Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Sherazade BENALLA
Courriel : sherazade.benalla[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Françoise GIANVITI
Courriel : francoise.gianviti[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Développement économique et renforcement de la sécurité alimentaire de la Région de Mopti à travers l’appui à la production rizicole, le développement de la filière laitière et du Tourisme.
Année de première signature de la convention
2010
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2010
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La Région de Mopti

• Géographie

La région de Mopti est limitée au nord par la région de Tombouctou, à l’ouest par la région de Ségou, au sud-ouest par la région de Sikasso et au sud-est par le Burkina Faso.

La population de la région est de 1 735 340 habitants. Différentes ethnies vivent dans la région : Bozos, Sonrhaïs, Dogons, Maures et Peuls. Plusieurs langues sont parlées : le bambara, le dogon, le sonrhaï, le bozo et le peul.

La région est traversée par le fleuve Niger. Le Bani, son affluent le rejoint à Mopti. La région se partage en plusieurs zones : le delta central du Niger autour de Mopti, la falaise de Bandiagara et la plaine de Bankass le long de la frontière du Burkina Faso. Le Mont Hombori, point culminant du Mali culmine à 1153 mètres. Le climat est de type sahélien.

La région de Mopti est divisée en huit cercles : Bandiagara, Bankass, Djenné, Douentza, Koro, Mopti, Ténenkou, Youvarou. En tout, cette région rassemble 108 communes. Les grandes villes de la région sont Mopti, Sévaré, Djenné, Bandiagara, Bankass, Youvarou.


• Transport et économie

La ville de Mopti, ancien village bozo nommé Saghan, a pris son essor avec l’installation du roi Sékou Amadou en 1820 puis avec l’Empire toucouleur d’El Hadj Oumar Tall.

La région est aujourd’hui desservie par l’aéroport de Mopti, qui est situé sur la commune de Sévaré. Par le fleuve Niger, on peut rejoindre Koulikoro, Djenné, Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao.

La région étant irriguée (par le fleuve Niger), l’agriculture est largement présente. La pêche est également un secteur important. Le tourisme est bien développé dans cette région notamment dans les villes de Djenné et de Mopti. La ville de Djenné et la falaise de Bandiagara sont inscrites au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco. L’artisanat est également une activité importante.

Malgré ces atouts, force est de constater que le développement économique de la région de Mopti reste embryonnaire, et ce malgré un potentiel important. Ainsi, la région de Mopti présenterait l’indice de développement humain (IDH) le plus bas de toutes les régions du Mali.
• Région de Mopti, collectivité territoriale

Depuis 2009, l’Assemblée Régionale de Mopti (ARM) est présidée par Macki Cissé qui a été élu pour 5 ans. Elle est composée de 25 conseillers régionaux, tous renouvelés à l’occasion des dernières élections.
La Région de Mopti compte 17 agents, auxquels s’ajoutent deux assistants techniques pour le projet PAPESPRIME (Projet d’Appui à la Promotion de l’Emploi dans le Secteur Privé au Mali) de la Coopération Danoise, 3 assistants techniques (Volontaires du Progrès) pour la coopération avec la Région Centre et une équipe de 7 salariés maliens et une Volontaire de Solidarité Internationale (VSI) pour la Coopération Ille et Vilaine-Mopti.
Le budget prévisionnel de la Région de Mopti pour 2010 indique que la collectivité malienne va mobiliser 164 500 000 FCFA, soit environ 250 780 € pour son fonctionnement et 776 600 000 FCFA, soit environ 1 183 920 € pour l’investissement.
Le PDESC (Plan de Développement Economique, Social et Culturel) prenant fin en 2010, il devra être renouvelé pour la période 2011-2015. En parallèle, l’Assemblée a entrepris l’élaboration de son Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (vision 2035), et amorce une étude d’amélioration de son Plan Stratégique de Développement Régional (vision 2020).

Un nombre de plus en plus important d’acteurs de la coopération (collectivités et ONG) intervenant dans la Région de Mopti et la nécessité de mettre en place des cadres de concertation

- La Région Centre a signé un accord de coopération décentralisée avec la Région de Mopti en 2005, avec comme document stratégique fondateur la charte Niger Loire de l’UNESCO. Cette coopération de fleuve à fleuve s’attache en priorité à la protection et la valorisation du fleuve Niger, et à ce titre prévoit un certain nombre d’actions éco-touristiques et environnementales. Ainsi, des formations des acteurs du tourisme sont envisagées dans le cadre du Schéma Régional du Tourisme de la Région de Mopti, en synergie avec les actions menées par le Département. Dans le cadre de son projet de « Maison du Delta », centre de ressources, documentation, formation et promotion du Delta Intérieur du Niger, un partenariat technique a été noué avec les Départements de l’Ille-et-Vilaine et de l’Essonne pour la création d’une cellule de Système d’Information Géographique au sein de l’ARM.

