Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Accompagner la professionnalisation du SIG de Guédiawaye
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Technologies de l'information et de la communication
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La ville de Guédiawaye
La ville de Guédiawaye (400 000 habitants) est située au centre de la région métropolitaine dakaroise et à 13 km de la ville de Dakar. Cette région correspond à la presqu’île du Cap Vert et concentre 25% de la population du Sénégal sur 0,3% du territoire, ce qui représente 2,5 millions d’habitants sur 550 km².
Guédiawaye est une ville nouvelle, érigée en commune en 1990, après le découpage administratif de la commune mère de Pikine. Depuis 1996, elle se compose de 5 communes d’arrondissement. En 2002, elle a été érigée en département autonome.

Elle occupe une superficie d’une 15e de km² urbanisée à 85%. Elle est délimitée au Nord par une bande littorale avec l'Océan Atlantique longue de 7,5 km qui constitue un atout important pour le cadre de vie dans une région très polluée. La limite sud est matérialisée par une dépression marécageuse (la Grande Niaye) poumon vert exceptionnellement préservé qui constitue de fait une importante réserve foncière jusqu’à présent protégée.
Aujourd’hui, à l’instar de la région de Dakar, la ville de Guédiawaye est soumise à une forte pression urbaine entraînant une demande croissante en services sociaux de base. Parallèlement, les moyens de la collectivité sont faibles pour y apporter les réponses convenables. Sur le plan des recettes, l’inexistence de zones d’activités industrielles et de services est un handicap et le recouvrement des impôts locaux est partiel compte tenu de l’absence d’outil pour un recensement efficace des foyers fiscaux.

La Communauté d’agglomération Castres-Mazamet
La Communauté d’agglomération Castres-Mazamet (85 000 habitants et 16 communes) est située à 70 km à l’est de Toulouse. Elle bâtit sa stratégie de développement autour du numérique depuis une quinzaine d’années, ce qui s’est traduit par la création d’une boucle locale en fibre optique reliant les communes de l’agglomération et les principales zones d’activités. Castres-Mazamet a acquis un véritable savoir faire dans les TIC avec de beaux succès d’implantations d’entreprises. La collectivité dispose également d’un savoir faire SIG et des outils développés depuis une dizaine d’années pour des applications internes et mutualisées auprès des 16 communes et de deux intercommunalités voisines.

Solidarité numérique et système d’information géographique (SIG)
SIG : des outils efficaces pour la gestion des collectivités…
Les lois de décentralisation au Sénégal ont transféré aux villes plusieurs domaines de compétence dont l’environnement et la gestion des ressources naturelles, la planification l’aménagement du territoire, l’urbanisme et l’habitat.

Les SIG sont perçus comme un des éléments de la panoplie des outils TIC au service du développement local. Ils permettent la collecte, la structuration et le stockage de l’information localisée, la visualisation cartographique de cette information dans un système de coordonnées géographiques unifié qui permet la superposition et le croisement des informations stockées.

Un contexte favorable au développement d’un SIG pour une collectivité urbaine sénégalaise…
Le Sénégal a mis en place depuis longtemps des politiques incitatives à l’utilisation des NTIC. Déjà en 1997, la Déclaration de Dakar du 10 juillet encourageait l’accès à l’Internet, l’élaboration de propositions et la réalisation de projets incluant l’utilisation des NTIC.
Plus spécifiquement orienté vers les services publics, le Programme National de Bonne Gouvernance (PNBG) identifie les NTIC comme un instrument privilégié pour l'amélioration de la productivité du service public, la mise en place des prestations de qualité et l'instauration d'une communication moderne.
On a pu observer ces dernières années un développement de la production de données cartographiques avec pour corolaire des besoins croissants d'échanges et d'harmonisation des données numériques. L’utilisation initiale des outils de DAO pour la création de données spatiales évoluant logiquement vers la mise en place de SIG dans les administrations permettant une meilleure gestion de ces données.

