Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
APPUI A LA LUTTE CONTRE LE SIDA EN REGION DE DAKAR - FINANCEMENT D'UNE UNITE DE BIOLOGIE MOLECULAIRE (CHARGE VIRALE) AU CENTRE DE TRAITEMENT AMBULATOIRE ET PROJET DE JOURNAL GRATUIT DE PREVENTION DESTINE AUX JEUNES
Année de première signature de la convention
1997
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Santé
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
1997
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La pandémie au Sénégal est dite "concentrée" avec un taux de prévalence de l'ordre de 0.7% pour l'ensemble de la population, mais de plus de 23% pour les populations dites vulnérables (travailleurs du sexe, personnes homosexuelles, usagers de drogues injectables, populations passerelles - routiers, pêcheurs).

Le Centre de traitement ambulatoire est situé au sein de l'hôpital de Fann de Dakar. Il dispose de locaux propres et, bien que conçu pour accueillir 250 patients, en assure le suivi de plus de 3700. En dehors des diagnostics/dépistage et des soins curatifs, il mène des actions de prévention sur la santé sexuelle et reproductive (ligne d'écoute anonyme et gratuite), et un accompagnement social des patients et de leur famille.
En moyenne, 600 consultations y sont enregistrées par mois. Plus de 300 bilans y sont réalisés par mois, dont près de 180 prélèvements de charge virale acheminés sur l'hôpital Le Dantec qui abrite l'unique laboratoire de biologie moléculaire du Sénégal. Selon les recommandations nationales, la mesure de la charge virale doit se faire le jour du démarrage du traitement antirétroviral, un mois après le début, puis tous les 6 mois. En outre, un monitoring régulier de la charge virale permet un diagnostic précoce des rebonds viraux et leur gestion efficace, évitant ainsi la survenue de résistance aux antirétroviraux. Or la surcharge de travail au niveau du laboratoire de l'Hôpital Le Dantec, qui reçoit toutes les charges virales du pays, entraîne des retards importants de rendus de résultats. Ainsi, certaines analyses reviennent au praticien parfois plus de 6 mois après avoir été envoyées. Dans une logique d'urgence thérapeutique permanente, ces délais ont des conséquences dramatiques sur certains patients dont le traitement ne peut être adapté à temps.

Par ailleurs, en matière de VIH-Sida, le Sénégal connait un taux de prévalence relativement faible (0.7%) dans la population générale, mais particulmièrement élevé dans certains groupes dits vulnérables. Le jeune âge est reconnu comme un des critères favorisant la transmission. La tranche des 15-24 ans représente 40% des nouvelles infections au VIH.

L'information est la pierre angulaire de la réduction de la propagation. La prévention pré ou post exposition, les modes de transmission, les accès thérapeutiques, le dépistage, la déconstruction des idées reçues sont autant de messages à délivrer de manière claire et ciblée. Force est de constater que les actions de communications relatives à la lutte contre le VIH restent souvent l'apanage d'un nombre restreint d'acteurs. L'information est diffusée à travers des canaux inadaptés à la cible visée.

Les jeunes sont considérés comme une cible difficilement captive, volatile et très largement sollicitée par les marques et les médias. Leurs centres d'intérêt sont facilement identifiés et sont assimilables pour l'essentiel à des distractions (musique, sport, internet, télévision, danse, mode...). Délivrer un message précis et impactant sur une thématique aussi difficile que le VIH-Sida demande une approche innovante et adaptée.
Historique
Le conseil régional de Dakar et le conseil régional d’Ile-de-France ont signé un accord de coopération le 18 septembre 1997, sous les mandatures des présidents Michel Giraud et Mar Diouf.
La phase de lacement de ce partenariat a bénéficié d’un grand projet mobilisateur, la construction du lycée de Rufisque, qui a initié une dynamique positive entre les deux institutions et a mobilisé l’intégralité des moyens humains et financiers disponibles pour ce partenariat.
2001 a été l’année de l’inauguration du lycée de Rufisque et de l’unique comté mixte de cette coopération, sous les mandatures des présidents Jean-Paul Huchon et Mar Diouf. Il a permis de définir un programme d’actions autour des domaines d’intervention suivants : échanges institutionnels, enseignement, éducation, formation professionnelle, aménagement, environnement et planification, développement économique et sociale, culture et francophonie.
Un nouveau comité mixte s’est déroulé en juin 2011, permettant ainsi d’actualiser les enjeux de cette coopération.
Objectif du partenariat
- améliorer la prise en charge des patients séropositifs;

- délivrer un message clair, lisible et accessible aux jeunes pour être entendu et écouté;
- préempter un territoire de communication fréquenté par la population cible (lycées, plages, centres de sport, centres culturels, centres de formation professionnelle, boîtes de nuit, bars, centres de santé);
- inverser la tendance et aller au devant de la population (accès direct à l'information).
Description détaillée du partenariat
Le projet de finacement d'une unité de biologie moléculaire (charge virale) au centre de traitement ambulatoire comporte deux volets :
- l'acquisition d'une machine à charge virale et des matériels et machines associés (appel d'offre international) ;
- l'extension de l'actuel laboratoire en étage afin d'y installer le nouveau laboratoire (marché de travaux).

Pour le projet expérimentale d'un journal périodique (bimensuel) et gratuit, il sera réalisé par des professionnels de la santé et de la communication, sous l'égide scientifique du Centre de Traitement ambulatoire de l'Hôpital de Fann, qui fournit les conseils, valide le contenu et assure la viabilité et la fiabilité du support.

Financé lors de son lancement par les bailleurs habituels de la lutte contre le sida au Sénégal, ce journal a vocation à s'autofinancer à travers des partenariats avec des annonceurs.

Chaque numéro, tiré à 10.000 exemplaires, ayant pour terrain d'expérimentation la région de Dakar, fera l'objet de distribution dans des lieux ciblés par des agents spécialement formés et à même d'ouvrir le dialogue avec les cibles.

Les rubriques du journal ont toutes pour vocation de délivrer ouvertement ou implicitement un message sur les risques en lien direct ou indirect avec le VIH-Sida, la santé sexuelle et reproductive, les infections sexuellement transmissibles et toutes les formes de discriminations, stigmatisations et problématiques psychosociétales associées.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Centre de traitement ambulatoire
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional de Dakar
Bénéficiaire(s)
Patients séropositifs, jeunes de la région de Dakar

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Conseil régional de Dakar Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Conseil régional de Dakar Berthomeau Stéphanie stephanie.berthomeau@iledefrance.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional d'Ile-de-France commun.ico.loupe.alter



Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 156612 0 1997
Conseil régional d'Ile-de-France 190000 0 1997




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Aucune politique d'évaluation n'a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013