Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
RUINES DE LOROPENI ET DEVELOPPEMENT LOCAL
Année de première signature de la convention
2011
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention
Tourisme

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2011
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
31/12/2011
Contexte
Depuis l’avènement de la communalisation intégrale, le département de Loropéni a été érigé en commune rurale couvrant 70 villages et 5 secteurs géographiques. La commune de Loropéni est dirigée par un maire élu à la tête de 139 conseillers municipaux depuis mai 2006.
Située dans la région Sud-ouest du pays, sa superficie est de 1906 km2, faisant d’elle la commune la plus vaste de la province du Poni. Le recensement de la population réalisé en 2006 fait état d’une présence de 45 297 habitants.

S’inscrivant dans les orientations stratégiques régionales du Burkina Faso, la commune de Loropéni contribue à la mise en œuvre du cadre stratégique régional de lutte contre la pauvreté dans la région Sud-ouest.

C’est ainsi que dans son plan communal de développement de 2008, le conseil municipal s’est fixé comme objectif global à atteindre d’ici 2020 « d’Améliorer l’autosuffisante alimentaire, l’accès des populations aux services sociaux de base et renforcer les capacités des acteurs locaux »

En juin 2009, par son classement à liste des sites du Patrimoine mondial, le site ruines de Loropéni est devenu un nouvel atout pour le développement de la commune. Chargé de richesses historiques et culturelles à présents reconnues internationalement, il représente un nouveau levier de développement économique.

L’Etat burkinabè considère que la grande majorité du patrimoine touristique du pays est avant tout un patrimoine culturel. L’inscription des ruines de Loropéni est une suite logique de la volonté de l’Etat burkinabè de donner une place importante à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel, et faire de celui-ci le socle de son développement. C’est ainsi qu’une série d’actions a été entreprise par le Ministère de la Culture et du Tourisme burkinabè pour réaliser divers aménagements à même d’améliorer l’attractivité et la valorisation du site de Loropéni. Au nombre de ces actions, il est notamment prévu l’élaboration d’un cahier des charges visant à inciter les opérateurs économiques de la région et du pays à la réalisation de structures diverses d’accueil et d’hébergement autour du site. Le présent projet rentre dans le cadre de leurs préoccupations. Il sera par conséquent soutenu par lui.

Les Ruines de Loropéni est le premier site burkinabé inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le classement a eu lieu lors de la 33e session du Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO tenue à Séville en Espagne du 22 au 27 juin 2009.

Les ruines de Loropéni font partie d’un ensemble de ruines qui sont situées sur une zone que l’on appelle aujourd’hui le pays Lobi. Composées de hauts murs, elles s’étendent sur 11 130 m2. C’est la mieux préservée des dix forteresses que compte la région du Lobi. Il s’inscrit aussi dans un ensemble plus large qui compte une centaine d’enceintes en pierre, reflétant la puissance du commerce transsaharien de l’or. Vieilles d’au moins mille ans selon des découvertes récentes, ces ruines sont situées près des frontières du Togo et du Ghana. L’emplacement a été occupé par les Lohron ou les Koulango qui contrôlaient l’extraction et la transformation de l’or dans la région à l’apogée de cette exploitation aurifère (XIVème au XVIIème siècle). Beaucoup de mystère entoure ce site dont une large part n’a pas encore été fouillée. Ce site promet encore beaucoup d’informations.


Ce projet va également dans le sens des orientations données par l’UNESCO au travers de son Centre du patrimoine mondial et le programme du tourisme du Patrimoine Mondial qu’il soutient.
Historique
Les premiers liens entre la ville de Tremblay-en-France et Loropéni datent de 1988. Cette année là, Loropéni intègre le jumelage existant depuis 1982 entre Tremblay-en-France (anciennement Tremblay-lès-Gonesse) et la commune de Marsciano (Région d’Ombrie, Italie).