- Le Département de l’Essonne a développé une coopération décentralisée avec le Cercle de Douentza depuis 1996 autour du renforcement des capacités dans le domaine de la décentralisation et de la gouvernance locale, de la maitrise d’ouvrage locale et du potentiel fiscal des territoires. Les actions portent également sur la sécurité alimentaire (appui aux producteurs semenciers pour améliorer la qualité des semences de mil).

- La Ville de Rennes est engagée depuis 1995 dans une coopération avec décentralisée avec le Cercle de Bandiagara en lien avec l’association Jumelage Coopération Rennes Plateau Dogon (AJCRPD) sur des actions de sécurisation alimentaire du Plateau Dogon. Le Département et la ville de Rennes ont décidé de se rapprocher et de travailler ensemble autour notamment du tourisme (dans le cadre de la mise en œuvre du schéma Régional et notamment de l’ouverture du musée de Bandiagara) et de l’appui institutionnel (formation des élus, accompagnement dans l’élaboration et la mise en œuvre du Plan de Développement Economique Social et Culturel (PDSEC) en valorisant l’outil SIG en cours de mise en place au niveau de l’assemblée régionale).

- La ville de Mulhouse intervient sur la commune de Sofara dans le domaine du développement rural, avec la mise en place d’une coopérative des riziculteurs (renforcement du cycle de production et de commercialisation du riz) et divers autres projets (réhabilitation de puits maraîchers et de points d’abreuvement pour le bétail, délimitation des pistes de transhumance, etc.). Cette coopération appuie également le développement urbain, avec l’électrification de la ville de Sofara, la mise en place d’un plan stratégique d’assainissement (ramassage des déchets, drainage des eaux de pluies, extension du réseau d’adduction d’eau potable et d’évacuation des eaux usées). L’IRCOD est le maître d’œuvre de la coopération décentralisée pour les partenaires alsaciens.

- Un nouveau partenariat vient d’être réactivé entre le Conseil général du Cher et le Conseil de Cercle de Bankass, la convention de collaboration doit être signée très prochainement.

Les villes de Maurepas et Mopti, Vitré et Djenné, sont autant de jumelages qui travaillent notamment sur le renforcement des capacités des collectivités partenaires sur les compétences qui leur sont propres.

La coopération décentralisée Ille-et-Vilaine-Mopti

Le Département d’Ille-et-Vilaine est impliqué dans le développement de la Région de Mopti au Mali depuis plus de 25 ans. Les actions menées jusqu’à présent concernaient l’hydraulique villageoise et la sécurité alimentaire, l’éducation et la formation, le tourisme solidaire et les activités génératrices de revenus.

Dans le cadre de convention triennale signée en 2010 avec la Région de Mopti et l’Association Ille et Vilaine – Mopti, il a été décidé de recentrer les actions de coopérations autour de deux axes prioritaires :
- la sécurité alimentaire et notamment le développement de la filière laitière,
- le développement du tourisme solidaire.


• Eau et sécurité alimentaire

Depuis 2007, la réhabilitation de 4 périmètres irrigués a été financée par le Département d’Ille-et-Vilaine en partenariat avec le Fons Européen de développement. Il s’agit de périmètres aménagés à l’origine par le FED/VRES (Valorisation des Ressources en Eau de Surface) à la suite des grandes sécheresses qui ont touché le Mali dans les années 70-73 et 80-84, pour remédier dans l’urgence à la situation d’insécurité alimentaire qui frappait le pays. Un programme de construction de périmètres irrigués rizicoles a donc été lancé dans les communes de la zone inondée du delta intérieur du fleuve Niger. Les canaux d’irrigation de ces périmètres, réalisés en terre battue, étaient fortement dégradés et ne permettaient plus une exploitation rentable des parcelles. Les réhabilitations ont donc porté sur le revêtement des canaux en ciment, la fourniture en groupe motopompe et l’appui en formation pour les groupements d’exploitants de ces périmètres.
D’autres partenaires interviennent dans cette zone afin d’améliorer la productivité de ces périmètres, il est donc nécessaire aujourd’hui d’organiser la concertation de tous ces acteurs, afin de dégager les bonnes pratiques en matière de réhabilitation et d’appui organisationnel, technique et financier. Cette concertation permettra également de prioriser les périmètres irrigués devant bénéficier de remises en état.

