait partie d’une région de production agro-sylvo-pastorale, considérée comme une des zones à plus forte production agricole du pays, constituant le bassin céréalier et même cotonnier du Burkina Faso.

Présentation de la commune de Dédougou

Conformément à la loi n°055-2004/AN portant code général des collectivités territoriales, les limites de la commune de Dédougou ont connu une évolution. En effet, avant la communalisation intégrale, la commune était composée de l’agglomération de Dédougou et trois villages périphériques (Moundasso, Tionkuy et Souri). Avec la mise en place de la communalisation intégrale intervenue en 2004, la commune est devenue un vaste espace de 1350 km², intégrant 37 villages périphériques.

La ville de Dédougou a pris forme avec l’arrivée du colonisateur, vers 1910, puis s’est étendue avec l’introduction successive de lotissements, à partir de 1950. Le tissu urbain se caractérise aujourd’hui par trois types de zones distinctes : une zone lotie, une zone non lotie « urbaine », (zones d’occupation anarchique), et une zone « rurale » (comprenant les différents villages de la commune).

La commune de Dédougou a connu entre 1985 et 1996 une forte croissance démographique, absorbée en quasi-totalité par la ville : les taux de croissance ont atteint 4,4 % par an en milieu urbain.

La ville atteint aujourd’hui plus de 41 000 habitants, ce qui en fait la 8ème ville du pays. L’ensemble de la population de la commune est proche des 100 000 habitants.
Les 37 villages périphériques de la commune ont quant à eux globalement connu une croissance moyenne quasiment nulle, qui masque, selon les villages, des situations de forte augmentation de la population ou de profond déclin.


La ville se découpe en 7 secteurs, aux densités de population variées : les secteurs 3 et 6 se révèlent relativement denses et contrastent avec le tissu extrêmement diffus des secteurs 4 et 5.
La forte croissance démographique de la ville engendre actuellement des évolutions spatiales importantes. Son extension se fait sur deux axes essentiels : vers l’Est et vers le Nord-Est ; le Sud et l’Ouest étant limités par les zones militaire et administrative.

Organisation et fonctionnement de la mairie de Dédougou

Sur le plan politique, le troisième mandat municipal a commencé en juin 2006 avec l’installation du nouveau maire de Dédougou. Si les premiers mandats ont permis l’installation et le démarrage de la commune, il s’agit aujourd’hui d’œuvrer pour faire progresser les conditions de vie des populations, notamment en améliorant l’offre des services publics de base au niveau local, en poursuivant le renforcement des capacités et en responsabilisant davantage les acteurs locaux.
Historique
Depuis 2001, la ville de Douai (France) et celle de Dédougou (Burkina Faso) ont tissé des liens d’amitié et de partenariat, qui ont été formalisés par la signature d’une convention de jumelage entre les deux villes en juillet 2003.

Cependant, jusqu’à 2007 la coopération s’est limitée à des actions disparates et des échanges de visites ponctuels. Afin de renforcer cette coopération, les deux villes ont élaboré et mis en œuvre un premier projet de coopération décentralisée couvrant la période de 2008 à 2010.

Pour les accompagner dans cette démarche, elles ont fait appel à l’ONG SOS SAHEL INTERNATIONAL qui collabore avec la ville de Douai depuis plus de 20 ans. L’association, qui a pour objet la lutte contre la pauvreté et la désertification dans le Sahel, est présente à Asnières-sur-Seine/Paris et à Ouagadougou.
SOS SAHEL anime également un projet de développement local décentralisé entre la ville de Cholet (France) et la ville de Sao (Burkina Faso) depuis juin 2000 et différents autres projets de développement durable.

Ce premier projet, qui a bénéficié de l’appui du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE), a permis d’atteindre les résultats suivants :

En matière de renforcement des capacités de l’institution municipale en vue d’assurer la maîtrise d’ouvrage communale :
 Recrutement de 3 nouveaux agents (un Chargé de communication, un Chargé de l’Assainissement et un Comptable) sous forme de financement dégressif sur 4 ans. Ce financement dégressif, commencé en 2008, se poursuit en 2010 et 2011 ;
- Tenue de sessions de formation des membres des comités de gestion des points d’eau (CGPE), des élus, des membres des bureaux des Conseils Villageois de Développement (CVD) :
- Formations et évaluation des CGPE ;
- Diagnostic des CGPE existants et conséquences ;
- Formations en technique de construction de latrines ;
- Formations en gestion et administration des élus et agents communaux ;
- Rencontres et collaborations : Comité de pilotage – Equipe projet.

- Appui matériel aux services municipaux : une moto Yamaha YB100, 4 micro-ordinateurs portables, 2 imprimantes et 4 clés USB.

Dans le domaine de la desserte en eau potable et l’accès à l’assainissement de base :
- Réalisation de 10 forages ;
- Promotion de l’hygiène et de l’assainissement dans les villages/quartiers et dans les écoles ;

- Construction de 100 latrines familiales améliorées type Sanplat et 2 latrines publiques.

L’appui aux initiatives de développement des Conseils Villageois de Développement (CVD) à travers le financement de microprojets dans divers domaines d’activité.

Au terme de ce programme et au vu des acquis et de la bonne appréciation que les conseils municipaux et les populations de Dédougou et de Douai en font, les deux communes ont convenu de poursuivre leur coopération dans cette dynamique par l’élaboration du programme triennal .
Objectif du partenariat
Renforcer la gouvernance locale en donnant l’occasion et les moyens aux différents acteurs de la commune de Dédougou de jouer pleinement et, en synergie, leurs rôles dans le développement de la commune.