…mais les SIG restent encore peu développés au niveau des collectivités locales.
• Difficultés liées aux données
La cartographie numérique est utilisée essentiellement pour la gestion de services techniques et au sein d’agences diverses, notamment dans le cadre de réflexion de planification à l’échelle de l’agglomération dakaroise. Des données sont produites également à l’occasion de travaux de génie civil de plus ou moins grande ampleur.
Ceci étant, quelles que soient leurs origines et leurs finalités, ces données ont en commun de rester quasi inaccessibles pour des collectivités comme Guédiawaye pour différentes raisons. L’information est en générale peu partagée par ses détenteurs, transmise dans des formats papier ou numériques différents, dans des projections incompatibles ou sans coordonnées géographiques rendant leur utilisation et leur éventuelle diffusion peu commode.
• Pénurie de moyens au niveau des collectivités
A ces freins s’ajoutent les manques évidents dans les collectivités locales pour ce domaine de compétences techniques, de ressources financières et de moyens matériels (informatisation des services déficiente) pour assurer le développement optimal d’un SIG.
Historique
La coopération est née en 2007 de l'intérêt de l'Université Toulouse le Mirail pour la mise en œuvre d'un agenda 21 à Guédiawaye, et de la mise en relation de cette collectivité avec Castres-Mazamet par l’intermédiaire de la solidarité numérique.
Ce rapprochement s’est s'appuyé sur le savoir-faire de Castres-Mazamet dans les TIC mais aussi sur l'intérêt partagé entre la Communauté d’agglomération Castres-Mazamet et l’Université Toulouse le Mirail autour du soutien à la formation de Master « eadministration et solidarité numérique » implantée à Castres.

L’objectif général du programme était que la ville de Guédiawaye avec le soutien de la communauté d’agglomération Castres Mazamet construise elle même un outil SIG qui réponde à ses besoins tout en tenant compte de ses capacités effectives à s’organiser pour produire l’information nécessaire et l’utiliser dans son fonctionnement quotidien.
Introduire un outil de ce type dans le fonctionnement d’une municipalité peu ou pas sensibilisée à l’usage du numérique passe par un temps long nécessaire à la formation à l’usage et aux contraintes de l’outil, à la mobilisation des partenaires et services fournisseurs de données, à la définition des priorités compte tenu des moyens disponibles et des utilisations prioritaires.

Les objectifs spécifiques au SIG de Guédiawaye se sont précisés sur deux temps de la coopération avec Castres Mazamet en réponse aux préoccupations de la collectivité :
En réponse à l’appel à projet « solidarité numérique » du MAEE 2007-2009
Dans cette première phase il s'agissait globalement de donner à Guédiawaye une capacité nouvelle à centraliser des données cartographiques éparses en les intégrant dans le SIG. Ce faisant l’outil permettait ensuite de mettre à jour, visualiser et enfin superposer ces informations pour réaliser des analyses croisées.
En réponse à l’appel à projet « solidarité numérique » du MAEE 2010-2012
Dans la deuxième phase de développement du projet, l’accent a été mis sur l’utilisation de ce noyau de système d’information selon deux axes :
- l’aide au renforcement des capacités financières par un travail en liaison avec le service du cadastre
- l’aide à une meilleure structuration des services comme la gestion des ordures ménagères par exemple.

Compte tenu de l’expérience et du savoir-faire développé par la communauté Castres Mazamet dans la construction pas à pas de son SIG communautaire, le choix a été de démarrer en centralisant l’information cartographique déjà existante sur le territoire de Guédiawaye et d’utiliser un applicatif SIG (MINIVUE) qui permette de faciliter l’accès à l’information et à sa visualisation. Cet applicatif autorise aussi la saisie de la base d’information et la création d’objets géographiques nouveaux par un utilisateur formé à son utilisation mais pas nécessairement un expert en SIG.


Un bilan positif
La mission-bilan effectuée en décembre 2012 a confirmé l’intérêt incontestable du SIG pour la collectivité de Guédiawaye. Elle a également mis en évidence les difficultés spécifiques au développement de cet outil à Guédiawaye.
Les exposés et débats ont montré que le SIG de Guédiawaye tel qu’il a été conçu et réajusté au fil de l’expérimentation est un outil fonctionnel, adapté aux attentes, outil qui participe à la modernisation des outils de gestion et de prise de décision de la collectivité. Le Système d’information mis en place est opérationnel, simple d’utilisation, efficace et peu coûteux. Il permet l’autonomie de la collectivité et ouvre des perspectives de progression possible dans la définition des étapes à atteindre.
Le projet n’a cependant pas été exempt de difficultés du fait du manque de données géoréférencée, de l’absence d’expérience des membres de la collectivité et de l’absence d’un réseau SIG sur l’agglomération dakaroise. Dans ce contexte, tout était à construire pour la collectivité et la question des moyens humains sur place, de l’organisation des services et du développement régulier de l’outil ont dues être résolues pas à pas, concourant à la construction effective d’une culture commune des membres de la collectivité autour de cette utilisation spécifique du numérique.