• Tourisme solidaire

Le Mali de par son histoire et sa culture dispose d’un fort potentiel touristique. Le « pays dogon », situé dans la région de Mopti en constitue un des atouts importants. Le pays dogon est ainsi inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il couvre une superficie de 4 000 km² avec 289 villages. Le tourisme s’y développe de plus en plus sans que les ressources financières dégagées ne bénéficient réellement aux populations locales.
C’est dans ce contexte que le Département d’Ille-et-Vilaine et la Région de Mopti au Mali ont décidé d’orienter un des axes de leur coopération vers le développement de tourisme durable. En effet, le tourisme est un domaine d’expertise de la collectivité territoriale bretonne, c’est également un axe de développement prioritaire de la région malienne.

Ainsi, le Département a financé en 2008 l’élaboration du Schéma Régional de développement touristique de Mopti. Ce schéma a permis de dégager les forces de la Région de Mopti dans le secteur, à savoir un fort potentiel lié à la richesse et à la diversité des sites (Djenné, le pays dogon, la réserve du Gourma, le delta intérieur du Niger, etc.), une architecture traditionnelle originale, un artisanat d’art riche et varié, etc. Cependant, ce potentiel reste sous-exploité, et entravé par un certain nombre de contraintes (inorganisation du secteur, manque de professionnalisme et de formation des acteurs, insalubrité des sites urbains, insuffisance d’infrastructures de qualité, etc.).
A partir de ce constat, des orientations stratégiques ont été dégagées (renforcement des capacités des acteurs et intervenants du tourisme, amélioration et diversification de l’offre touristique de la Région, etc.) assorties d’un plan d’action 2009-2013. Au total, 122 actions ont été identifiées, en vue de la relance de l’activité et du développement harmonieux et durable du tourisme, levier essentiel de l’économie de la Région de Mopti.

Un comité de pilotage a été mis en place, comprenant des représentants de la Région, de la Coopération Ille-et-Vilaine-Mopti, des services déconcentrés de l’Etat concernés, des opérateurs du tourisme, etc. Ce comité a pour mission de suivre la mise en œuvre du Schéma et de dégager une stratégie de financement des actions.

C’est sur la base de ce plan d’action que la Coopération Ille-et-Vilaine-Mopti entend mener ses actions de développement du tourisme, en relation avec les autres collectivités intervenant sur le même territoire. Pour la période 2010-2012, les projets retenus concernent le renforcement des capacités des acteurs du tourisme et l’amélioration de l’offre touristique à travers la restauration du patrimoine architectural Dogon.

• Appui à la filière laitière

Après la réalisation d’un premier diagnostic en 2009 et d’un voyage d’échanges d’expériences à Madagascar dans la Région partenaire du Département d’Ille-et-Vilaine, il s’agit d’un nouvel axe de la coopération pour les années à venir.
La filière lait, considérée par les autorités locales et nationales comme un secteur porteur d’activité économique et de développement pour la Région, a longtemps été délaissée du fait des échecs rencontrés. Les précédents projets, qui ne prenaient pas suffisamment en compte la dimension globale de la filière (implantant par exemple une laiterie sans associer les éleveurs en amont), ont contribué à ralentir le développement du secteur.
Le programme d’appui à la filière lait mis en place par le Département d’Ille-et-Vilaine, en s’intégrant dans la stratégie nationale du Ministère de l’Elevage, adopte une approche multidimensionnelle, en privilégiant l’amélioration des techniques de production laitière à travers la formation, la démonstration et l’accès à l’insémination artificielle d’une part, et la valorisation du lait cru local existant d’autre part, avec comme finalité l’appui à la transformation et à la commercialisation.

Les enjeux du développement de la filière laitière
Pays sahélien des plus vastes d’Afrique (1 241 238 km² de superficie), le Mali est en même temps l’un des plus grands pays d’élevage de la région ouest africaine (population animale du pays estimée à environ 8 millions de bovins, 91 millions d’ovins, 14 millions de caprins, etc.) (DNPIA , 2008).

L'élevage représente environ 10 % du PIB national et contribue pour 18% au revenu des agropasteurs et pour 80% à celui des populations de zones exclusivement pastorales. Troisième recette d’exportation du pays après l'or et le coton, l’élevage est loin de couvrir les besoins nationaux en lait. En effet, le Mali dépense chaque année entre 10 à 15 milliards de FCFA pour l’importation du lait et des produits laitiers et ceci malgré ses importantes ressources animales.

Face au peu de résultats des actions entreprises pour développer la filière lait local depuis 1985 au Mali, l’Etat a défini en 2008 une « Stratégie de Valorisation de la Production du Lait Cru Local » qui a permis d’identifier les mesures à mettre en œuvre pour un développement durable de la filière lait. Cette approche filière prévoit des actions destinées à promouvoir la production, la transformation et la commercialisation de cette production. Elle développe des synergies entre les différents acteurs.

