Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Budapest"

Correspondant coopération décentralisée
Aude PAVIOT
Courriel : aude.paviot[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Hervé FERRAGE
Courriel : herve.ferrage[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Echanges d’expérience et accompagnement de la gestion des services sociaux dans le domaine de la protection de l’enfance entre collectivités hongroises, roumaines et françaises
Année de première signature de la convention
2003
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Aide d'urgence, humanitaire et à la reconstruction
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2003
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La Communauté de Communes des Vals & Plateaux des Monts de Lacaune

Située au Sud du Tarn, dans les Monts de Lacaune, au sein du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc et en lisière du Parc Naturel Régional des Grands Causses, la Communauté de Communes des Vals & Plateaux des Monts de La Caune, qui est constituée par 8 communes et 3 224 habitants, dont 472 ont moins de 18 ans et qui s’étend sur environ 26 141 hectares (soit une densité de 13 habitants au km²) est née en 1999 et s’attache à impulser un développement durable de son territoire.

Riche de par ses atouts touristiques, cette zone est caractérisée par une tradition d’accueil et de gastronomie, avec de nombreux restaurants et fermes auberges de qualité.

L’activité économique est quant à elle caractérisée par une forte prégnance de l’agriculture qui, avec le travail du granit et l’artisanat, reste l’activité principale du secteur avec le tourisme.
La problématique de l'éloignement des enfants des lieux de culture de loisir et de sociabilisation reste un enjeu fort sur ce territoire rural; la collectivité travaille donc à mettre en place des structures visant à aller à la rencontre de ces enfants (CLSH "décentralisé", mis en place de chantiers loisirs...)
BOTIZA :

Botiza, village du Maramureş au Nord de la Roumanie, proche de la frontière avec l’Ukraine et avec la Hongrie.
Botiza est un village de fond de vallée comptant environ 3 500 habitants. Installé au confluent de deux ruisseaux, Sasu et Baiţa qui se rejoignent là pour former la rivière Botiza. (devenue Iza puis Tiza, elle se jettera dans le Danube après avoir contourné les Carpates et arrosé l’Ukraine et la Hongrie).

Malgré le cadre rural de vallée de moyenne montagne (alt: 800m), l’entrée à Botiza est un choc de civilisation pour un français : les maisons en bois, les rues dont seule la principale qui remonte la rivière a été goudronnée, les habitants, nombreux dans les rues à toute heure du jour (et de la nuit) et leur habillement caractéristique, le moyen de transport majoritairement utilisé, la charrette tirée par deux chevaux ou deux bœufs et le paysage agricole qu’on devine derrière les deux ou trois rangs de maisons, petits enclos bien délimités par des clôtures en lattes de bois ou de branches tressées, claies sur lesquelles sèchent quelques fourchées de foin, meules qui constituent les provisions d’hiver.
L’agriculture est de subsistance : deux ou trois vaches, quelques moutons, un cochon, un peu de jardinage, des pommiers et des pruniers.
Pas d’industrie, peu d’artisans chacun fabrique et répare au mieux. Deux bazars, un café, la boulangerie, la poste la Mairie dans la grand rue, au carrefour un grand marché chaque samedi permet d’acheter ou d’échanger les denrées qui ne sont pas produites sur place (maïs, choux…).
Assez loin dans la montagne une mine donne un peu de travail à quelques personnes qui y sont transportées dans des camions couverts.
Un peu à l’écart du carrefour au cœur du village, une belle chapelle en bois, de plus de 400 ans, voisine avec une église plus grande, toute neuve. La religion est presque exclusivement orthodoxe.
L’école qui reçoit par roulement au cours de la journée 450 enfants à partir de 5 à 6 ans jusqu’à 15-16 ans à récemment reçu en dotation d’état les chaises et les tables de travail des enfants. Assez bien équipée en matériel pédagogique et de jeu, elle a aussi deux ordinateurs et une bibliothèque. Chaque enfant doit apporter ses propres cahiers et crayons : faute de pouvoir se les payer, plusieurs familles retarderont à 7 ou 8 ans l’entrée de leur enfant à l’école. A l'opposé, aujourd'hui les familles les plus riches, parce que les adultes sont partis travailler en Europe (Italie, France...) sont en passe de devenir celles qui posent le plus de problèmes en matière de protection de l'enfance car les enfants sont livrés à eux mêmes, confié à des grands parents largement dépassé.
Pour Roszke, le contexte est assez différents puisque la proximité de la ville de Szged à permis un certain développement de la commune. Néanmoins la problématique du départ des jeunes et de l'absence des parents (phénomène de "village dortoir") reste très présent et a déjà amené la commune de Roszke à conduire des actions visant à renforcer la sociabilisation des
enfants.
CONTEXTE NATIONAL ET REGIONAL DU PROJET