Les enjeux d’un nouveau programme
La poursuite et la réorientation de la coopération entre Castres-Mazamet, Guédiawaye et l’Université a été réfléchie à la lumière de deux enjeux. D’une part la finalisation d’une subvention de 33 000 € pour le SIG de Guédiawaye financée par l’Association Française de Développement (AFD) qui ouvre des perspectives de stabilisation des avancées déjà effectuées doublées de possibilités d’évolution. D’autre part la nécessité d’accompagner le développement des usages par la collectivité de l’outil existant afin qu’il ne devienne pas une coquille vide, une expérimentation sans retour effectif pour la collectivité ; le développement de l’outil et de son utilisation dans les services passe par l’organisation et l’animation du pôle SIG de Guédiawaye afin qu’il devienne autonome.
Trois éléments favorables permettent d’envisager un nouveau programme. Le Maire de Guédiawaye s’est engagé sur la pérennisation de l’outil en réponse au courrier du Président de la Communauté ; deux partenaires incontournables du projet - le Cadastre et l’Agence de Développement Municipal - ont renouvelé tout leur intérêt pour cette coopération, et enfin un contexte nouveau d’échanges s’ouvre dans le cadre de projets comme le plan climat territorial intégré de la région de Dakar par exemple et dans la poursuite des liens avec l’Université tant au Sénégal qu’en France.

Objectif du partenariat
« A la différence d’un projet informatique délimité dans le temps, un SIG ne s’arrête pas, il se développe. »

L’objectif du projet est d’accompagner la mutation et le développement des usages par la collectivité, élus et services, de l’outil SIG crée dans le cadre de coopérations précédentes.

Si la finalité générale demeure inchangée…
- le développement du SIG par Guédiawaye pour la modernisation de l’administration et le renforcement de la gouvernance locale
- ainsi que la volonté de tirer de cette expérimentation au niveau de la ville des enseignements qui pourraient être reproductibles dans d’autres villes du pays en matière d’outils numériques, de méthodes, de dispositifs et de stratégies
…une orientation plus précise est donnée au SIG municipal pour qu’il concoure à l’amélioration du cadre de vie des citoyens d’une part, à l’aide à la planification budgétaire d’autre part.

Mais avec la livraison des nouveaux matériels et logiciels de haute technicité, la réalisation de cet objectif passe désormais par un accompagnement indispensable de Guédiawaye dans la mise en œuvre et l’utilisation d’un SIG plus complexe et technique. Il s’agit de :
- Mettre en phase les compétences humaines avec les nouveaux moyens techniques par le renforcement de la formation
- Mettre en place une organisation du SIG pour orienter, concevoir et produire