Le programme d'action de la coopération Ille-et-vilaine-Mopti s’inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Valorisation de la Production du Lait Cru Local en appuyant l’intensification des systèmes de production laitière et en favorisant la structuration des filières agro-pastorales (producteurs, transformateurs, organisations professionnelles et interprofessionnelles).

Ces actions porteront spécifiquement sur l’organisation de bassins laitiers dévolus à l’intensification de la production à travers une conduite d'élevage maîtrisée (alimentation, santé animale), la production et l’utilisation de bovins sélectionnés ou croisés plus performants et la structuration des acteurs de la filière et notamment des éleveurs laitiers.

Pour le segment collecte, il est prévu la mise en place de centres de collecte équipés de tanks et l’équipement des producteurs en moyens logistiques pour la livraison du lait.

Le segment transformation sera animé par l’implantation d’unités de traitement de lait avec possibilité de traiter du lait à l’ultra haute température (UHT). La production de lait UHT a pour but de valoriser le surplus de lait disponible en saison pluvieuse au bénéfice des consommateurs en saison sèche.

Historique
Le Conseil général d'Ille-et-Vilaine et la Région de Mopti entretiennent des relations de partenariat depuis le 28 avril 1984. Le Département avait souhaité coopérer avec une « région d’Afrique francophone particulièrement pauvre ». Le Mali est alors touché par dix graves années de sécheresse. La région de Mopti (qui n’existe pas encore en tant que collectivité locale) sera choisie par les autorités maliennes lors du déplacement au Mali en 1983 d’une délégation de conseillers généraux conduite par Pierre Méhaignerie.

Dans le même temps, l’Association Ille et Vilaine – Mopti est créée, avec pour mission « d’examiner et de coordonner les projets ». Le choix associatif « permet aux militants de se rencontrer, d’échanger leurs expériences, d’assurer une sensibilisation au travers des différents réseaux répartis sur le Département ». L’eau et le développement rural sont les priorités de l’époque.

En 2008, le Département a souhaité reprendre en direct la coopération avec la Région de Mopti en proposant de placer l’équipe salariée directement au service de l’assemblée régionale de Mopti. Le transfert des 7 salariés maliens a donc été opéré au 1er Janvier 2009, concrétisant un appui renforcé à la collectivité régionale malienne. La mise à disposition de l’équipe auprès de la Région a également signifié un recentrage des financements sur des projets structurants de compétence régionale, afin d’accompagner la Région de façon significative dans l’accomplissement de ses missions de développement régional.

Objectif du partenariat
La finalité générale est de permettre à la Région de Mopti de se doter d’outils et méthodes lui permettant de planifier et mettre en œuvre des projets structurants dans les domaines du développement économique, agro-alimentaires et touristiques. Pour ce faire, le Département d’Ille-et-Vilaine valorisera son expérience acquise :
- au Mali dans les domaines de la réhabilitation des périmètres irrigués et le tourisme durable
- à Madagascar dans le domaine de la filière laitière (en adaptant les connaissances au contexte de la Région de Mopti).

Les modalités d’actions envisagées passent ainsi par du transfert de savoir-faire « Nord-Sud », l’échange d’expérience « Sud Sud » mais aussi par la poursuite de l’appui institutionnel auprès de la Région de Mopti afin de renforcer ses capacités de maîtrise d’ouvrage.


Objectif 1 : Renforcer l’appui institutionnel de la Région de Mopti et des cercles de Douentza et Bandiagara

L’objectif est d’accompagner la Région de Mopti et les cercles de Douentza et Bandiagara par des actions d’appui organisationnel, institutionnel et technique (formation d’élus et d’agents publics, transfert de compétences, échanges d’expérience, etc.) afin qu’elle assure le pilotage de projets de développement économique.

Il s’agit de renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage de la Région et des cercles de Douentza et Bandiagara en matière de politique foncière et d’aménagement du territoire, de fiscalité locale, de développement économique, développement rural, de valorisation des déchets et de gestion de l’eau, thématiques en lien avec le développement économique et/ou la filière laitière.

La première étape consistera, conformément à la demande du nouveau Président de la Région, à recenser les besoins de formation des élus de l’Assemblée Régionale et des cercles de Douentza et Bandiagara qui ont tous été renouvelés en juillet 2009. Les thématiques de formation seront liées à la nature des projets de coopération mis en œuvre sur la période 2010-2012 et concerneront donc en priorité la gestion de projet, la sécurité foncière et l’aménagement du territoire, la fiscalité locale. Il s’agira également d’organiser et animer la démarche de renouvellement du Plan de Développement Economique, Social et Culturel (PDESEC) de la Région de Mopti et des cercles de Douentza et Bandiagara qui arrivent à terme en 2010 et doivent être renouvelés pour la période 2011-2015.

