Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Consul général à Jérusalem"

Correspondant coopération décentralisée
Jacqueline COULON-LASCAUX
Courriel : jacqueline.coulon-lascaux[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Jean-Paul GHONEIM
Courriel : jean-paul.ghoneim[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
L’UTILISATION DE NOUVELLES TECHNIQUES DANS LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU DISPONIBLES DANS LE GOUVERNORAT D’HEBRON - CISJORDANIE
Année de première signature de la convention
2012
Thématique d'intervention
Environnement, Climat et Energie
Sous-thématique d'intervention
Eau et déchets
Sous-sous-thématique d'intervention
Eau et assainissement

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2012
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Dans le contexte de la présence en Cisjordanie de nombreuses colonies israéliennes, l’accès des populations palestiniennes aux ressources en eau de leur territoire apparaît dégradé et conflictuel.
Les sources d'eau de surface, comme les rivières, sont rares dans les territoires palestiniens. En effet la rivière de la Jordanie est la principale source d'eaux de surface mais les Palestiniens ne peuvent pas y accéder et en tirer profit bien que les eaux souterraines constituent la principale source d'eau en Palestine pour tous les usages domestiques, industriels, agricoles. Ces eaux souterraines sont réparties en Cisjordanie sur les trois grands bassins: le bassin Nord -Est, le bassin oriental et le bassin ouest. Et ces bassins sont alimentés par la fonte des neiges et l'eau de pluie tombant sur la terre palestinienne. La quantité d’eau disponible est variable d'une année à une autre et se situe entre 620 à 887 millions de mètres cubes par an.
Selon les accords d’Oslo signés en 1995 entre l’Autorité palestinienne et les autorités israéliennes, les quantités d'eau allouées pour les Palestiniens étaient d'un quart de ce qui a été attribué aux Israéliens comme le montre le tableau suivant (quantités en millions de mètres cubes par an) .

Total Part des Israéliens Part des palestiniens Quantité estimée produite Bassin
362 340 22 362 Ouest
145 103 42 145 Nord-est
94 40 54 172 Est
78 Est (non spécifié)
601 483 118 679 Total

