Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Projet pour l’Assainissement Concerté, Total et Intégré du quartier Guet Ndar à Saint Louis – Sénégal (ACTING)
Année de première signature de la convention
2011
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Eau et assainissement

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2011
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal a officiellement souscrit à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Des progrès significatifs ont été enregistrés ces dernières années dans les domaines de l’éducation et de la santé. Mais en matière d’eau potable et d’assainissement, force est de constater que les besoins restent importants. Ainsi, le taux moyen d’accès à l’eau potable au niveau national s’élève à 84% alors que pour l’assainissement il n’atteint que 45%.
La Région de Saint Louis
La Région de Saint Louis est située dans la partie septentrionale du Sénégal. Elle est limitée à l'Est par la région de Matam, à l'Ouest par l'océan Atlantique, au Sud par la région de Louga et au Nord par le fleuve Sénégal qui marque la frontière avec la Mauritanie. La zone recouvre une superficie totale de 19 000 km², soit environ 10 % du territoire national, et elle comprend sur le plan administratif 3 départements, 7 arrondissements, 23 Communes et 18 Communautés rurales.
Avec la mise en valeur de son potentiel agricole, touristique et culturel, Saint-Louis est aujourd’hui une région dynamique sur le plan économique et démographique. La population est estimée à 850 000 habitants soit près de 7% de la population totale du pays et les projections démographiques prévoient un nombre d’habitants en 2015 proche de 945 600 (suivant un taux de croissance annuel de 2,7%). La densité moyenne est actuellement de 45 hab./km².
La Ville de Saint Louis (241 000 hab.)
La ville de Saint Louis a été fondée en 1659 et elle fut la capitale du Sénégal jusqu’en 1958. Aujourd’hui, son économie repose principalement sur la pêche et le tourisme. Etendue sur plus de 4 500 hectares, la ville présente une structure urbaine en 4 secteurs : 1) la langue de Barbarie est une mince bande de terre de 250m de large, coincée entre le petit bras du fleuve et l’océan atlantique ; 2) l’Île représente le centre historique et concentre les administrations, les commerces et les activités touristiques, 3) le Sor et ses quartiers périphériques est une vaste zone d’extension de la ville, 4) et enfin la périphérie présente les terrains les plus aptes à l’urbanisation en raison d’une altimétrie plus élevé, permettant de s’affranchir de l’inondabilité hivernale.
La position géographique de la ville implique une relation forte avec l’eau. Saint Louis est bâtie sur les bancs sableux dans le delta du fleuve Sénégal, là où se rejoignent l’Atlantique, le Sahara et le Soudan Occidental. L’omniprésence de l’eau est une caractéristique de cette ville dont l’altitude ne dépasse pas 2,5 mètres. L’urbanisation s’est opérée le plus souvent sur des remblais, faisant de Saint Louis une agglomération vulnérable aux inondations pluviales et fluviales.
Notons que Le delta du Sénégal est en partie naturel (parc naturel de Djoudj) et en partie urbanisé, une urbanisation datant de 1840 avec l'île de St Louis classée patrimoine mondial de l'UNESCO, suivie de près par le quartier de Guet N'Dar. Cette urbanisation s'est poursuivie jusqu'à nos jours dans la périphérie.
Le quartier de Guet N’Dar (quartier des pêcheurs)
Superficie : 17 ha
Population : 25 206 habitants (sans compter le passage des pêcheurs, commerçants, touristes)
Densité: 1 491 hab/ha.
Le quartier de Guet N'Dar est situé dans le delta du fleuve au Nord de la bande de sable ("Langue de Barbarie"). Au total, ce quartier compterait environ 25 206 habitants (source : service régional de la statistique). Les habitants de ce quartier s’adonnent à la pêche artisanale.
De l’avenue Serviatus au cimetière, le quartier Guet-Ndar s’étire sur 900 mètres. Bordé d’un côté par la rive du fleuve, de l’autre par une rangée impressionnante de concessions et autres maisons de fortune, à quelques encablures de la plage, il atteint 250 mètres dans sa plus grande largeur. Au sud toutefois, le cordon littoral se rétrécit, et l’espace bâti n’excède pas 150 mètres de large. La superficie totale du quartier est 17 hectares.
