Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Chantier d'insertion Humaquitaine
Année de première signature de la convention
2004
Thématique d'intervention
Education, Social et Recherche
Sous-thématique d'intervention
Education, emploi, formation professionnelle
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2004
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
UN CONTEXTE  REGIONAL: Ce projet s’inscrit dans la politique régionale de mobilité dont l’objectif est d’augmenter le nombre de jeunes bénéficiant de parcours à l’étranger ; une mobilité à « vocation d’utilité sociale » pour les public de bas niveau de qualification

DANS QUEL CONTEXTE SÉNÉGALAIS LOCAL , SOCIAL, POLITIQUE, CULTUREL, ÉCONOMIQUE S’INSCRIT LE PROJET
Les activités économiques du département sont dominées par l'agriculture et l'élevage qui occupe plus de 80% de la population. Ce sont essentiellement des activités extensives. L'activité industrielle est quasi absente et l'artisanat est au ralenti. Le commerce connaît un certain dynamisme mais reste dominé par le secteur informel. Le tourisme est relativement développé dans le département et on note la présence de plusieurs structures à vocation touristique. Par contre, la pêche constitue la principale activité de l’économie communale avec une production annuelle comprise entre 4 000 et 5 000 tonnes.
Education :
L'enseignement préscolaire dans la commune de Foundiougne se fait au niveau de l'école maternelle publique et d'une garderie d'enfants. L'insuffisance d'infrastructures en matière de maternelle ne permet pas de répondre à l'ensemble des demandes. La proportion des filles est légèrement supérieure à celle des garçons.
Au niveau de l'enseignement élémentaire, la commune compte trois écoles publiques et une école privée. Le ratio est d’environ de 50 élèves par classe.
Chez les garçons, on note une population scolarisée supérieure à la population scolarisable du fait des flux migratoires. Une partie des enfants de Djilor, Niodior et d'ailleurs fréquente  les écoles de Foundiougne.
Enseignement moyen :
- Un collège d'enseignement moyen (CEM) : Diéne Coumba NDIAYE de 650 élèves dont 350 filles et 21 professeurs.
- Une école privée : Ya Salam
L'enseignement secondaire est dispensé au niveau du lycée El Hadji DIOUF qui compte 260 élèves dont une cinquantaine de filles et 22 professeurs. La majeure partie des élèves suit une formation littéraire au détriment de la série scientifique.
Au niveau enseignement technique, la commune abrite un centre d'enseignement technique féminin créé en 1982. Il compte deux salles physiques et cinq salles pédagogiques. Le personnel est composé d'une maîtresse en couture, une maîtresse sociale et une maîtresse en restauration.
Le taux d'alphabétisation tourne autour de 32,5% avec 31% chez les femmes et 34% chez les hommes.
Le secteur de l'éducation est confronté aux contraintes suivantes :
- Insuffisance des salles de classe,
- Vétusté des infrastructures,
- Problème d'hébergement et de restauration pour les élèves venant des villages environnants.

Comme dans tout pays en voie de développement, l’éducation représente un enjeu majeur. A Foundiougne, la ville, le corps enseignant et les parents d’élèves sont conscients de cet enjeu crucial pour l’avenir de leurs enfants et du pays. Le lycée de Foundiougne possède des résultats supérieurs à la moyenne nationale du Sénégal. Malheureusement, le nombre d’élèves est trop faible, à la fois pour des raisons financières, mais également parce que le parcours pour arriver jusqu’aux études secondaires est difficile. Les conditions de scolarisation sont dures, locaux vétustes, équipements pédagogiques réduits, surpopulation des classes.
Cependant des efforts ont été accomplis ces dernières années (augmentation du nombre d’élèves en primaire, augmentation du nombre des filles scolarisées) qui encouragent la mis en place d’un tel projet.