En plus, 28,6 millions de mètres cubes supplémentaires ont été alloués aux Palestiniens sur une base annuelle afin de répondre aux besoins croissants pendant cinq ans.
Ces accords n’ont pas reçu une pleine application, du fait de la situation conflictuelle persistante entre l’Autorité palestinienne et l’Etat hébreu.
Selon une étude de la Banque Mondiale en 2009 , le taux d'eau disponible pour le citoyen palestinien ne dépasse pas 50 litres par jour, tandis que la quantité d'eau disponible pour habitant dans certaines communautés, situées à Hébron, et en particulier dans les zones classés «C» est de 10 à 15 litres par personne et par jour, cette quantité est bien moindre que la quantité qui devrait être disponible dans les cas humanitaires en la comparant aux exigences de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui a identifié le minimum de 100 litres par personne et par jour. Aussi la rupture de l'approvisionnement en eau dans certaines communautés peut atteindre ou dépasser 40 jours. En effet elle a atteint les 100 jours dans la zone de "Doura" dans le sud d'Hébron dans la période comprise entre Mai et Août 2008.
En outre, 25% des communautés palestiniennes ne sont pas desservies par les réseaux de distribution d'eau, et ces communautés dépendent principalement de la collecte des eaux de pluie et les réservoirs d'eau achetés et dont le coût est de trois à quatre fois le prix de l'eau distribuée par les réseaux. Cela signifie que le taux de dépense sur l'eau est proportionnellement élevé où une partie du revenu des ménages dans ces zones est dépensée pour acheter de l'eau, ce qui explique le taux élevé de pauvreté, en particulier dans les zones situées au sud d'Hébron. Certaines communautés dépendent, d'une manière moins importante de l'eau de source. Beaucoup d'entre elles ont subi la sécheresse dans les dernières années en raison de la diminution des précipitations.
En ce qui concerne l'agriculture, qui joue un rôle "important" dans le développement économique et social, cette dernière constitue une source de revenu, d'emploi et de sécurité alimentaire, participant ainsi à la réduction de la pauvreté, en particulier dans les zones rurales. En effet, dans le gouvernorat d'Hébron, en particulier, le secteur agricole a contribué à offrir 19,6% des possibilités d'emploi.
En Palestine, l'agriculture irriguée utilise environ 12% des terres agricoles et consomment environ les deux tiers des sources en eau et contribue à presque 12% du revenu national palestinien. En général, le secteur de l'agriculture en Palestine fait face à une série de défis et plus particulièrement de la pénurie aiguë d'eau disponible pour l'agriculture en raison des restrictions israéliennes. Des études de la Banque Mondiale relatives au secteur d'eau dans les territoires palestiniens ont montré que la quantité totale d'eau disponible pour l'agriculture palestinienne (Cisjordanie et bande de Gaza) ne dépasse pas 150 millions de mètres cubes par an, équivalant à 10% d'eau allouées à l'agriculture en Israël.
Dans le sud de la Cisjordanie, où la rareté de l'eau, la presque totalité de l'agriculture est pluviale dépendant essentiellement de l'eau de pluie. Quelques cultures irriguées qui se basent sur l'eau de source : elles ont été sérieusement affectées par des années de sécheresse, durant lesquelles de nombreuses sources se sont asséchées, ce qui a fait baisser la productivité du niveau de l'approvisionnement de ces sources basé sur l'eau de pluie, comme source principale. De ce fait, l'emploi de techniques efficaces pour gérer les ressources en eau est nécessaire d'urgence pour les Palestiniens afin de surmonter la pénurie d'eau et d'assurer la durabilité des sources en eau disponibles.
Historique
Dans le cadre du développement de ses relations de coopération avec les Territoires Palestiniens, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a adopté une convention cadre de coopération bilatérale avec le Gouvernorat d’Hébron (délibération n°11-1321, du 21 octobre 2011). Cette convention a été signée à Hébron le dimanche 23 janvier 2012.
Pour mettre en œuvre cet accord de coopération, les autorités locales partenaires doivent conclure des conventions d’application annuelles ou pluri annuelles, précisant l’objet des actions envisagées et le montant prévisionnel des engagements financiers.
A cet effet, une convention d’application pour la période 2012-2014 de l’accord de coopération susmentionné a été élaborée en accord avec le Gouvernorat d’Hébron. Cette convention a été adoptée par délibération n°12-1220 du 27 septembre 2012 de l’assemblée régionale.
La première action proposée dans le cadre de ce plan d’action est portée par l’association palestinienne UAWC (Union of Agriculture Work Commitees/Union des comités de travail agricole) et porte sur un projet dénommé « L’utilisation de nouvelles techniques dans la gestion des ressources en eau disponibles dans le Gouvernorat d’Hébron – Cisjordanie ».
Objectif du partenariat
Le projet porte sur la réalisation, sur le territoire du gouvernorat d’Hébron, de citernes permettant l’exercice d’une activité agricole tout au long de l’année, indépendamment des variations pluviométriques. Aux travaux s’ajoutent des actions de formation destinées aux agriculteurs palestiniens et concernant l’usage de nouvelles techniques d’irrigation. Ces dernières seront assurées par l’université d’Hébron.
La finalité est donc de permettre aux professionnels de l’agriculture du gouvernorat, grâce à des économies d’eau, de faire meilleur usage d’une ressource hydraulique rare dans la région, et, ce faisant d’exercer continuellement leur activité.
Le public visé est celui des agriculteurs résidant sur les zones concernées par les travaux. Ces agriculteurs sont représentés par l’UAWC, initiateur du projet.

Description détaillée du partenariat
Le projet « L’utilisation de nouvelles techniques dans la gestion des ressources en eau disponibles dans le Gouvernorat d’Hébron – Cisjordanie » doit intervenir sur trois sites agricoles (cf. infra) situés sur la commune de Dura, au sud d’Hébron. Il vise :
- à construire sur ces sites des réservoirs permettant de recueillir l’eau de pluie et d’agrandir des bassins pour recueillir l’eau de source, permettant d’irriguer les cultures en période sèche,
- à former les agriculteurs à une utilisation raisonnée de l’eau : techniques de récupération de l’eau, gestion de la demande en eau, méthodes d’irrigation et leur relation avec le produit et la saison de plantation, l’entretien des sources et des systèmes d’irrigation. En tout, 4 bassins doivent être rénovés, vingt-six réservoirs doivent être construits, au bénéfice d’une centaine d’agriculteurs locaux et de leurs familles, le nombre de bénéficiaires indirects étant estimé à 700 (sept cents).
Outre la Région Provence-Alpes Côte d’Azur et le Gouvernorat d’Hébron, les partenaires du projet sont :
- L’UAWC qui assure la maîtrise d’ouvrage du projet
- L’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, qui apporte son expertise technique et un cofinancement à 50% du projet
- L’Université d’Hébron, pour la formation des agriculteurs
- Le ministère palestinien de l’agriculture.
L’action est prévue pour une durée de 20 mois.

- L’UTILISATION DE NOUVELLES TECHNIQUES DANS LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU DISPONIBLES DANS LE GOUVERNORAT D’HEBRON - CISJORDANIE
Objectif de l’action : Les actions du projet seront menées simultanément :

- Créer 4 zones de collecte d'eau de pluie d'une capacité de 6000m3 pour alimenter les eaux souterraines.
- Mise en place de 16 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie sur le site de Abou Kamra Vallée avec une capacité allant de 200 à 300 m 3.
- Mise en place des 6 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie dans le site Almajour avec une capacité de 200 m 3 de chacun.
- Mise en place de 4 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie dans le site Sweiti Vallée ayant chacune une capacité de 200 m 3.
- Stage de formation pour les agriculteurs.

