Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
soutien à la mise en place d'une approche fleuve
Année de première signature de la convention
1988
Thématique d'intervention
Culture et Patrimoine
Sous-thématique d'intervention
Patrimoine
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
1988
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Pour rappel, les collectivités du Nord pas de Calais entretiennent des liens historiques de partenariat avec la région de Saint-Louis. Les premiers accords de coopération de la Ville de Lille avec la Ville de Saint-Louis datent de 1978, la Région Nord pas de Calais s’engageant avec la Région de Saint Louis en 1988 et Lille Métropole communauté dès 1996. En 2002, après la régionalisation du département de Matam, la Région Nord-Pas de Calais a souhaité poursuivre sa coopération avec ce territoire. En 2008, un accord de coopération est signé entre la Région Nord-Pas de Calais et la Région de Matam.


La valorisation culturelle et touristique au cœur des accords de coopération
La thématique de la valorisation du patrimoine et la promotion du tourisme est un axe fort des coopérations engagées avec les Régions de Saint-Louis et de Matam, mentionné dans les deux accords cadre de coopération qui lient la Région Nord-Pas de Calais avec les Régions partenaires :

Accord cadre avec le Conseil Régional de Saint-Louis : « Le développement durable des territoires et la lutte contre la pauvreté sont retenus priorités communes des deux Régions. Ils seront mis en œuvre au travers des axes et actions suivantes : (…) La valorisation touristique et culturelle et la sauvegarde du patrimoine touristique »

Accord cadre avec le Conseil régional de Matam : Le protocole d’accord prévoit dans son article 2.2, intitulé coopération au développement durable des territoires et lutte contre la pauvreté : « La valorisation touristique et culturelle et la sauvegarde du patrimoine historique régional. »

En région de Saint-Louis, cet axe de la coopération s’est traduit par :
- la mise en place d’une coopération culturelle (convention signée en 2008) qui vise deux objectifs :
o Favoriser le développement territorial à travers la politique culturelle des deux Régions (formations, mise en place d’un parc régional de sonorisation, élaboration d’un cadre méthodologique d’inventaire…)
o Renforcer la dynamique partenariale en s’appuyant sur les initiatives des acteurs de terrain et encourager leur mise en réseau (productions artistiques et culturelles, forum d’acteurs).
- le soutien, de 2007 à 2009, à un programme de valorisation du patrimoine mis en œuvre par l’ONG IDD – Initiatives pour un Développement Durable


Département du Nord

L’engagement du Département dans le champ de la coopération et de la solidarité internationale remonte à plus de 20 ans suite à la signature d’un premier accord de coopération avec la région de Saint-Louis au Sénégal. En 2004, le Département et ses partenaires ont redéfini ce partenariat en opérant un recentrage géographique sur le département de Dagana et en précisant les thématiques de coopération.

Jusqu’en 2004, le Département apportait son soutien financier aux actions portées par des acteurs de son territoire dans le cadre de son partenariat avec la région de Saint-Louis au Sénégal. La restructuration du partenariat avec le département de Dagana et le développement d’une seconde coopération en Guinée, ont été l’occasion, pour le Département, de définir les contours de son intervention (thématiques, financements, modalités d’intervention…).

Avec ses partenaires sénégalais, guinéens et camerounais le Département est devenu, pour la première fois (en 2007), l’initiateur et le maître d’ouvrage des actions de coopération réalisées dans le cadre de ses accords, dépassant ainsi le stade de simple bailleur de fonds.
Conscient de leur connaissance du terrain et de leur expérience, le Département s’est engagé avec ses partenaires institutionnels dans une démarche partenariale avec les acteurs associatifs nordistes.

Celle-ci a permis la mise en œuvre de véritables programmes de coopération multithématiques en remplacement des quelques actions annuelles auparavant financées.

En cinq ans, le Département a procédé au développement et/ou à la restructuration de trois partenariats institutionnels, mis en œuvre de manière progressive des programmes de coopération pluriannuels dans chacun des territoires partenaires et expérimenté des collaborations techniques et financières avec des associations et des institutions de renom en matière d’aide au développement [Programme Solidarité-Eau, Agence Française de Développement, Agence de l’eau Artois-Picardie…].

Aujourd’hui, le Département du Nord est engagé dans trois coopérations en Afrique relevant de la solidarité internationale et de l’aide au développement. Celles-ci ont progressivement évolué de par le rôle joué par notre institution et la nature des actions développées.
Le Département souhaite renforcer son rôle d’animateur d’un véritable réseau d’acteurs [départementaux, nationaux et internationaux] en faveur de la solidarité internationale et de ses partenaires. Les propositions d’intervention relatives à ce programme ont, notamment, pour objectif d’y contribuer.