Un centre de formation des collectivités territoriales vient d’être crée à Bamako, sous l’égide du Ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales. Il a pour but de proposer une formation standardisée aux agents des collectivités territoriales maliennes. Les agents de l’ARM pourront bénéficier de cette opportunité pour renforcer leurs capacités. Pour les sessions de formation à l’intention des élus, des agents territoriaux départementaux pourront être mobilisés. Il pourrait être proposé aux élus régionaux ou municipaux partenaires des projets des sessions de formation en Ille-et-Vilaine ou en Région de Mopti (calcul au cas par cas du rapport coût / avantage) sur chacun des thèmes. Les modalités de formation (contenu, personnes formées, etc.) seront validées par les instances de pilotage du projet.

Par ailleurs, plusieurs collectivités françaises interviennent dans la Région de Mopti. Ainsi, du fait de son expérience et de l'ancienneté de sa coopération, le Département propose d'accompagner la Région de Mopti dans la mise en place d'une instance de concertation des collectivités intervenant dans la Région afin de mutualiser les expériences et les moyens.

Un autre niveau de concertation souhaité par l’ARM se situe au niveau interrégional avec le projet d’instaurer un cadre d’échanges et de partage d’expérience entre Assemblées Régionales maliennes. La Région de Mopti souhaite initier la création d’une telle instance afin de mutualiser les expériences concluantes, partager les difficultés auxquelles sont confrontées ces collectivités, confronter les choix adoptés en matière de stratégies de développement, d’aménagements (documents stratégiques de planification, schémas d’aménagements, etc.).

Actions envisagées
Action 1.1 : Elaboration de plans de formation des élus et agents de l’assemblée Régionale de Mopti et des cercles de Douentza et Bandiagara, organisation et mise en œuvre de sessions de formation, animation de la démarche de renouvellement et d’appropriation par les nouveaux élus des PDSEC pour la période 2011-2015
Action 1.2 : Mise en place d'une instance de concertation des collectivités intervenant dans la Région afin de mutualiser les expériences et les moyens et d’un cadre de concertation interrégional.


Objectif 2 : Produire mieux et plus en poursuivant la réhabilitation de périmètres irrigués villageois et en renforçant leurs comités de gestion

La réhabilitation des périmètres irrigués villageois (PIV) dans la Région de Mopti s'inscrit dans le cadre de la stratégie d’amélioration de la sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté définie suite aux sécheresses cycliques des années 70-73 et 80-84 qui ont durement frappé les parties septentrionale et centrale du Mali. La production agricole constitue l’activité principale des populations rurales, qui connaissent un déficit sur le plan de l’autosuffisance alimentaire avec pour corollaire l'émigration vers les centres urbains et la désertification des campagnes.

Les premières réhabilitations de périmètres irrigués villageois (PIV) financées par le Département remontent à 2007 dans le cadre d’un partenariat avec le Fonds Européen de Développement FED (Programme VRES Valorisation des Ressources en Eau de Surface).

Le Cadre Stratégique pour la Croissance et la Lutte contre la Pauvreté 2ème génération (2007-2011) repose sur 3 grandes orientations stratégiques : le développement des infrastructures et du secteur productif, la poursuite et la consolidation des réformes structurelles et le renforcement du secteur social. Dans les secteurs d’interventions prioritaires figure la sécurité alimentaire et le développement rural, à travers l’accroissement, la sécurisation et la diversification de la production alimentaire par : (i) le développement de la maîtrise de l’eau (agriculture irriguée par les aménagements hydroagricoles, petits barrages, bas-fonds, gestions des pâturages et des points d’eau), qui va de pair avec les services énergétiques associés (exhaure de l’eau, pompage pour l’irrigation des périmètres agricoles, mécanisation de l’agriculture) et (ii) l’adoption des techniques d’intensification à travers notamment la facilitation de l’accès aux équipements et aux intrants (mécanisation, traction animale, semences améliorées, engrais, produits phytosanitaires, aliment, fourrage et des sous-produits agricoles et agro-industriels).

Quatre périmètres ont ainsi été réhabilités entre 2007 et 2009 : Konna, Diantakaye et Kouby (commune de Konna) et Téby (commune de Dialloubé), regroupant 526 exploitants et permettant de nourrir plus de 5 000 habitants.

Le bilan réalisé à l’issue de ces opérations a permis de mettre en évidence des difficultés d’ordre technique et organisationnel des groupements en charge de l’exploitation des PIV. Les PIV étant aménagés sans digues de protection, ne sont pas exploités en culture de saison, car le PIV est inondé pendant les hautes eaux. De ce fait, une seule culture de contre saison est pratiquée sur les PIV (de mars à juillet) alors que deux cycles de production sont normalement prévus sous réserve de pouvoir mettre en place un système d’organisation et de gestion adéquats.