Deux voies divisent le quartier dans le sens de la longueur. L’avenue Lamothe, qui prolonge au Sud l’avenue Dodds, et la rue Bou El Mogdad. On dénombre 11 rues transversales et un grand nombre de ruelles très étroites. Ce quartier, 3ème port de pêche du pays, est fortement peuplé, et à cela s'ajoute un trafic important de camions pour le transport du poisson, qui n'est qu’en partie transformé sur place.
Information concernant l’eau potable (ville de Saint Louis)
L’approvisionnement en eau potable de la ville de Saint Louis est assurée la Sénégalaise Des Eaux (SDE) à partir d’une station de traitement située à Khor. La station fournit 13 000 m3/j d’eau qui est ensuite acheminée dans 3 ouvrages de stockage. Le réseau de distribution alimente près de 97% de la population urbaine, soit 17 815 abonnés. Un programme de réhabilitation et d’extension du réseau est en cours dans le cadre du plan d’investissement de l’hydraulique urbaine. Le quartier de Guet'Ndar est relié au réseau d'eau potable de la ville.
Information concernant l’assainissement (ville de Saint Louis)
Le gouvernement sénégalais a fixé des objectifs ambitieux en matière d’assainissement urbain : d’ici 2015, le taux d’accès à l'assainissement dans les villes (hors Dakar) doit atteindre 72% et le traitement des eaux usées doit concerner 61% des réseaux. L'assainissement semi-collectif et autonome doit être privilégié.
Le réseau d’assainissement de la ville de Saint Louis a été réalisé selon plusieurs phases. Une première phase de travaux fut réalisée à l’époque coloniale pour assainir l’île. Au début des années 1980, une deuxième phase fut engagée afin d’étendre partiellement l’assainissement à plusieurs quartiers (Ndar Tourte, Sor Nord – Balacoss, Diamaguène, HLM – Léona, quelques rues de Ndiolofène). Enfin, récemment un réseau a été posé pour collecter les effluents de l’Université.
Le système est composé des éléments suivants : (i) 44 km de canalisation en PVC (excepté au niveau de l’île où la majeure partie du réseau est en amiante ciment) et dont les diamètres varient entre 150 et 450 mm, (ii) 6 stations de pompage et (iii) 1 station d’épuration par système lagunaire (dimensionnée pour traiter un volume d’effluent de 600m3/jour et une charge organique de 800kg de DBO5/jour ce qui correspond à 20 000 EH). Toutefois, le fonctionnement de la lagune est actuellement en mode dégradé notamment à cause des déversements de matières de vidanges en entrée de station. De même, le réseau d’assainissement présente de nombreux dysfonctionnements. D’importantes intrusions de sable et d’ordures à l’intérieur du réseau entravent les écoulements sur l’ensemble du tracé, plusieurs tronçons de canalisation sont posés en contre-pente et empêchent le fonctionnement hydraulique du réseau, les regards sont ensablés ou colmatés, etc. Par ailleurs, le taux de raccordement des habitants de Saint Louis au réseau d’assainissement est très faible (officiellement entre 10% et 15%).
L’assainissement autonome est donc majoritairement pratiqué. Pour le rejet des eaux vannes, les habitations ont généralement une fosse septique ou une fosse simple. La destination des eaux après la fosse est diverse (par vidange de la fosse quand elle est pleine, par infiltration en puits perdu ou encore par rejet dans le jardin, la rue ou autres). L’entretien des installations n’est pas régulier, il s’effectue principalement lorsqu’il y a des débordements de fosses, des problèmes de colmatage, etc.
L’assainissement du quartier Guet Ndar a été diagnostiqué dans le cadre de l’étude de faisabilité pour la mise en œuvre d’un service d’assainissement dans le quartier (financement AESN et CG27). Les ménages du quartier Guet Ndar sont équipés à 46% en toilettes hygiéniques à domiciles. Les ménages non équipés utilisent pour l’essentiel des pots d’aisance vidangés régulièrement ou les blocs sanitaires publics disséminés dans le quartier. 74% des ménages utilisent une douche reliée à une fosse pour leur lavage corporel. Les eaux de lessive et de vaisselle sont évacuées quotidiennement dans des seaux et des bassines vidées sur la plage ou les berges du fleuve. Si d’anciens réseaux d’égouts sont présents dans le quartier, aucun n’est fonctionnel ou entretenu. Les ménages sont donc obligés de faire appel à des vidangeurs manuels ou mécaniques pour la vidange de leur fosse qui sont facilement saturées étant donné la proximité de la nappe phréatique. 98% des ménages interrogés se disent intéressés à se connecter à un réseau d’égout et sont prêts à payer pour la connexion et la gestion de ce service. Cette solution apparaît techniquement pertinente étant donné la forte densité de population et la proximité d’une station de pompage de l’Office National d’Assainissement (ONAS) reliée au reste du réseau d’assainissement de la ville, qui aboutit à une station de lagunage permettant un traitement au moins partiel des eaux usées avant leur rejet dans la nature.