Coopération avec Lille Métropole Communauté Urbaine
Lille Métropole Communauté Urbaine
Lille Métropole a apporté une première assistance technique à Saint-Louis en 1996, puis a signé, sous l’impulsion de Pierre MAUROY, un premier accord de coopération décentralisée a été signé en 1997 portant sur l’appui à la gestion urbaine, notamment dans les domaines de la voirie et de l’assainissement.

Les moyens techniques dont dispose Lille Métropole, dans ses domaines de compétences, lui permettent de s’impliquer de façon concrète dans des actions de coopération décentralisée. La commune de Saint-Louis a souhaité pouvoir profiter de cette mobilisation sous la forme d’expertise et élargir le champ des interventions, à celui notamment du patrimoine.

A partir de 2000, et avec l’appui du Ministère des Affaires Etrangères, les partenaires ont souhaité élaborer un programme pluriannuel qui s’inscrive dans une approche plus globale du développement et de l’aménagement de la ville de Saint-Louis. Tout en poursuivant les échanges dans les domaines de l’assainissement et de la voirie, de nouvelles perspectives de coopération ont été identifiées notamment dans le domaine de la planification urbaine (élaboration du Plan Directeur d’Urbanisme de Saint-Louis), de la mise en place d’outils cartographiques mais surtout dans le domaine de la sauvegarde et de la valorisation du patrimoine.

Après une phase d’identification et de meilleure connaissance entre les partenaires de 2000 à 2002, une première phase d’exécution et de suivi d’actions de coopération décentralisée a eu lieu en 2002-2003-2004 (signature d’une convention pluriannuelle de coopération le 5 décembre 2002). Cette première phase a porté sur 4 volets : voirie et assainissement, plan directeur d’urbanisme, cartographie/topographie et patrimoine.
Celle-ci s’est prolongée sur 2005 et 2006 et s’est conclue notamment sur le volet Patrimoine par l’organisation d’un atelier international du 30 novembre au 2 décembre 2006 en présence des principaux partenaires institutionnels du programme de coopération entre Lille Métropole et la commune de Saint-Louis. Cet atelier a notamment permis l’élaboration d’un Plan d’actions 2007-2012 pour la sauvegarde, la protection et la mise en valeur de l’île Saint-Louis, feuille de route qui jette les bases des actions futures à entreprendre pour la sauvegarde du patrimoine, désormais fil conducteur du programme de coopération décentralisée entre Lille Métropole et la Municipalité de Saint-Louis.

Afin de consolider ces actions engagées sur le long terme, et pour permettre de mettre en œuvre des projets plus spécifiques, Lille Métropole et la ville de Saint-Louis ont signé le 30 novembre 2006 un nouveau protocole de coopération décentralisée pour la période 2007 – 2008 – 2009 et ont répondu l’appel à projet triennal du Ministère des affaires étrangères.

Le projet de coopération décentralisée mené par Lille Métropole Communauté Urbaine s’est donc inscrit dans un cadre général de coopération de territoire à territoire.

Les dernières élections municipales au Sénégal ont abouti à l’élection à Saint-Louis d’un nouveau maire et d’une nouvelle équipe municipale qui seront donc reçus à Lille.

Lille Métropole Communauté urbaine et la Ville de Lille appuyaient la commune de Saint-Louis du Sénégal, chacune à travers un programme de coopération décentralisée 2007/2009. Lors du dernier comité de pilotage mixte des programmes de coopération décentralisée qui s’est tenu à Lille en décembre 2009, les partenaires ont acté le souhait d’une démarche commune, selon une logique de projet, en lien avec les compétences communales et communautaires.

Par ailleurs, dans le cadre d’un portage commun d’un dossier de cofinancement 2010-2012 de coopération décentralisée, et toujours dans cet esprit de mutualisation, il est envisagé de développer ou conforter les partenariats avec d’autres collectivités françaises et partenaires internationaux présents à Saint-Louis, dont la coopération belge et espagnole.


Ville de Toulouse

La Ville de Toulouse s’est engagée dans une coopération avec St. Louis à travers la signature d’une convention triennale (période 2005 – 2007), intégrant plusieurs volets : appui à la gestion municipale,
Coopération en matière médicale (aide pour la construction d’une maternité), échanges culturels (Festival Rio Loco 2006 a accueilli à Toulouse 150 artistes sénégalais), actions éducatives (plan d’informatisations des écoles).

En 2007, une convention tripartite a été signée entre LMCU, Toulouse et St. Louis dont l’objet principal était de financer une étude urbaine sur l’espace public du secteur sauvegardé.