L'approche développée par le Département repose sur la maîtrise de l'eau par pompage. Les périmètres ayant été généralement aménagés il y a plus de vingt ans, les réseaux d’irrigation, réalisés en terre battue, sont dégradés, les groupe motopompe sont amortis et peu entretenus du fait du manque de moyens et la faiblesse des fonds de roulement nécessaires. Aujourd’hui les intrants sont trop chers (motopompe hors d’usage consommant énormément de carburant) et les rendements agricoles trop faibles (canaux dégradés, bouchés, etc.) pour que l’activité soit rentable. Les comités de gestion n’ont pas les capacités d’investissement nécessaires pour relancer l’activité. Il s'agit donc de développer une approche technique (travaux de réhabilitation) mais aussi organisationnelle (appui des comités villageois).

Les aménagements/réhabilitations réalisés permettront aux populations de couvrir les besoins alimentaires du village et de vendre l’excédent. La surface des périmètres à réhabiliter pour les années 2010-2012 est estimée à 40 ha/an. Les périmètres seront sélectionnés à partir de critères validés par les 2 comités de pilotage de la coopération Ille-et-Vilaine-Mopti.

Actions envisagées :
Action 2.1 Organisation de la concertation au niveau régional afin d’échanger sur les bonnes pratiques en matière de réhabilitation de périmètres irrigués villageois
Action 2.2 : Réhabiliter les périmètres sélectionnés et relancer les activités de production (formation et appui conseil auprès des comités de gestion).


Objectif 3 : Limiter l’importation massive de lait et lutter contre la malnutrition en appuyant le développement de la filière laitière dans la région de Mopti

L’objectif est d’accompagner le développement de la filière laitière segment par segment en s'inspirant de l'expérience acquise à Madagascar tout en s'adaptant au contexte de la Région de Mopti (aspects culturels, acteurs locaux déjà en place, etc.). L’année 2009 a été consacrée à l’élaboration d’un diagnostic de la filière dans la Région de Mopti, grâce à une recherche documentaire et des missions de terrain (voyage d’étude des techniciens de la cellule de coopération malienne à Bamako et dans sa zone périurbaine et déplacement à Madagascar pour étudier l’expérience de l’Ille et Vilaine sur la filière lait dans la Région Alaotro-Mangoro, découverte de la filière lait en Ille-et-Vilaine par les élus de l’Assemblée Régionale de Mopti).

Ce diagnostic a permis d’identifier des actions prioritaires autour de :
• la création et du renforcement de groupements d’éleveurs,
• la formation des éleveurs et des techniciens,
• l’amélioration des capacités de collecte et transformation du lait,
• la commercialisation des produits transformés.

Une attention particulière sera donnée au caractère "durable" de chaque action. Les éleveurs et les collectivités bénéficiaires s’engagent à un certain nombre d’obligations parmi lesquelles : interdiction d’utiliser des compléments alimentaires contenant des farines animales, construction de fosses à purin étanches, amendement des parcelles fourragères grâce au compost produit localement, interdiction de transformer une rizière ou une autre culture vivrière en parcelle fourragère, etc.
Les collectivités territoriales et les éleveurs d’Ille-et-Vilaine témoigneront auprès de leurs homologues de la Région de Mopti de la nécessité d’encadrer la filière laitière pour que son développement soit durable et compatible sur le long terme avec l’amélioration des conditions de vie.

Actions envisagées
Action 3.1. Organisation de la concertation régionale sur la filière lait
Action 3.2 : Mise en place d’une ferme école qui sera un centre de formation pour la Région de Mopti
Action 3.3 : Organisation de modules de formation de proximité à destination des éleveurs et des techniciens
Action 3.4 : Mise en place de campagnes d’insémination artificielle
Action 3.5 : Mise en place de points de collecte pour améliorer la collecte du lait au niveau de la Région en partenariat avec la laiterie coopérative Suudu Baba
Action 3.6 : Appuyer la Fédération Suudu Baba pour développer ses techniques de transformation du lait en fonction des marchés locaux
Action 3.7 : Organiser la collecte des déchets de la commune d'implantation de la ferme école et produire du compost pour fertiliser les sols nécessaires aux cultures fourragères.