Historique
Le CG27 est lié à la Commune de Saint Louis au travers d’un accord de coopération décentralisée signé le 24 novembre 2011. Le CG27 a participé au financement de l’étude de faisabilité de l'assainissement collectif sur le quartier de Guet N'Dar en décembre 2011 et janvier 2012, réalisée par le Gret. Le CG27 a participé au premier comité de pilotage le 27 janvier 2012.
Les partenaires locaux ont des liens de coopération réguliers et de longue date :
 La Commune a initié en 1995 la mise en place de l’ADC avec le soutien des partenaires de la coopération décentralisée qui ont aidé à son opérationnalisation et la consolidation de ses actions au cours de ces quinze dernières années. La Commune a bénéficié de l’appui de l’ADC dans la formulation et le suivi des projets d’assainissement dans lesquels elle est partie prenante (dans le quartier Darou par exemple). Dans d’autres domaines, la Commune et l’ADC collaborent dans la facilitation et l’intermédiation auprès de partenaires, et dans le suivi et l’évaluation de ses projets.
 Le Gret est présent à Saint Louis depuis 2004 avec la mise en œuvre de différents projets de mise en place de réseaux d’eau potable dans des bourgs ruraux dans la région de Saint Louis : Alizés, Aicha Saint Louis, etc.
 L’ONAS collabore avec l’ADC et la Commune de Saint Louis sur les projets mis en œuvre sur le périmètre communal : mise à disposition par l’ADC d’informations géographiques, partenariat dans le cadre de la mise en œuvre des programmes d’Information Education Communication (IEC) en hygiène et assainissement, et mobilisation des bénéficiaires pour la libération des redevances (exemple du projet d’assainissement urbain de Darou financé par la Coopération Technique Belge).
Objectif du partenariat
L’objectif global du projet est d’améliorer les conditions de vie des populations du quartier Guet Ndar à Saint Louis (Sénégal). En améliorant les conditions d’assainissement des habitants du quartier, le projet contribuera à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, par un meilleur accès au service de collecte, d’évacuation et de traitement des eaux usées et excrétas. Ainsi, l’environnement de vie de ces populations sera amélioré : moindres rejets sauvages d’eaux usées et excrétas, moins d’eaux stagnantes, moins de maladies, etc.
Description détaillée du partenariat
Dans le contexte présenté au paragraphe suivant (« Contexte »), le projet envisagé ici consiste à améliorer la situation des ménages du quartier Guet Ndar, qui seront équipés de douches et toilettes adaptées et raccordées au réseau d’assainissement. Il est nécessaire de travailler sur la filière complète de l’assainissement (toilettes – évacuation – traitement) pour avoir un impact positif sur la situation sanitaire alarmante du quartier (recrudescence du péril oro-fécal). L’étude de faisabilité réalisée en janvier 2012 a orienté les acteurs locaux de l’assainissement vers une solution technique de type réseau d’assainissement pour le quartier dense de Guet Ndar. Les solutions techniques précises doivent être définies par des études détaillées incluses dans le projet Acting (année 1). Les infrastructures construites seront raccordées au réseau d’assainissement existant pour transporter les eaux usées jusqu’à la station de lagunage de la ville. Au-delà de la construction d’infrastructures, le projet Acting s’attachera à mettre en place des solutions de gestion et de financement pérennes des ouvrages et de leur entretien, en particulier en renforçant les acteurs locaux de l’assainissement : Mairie de Saint Louis, Agence de Développement Communal (ADC), Antenne de Saint Louis de l’Office National d’Assainissement (ONAS), etc. Ce renforcement de capacités aura lieu au travers de formations et d’un accompagnement dans les différentes étapes de mise en œuvre du projet (assistance à maîtrise d’ouvrage). Pour améliorer la coordination et la cohérence des initiatives locales en matière d’assainissement, un cadre de concertation local de l’assainissement regroupant l’ensemble des acteurs du secteur sera mis en place et animé par la Mairie de Saint Louis. Un important volet de sensibilisation et d’ingénierie sociale complètera ces actions pour favoriser l’appropriation et l’adhésion du service par les populations, dans une logique de pérennité.