Coopération avec la Ville de Lille

Depuis les premiers accords de coopération établis en 1978, de nombreux axes de travail ont été développés entre les Villes de Saint Louis et Lille, en fonction des compétences territoriales qui sont les leurs. En 2003, dans le cadre d’une redynamisation des relations partenariales entre les deux villes, la Ville de Lille a notamment accompagné la Ville de Saint Louis dans la mise en place d’un Agenda 21, ce qui en fit la première ville d’Afrique de l’Ouest à être dotée d’un tel outil.

En matière culturelle, des échanges d’artistes ont été menés au cours des différents programmes de coopération : des artistes lillois ont participé aux manifestations culturelles saint louisiennes (Festival de Jazz, Festival RapNdar…). Réciproquement, des artistes saint louisiens ont été reçus en résidence plusieurs fois à Lille.

En 2009-2010, Saint Louis fête ses 350 ans. Les élus de Saint Louis ont souhaité faire de cet anniversaire un événement majeur pour le développement de la ville, marquant le point de départ d’une dynamique globale. Tout comme Lille 2004 - Capitale Européenne de la Culture fut un élément déclencheur de renouveau culturel, économique, et social pour Lille, les 350 ans devraient permettre à Saint Louis, à travers la mise en place de grands événements culturels, la mobilisation des réseaux d’acteurs, et la création de synergies, de redevenir une véritable capitale Régionale, rayonnant sur le plan culturel, économique, et social.
Cet événement majeur est également l’occasion pour la coopération entre Lille et Saint Louis de développer un nouvel axe autour de la culture, et de valoriser ainsi, dans le cadre d’une démarche structurante et fédératrice, l’ensemble des initiatives existantes.

Il existe à Lille une réelle expertise en matière d’organisation de grands événements. La Ville pourra ainsi faire partager son expérience en accompagnant élus et techniciens sur la mobilisation des acteurs du territoire, l’élaboration d’une politique culturelle, ou encore l’organisation d’événements culturels majeurs. De plus, Saint Louis étant dotée d’un Agenda 21, (lequel est actuellement, parallèlement à celui de Lille, en cours de renouvellement) l’ouverture de ce nouvel axe permettra d’intégrer, dans un souci de cohérence et de viabilité des actions, un nouveau volet Agenda 21 culture.


Contextes régionaux : vers le développement d’une approche interrégionale, basée sur le patrimoine de la Vallée du Fleuve Sénégal

Lors des comités mixtes de 2009, les échanges politiques entre élus du Conseil Régional Nord-Pas de Calais et élus des Conseils Régionaux de Saint-Louis et de Matam ont marqué une nouvelle étape vers la structuration d’un programme interrégional, dont la thématique de la valorisation du patrimoine constitue le dénominateur commun.

Les élus de la Région de Matam et la Région de Saint-Louis ont placé le volet culture et patrimoine au cœur des échanges. Ils ont exprimé leur intérêt sur la valorisation du patrimoine à la fois comme levier pour le développement économique, mais aussi pour permettre à la population locale de se réapproprier son capital culturel.

A la suite de ce comité mixte, la Région de Matam a initié la tenue d’une rencontre inter régionale à Matam le 07 janvier 2010. Cette rencontre réunissait les Régions de Matam, Saint-Louis, Tambacounda et de Kayes au Mali. La Région Nord-Pas de Calais a assisté aux échanges. Les Présidents des Régions citées ont validés politiquement la mise en place d’un cadre de concertation inter régional sur les questions de valorisation du patrimoine et de la promotion du tourisme.


La Région de Matam a été positionnée en animateur de ce programme.
Historique
Le Conseil Régional Nord - Pas de Calais soutient depuis plusieurs années des actions liées à la promotion du tourisme et du patrimoine culturel en Région de Saint-Louis. Les programmes soutenus ont abouti notamment à la structuration du Syndicat d’initiative de Saint-Louis, aujourd’hui syndicat d’initiative de référence au Sénégal et membre de la FNOTSIS – Fédération Nationale des Syndicats d’Initiatives du Sénégal, acteur majeur dans la construction du pôle « Vallée du Fleuve » comme destination touristique au Sénégal.

Cette structuration du secteur du tourisme à Saint-Louis s’est appuyée sur une démarche rigoureuse de repérage, de valorisation sur le territoire régional de Saint-Louis mis en œuvre depuis une dizaine d’années, dont on peut rappeler ici les principales étapes :
De 2001 à 2005, une importante étude de valorisation touristique des patrimoines de la région de St Louis est lancée par la Coopération française avec l’Union Nationale des Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement a été réalisée en partenariat avec l’ONG Initiatives pour un Développement Durable et le soutien du Conseil Régional Nord-Pas de Calais.

En 2002-2003, un repérage des patrimoines présentant un potentiel de développement touristique et d’acteurs locaux du patrimoine a été réalisé.