- Objectifs spécifiques

Le présent programme est articulé autour de 4 axes spécifiques et complémentaires qui correspondent aux objectifs spécifiques ci-après :

- Améliorer la sécurité alimentaire et le niveau de revenus des producteurs à travers l’accroissement de la production notamment des bas-fonds, des cultures de contre saison et une meilleure gestion des stocks céréaliers. (Partenariat pour l’agriculture et l’alimentation) ;
- Contribuer à l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base (Partenariat dans le secteur de l’eau et l’assainissement) ;
- Renforcer le processus de décentralisation au Burkina Faso par le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la Mairie de Dédougou (Partenariat pour la gouvernance locale) ;
- Favoriser l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) à travers son intégration dans la gestion communale, la création d’un cadre d’accès à Internet et de formation des jeunes et des groupements de femmes (Partenariat pour lutter contre la fracture numérique).
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010.

- Objectif global :

Renforcer la gouvernance locale en donnant l’occasion et les moyens aux différents acteurs de la commune de Dédougou de jouer pleinement et, en synergie, leurs rôles dans le développement de la commune.
Objectifs spécifiques

- Améliorer la sécurité alimentaire et le niveau de revenus des producteurs à travers l’accroissement des productions de bas-fond et de contre saison ;
- Contribuer à l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base ;
- Renforcer le processus de décentralisation au Burkina Faso par le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la Mairie de Dédougou ;
- Favoriser l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) à travers son intégration dans la gestion communale, la création d’un cadre d’accès à Internet et la formation des jeunes.

- Appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire

Objectif de l’action : Améliorer la sécurité alimentaire et le niveau de revenus des producteurs à travers l’accroissement des productions de bas-fond et de contre saison et une meilleure gestion des stocks céréaliers.

Description sommaire : Cette action comporte trois activités principales :

1. L’aménagement de 10 ha de bas-fonds pour la production maraîchère : le Plan Communal de Développement (PCD) de la commune de Dédougou prévoit l’aménagement de 50 ha de bas-fond dans les cinq prochaines années, répartis comme suit : Souakuy (30 ha), Kounandia (20 ha) Massala (45 ha) Magnimasso (45 ha), Sokoura (10 ha), Fakouna (100 ha). Le présent programme contribuera à la réalisation de cette ambition par l’aménagement de 20 ha sur les trois ans. L’aménagement consistera à réaliser des travaux de parcellisation et de mise en place de système d’irrigation (puits, canalisation, motopompes, etc.). Ces aménagements permettront aux populations d’accroître et d’intensifier la production maraîchère.

2. L’aménagement de 10 ha de périmètres rizicoles : Trois villages de la commune disposent de sites aménageables. Il s’agit de Bana (15 ha), Magnimasso (30 ha), Boron (10 ha). Les aménagements permettront aux bénéficiaires de pratiquer la riziculture.

3. Le Warrantage : C’est un système de crédit par lequel une marchandise consignée fournit elle-même la garantie du financement sollicité et les frais qu’il génère. Il implique trois acteurs :

- Le producteur (ou l’organisation de producteurs) ;
- L’entreposeur professionnel (formé et disposant d’une assurance pour les stocks confiés) ;
- La banque qui donne le crédit au producteur.
Le warrantage consiste pour le producteur à stocker, à la récolte, une partie de sa production auprès de l’entreposeur professionnel (qui peut être par exemple l’Union de groupements de producteurs). Sur cette base, la banque (généralement une institution de micro finance ayant signé un protocole d’accord avec l’Union) accorde au producteur 80 à 90 % de l’équivalent en argent de sa production stockée sous forme de crédit. Le crédit permet au producteur d’entreprendre des activités économiques de contre saison (commerce, maraîchage, artisanat, etc.). Dans le système, le stock de production tient donc lieu de garantie. Le producteur récupère son stock après avoir remboursé le crédit.
Le warrantage a été conçu pour aider les paysans dans leur production en faisant en sorte qu’ils ne soient pas obligés de brader leurs produits agricoles. Il a été introduit au Burkina Faso par SOS Sahel International Burkina Faso.

Le système qui sera mis en place dans le cadre de ce programme permettra également aux producteurs d’utiliser leurs stocks pour s’approvisionner en intrants agricoles auprès de l’Union.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
SOS Sahel international
Maître(s) d'ouvrage
Douai
Bénéficiaire(s)
Ce programme étant conçu pour être une action de coopération multi sectorielle, la population des territoires des deux communes de Douai et de Dédougou sont bénéficiaires du programme. Action Bénéficiaires Action 1 : Appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire - Les producteurs de la commune en particulier et toute la population en général Action 2 : Augmentation de la couverture en eau potable - 300 habitants en moyenne de chacun des 35 villages où vont être construits ou réhabilités les forages, soit environ 10 500 personnes - Les artisans réparateurs de pompes - 10 maçons villageois et un animateur local. Action 3 : Amélioration de l’hygiène et l’assainissement dans la commune - Au minimum 2 000 de personnes qui seront touchées par la réalisation de latrines et les séances de sensibilisation sur l’assainissement. Action 4 : Renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la Mairie de Dédougou - Administration municipale ; - Agents des services municipaux ; - Conseillers municipaux ; - Toute la population de la commune. Action 5 : Promotion de l’utilisation des TIC dans la commune de Dédougou - Mairie - Population de la ville de Dédougou et particulièrement les jeunes.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Dedougou Burkina Faso commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Dedougou Konate Valentin Gnami

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Douai commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Mairie


Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Douai 150000 0 2008
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 39000 2008
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 39000 2009
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 39000 2010
Mairie 55674 2008
Autre 150237 0 2008




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013