Objectif 4 : Poursuivre le développement du tourisme durable

L’objectif est d’animer et diffuser la mise en œuvre du Schéma Régional de Développement Touristique, élaboré en 2008, car il constitue l’outil privilégié de programmation en matière touristique pour la Région et peut contribuer à encadrer l’expansion du tourisme afin que son développement soit harmonieux et planifié. Un comité de pilotage de ce schéma a été crée, il devra être dynamisé pour jouer pleinement son rôle de mobilisateur en faveur du développement d’un tourisme raisonné et durable.
L’Ille-et-Vilaine ayant développé une compétence pour la réhabilitation de patrimoine architectural en pays dogon, il est envisagé de poursuivre l’action, toujours en privilégiant l’appropriation des populations, et avec l’appui des acteurs impliqués dans le domaine du patrimoine culturel tels que la Mission Culturelle de Bandiagara, l’OMATHO et les agences d’architecture spécialisées.

Dans le but de partager son expertise dans le domaine du tourisme, tant au niveau de l’élaboration d’outils de programmation tel que le Schéma, que de ses actions en faveur de la conservation du patrimoine en Pays Dogon, le Département d’Ille-et-Vilaine propose de développer des synergies avec les collectivités partenaires du projet autour de :
- la formation des acteurs du tourisme en lien avec la Région Centre,
- du développement du Tourisme dans le cercle de Bandiagara en lien avec la ville de Rennes (soutien du musée de Bandiagara qui doit ouvrir prochainement, développement de l’offre hôtelière, etc.) et dans le cercle de Douentza en lien avec le Conseil général de l’Essonne.

Le Département a également décidé de développer l’échange d’expérience avec la Région de Tombouctou dans le cadre de la plateforme coopération et Tourisme Responsable mise en place par Cité Unies France. Des rencontres entre collectivités du Nord intervenant dans le domaine du Tourisme dans les régions de Mopti et Tombouctou sont ainsi envisagées avec les Régions Auvergne, Centre et Rhône Alpes. Concernant la Région Centre, des synergies complémentaires seront développées autour de la maison du Delta qui contribue au rayonnement touristique de la Région.


Actions envisagées
Action 4.1 : Pilotage et poursuite de la mise en œuvre du Schéma Régional du Tourisme
Action 4.2 : Poursuite de la réhabilitation du patrimoine Dogon et de la mobilisation des acteurs locaux autour des sites réhabilités dans une démarche de tourisme solidaire

Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
S’appuyant sur 25 ans de coopération, le Département d’Ille-et-Vilaine et la Région de Mopti ont décidé conjointement de centrer leur coopération autour de projets structurants dans les domaines de la sécurité alimentaire et du tourisme durable. De plus, face à l’augmentation du nombre de collectivités intervenant dans la 5eme Région du Mal, le Département propose d'accompagner la Région de Mopti dans la mise en place d'une instance de concertation des collectivités intervenant dans la Région afin de mutualiser les expériences et les moyens.

S’agissant de la sécurité alimentaire, les élus des 2 collectivités ont décidé de se lancer dans le développement de la filière laitière qui est un domaine d’expertise du Département d’Ille-et-Vilaine et un axe de développement important pour la Région de Mopti qui a une très grande tradition d'élevage. Il s’agit aussi de valoriser l’expérience acquise dans ce domaine par le Département à Madagascar, dans une logique d’échange d’expérience « Sud-Sud ».

Le présent projet a donc pour finalité de valoriser l'expérience acquise par le Département d’Ille-et-Vilaine au Mali dans les domaines de la réhabilitation des périmètres irrigués et le tourisme durable et à Madagascar dans le domaine de la filière laitière. Au-delà de ses projets spécifiques, les actions de renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de la Région en matière de projets de développement économique seront poursuivies (formation des élus et des agents régionaux).

Concernant la filière laitière, une étude diagnostic a été réalisée en 2009 et un voyage d’étude a été organisé dans une région malgache avec laquelle coopère le Département avec 2 représentants de la coopération Ille-et-Vilaine-Mopti afin de partager l'expérience acquise dans ce domaine par le Département. Ainsi, un programme d'action a été défini pour la 5eme Région du Mali sur la période 2010-2012 avec pour objectifs :
- accompagner la concertation des acteurs régionaux et la structuration de la filière (éleveurs, collecteurs, transformateurs, organisations professionnelles, services de l’Etat, chambres d’agriculture, etc.),
- Mettre en place une ferme école et des modules de formation continue des acteurs locaux sur la conduite d’élevage (alimentation, aspects sanitaires), l’insémination artificielle, la transformation du lait, etc.
- Améliorer les circuits de collecte du lait au niveau régional en partenariat notamment avec la laiterie coopérative Suudu Baba basée à Sévaré,
- Mettre en place des campagnes d’insémination artificielle,
- Valoriser en compost les déchets ménagers de la commune d'implantation de la ferme école afin de pouvoir ensuite fertiliser les sols.