En 2003- 2004,un schéma d'interprétation des potentiels touristiques a été adopté et la mise en place d'un système de signalétique directionnelle comportant des panneaux d'entrée de zone, de la signalétique routière et de la signalétique urbaine le long du Fleuve et la production d’une documentation de valorisation et de promotion a été mis en place.

Ce travail a permis l’identification de premiers « circuits découvertes » s’appuyant sur divers supports (signalétiques, brochures), ainsi qu’un plan de formation et d’accompagnement des acteurs locaux. Il a abouti à la structuration d’un programme triannuel 2007-2009 inscrit dans le cadre de la coopération entre la Région de Saint-Louis et la Région Nord-Pas de Calais ; impliquant le Syndicat d’Initiatives de Saint-Louis et la FNOTSIS, avec l’appui d’IDD. Les principaux résultats sont :
- Structuration de sites touristiques à Dagana et Donaye
- Accompagnement de projets locaux (villages de Ndyaène Pendao et de Goumel)
- Valorisation de l’artisanat (mise en place d’une boutique au sein du CRDS de Saint-Louis)
- Repérage du patrimoine musical de la vallée
- Repérage et diagnostic en région de Matam et Kayes
- Lisibilité du territoire « fleuve Sénégal » et animation de terrain
- Communication (supports, site web portail www.fleuvesenegal.com, rencontres du Fleuve…)


Volet Patrimoine – Maison du Patrimoine

Quelques repères
- 2000 : Inscription du site sur la liste du Patrimoine Mondial.
- 2002/2005 : inventaire architectural par Lille Métropole Communauté urbaine, en lien avec l’école d’architecture de Lille
- 2004 : création d’un bureau du patrimoine (devant préfigurer la Maison du patrimoine) avec le soutien financier de Lille Métropole Communauté urbaine
- 2006 : Élaboration du Plan de Sauvegarde et de mise en valeur avec le soutien de l’Unesco
- 2007/2008/2009 : Soutien financier de Lille Métropole Communauté urbaine à l’association « Le Partenariat » pour la mise à disposition d’un architecte volontaire à Saint-Louis
- 2008 : Décret d’application du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur signé par le président de la République, en application depuis le 30 juin 2008.
- 2009 : élections municipales – changement d’équipe

Contexte de l’intervention de Lille Métropole Communauté urbaine

L’inscription de Saint-Louis sur la liste du patrimoine de l’Humanité en 2000 est le fruit de nombreuses années d’efforts de l’Etat du Sénégal, de la municipalité de Saint-Louis et des partenaires au développement. Les cadres naturel et culturel de Saint-Louis sont des atouts longtemps laissés à leur sort mais qui constituent les axes majeurs pour une revalorisation du tourisme et de l’économie à Saint-Louis.

Compétences dévolues à la Maison du Patrimoine
Un lieu de débats, de réflexions et de rencontres pour l’ensemble des acteurs du site classé visant à mettre en place une politique adaptée dans les domaines de compétences suivants : - Protection et conservation du site conformément au PSMV - Définition d’une stratégie de gestion des périls - Gestion du développement urbain et des mutations urbaines - Définition d’une politique foncière - Formation, communication, sensibilisation, pédagogie. Un guichet unique pour l’instruction des dossiers de travaux.
Ce projet est sollicité notamment par le Centre du Patrimoine Mondial Unesco, depuis l’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial et l’Agence Française de Développement l’a intégré dans l’étude faisabilité de son programme de développement touristique en cours de lancement.

Constats sur le terrain
La Ville de St Louis rencontre des difficultés pour la mise en œuvre de sa politique de sauvegarde du site, notamment, face aux engagements de l'Etat sénégalais de mettre à disposition un architecte de l'Etat chargé de la gestion du site, non suivi d’effet à ce jour, aux difficultés à faire respecter le plan de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine par les porteurs de projet, au manque de coordination entre les acteurs locaux et de fluidité dans le circuit d'instruction des dossiers de travaux, au manque d'outils administratifs et techniques pour la sauvegarde du site, au manque d'outils de sensibilisation à destination du grand public, des professionnels du bâtiment, des élus et des techniciens, et enfin au manque d'expertise locale sur la notion de patrimoine architectural.

Bilan des actions de Lille Métropole Communauté urbaine depuis 2002
Lille Métropole Communauté urbaine a appuyé :
- la définition de la structure et son positionnement dans le jeu d'acteurs (missions d’expertises et production de diverses notes techniques et de rapports)
- la création et la pérennisation du Bureau du Patrimoine, préfiguration de la Maison du Patrimoine (soutien financier à l’équipement du bureau du patrimoine et à son fonctionnement).
- le choix du site qui doit accueillir cette structure et dans la définition du projet de réhabilitation (chantier exemplaire au regard du plan de sauvegarde et chantier école)
- le financement d’un poste architecte volontaire recruté par l’association « Le Partenariat ».