• Coopération décentralisée :
- La ‘’Coopération’’ s’entend au sens ‘’politique d’aide au développement vis-à-vis des pays dits en voie de développement et dont l’ensemble forme le Champ de la Coopération’’.
- En France, le terme de ‘’Coopération décentralisée’’ recouvre le partenariat entre collectivités de niveau équivalent:
titre IV de la loi d’orientation du 6 février 1992, article 131 :
“ les collectivités territoriales (…) peuvent conclure des conventions avec des collectivités étrangères (…) dans les limites de leurs compétences et dans le respect des engagements internationaux de la France. ”
- Sur le plan européen, ce même terme inclut, dans une interprétation plus large, tout acteur ou organisation de la société civile.

• Territoires et développement local :
Le développement local repose sur l’émergence d’un projet global porté par l’ensemble des élus, des associations, des entreprises et des habitants à l’échelle d’un territoire. Ce projet traduit le devenir du territoire dans toutes ses composantes : vie économique, vie sociale, vie culturelle, vie associative… Ce territoire est celui que les acteurs locaux vivent au quotidien en milieu rural comme en milieu urbain, celui de la Communauté de Communes pour ce qui nous concerne. Il permet de redéfinir une identité collective et de fonder de nouvelles solidarités.
Le développement local doit s’inscrire sur un territoire cohérent assez vaste pour constituer une force de changement, assez proche pour que la population prenne elle-même en charge son devenir. Ce territoire doit être ouvert sur l’extérieur pour renforcer les coopérations avec d’autres territoires et s’enrichir de l’expérience des autres ;




• Echanges entre territoires :
Nous faisons référence ici aux échanges entre territoires qui s’inscrivent dans le cadre de la coopération décentralisée au sens large (conception européenne).
Il s’agit donc spécifiquement :
- d’échanges entre territoires français (en l’occurrence de Midi-Pyrénées) et territoires d’Europe de l’Est (en l’occurrence la Roumanie et la Hongrie),
- d’échanges dans lesquels sont impliqués aussi bien les collectivités territoriales que les acteurs de la société civile.
La proximité géosociologique des trois territoires, ruraux et confrontés à des mutations de leur modes de fonctionnement tant économique que sociologique nous permet de travailler en synergie avec les politiques locales, départementales et régionales de développement territorial et de co-construire une nouvelle réflexion.