Dès 1989 divers projets solidaires sont menés en coopération triangulaire dont la création d’une auberge appelée ‘Maison de l’Amitié’ inaugurée à Loropéni en 2002. La Maison de l’Amitié nécessite aujourd’hui des travaux de travaux de réhabilitation et de modernisation.
Objectif du partenariat
La finalité générale du projet est de contribuer au développement économique de la commune de Loropéni en assurant la croissance d’une activité économique viable liée au tourisme culturelle.
Description détaillée du partenariat
Depuis l’inscription des ruines de Loropéni sur la liste du patrimoine mondial en juin 2009, la commune de Loropéni est devenue une destination de choix pour les touristes nationaux et internationaux. Les ruines de Loropéni figurent parmi les sites touristiques les plus visités du Burkina Faso.

Attractif en raison de sa valeur historique, ce site n’a cependant pas suscité jusqu’à présent l’intérêt qu’il mérite auprès de la population locale. En effet, elle ne le perçoit pas comme un réel atout à exploiter dans sa lutte contre la pauvreté qui demeure pourtant sa première préoccupation.
Aussi, les touristes de passage sont souvent contraints de repartir le même jour en raison du manque de structure d’accueil accusé sur place. Cela entrave naturellement le développement du tourisme dans la commune, et entraine un manque à gagner dans ses possibilités de recettes.

Le projet prévoit deux grands volets d’intervention : Sensibilisation de la population locale et réhabilitation et modernisation d’une auberge appelée ‘Maison de l’Amitié’.

La mise en œuvre de ces activités encouragera l’appropriation par la population de ce site historique, et son implication dans le développement touristique culturel induit. De même il favorisera le séjour des touristes (nationaux/étrangers) sur la commune, et contribuera à terme à améliorer le cadre et le niveau de vie de la population.
- Sensibilisation et mobilisation de la population locale
Objectif de l’action : Appropriation par les population de la commune du projet culturel lié aux ruines de Loropéni
Description sommaire : Le site des ruines de Loropéni requiert la mise en œuvre d’activités socioculturelles en vue de sa valorisation et préservation par les différents acteurs, à commencer par les populations de la commune de Loropéni.

Préserver le patrimoine, c’est choisir la réappropriation par un peuple de sa mémoire, une réappropriation qui peut être au cœur d’un projet collectif porteur de cohésion sociale.

Le faire connaître, c’est aussi contribuer à une meilleure connaissance mutuelle entre les communautés présentes sur un territoire, chacune porteuse de sa propre culture, qui grâce à cela peuvent mieux vivre ensemble. C’est enfin favoriser le maintien de l’équilibre social qui implique la reconnaissance, le respect des différences et de l’identité culturelle de chaque peuple et de ses composantes – un enjeu déterminant pour une politique de développement durable.


La préservation du patrimoine est aussi génératrice d’emplois : emplois liés aux travaux de réhabilitation ou d’entretien du patrimoine (artisans locaux et entreprises du bâtiment), à son exploitation (chercheurs, administrateurs, professionnels de la promotion et de la communication, jardiniers et gardiens, etc.), au commerce culturel en lien à la production locale (eg. Beurre de karité, soumbala) ainsi qu’au savoir-faire lié à l’artisanat traditionnel et dans le domaine des arts du spectacle.


Tels sont les messages que cette action sera chargée de transmettre. Il s’agira de conscientiser tous les acteurs du développement de l’importance qu’il faut accorder à la conservation et à la valorisation du patrimoine des ruines de Loropéni, et engager une vision partagée d’un développement accessible par la dimension culturelle.


Cette activité sera menée par une association ou société de professionnels du tourisme culturel. Elle sera menée en partenariat avec le comité de gestion du site des ruines de Loropéni, et le comité de jumelage de Loropéni.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
COMMUNE DE LOROPENI
Maître(s) d'ouvrage
Tremblay en France
Bénéficiaire(s)
- Population de Loropéni,- Comité de gestion du site des ruines de Loropéni,- Commune de Loropéni,- L’Etat burkinabè,- Les touristes nationaux et étrangers

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
COMMUNE DE LOROPENI Burkina Faso commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
COMMUNE DE LOROPENI HIEN SIEHOUE JACOB jacobhien@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Tremblay en France commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
COMMUNE DE LOROPENI


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 500 2013
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 0 2013
Tremblay en France 41000 2500 2013
, COMMUNE DE LOROPENI 1500 2013




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013