La mission de l’architecte volontaire a permis :
- l’appui méthodologique et technique quotidien à l'équipe du Bureau du Patrimoine en apportant notamment son expertise architecturale (conseil architectural aux porteurs de projets, organisation de formations sur le contenu du Plan de Sauvegarde, participation à l’élaboration des plans de communication, accompagnement sur la définition de procédures coercitives pour les chantiers non conformes, organisation de réunions de coordination entre les différentes institutions intervenant dans l'instruction des dossiers de travaux, soutien méthodologique pour la veille des chantiers, etc.)
- l’élaboration du projet de réhabilitation de l'ancienne maison des impôts devant accueillir la future maison du patrimoine (relevés, études techniques, esquisses en lien avec le Centre du Patrimoine Mondial - Unesco)

Ville de Lille
Concernant la Ville de Lille, à part quelques échanges artistiques réalisés de manière sporadique, c'est la première fois que les Villes de Saint-Louis et Lille décident d'intégrer un volet Culture dans leur programme de coopération.

Contexte du Département du Nord

Depuis 2007, le Département soutien le développement et la structuration des activités culturelles et sportives dans le département de Dagana. Par ailleurs, une consultation ainsi qu’une pré-étude ont été réalisées concernant les potentialités patrimoniales, touristiques et culturelles de ce territoire. Il en résulte une volonté de réaliser dans le cadre du présent programme : un diagnostic approfondi dans ces domaines permettant l’élaboration d’un document d’orientation stratégique, un évènement culturel d’ampleur départemental, plusieurs outils de promotion du territoire [tourisme, culture, patrimoine].

Ces actions pourront également bénéficier d’initiatives et de « fonds » envisager à travers le programme « PROGRAMME D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES DANS LA REGION DE SAINT-LOUIS » rassemblant également les collectivités du Nord Pas-de-Calais.

Ces actions s’inscrivent dans un cadre élargi de définition d’une stratégie interrégionale dans ces domaines auxquels le Département du Nord et ses partenaires sénégalais entendent participer.

Objectif du partenariat
L’objectif global du programme est de contribuer au développement régional de la zone vallée du Fleuve Sénégal sur le plan institutionnel mais aussi économique via la promotion du tourisme et du patrimoine et de la culture.


Il s’agit le long de la vallée de consolider les potentiels de points focaux : La ville de Saint-Louis, Dagana et Matam pour impulser un développement le long de la vallée. Ces points focaux renforcés à travers la coopération menée la Ville de Lille/ Lille Métropole Communauté Urbaine/ le Département du Nord vont permettre de nourrir la dynamique régionale des cellules de coordination.

A travers l’accompagnement des collectivités du Nord-Pas de Calais et des acteurs mobilisés, le présent programme à pour ambition de renforcer l’émergence d’une politique interrégionale de développement économique s’appuyant sur les potentiels culturels et patrimoniaux de la Région du Fleuve, c’est-à-dire :
- favoriser une meilleure prise en main des questions du patrimoine et du tourisme par les collectivités locales de Matam et Saint-Louis
- favoriser une appropriation par les acteurs de la filière tourisme des produits mis en place dans le cadre de ce programme

Ces objectifs généraux s’articulent autour de trois volets :
Volet 1 : L’accompagnement institutionnel des régions partenaires par l’appui à la formulation et la mise en œuvre d’une politique de développement économique axée sur le tourisme et la valorisation du patrimoine

Volet 2 : Le soutien à des actions de repérage, d’identification et de valorisation des patrimoines, mis en œuvre par des acteurs du territoire

Volet 3 La promotion du tourisme dans la Vallée du Fleuve Sénégal, d’une part par le renforcement des actions déjà menées en région de Saint-Louis et par la structuration en région de Matam d’un Syndicat d’Initiatives et d’une offre touristique respectueuse des cultures et savoir faire locaux.

En terme méthodologique, la stratégie d’action s’appuie sur les éléments suivants :
- Repérage, identification des patrimoines des régions de Saint-Louis et de Matam
- Renforcement des structures pilotes comme le bureau du patrimoine ou le syndicat d’initiative à Saint-Louis
- Définition et mise en œuvre des projets pédagogiques structurant les territoires
- Réalisation d’outils au service des professionnels du tourisme et de la culture
- Accompagnement de projets concrets portés par des acteurs de la Vallée du Fleuve contribuant à la valorisation des patrimoines