Historique
Notre partenariat s’appuie sur un travail préalable de connaissance et reconnaissance mutuelle entamé il y a plus de 10 ans par un séjour en 1998 de trois semaines des élus roumains et hongrois en France durant lesquelles les élus français ont pu présenter les modalités du fonctionnement du développement local en France de la collectivité territoriale au rôle des acteurs locaux et des associations [ce travail à par ailleurs fait l’objet d’un rapport de synthèse remis à la Commission Européenne dans le cadre du Programme « Phare Démocratie »]. En 2000, les élus de la Communauté de Communes se sont rendus à Botiza et à Roszke, accompagnés de techniciens français afin de rencontrer les élus, techniciens et acteurs locaux roumains et hongrois. Cette rencontre a permis d’identifier ensemble les problématiques et de survoler les principaux atouts et faiblesses des territoires roumains et hongrois et a débouché sur une proposition de programme finalisée en octobre 2002 ce qui a permis d’élaborer les modalités et les outils nécessaires au développement de nos territoire
Parmi les faiblesses identifiées sur le territoire roumain et hongrois, la difficulté à favoriser l’émergence d’une expression et d’une représentation de la société civile ainsi que le rejet, ou à tout le moins l’image négative, des structures de type coopérative sont des éléments fort et reconnus par ailleurs par les élus . C’est ainsi que nous avons élaboré en commun un premier programme dont l’objectif était d’arriver, pour la commune de Botiza, à une mutation de ces faiblesses en atout [les missions de l’agent de développement recruté en Roumanie étant, entre autre, de mobiliser les acteurs locaux et de favoriser l’émergence d’une structuration de l’initiative locale et d’un espace de concertation]. Ce travail de développement a permis d’organiser un espace de concertation, c'est-à-dire des groupes de travail réunissant prestataires privés, techniciens et élus afin de favoriser le dialogue et travailler à l’élaboration de projets de développement. L'un de ces projets fut la création d'un "groupe social" dont l’objectif principal était de créer un Centre Social Multifonctionnel ayant à la fois un rôle d’accueil, de conseil et de coordination de l’action sociale.
Ce travail, initié en 2003, a commencé à porter ses fruits et s'est concrétisé, lors du déplacement de la délégation française à Botiza en Août 2004 que le Centre Social était bel et bien activité et résulter d’un travail local en profondeur.
C’est à la suite de ce déplacement et des nombreuses réunions d’échanges et de débats qui l’on ponctué que nous avons élaboré avec la Commune de Botiza le programme d’action 2005. Celui-ci a permis d’organiser l’accueil de 24 enfants de Botiza sur notre territoire et de financer une première tranche de travaux sur le centre Social de Botiza et de participer à son fonctionnement.
Durant ces échanges nous avons pu élaboré avec nos partenaires le programme 2006 avec pour objectif de terminer les travaux du Centre Social et de consolider son fonctionnement avant de s’en désengager totalement en 2007.
2006 fu aussi l’occasion d’engager un travail sur le traitement des ordures ménagères. Des contacts ont été pris localement, notamment avec la municipalité de Sighet (équivalent d’une Sous Préfecture) et les communes voisines de Botiza, et, en France avec le Syndicat départemental des Ordures Ménagères TRIFYL dans le Tarn, afin que nous puissions travaillé efficacement sur le ramassage et le traitement des ordures ménagères, des contacts ont été pris avec la commune de Roszke qui souhaite elle aussi mener un travail sur la collecte et le traitement des ordures ménagères. Le travail avec la commune de Roske s'étant plus orienté vers le volet développement durable avec notammentdes programmes d'échanges autour de la thématique de la pédagogie à l'environnement.
Objectif du partenariat
 Finalité générale

Enrichir nos réflexions et nos actions par des échanges entre acteurs locaux de nos deux territoires tout en apportant un soutien technique et financier à nos nouveaux concitoyens européens.
Accompagner l’évolution institutionnelle et technique de nos partenaires, en renforçant nos liens et en multipliant transferts d’expériences et formations, pour créer une synergie entre nos trois collectivités.

