Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Hanoi"

Correspondant coopération décentralisée
Huong TRAN
Courriel : huong.tran[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Etienne ROLLAND-PIEGUE
Courriel : etienne.rolland-piegue[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Vers la mise en place d’un parc marin sur l’Ile de Cat Bâ
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Le projet vise à accompagner les autorités de d’Haiphong dans leur démarche de protection et de valorisation de l’environnement littoral, et plus particulièrement de l’ile de Cat Ba. Au travers d’un échange d’expériences et de compétences, l’objectif plus particulier est de définir les conditions de mise en place d’un «parc marin» à l’instar du Parc Marin d’Iroise mis en place au large de Brest (Finistère).

Contexte

Le Parc national de Cat Ba, fondé en 1989 a été reconnu en 2004 par l’Unesco en tant que „réserve de biosphère du monde“. Depuis 2011, l’île de Cat Ba figure parmi la « liste indicative » de l’Unesco; les autorités de l’île aspirent à la faire inscrire Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Ces labels ont souligné l’intérêt de cette région et de ses milieux (réserve naturelle, réserve de biosphère), mais en ont fait une destination touristique prisée. Le site exceptionnel de Cat Ba est devenu aujourd’hui un espace très convoité et l’objet de plusieurs conflits d’usage.

La pêche et l’aquaculture sont toujours des activités importantes, vitales pour les populations locales, mais d’autres usages s’y développent, dont le poids socio-économique est indiscutable.
Ainsi le tourisme est devenu un enjeu important et génère depuis 2009 un chiffre d’affaires de plus de 212,5 milliards VND (soit 13 millions USD). La même année, avec une capacité hôtelière de 107 hôtels, l’île recevait 1 million de visiteurs. Il est prévu que la fréquentation touristique augmente de façon significative dans les prochaines années. Même si les visites de fermes aquacoles figurent parmi les produits touristiques, et contribuent à l’attractivité de l’île, le développement de l’aquaculture se trouve de plus en plus confronté à des activités concurrentes dont le tourisme. Les récentes mesures prises par les autorités pour déplacer les installations aquacoles d’ici mai 2013 dans la baie de Lan Ha en sont un exemple.

Conscientes de la richesse de leur patrimoine, les autorités de Cat Ba ont fait part aux partenaires brestois de leur souhait de bénéficier de l’expérience en matière de gestion intégrée des zones littorales pour faire de cette zone à hauteur valeur environnementale, un espace conciliant protection du milieu marin et développement des activités marines, à l’instar du Parc Marin d’Iroise au large de Brest.

Sur ce sujet complexe, qui touche aux enjeux mondiaux sur la biodiversité marine, le changement climatique, la préservation et la valorisation des espaces marins, Brest et le Finistère ont su reposer sur les compétences scientifiques locales pour mettre en place des outils de gestion reconnus dont le Parc Marin d’Iroise, devenu modèle en la matière. Cette dynamique de «développement durable» s’inscrit en 2013 dans un contexte international où le concept de croissance bleue est devenu un enjeu international. La série de déclarations des Nations Unies sur le rôle de l’Océan dans l’équilibre de la planète a recentré les débats internationaux sur le changement climatique vers les zones littorales.

En réponse à ces enjeux, une vingtaine de territoires maritimes, dont Brest et Haiphong, créaient à Brest en juillet 2012 le « Réseau International des Territoires Maritimes Innovants »‚(RITMI), pour répondre ensemble aux objectifs de « croissance bleue ».

Ce réseau met en exergue le rôle des autorités publiques locales et la coopération entre secteurs public, privé et scientifique, en particulier pour les questions relatives à la valorisation des zones littorales. Il s’appuie par contre sur le soutien d’organisations internationales, telles que la Convention des Nations Unies pour la Diversité Biologique (CDB) ou la Commission Océanographique Internationale de l’Unesco (COI).
Le projet se situe dans ce contexte de réflexions et d’actions internationales. Il sera un exemple concret de transfert d’expérience, et de développement de compétences, que cherche à développer le réseau RITMI.

Ainsi, Brest apportera une assistance aux autorités locales d’Haiphong dans leur démarche de valorisation de l’île de Cat Ba, dans la continuité de projets menés avec les autorités publiques d’Haiphong sur la gestion durable des zones littorales, et dans un contexte de coopération internationale qui renforcera l’impact de ses actions.

En considérant les principes de gouvernance (gestion concertée) et de zonage (répartition et qualification des espaces), appliqués pour le parc marin d’Iroise, le projet s’attachera à identifier des solutions pérennes aux conflits d’usage entre tourisme, pêche, protection environnementale.
Historique
Le premier accord de partenariat avec une autorité vietnamienne a été signé au cours de l’escale du navire école « Jeanne d’Arc » à Haiphong en 2007. Depuis lors, des coopérations se sont développées dans les domaines scientifiques, académiques et économiques, en particulier sur Haiphong avec la mer pour dénominateur commun.

Lors de cette mission collective en 2007, Brest métropole océane, le Technopôle de Brest Iroise, le groupement européen d’intérêt économique (G.E.I.E.) Littoralis ont présenté au Comité Populaire de Haiphong, et son Département des Sciences et Technologies et à IMER (l’Institute of Marine Environment and Resources basé à Haiphong) le « Contrat de Baie», application locale et concrète des principes de «gestion des zones littorales ». Il repose sur des outils techniques de suivi de l’environnement côtier, mais aussi et surtout sur la concertation entre toutes les parties concernées : autorités publiques, acteurs économiques, experts scientifiques et techniques.

De ces premiers échanges sont nés des projets de coopération multi-acteurs, visant à accompagner les autorités publiques d’Haiphong dans leurs programmes de gestion durable de la baie d’Haiphong.