Objectif des actions

Objectifs et indicateurs

Objectif 1 - Contribuer à l'amélioration de la situation économique des agriculteurs grâce à un meilleur accès aux ressources d'eau disponibles et l'accroissement de la capacité des utilisateurs à la gestion intégrée de ces sources.
Objectif 2 - Accroissement de la capacité des agriculteurs à comprendre la gestion intégrée des ressources disponibles (renforcement des capacités des agriculteurs).



Objectifs principaux Indicateur(s) vérifiable(s) de succès Moyens de vérification Hypothèse(s) sous-jacente(s) importante(s) pour la réussite du projet
1- Contribuer à l'amélioration de la situation économique des agriculteurs grâce à un meilleur accès aux ressources d'eau disponibles et l'accroissement de la capacité des utilisateurs à la gestion intégrée de ces sources. L'utilisation de nouvelles techniques pour gérer les sources d'eau disponibles.

Augmentation de la capacité de production des sources d'eau à 6000 m3 par an.

Construire 26 bassins pour recueillir l'eau de pluie d'une capacité totale de 6200 m3.

100 agriculteurs de la région ont accès à des quantités suffisantes d'eau à des fins agricoles.

Coûts.
Réduction de 50% des dépenses en eau achetée.

Baisse de 50% de la quantité d'eau achetée pour les besoins de l'agriculture.
Entretiens avec les bénéficiaires.

Un questionnaire.
Rapports de réalisation.

Accords signés avec les bénéficiaires. Une bonne saison d'hiver avec un taux de précipitation qui ne sera pas inférieur à la moyenne annuelle normale

Coopération du groupe ciblé de manière efficace.

Stabilité des taux de change et leur non variation d'une manière significative.
2- Accroissement de la capacité des agriculteurs à comprendre la gestion intégrée des ressources disponibles (renforcement des capacités des agriculteurs)
Des stages de formation pour les agriculteurs dont les sujets liés à la gestion de la demande d'eau.

Un programme de formation portant sur l'utilisation de nouvelles technologies pour gérer les sources d'eau disponibles et les types de végétations et la relation avec les saisons agricoles.

50% des agriculteurs seront en mesure d'élaborer des plans d'agricultures durant toute l'année convenables avec le type de produit et la quantité d'eau disponible.

L'entretien des systèmes d'irrigation et des sources par les agriculteurs d'une façon régulière.

L'utilisation des méthodes et des moyens d'irrigation avec une grande efficacité. Liste de présence signée par tous les participants.

Rapports de suivi périodiques.

Accords signés avec les bénéficiaires.

Description sommaire : Activités – Description du contenu du projet
Le projet sera mis en œuvre durant 20 mois et son coût est estimé à 354 489 euros. Ceux-ci se répartissent entre les actions suivantes :
- Créer 4 zones de collecte d'eau de pluie d'une capacité de 6000m3 pour alimenter les eaux souterraines.
- Mise en place de 16 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie sur le site de Abou Kamra Vallée avec une capacité allant de 200 à 300 m 3.
- Mise en place des 6 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie dans le site Almajour avec une capacité de 200 m 3 de chacun.
- Mise en place de 4 réservoirs métalliques pour recueillir l'eau de pluie dans le site Sweiti Vallée ayant chacune une capacité de 200 m 3.
- Stage de formation pour les agriculteurs dans les rubriques suivantes:
 Les techniques de récupération de l'eau.
La gestion de la demande en eau.
 Les méthodes d'irrigation et leur relation avec le produit et la saison de plantation.
L'entretien des sources et des systèmes d'irrigations.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Union des comités de travail agricole (UAWC)
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional de Provence Alpes-Côte d'Azur, Gouvernorat d'Hébron
Bénéficiaire(s)
Le nombre de bénéficiaires directs du projet est de 100 familles et le nombre de bénéficiaires indirects est d’environ 700 personnes, dont 86 bénéficiaires (603 personnes) dans le site de Abou kamra vallée, 6 familles (42 personnes) dans le site Almajour, 8 autres (56 personnes) sur le site de Sweiti Vallée. En outre, le nombre de personnes qui bénéficieront du programme de formation est estimé à 150 parmi eux 100 agriculteurs bénéficiaires de base du projet. A ce nombre s'ajoute 50 des agriculteurs des environs de non-bénéficiaires du projet.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Gouvernorat d'Hébron Territoires palestiniens Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Gouvernorat d'Hébron SULTAN MARWAN

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional de Provence Alpes-Côte d'Azur Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Gouvernorat d'Hébron


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 200688 0 2012
Conseil régional de Provence Alpes-Côte d'Azur 90176 0 2012
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 31000 2012
, Gouvernorat d'Hébron 32625 2012




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013