 Objectifs spécifiques pour chacune des actions envisagées
Accompagner la Mairie de Botiza dans sa volonté de mettre en œuvre une véritable politique de protection de l’enfance sur son territoire et travailler sur une réponse à la problématique des « euro-orphelins » ; permettre à la politique « Enfance –Jeunesse » de la Commune de Roszke et de la Communauté de Communes des Vals & Plateaux de se développer et de se renouveler.
Description détaillée du partenariat
Il est proposé d’organiser une rencontre à Vabre, Tarn, permettant le transfert d’expérience entre techniciens et élus de Hongrie, de Roumanie et de France sur la gestion d’un service public à destination de la protection de l’enfance. Pour ce faire des temps de visites, de présentation et d’échanges seront organisés. Pour rendre ce transfert d’expérience plus concret, nous proposerons à nos partenaires de venir chacun avec une quinzaine d’enfants qui pourront eux même juger de l’intérêt de ce qui est proposé à notre jeunesse.
- Transfert d’expérience et accompagnement de la gestion des services sociaux dans le domaine de la protection de l’enfance entre collectivités hongroises, roumaines et françaises
Objectif de l’action : Accompagner la Mairie de Botiza dans sa volonté de mettre en œuvre une véritable politique de protection de l’enfance sur son territoire et travailler sur une réponse à la problématique des « euro-orphelins » ; permettre à la politique « Enfance –Jeunesse » de la Commune de Roszke et de la Communauté de Communes des Vals & Plateaux de se développer et de se renouveler.
Description sommaire : Il est proposé d’organiser une rencontre à Vabre, Tarn, permettant le transfert d’expérience entre techniciens et élus de Hongrie, de Roumanie et de France sur la gestion d’un service public à destination de la protection de l’enfance. Pour ce faire des temps de visites, de présentation et d’échanges seront organisés. Pour rendre ce transfert d’expérience plus concret, nous proposerons à nos partenaires de venir chacun avec une quinzaine d’enfants qui pourront eux même juger de l’intérêt de ce qui est proposé à notre jeunesse.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Primaria Botiza
Maître(s) d'ouvrage
Communauté de Communes des Vals et Plateaux des Monts de LaCaune
Bénéficiaire(s)
• Collectivités territoriales françaises, maîtres d’ouvrage : NOM : Communauté de Communes des Vals & Plateaux des Monts de La Caune ADRESSE : 81 330 Vabre STATUT JURIDIQUE : Collectivité territoriale N° SIRET : 24810063800019 PERSONNE A CONTACTER : Olivier Delbos, Directeur tél : 06 07 13 63 10 Située au Sud du Tarn, dans les Monts de La Caune, au sein du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc et en lisière du Parc Naturel Régional des Grands Causses, la Communauté de Communes des Vals & Plateaux des Monts de Lacaune, constituée de 8 communes et dotée de 3 224 habitants sur 274 km2, est née en 1999 et s’attache à impulser un développement durable du son territoire.  Structure française, Maître d’ouvrage délégué : NOM : Association DYNAMIQUE JEUNE EUROPE ADRESSE : 81 330 Vabre STATUT JURIDIQUE : Association loi 1901 PERSONNE A CONTACTER : Jean Marc Audouy, Président Lien contractuel avec le Maître d’ouvrage : Convention LE PARTENAIRE ROUMAIN Mairie de Botiza Botiza est un village du Maramureş au Nord de la Roumanie, proche de la frontière avec l’Ukraine et avec la Hongrie. Botiza, village de fond de vallée compte environ 3 000 habitants. Installé au confluent de deux ruisseaux, Sasu et Baiţa qui se rejoignent là pour former la rivière Botiza (Devenue Iza puis Tiza, elle se jettera dans le Danube après avoir contourné les Carpates et arrosé l’Ukraine et la Hongrie). LE PARTENAIRE HONGROIS Mairie de Roszke Roszke est une commune de 3500 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Szeged. Cette commune frontalière avec la Serbie vie essentiellement des échanges avec la ville voisine, de l’industrie du paprika et de l’agriculture.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Mairie de Roszke Hongrie commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Mairie de Roszke Borbásné Márki Márta aljegyzo@roszkenet.hu

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Communauté de communes des Vals et Plateaux des Monts de Lacaune commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
mairie de ROSZKE


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 50945 0 2003
Communauté de communes des Vals et Plateaux des Monts de Lacaune 59715 0 2003
, mairie de ROSZKE 8770 2003




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013