Bénéficiant du soutien de la Fondation Véolia, deux projets intitulés Haiphong Phase 1 et Phase 2, ont été menés entre 2008 et 2010. Ces deux projets, coordonnés par les autorités publiques de Brest et Haiphong, reposent sur une coopération entre les entreprises du groupement Littoralis et IMER. Ils ont permis de travailler sur les solutions techniques nécessaires à la mesure de données environnementales et d’initier les autorités publiques aux principes d’une gestion «intégrée» des zones côtières. Ils auront également permis d’étudier les problématiques plus spécifiques de la Baie d’Haiphong. , telles que la qualité des eaux et des produits issus de la mer, objet du second projet.

En 2012 un premier projet soutenu par le Ministère des Affaires Etrangères a permis de poursuivre ces actions de transfert d’expérience et de compétences en matière de protection et de valorisation de l’environnement littoral. En particulier, deux techniciennes du département des sciences et technologies sont venues en formation à Brest auprès des principaux acteurs impliqués dans la démarche du Contrat de Baie : Brest métropole, le groupement Littoralis, le Parc Marin d’Iroise, l’Institut Européen Universitaire de la mer et le technopôle Brest Iroise.

Par ailleurs, Brest et Haiphong ont travaillé au montage des assises franco-vietnamiennes qui se sont tenues à Haiphong en 2010 et travaillent maintenant au montage de la prochaine édition de ces assises qui se tiendront à Brest du 10 au 12 juin 2013, entre autres, sur le thème du développement durable.
Objectif du partenariat
Dans le contexte de coopérations bilatérales et internationales exposé précédemment, et sur la base des résultats produits par ces actions, l’objectif du projet est de travailler avec les autorités d’Haiphong sur les problématiques spécifiques de l’île de Cat Bâ, afin de proposer des solutions pour une gestion durable de cet espace. Plus précisément, le but est de préparer la mise en place d’un parc marin, inspiré du Parc Marin d’Iroise, en travaillant tout particulièrement sur les conflits d’usage (pêche-aquaculture, tourisme, zones à haute valeur écologique), une action qui renforcera la demande de reconnaissance de cet espace comme «patrimoine mondial de l’humanité».

Les études effectuées dans le cadre des projets « Haiphong phases 1 et 2 », et celles menées dans le cadre de la candidature de l’île de Cat Bâ au Patrimoine Mondial de l’Unesco, auront en effet permis d’établir plusieurs diagnostics du territoire et d’identifier les zones à forte valeur patrimoniale.

Avec le support des scientifiques (IMER, IUEM/UBO) et des experts (Littoralis en particulier), le présent projet permettra d’exploiter et de compléter ces résultats afin d’établir une méthodologie et un plan d’action en fonction de l‘objectif suivi par les autorités publiques vietnamiennes: la mise en place d’un «parc marin», dans un objectif plus large de valorisation du patrimoine naturel de l’île.
Description détaillée du partenariat
Le projet vise à accompagner les autorités de d’Haiphong dans leur démarche de protection et de valorisation de l’environnement littoral, et plus particulièrement de l’ile de Cat Ba. Au travers d’un échange d’expériences et de compétences, l’objectif plus particulier est de définir les conditions de mise en place d’un «parc marin» à l’instar du Parc Marin d’Iroise mis en place au large de Brest (Finistère).
- Elaboration d’un plan d’actions pour la mise en place d’un parc marin.
Objectif de l’action : Le but de cette action est d'aider les autorités publiques de Cat Ba/Haïphong, à caractériser, classifier et comprendre le fonctionnement des différentes zones notoires de l’île: activités socio-économiques (type, économie, conflits d‘usage,..), des éco-systèmes littoraux et marins (qualité et richesse de la faune, flore, biodiversité, habits,..), risques environnementaux et naturels, afin d’établir un plan d’action vers la mise en place d’un parc marin dans un objectif de valorisation de cet espace.
Description sommaire : Les états des lieux écologiques et socio-économiques, ainsi que les réflexions menées dans le cadre des projets précédents ou en cours vont permettre d’identifier les enjeux principaux du parc marin.
Avec le support des experts scientifiques et techniques, ces données issues d’études et de projets antérieurs seront analysées afin d’établir une cartographie des activités socio-économiques et des écosystèmes suffisamment complète pour comprendre :
• les zones notoires de par leur valeur environnementale ou socio-économique.
• les dysfonctionnements (conflits d’usage, détérioration de la qualité environnement, perte de biodiversité…)
• Les solutions de rémédiation aux conflits et de restauration des milieux
• Les principaux acteurs concernés par la mise en place d’une gestion intégrée des zones côtières et d’un parc marin en particulier.

Cette analyse permettra elle-même:
• De définir un zonage (répartition des activités économiques, zones à haute valeur écologique, zones fragilisées et nécessitant une action de restauration/protection, zones à risque naturel…) et un premier schéma général de valorisation de cet espace. Ainsi le contour géographique et les objectifs du futur parc marin pourront être établis dans un cadre plus large de gestion durable de l’île de Cat Ba.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Comité populaire de la Ville de Haiphong
Maître(s) d'ouvrage
Brest métropole océane
Bénéficiaire(s)
Collectivités locales (Comité Populaire de Haiphong (dont le district de Cat Hai),Acteurs économiques (tourisme, pêche, aquaculture…,Partenaires scientifiques et techniques,Populations locales

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Comité Populaire de la ville de Haiphong Vietnam commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Comité Populaire de la ville de Haiphong DUONG ANH DIEN duonganhdien@haiphong.gov.vn

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Brest métropole commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Conseil Général du Finistère
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Comité populaire de la Ville de Haiphong


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 750 0 2007
Brest métropole 29000 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 29000 2007
Conseil Général du Finistère, Comité populaire de 26250 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013