L’objectif spécifique du projet est de mettre en place un service d'assainissement durable du quartier Guet Ndar, intégré dans la filière d'assainissement de la ville de Saint Louis. Ainsi, le projet ne vise pas seulement la construction d’infrastructures d’assainissement mais une amélioration durable de l’assainissement de Guet Ndar par l’intégration de ce quartier pauvre dans le service d’assainissement existant qui s’étend sur une grande partie de la ville. Ces ménages pauvres ne seront donc plus en marge du service d’assainissement de Saint Louis et auront droit à un service durable et adapté à leurs besoins et à leurs moyens, des points de vue social, urbain et économique.
Les résultats du projet global pluriannuel sont :
 R1 : 25.000 personnes sont sensibilisées à l'hygiène et à l'environnement et sont prêtes à investir dans l'assainissement ;
 R2 : Des infrastructures d'assainissement desservant 13.000 personnes sont construites ;
 R3 : Des schémas de gestion et de financement durables du service d'assainissement de Guet Ndar sont élaborés et mis en œuvre ;
 R4 : Les acteurs locaux sont renforcés dans leurs rôles et responsabilités en assainissement et assurent une exploitation et un suivi efficaces des services d'assainissement.
Les acteurs locaux de l’assainissement seront parties prenantes du projet. Il s’agit de : la Commune de Saint Louis, qui investit régulièrement dans l’assainissement liquide, et est appuyée dans sa maîtrise d’ouvrage en urbanisme par l’Agence de Développement Communal (ADC) ; l’ONAS, exploitant des réseaux d’égouts et de la station d’épuration de la ville (lagunage) ; les opérateurs privés de vidange de fosse de toilettes.
Ce projet global, pluriannuel et ambitieux doit être séquencé en plusieurs phases pour être mis en œuvre de manière cohérente avec les financements mobilisables progressivement :
- Phase 1 : réalisation des études techniques détaillées, mise en place du cadre de concertation local, sensibilisation de la population, renforcement des acteurs locaux (année 1) ;
- Phase 2 : réalisation des travaux dans le quartier Guet Ndar (réseau, rénovation station de pompage, connexions), accompagnement/renforcement des acteurs locaux, sensibilisation, mise en place de schémas adaptés de financement et de gestion du service d’assainissement (années 2 à 4) ;

- Sensibilisation des ménages du quartier Guet Ndar et marketing social.
Objectif de l’action : L’objectif de l’action est d’amener les habitants du quartier Guet Ndar à changer de comportement en ce qui concerne l’hygiène et l’assainissement et à s’abonner au service d’assainissement mis en place.
Description sommaire : L’action n°1 est composée de trois volets. Tout d’abord, une campagne de sensibilisation sera entreprise par des animateurs auprès de la population du quartier sur les aspects sanitaires et environnementaux. Cette sensibilisation se déroulera tout au long du projet. Ensuite, une campagne de marketing social visera à amener les ménages à investir dans leur assainissement au travers de la construction d’infrastructures à domicile (toilettes, douches) et par leur connexion au réseau d’assainissement. Enfin, une étude d’impact sanitaire sera réalisée pour connaître l’impact du projet sur la santé des habitants du quartier.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Commune de Saint Louis
Maître(s) d'ouvrage
Conseil général de l'Eure
Bénéficiaire(s)
Dans la partie la plus occidentale de la ville de Saint Louis, le quartier de Guet Ndar est un quartier pauvre d’une population de 25.206 habitants répartis sur 16,9 ha, ce qui en fait le quartier urbain le plus densément peuplé du Sénégal. Dans ces conditions, l’accès à l’assainissement des populations du quartier s’avère complexe, en l’absence actuelle de solution planifiée et opérationnelle. Ce difficile accès à l’assainissement a des conséquences sanitaires et environnementales graves : épidémies de choléra, forte prévalence des maladies oro-fécales, rejet des eaux usées et excrétas sans traitement dans la nappe phréatique proche, dans l’océan et dans le fleuve, etc. Ces conséquences négatives sont exacerbées par la forte densité de population et la fragilité environnementale de la zone. Les groupes bénéficiaires du projet sont :  13.000 habitants et acteurs économiques du quartier Guet Ndar : La population du quartier est relativement jeune (36% ont moins de 15 ans ). L’habitat est très dense et