Gouvernance du programme
Sur le plan politique, un portage de ce programme sera réalisé. Lors des comités mixtes, des rencontres politiques seront organisées pour présenter aux élus un bilan des actions menées. Le programme est conçu dans un continuum. La porte d’entrée de la Vallée est Saint-Louis, avec des points focaux à Dagana et Matam et Kayes et des sites valorisés tout au long de la route.
La dynamique inter régionale pourra se construire à travers le soutien aux acteurs institutionnels de la vallée du Fleuve dans le cadre de la coopération décentralisée. (Ville de Saint-Louis, Département de Dagana).
Outre l’animation politique, un outil technique de concertation va être constitué. De même, une déclinaison régionale de ces outils sera crée (comités régionaux). Si l’animation est portée par les Conseils Régionaux, les principaux acteurs seront associés : Centres Culturels Régionaux, Service Régional du Tourisme, Syndicats d’Initiatives, Agences Régionales de Développement, acteurs culturels.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
RESUME
La ville de Lille, Lille Métropole Communauté Urbaine, la ville de Toulouse, le Département du Nord et la Région Nord-Pas de Calais portent ensemble une stratégie de développement de la vallée du Fleuve Sénégal à travers la valorisation de son patrimoine matériel, immatériel et du tourisme.

Lieu de rencontres et de métissages, la vallée du fleuve Sénégal est riche de cultures, de pratiques artisanales, de patrimoines bâtis et d’espaces naturels remarquables. L’île de Saint-Louis, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO) depuis 2000, en constitue la porte d’entrée : Première capitale de l’Afrique Occidentale Française, l’histoire de Saint-Louis est fortement liée avec celle de la colonisation. Considérée comme la vitrine de la France en Afrique, elle fut érigée commune de plein exercice et jouissait ainsi d’un statut particulier. En effet, l'île Saint-Louis présente un ensemble urbain, architectural, historique et culturel parmi le plus remarquables de l'Afrique de l'Ouest. C'est un des exemples bien conservé de villes coloniales, anciens comptoirs commerciaux développés à partir d'un fort comme à Gorée, Rufisque et Carabane au Sénégal et Grand-Bassam et Bingerville en Côte d'Ivoire. Ce site lagunaire et marécageux est choisi pour des raisons stratégiques en raison de sa proximité de la mer et de la facilité de défense.

Enfin, l’histoire de Saint-Louis est indissociablement liée à celle de l’aviation civile et de la première ligne commerciale reliant l’Afrique et l’Amérique du sud. C’est depuis Saint-Louis que Jean Mermoz s’envola en 1930 avec son hydravion Latécoère pour atteindre pour la première fois Natal au Brésil. Le site fluvial de la langue de Barbarie d’où il s’envolait conserve encore aujourd’hui son ancienne appellation d’hydrobase.

Saint-Louis est également un des hauts lieux de la culture et de l’identité du Sénégal. La longue période coloniale avait fait émerger une société métissée et aisée dont la culture raffinée était réputée jusqu’en Europe et a largement contribué à créer une forte identité urbaine et culturelle de la Cité, toujours présente de nos jours.

L’inscription en 2000 de l’île de Saint-Louis au patrimoine mondial de l'humanité par l’UNESCO a démultiplié la notoriété internationale de la ville, la faisant accéder au rang des sites touristiques de niveau mondial. La présence dans le delta du parc naturel du Djoudj classé parmi les plus beaux sites ornithologiques du monde, la richesse de la culture séculaire et cosmopolite et de ses traditions de pêche, la qualité de ses sites balnéaires, la proximité du désert et les nouvelles possibilités de croisières offertes sur un fleuve mythique, complètent les nombreux attraits d’un territoire qui possède de nombreux atouts pour devenir une destination touristique de premier rang, bénéficiant de surcroit d’un aéroport accessible.

Mais l’'état de son patrimoine bâti est alarmant : 10 à 20% des constructions menacées de ruine et plus de 30% nécessitent de grosses réparations... Les rares restaurations effectuées ne respectent pas les détails de façades : encadrements moulurés des baies, balcons en bois ou en ferronnerie surmontés d'auvent couvert en tuile, coloration des enduits...


Aujourd’hui, Saint-Louis et la région du Fleuve ont hérité d’un patrimoine unique : des zones agricoles inondables du Walo aux zones d’élevage plutôt sèches du Diéri, se succèdent villages peuls, wolof et même maures dans leurs spécificités architecturales et culturelles. Dans la zone Toucouleur (Podor, Matam), les mosquées omariennes, construites en argile dans le style soudanais, remontent au 18ème siècle. Tout au long du fleuve, on découvre d’anciens forts et comptoirs de traite sur les quais de Dagana, Podor, et Matam. Bien qu’ayant un patrimoine très riche, Saint-Louis, de même que d’autres villes de la vallée du fleuve possède un bien très fragile.