Le projet combine ainsi une approche sectorielle par filière (tourisme, filière laitière) et un appui institutionnel du partenaire régional compétent en matière de développement économique. C’est un projet transversal et innovant entre échanges d’expérience et transfert de technologies.

Les deux collectivités maîtres d’ouvrage ont choisi de nombreux contributeurs externes au projet parmi lesquels : les acteurs du Tourisme (Comité Départemental du Tourisme d’Ille-et-Vilaine, opérateurs de tourisme solidaire, etc.), les entreprises de la filière lait d’Ille et Vilaine, l’Agrocampus de Rennes, l’association Ille-et-Vilaine – Mopti et ses associations membres, la Chambre d’Agriculture d’Ille-et-Vilaine, les Maisons familiales Rurales, les ONG Agronomes et Vétérinaires sans Frontières (AVSF) et Agro sans frontières Bretagne, les services déconcentrés du Ministère malien de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, l’Office Régional Malien du Tourisme, les autres collectivités intervenant dans la Région de Mopti, etc..

Ce projet se situe ainsi à mi-chemin entre le projet de solidarité internationale et le projet de développement économique (la présence d’entreprises est par exemple tout-à-fait originale dans un projet de coopération décentralisée). De plus, ce projet vise à valoriser l’expérience acquise par le Département à Madagascar avec la volonté de développer les échanges d’expériences « Sud Sud ».

- Elaboration de plans de formation des élus et agents de l’assemblée Régionale de Mopti et des cercles de Douentza et Bandiagara, organisation de sessions de formation, animation des démarches de renouvellement des PDSEC pour la période 2011-2015
Objectif de l’action : Renforcer des compétences des élus et agents de l’Assemblée Régionale de Mopti et des cercles de Douentza et Bandiagara.
Description sommaire : Les élus siégeant à l’assemblée de la Région et des cercles de Douentza et Bandiagara ayant été renouvelés en 2009, un programme de formations leur sera proposé autour de thématiques générales telles que la politique foncière et aménagement du territoire, la fiscalité locale, le développement économique, le développement rural, la valorisation des déchets et la gestion de l’eau, etc.

Le recensement des besoins individuels de formation pourra être effectué et actualisé chaque année par un agent du Conseil général qui pourra également dispenser une partie des formations et participer à l’identification d’organismes de formation locaux.
Les modalités de formation (contenu, personnes formées, etc.) doivent encore être validées par les élus. L’objectif est de valoriser les compétences des agents départementaux dans les différents domaines de formation. Il s’agit également de proposer au staff régional des modules généraux de formation au management par projet et aux processus de décentralisation / déconcentration, et pour les non-alphabétisés, de commencer par des sessions d’alphabétisation qui sont proposés par l’Alliance Franco-Malienne récemment ouverte à Mopti. Les formations auraient lieu à Mopti-Sévaré et seraient assurées par des agents du Département ou par un prestataire local en fonction des compétences disponibles.

Il s’agira également d’organiser et animer la démarche de renouvellement du Plan de Développement Economique, Social et Culturel (PDESEC) de la Région de Mopti qui arrive à terme fin 2010 et doit être renouvelé pour la période 2011-2015.

Cette démarche sera également déclinée au niveau des cercles de Douentza et Bandiagara en lien avec le Conseil général de l’Essonne et la ville de Rennes. Il s’agit ainsi de mutualiser les expériences dans le domaine de la formation des élus et de l’animation des démarches de renouvellement des PDSEC en proposant de mettre à disposition des cercles le système d’information géographique (SIG) en cours de mise en place au niveau de l’assemblée régional de Mopti.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Région de Mopti
Maître(s) d'ouvrage
Conseil général d'Ille-et-Vilaine
Bénéficiaire(s)
Appui institutionnel :les élus et techniciens de la Région et des municipalités impliquées dans ces projets, les différents niveaux de collectivités ayant des liens de coopération décentralisée, les autres Assemblées Régionales Réhabilitation des périmètres irrigués villageois: les villageois, les communes d’implantation des périmètres Filière laitière : L'ensemble des acteurs de la filière et notamment les éleveurs qui seront formés, les fédérations de coopératives d’éleveurs impliquées dans la collecte et la transformation du lait, les services techniques de l’élevage, les services vétérinaires. Tourisme : les opérateurs locaux, l'office régional du tourisme (OMATHO), les populations locales des sites bénéficiaires des projets de réhabilitation du patrimoine

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région de Mopti Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Région de Mopti sow kola kolasow@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Ville de Rennes


Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 17046 0 2010
Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine 504808 0 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 88333 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 88333 2011
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 88334 2012
Ville de Rennes 78000 2010




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013