essentiellement de plain pied (91%), avec des ruelles étroites et sinueuses permettant d’accéder aux concessions depuis les voies principales. Chaque concession compte en moyenne 20,2 personnes soit 2,1 ménages . Les chefs de ménages sont propriétaires à 98,3%. L’activité des habitants de Guet Ndar est largement liée à la pêche et à la transformation des produits de la pêche (78% des actifs, PDQ 2005). Le commerce représente 15% des actifs et dépend également de la pêche puisqu’il s’agit principalement de la vente de produits de pêche frais ou transformés. Un quai de pêche et des ateliers de transformation sont situés dans le quartier : ces acteurs économiques sont aussi concernés par le programme. Selon les enquêtes réalisées par le Gret2, les dépenses mensuelles moyennes des habitants du quartier s’élèvent à 418 818 FCFA (638,4 €). En matière d’assainissement, 54% des ménages ne sont pas équipés en toilettes hygiéniques et il n’y a pas de solutions saines d’évacuation des eaux usées et excrétas. Il en résulte des rejets importants de seaux d’eaux usées et d’excrétas sur les plages et sur la rive du fleuve qui sont des zones d’activités économiques et de jeux d’enfants. Les travailleurs du quai de pêche n’ont accès qu’à un bloc sanitaire collectif mal entretenu et en mauvais état. Depuis une quinzaine d’années, l’Agence de Développement Communal (ADC) a développé et renforcé une dynamique de développement local et une ingénierie sociale urbaine qui ont permis, au fil du temps, de favoriser une démocratie participative qui se matérialise dans toutes les actions qui concernent le vécu quotidien des populations . La conduite des opérations d’assainissement prévues dans le cadre du projet mettra au cœur de leur intervention ces Conseils de quartier qui sont l’émanation de la société civile communautaire.  Mairie de Saint Louis et Agence de Développement Communal : La Commune est responsable de la salubrité publique et des conditions de vie des habitants de son territoire. Elle n'intervient pas directement dans la gestion des réseaux d'assainissement d'eaux usées mais constitue un partenaire essentiel à la mise en place de projets d'intérêt public car elle détient le pouvoir pour les libérations de foncier sur des parcelles recevant des équipements techniques tel que les stations de pompage. Elle est aussi un acteur central à Saint Louis pour la bonne concertation des acteurs locaux. La commune est assistée dans sa fonction de maitre d’ouvrage par l’ADC pour tout ce qui concerne l’urbanisme. L’ADC est une association à but non lucratif employant des salariés. Elle joue un rôle important dans la mise en œuvre des stratégies de gestion de la ville notamment en termes d’ingénierie sociale urbaine et d’appui à la maîtrise d’ouvrage des projets et programmes urbains. Elle intervient au niveau des quartiers (avec les conseils de quartier) et au niveau communal global (planification urbaine, gestion des déchets solides, promotion du développement économique local).  Cinq opérateurs de vidange : La commune de St Louis bénéficie de la présence de petits opérateurs privés pour les services de vidange des fosses. Ceux-ci disposent de camions (entre 1 et 3) et travaillent en relation directe avec les habitants qui paient de l’ordre de 15.000 FCFA pour le service réalisé. Les vidangeurs reversent une redevance communale pour pouvoir vider leur camion dans la station de traitement. Un certain nombre de vidangeurs manuels exercent également dans le quartier Guet Ndar avec des tarifs attractifs et sans respect des normes sanitaires et d’hygiène. Les enquêtes ont montré que lorsque leur fosse est pleine, les ménages font appel à 73% à ces vidangeurs manuels informels (contre 13% pour les vidangeurs mécaniques, et 14% pour une vidange réalisée par un membre de la concession).

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune de Saint Louis Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune de Saint Louis dieye Cheikh Bamba mairedesaintlouis@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil départemental de l'Eure commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Commune de Saint Louis


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 149865 0 2011
Conseil départemental de l'Eure 1280000 1100000 2011
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 172000 2011
, Commune de Saint Louis 380000 2011




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013