De premières actions ont été entreprises, notamment dans le cadre de la coopération régionale Nord-Pas de Calais, pour favoriser l’émergence d’une approche patrimoniale de la « Vallée du Fleuve Sénégal » et la structuration de dynamiques locales. Progressivement, dans la continuité du travail conduit en région de Saint-Louis, les régions partenaires de Matam et Kayes (Mali) ont commencé à s’intéresser à la valorisation des patrimoines, en témoignent les rencontres du Fleuve organisées en mars 2006 par le Syndicat d’initiatives de Saint-Louis, puis celles de 2008 organisées à Kayes avec le soutien de la Région Nord-Pas de Calais. Celles-ci réunissaient des partenaires maliens, mauritaniens et sénégalais autour de la problématique du développement touristique dans la vallée du fleuve. De façon symbolique, mais aussi économique, la remise en état et le fonctionnement du bateau le Bou El Mogad (qui permet une croisière le long du Fleuve entre Saint-Louis et Podor) a donné une impulsion nouvelle aux acteurs de la filière touristique.

Conseil Régional Nord-Pas de Calais
En 2008, le Conseil régional Nord-Pas de Calais, déjà engagé avec les régions de Saint-Louis et de Kayes (Mali), a formalisé une coopération avec la région de Matam. Il existe donc aujourd’hui un continuum territorial avec trois régions qui partagent en commun la Vallée du Fleuve Sénégal, permettant d’appréhender une coopération plus transversale, tout en fédérant les programmes culturels et de valorisation du patrimoine développés par la Ville de Lille, la communauté urbaine de Lille et le Département du Nord.

L’enjeu principal du présent programme réside donc dans l’impulsion et le renforcement d’une dynamique interrégionale, s’appuyant sur des problématiques communes partagées par plusieurs collectivités de la région Nord pas de Calais et de leurs partenaires au Sénégal.

Partant des acquis menées les dernières années (mise en place de coopérations culturelles, partenariats d’acteurs), et en réponse aux préoccupations exprimées par les collectivités sénégalaises , le patrimoine s’est confirmé comme une clé d’entrée fédératrice entre collectivités du Nord et du Sud pour développer une dynamique interrégionale, qui pourra, à terme, s’ouvrir à d’autres préoccupations partagées par les régions de Saint Louis et de Matam, telles que l’accès à l’eau ou la lutte contre les changements climatiques.

Trois volets interdépendants constituent la stratégie développée dans ce programme inter-collectivités :
1. L’accompagnement institutionnel des régions partenaires par l’appui à la formulation et la mise en œuvre d’une politique de développement économique axée sur le tourisme et la valorisation du patrimoine
2. Le soutien à des actions de repérage, d’identification et de valorisation des patrimoines, mis en œuvre par des acteurs du territoire
3. La promotion du tourisme dans la Vallée du Fleuve Sénégal, d’une part par le renforcement des actions déjà menées en région de Saint-Louis et par la structuration en région de Matam d’un Syndicat d’Initiatives et d’une offre touristique respectueuse des cultures et savoir faire locaux.

Dans sa conception et son pilotage, le programme entend promouvoir une approche territoriale intégrée, tant au Nord qu’au Sud, veillant :
- Au Sénégal, à une bonne implication des collectivités locales (communes, communautés rurales) et des acteurs des territoires (services techniques régionaux, chambres des métiers, centres de formation, associations) au travers du cadre de concertation interrégional et des comités régionaux qui se mettent en place. Il s’agira de veiller à une bonne articulation avec les autres niveaux de concertation tels que le cadre départemental de la culture (appuyé par le Conseil Général du Nord) et les programmes en cours qui pourraient renforcer l’ancrage territorial de la démarche (Plan Régional de Développement Intégré, Programme d’Appui à la Gestion Urbaine, autres intervenants de la coopération décentralisée…)
- En France, à une bonne synergie d’information et d’action avec les autres régions françaises engagées à Saint-Louis et/ou Matam : il s’agit en particulier de la Région Rhône Alpes qui a mis en place récemment une Maison du Fleuve, et la Région Midi Pyrénées qui a soutenu des actions dans le secteur du patrimoine et du tourisme. Cette concertation est menée dans le cadre des rencontres inter régionales.
- En région Nord-Pas de Calais, l’articulation étroite avec la Ville de Lille et LMCU qui développent des actions liées au patrimoine et à la culture dans la Commune de Saint-Louis, ainsi qu’avec le Conseil général du Nord engagé sur des actions culturelles dans le département de Dagana. A noter également la participation de la Ville de Toulouse au programme, qui mènera également des actions complémentaires sur le volet culture, en concertation avec les collectivités du Nord-Pas de Calais impliquée dans le partenariat.
L’implication et la mise en relation d’acteurs du patrimoine et du tourisme de la région Nord-Pas de Calais, en particulier via la mobilisation des autres directions du Conseil régional Nord-Pas de Calais (Direction de la Culture).
Le présent programme est centré sur les communes régions sénégalaises de la vallée du fleuve, mais cette initiative engage une réflexion sur les liens à tisser en matière de développement touristique transfrontalier avec la Région de Kayes.