A cette fin, 3 axes prioritaires sont identifiés :
1. Donner au SIG un cadre et une méthodologie adaptés à son développement
- Activer la cellule d’appui, mise au point d’une stratégie
- Organisation interne des services favorisant le développement du SIG
- Structuration du travail au niveau du pôle SIG
2. Définir un programme de travail autour des priorités municipales
- Centralisation, organisation et structuration des données existantes
- Collecte de données nouvelles :
o équipements municipaux
- Utilisation du SIG dans la mise en œuvre de projets de la collectivité
o Plan de circulation
3. Renforcer les compétences et les moyens humains
- Sensibilisation et formation à la géomatique
o Elus
o Techniciens
- Travail avec l’ADM
- Accueil d’étudiants stagiaires
Description détaillée du partenariat
Le projet « accompagner la professionnalisation du Système d’Information Géographique de Guédiawaye » 2013-2015 constitue un prolongement concret des deux appels à projet triennaux précédents.
A la différence d’un projet informatique délimité dans le temps, un SIG ne s’arrête pas, il se développe. Plus que le temps, c’est la continuité du processus qui compte.
Début 2013, la finalisation d’une subvention de 33 000 € pour le SIG de Guédiawaye financée par l’Association Française de Développement (AFD) ouvre des perspectives de stabilisation des avancées déjà effectuées doublées de possibilités d’évolution. Cette reconnaissance du travail effectué amorce une phase de professionnalisation du dispositif autour du développement des compétences, du contenu et des productions du SIG en appui aux besoins de la collectivité. Dans cet objectif, le projet s’articule autour de 6 actions prioritaires. Elles sont complémentaires et visent une autonomisation du pôle SIG de Guédiawaye pour 2015, conforté par un partenariat solide avec l’Agence de Développement Municipal et le Cadastre.
1. Structurer et développer le pôle SIG :
équipements, procédures, bases de données, production cartographique, formation aux logiciels…
2. Piloter et animer le projet :
régularité du suivi pour orienter, coordonner, évaluer le travail en continu avec le Volontaire de solidarité internationale, le groupe projet et le comité de direction
3. Ancrer le partenariat local
en plus de l’Agence de Développement Municipal à Dakar, partenaire du projet, et du Cadastre, animer le réseau des fournisseurs de données externes, mais également avec l’Université, le Conseil Régional pour Plan Climat de Dakar…
4. Former à l’utilisation et promouvoir l’intérêt du SIG
au-delà du savoir faire technique sur les logiciels, une formation à l’utilisation de la cartographie est indispensable pour les techniciens, les services et les élus de Guédiawaye afin de promouvoir l’intérêt du SIG
5. Généralisation de l’expérience à d’autres collectivités
Il s’agit pour Guédiawaye de jouer effectivement le rôle de "ville pilote" pressenti par l’Agence de Développement Municipal afin de promouvoir l’utilisation de ce type d’outil.
6. Mise à disposition d’un volontaire de solidarité internationale
Son rôle sera de renforcer la coordination et le soutien au projet
De façon transversale à ces actions, trois missions sont prévues à Guédiawaye : installation du VSI, atelier de mi-parcours et atelier-bilan. Une mission est prévue à Castres centrée sur le partage d’expérience SIG pour une délégation de techniciens accompagnés d’un élu. Des bourses permettront à des étudiants sénégalais et de Toulouse d’effectuer des stages de terrain à Guédiawaye et de s’enrichir mutuellement par ces expériences. Des formations d’approfondissement au logiciel ArcGIS sont prévues pour l’équipe du pôle SIG avec un prestataire sénégalais sous couvert de l’Agence de Développement Municipal.
Aujourd’hui, le sérieux de ce projet se fonde sur un solide partenariat local, mais aussi depuis l’origine sur son pragmatisme. A l’écoute des besoins de Guédiawaye, il s’est adapté aux moyens de la collectivité tout en intégrant l’intérêt d’autres démarches en cours, évitant ainsi de « réinventer la roue » seul de son côté. Il bénéficie de l’engagement du Maire dans des moyens supplémentaires, notamment dans la structuration d’une équipe SIG, ainsi que d’une orientation précise du travail autour de l’amélioration du cadre de vie et d’appui à la planification budgétaire.
Pour autant, la question des moyens humains sur place, de l’organisation des services et du développement régulier de l’outil ne sont pas acquises, pas plus que la construction effective d’une culture commune des membres de la collectivité autour l’utilisation du SIG.
C’est pourquoi, en mobilisant des moyens nouveaux et adaptés, comme la mise à disposition d’un volontaire de solidarité international, cet appel à projet vise l’enracinement du processus démarré par le premier appel à projet ainsi que l’autonomisation de Guédiawaye à l’horizon 2015 grâce à un véritable transfert de connaissances.

- Structurer et développer le pôle SIG
Objectif de l’action : Cette action est le cœur du projet et sa réalisation vise plusieurs résultats :
• L'organisation d’un pôle SIG disposant des moyens effectifs en matériels, logiciels et en personnel organisés
• Les données du SIG sont administrées avec des procédures de collecte et de mise à jour définies et organisées
• Le SIG se fait connaître en diffusant des résultats et en répondant à des demandes
• Le personnel du SIG développe ses compétences et devient plus autonome

Description sommaire : Dans cette perspective, il s’agira dans un premier temps de définir et organiser les ressources humaines du pôle SIG et d’installer de façon fiable les équipements et logiciels. Une attention particulière sera portée à la sécurisation et à la maintenance de l’ensemble. Pour assoir durablement le SIG dans sa nouvelle configuration, une étape importante de mise en place des règles de production et d’intégration des données est prévue. Sur ces bases, il sera possible de développer la base de données de l’outil. A partir de ces couches d’informations, des cartes pourront être conçues et éditées dans le cadre de demandes ou afin de publiciser et valoriser le contenu du SIG. Enfin, sous différentes formes, le personnel devra impérativement se former à l’utilisation de l’ensemble des matériels et logiciels : ArcGIS, traceur, GPS…
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Ville de Guédiawaye
Maître(s) d'ouvrage
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet
Bénéficiaire(s)
Elus de Guédiawaye Techniciens Population La population est concernée au travers des associations qui ont participé aux différents ateliers organisés autour du SIG : lancement, mi-parcours, bilan de la première phase. Elle est le bénéficiaire final par l’amélioration de la gestion communale et l’aide à la structuration des services. Autres collectivités

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ville de Guédiawaye Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Guédiawaye NDIAYE Oumar oumarnjaay@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Ville de Guédiawaye


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 41750 0 2007
Communauté d'agglomération de Castres Mazamet 156203 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 44000 2007
, Ville de Guédiawaye 66000 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013