- Région NPDC: VOLET Appui à la formulation d’une politique de développement économique basée sur le développement touristique et la valorisation du patrimoineAppui à la mise en place d’un cadre de concertation interrégionale ( A1)
Objectif de l’action : Favoriser la concertation interrégionale, la mutualisation des projets et des moyens des collectivités et acteurs locaux de la vallée du fleuve Sénégal autour de programmes communs de développement
- Renforcer les compétences des collectivités partenaires en matière de conduite de politiques de valorisation du patrimoine et de promotion du tourisme ;
- Favoriser le dialogue entre la société civile, les autorités locales et les services de l’Etat ;

Description sommaire : La Région de Matam, a organisé le 7 janvier 2010 une rencontre inter régionale sur le thème de la valorisation du patrimoine dans la Vallée du Fleuve Sénégal, rencontre à laquelle ont participé les Régions de Saint-Louis, Matam, Kayes, Tambacounda. Les présidents des Régions ont validé l’adhésion à ce cadre de concertation politique inter régionale. La Région de Matam est positionnée en chef de file de ce programme.
Les 4 Régions concernées sont situées au sud du fleuve Sénégal et partage un patrimoine diversifié commun et des potentiels de développement touristique. Il est envisagé au cours de l’action d’élargir le cadre de concertation aux collectivités mauritanienne situées de l’autre côté de la rive du Fleuve.
Il a été validé également la constitution d’un comité technique inter régional et des déclinaisons de ce comité dans chacune des 4 Régions concernées vont être mis en place.
Ces cadres de concertation réunissent à la fois les conseils régionaux, les ARD – Agences Régionales de Développement mais aussi des représentants des services de l’Etat (centre culturel Régionaux et service régional du tourisme) et des acteurs de la société civile (FNOTSIS - Fédération Nationale des Syndicats d’Initiatives du Sénégal, les syndicats d’initiative, des associations locales dans les secteurs de la culture, du tourisme et du patrimoine). Les partenaires de la coopération décentralisée, ainsi que les ONG intervenant dans ce secteur sont également associés. L’implication de l’OMVS – Organisation de Mise en Valeur de la Vallée du Fleuve Sénégal – est souhaitée par les présidents.
Le Conseil Général du Nord va participer à la dynamique inter régionale en soutenant financièrement l’organisation des collectivités.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Commune de Saint-Louis
Maître(s) d'ouvrage
Conseil régional du Nord-Pas de Calais
Bénéficiaire(s)
L’ensemble du programme vise avant tout à contribuer au développement régional de la zone vallée du Fleuve Sénégal à la fois sur le plan institutionnel mais aussi économique via la promotion du tourisme et du patrimoine. Le volet 1 « Appui à la formulation d’une politique de développement économique basé sur le développement touristique et la valorisation du patrimoine» est centré sur le renforcement des compétences et l’optimisation de stratégies d’interventions des collectivités locales sénégalaise qui sont les premiers bénéficiaires. Les bénéficiaires secondaires de cette action sont les services techniques associés (Culture, Tourisme) et les acteurs clé du patrimoine et du tourisme de la région (Syndicats d’Initiatives, Fédération Nationale des Syndicats d’Initiatives du Sénégal). Les volets 2 et 3 sont consacrés à des actions de repérage et de valorisation du patrimoine mis à disposition des acteurs locaux du tourisme et des populations. Les éléments méthodologiques et les outils qui se dégageront de ce processus bénéficient à un réseau élargi à l’ensemble des structures et institutions impliquées dans une démarche de promotion du patrimoine de la Vallée du Fleuve. Enfin, elles visent l’ensemble des visiteurs potentiels (touristes nationaux et étrangers). Progressivement, il s’agira d’élargir les bénéficiaires et réseaux de bénéficiaires à travers la montée en puissante d’une politique interrégionale.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Conseil régional de Saint-Louis Sénégal Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Conseil régional de Saint-Louis M. NIANG abdoulaye

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Conseil régional de Hauts-de-France Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Ville de toulouse
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Commune de Dagana
Collectivité territoriale avant réforme
Conseil régional du Nord-Pas de Calais



Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 48875 0 1988
Conseil régional de Hauts-de-France 172500 0 1988
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 73333 1988
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 73333 1989
Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 73334 1990
Ville de toulouse, Commune de Dagana 333250 1988




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 2013