Jeunesse et sports :
Les infrastructures sportives sont : 1 stade municipal, 1 arène municipale, 3 plateaux multifonctionnels et 2 terrains vagues. Le stade, situé dans une zone inondable, est peu utilisé. Plusieurs disciplines sportives sont pratiquées dans la commune. Au niveau du football, il existe une équipe municipale (27 licenciés), 4 écoles de sport (100 licenciés) et 6 ASC (180 licenciés)
Le basket est pratiqué par 22 garçons et 14 filles. La lutte concerne 10 seniors et 15 cadets tandis que l'athlétisme compte 32 pratiquants au niveau scolaire. Le karaté compte 34 pratiquants.
Le financement des activités sportives provient essentiellement de la subvention municipale qui tourne autour de 275 000 FCFA annuellement.
Des associations complètent les activités sportives. Mouvements de jeunesse et associations sont organisés en Conseil Communal de la Jeunesse.
Le principal handicap est l'état de délabrement de certaines infrastructures sportives et socio-éducatives.

Culture et loisirs :
Les infrastructures comprennent principalement une salle des fêtes et un mini théâtre de verdure au Centre Départemental de l'Education Populaire et Sportive (CDEPS). Celui-ci et la mairie abritent chacun une bibliothèque.
Il existe une discothèque et divers lieux de loisirs au niveau des campements touristiques. Cependant il n'existe pas de salle de cinéma. Les activités culturelles de la commune comprennent essentiellement l'organisation de journées culturelles, de séances de lutte traditionnelle, de théâtre, de conférences, de séances d'animation avec les troupes folkloriques etc... Ces activités ont comme acteurs les ASC, les Amicales, les troupes folkloriques. Ces structures sont regroupées au sein de l'union départementale du théâtre populaire et de la musique (UDTPM).
Les principaux handicaps du secteur culturel sont :
- L'absence de Centre Culturel,
- L'état de la salle des fêtes,
- Le sous-équipement des acteurs.
Historique
Historique
Ce projet est né de la volonté de la ville de Martignas sur Jalle de créer des liens de coopération avec la ville de Foundiougne. Ainsi, suite à plusieurs missions de reconnaissance au Sénégal et à la venue de délégations de la ville de Foundiougne à Martignas sur Jalle, un protocole de coopération décentralisée a été signé en février 2004. Ce protocole de coopération décentralisée met en avant les axes de partenariats communs à savoir : la santé, l’environnement, l’éducation et la formation.

Par la suite, en janvier 2005, les associations « BATIK-Martignas » et « BATIK-Foundiougne » naissaient sur les deux territoires respectifs en vue de créer des liens entre les populations des deux villes et de réaliser des actions communes de développement et de solidarité internationale. A ce jour, plusieurs actions ont déjà été réalisées entre les différents partenaires telles que l’équipement en matériel informatique, fourniture scolaire d’un C.D.I., en matériel de santé en direction des hôpitaux et cliniques du territoire. De plus, en matière de développement économique, les partenaires ont travaillé ensemble à la mise en place d’une entreprise de fabrication de glace, permettant une meilleure conservation du poisson, issu de la pêche traditionnelle, première activité de la population locale.
Dans ce contexte, plusieurs missions de reconnaissance dont faisaient partie des représentants de la municipalité de Martignas et de l’association « BATIK-Martignas » ont permis de dégager une priorité dans le domaine de l’éducation et de la formation. 

Lors des différentes rencontres ayant eu lieu entre les partenaires à Foundiougne et à Martignas, des échanges ont lieu autour du système scolaire sur les territoires et de l’implication des jeunes dans la vie locale. Ainsi, suite à plusieurs visites du collège de Foundiougne, à la rencontre avec le principal du collège, à l’état des lieux des bâtiments effectués lors de la mission en novembre 2006 et à la volonté commune des partenaires d’impliquer les jeunes français et sénégalais dans une relation d’échange et de coopération, les partenaires se sont engagés concernant la rénovation des salles de classes et des sanitaires du collège de Foundiougne.
Outre l’aspect de l’échange interculturel entre les groupes de jeunes français et sénégalais, il s’agit également de promouvoir un aspect d’échanges et d’acquisition de compétences techniques concernant les métiers du bâtiment.

Pour l’éducation des enfants et des jeunes, la commune de Foundiougne dispose d’écoles des touts petits, d’écoles primaires, d’un collège public et d’un lycée.
Le collège qui reçoit 650 élèves est composé de neuf classes (de 50 élèves en moyenne), d’un bâtiment administratif et d’un bâtiment pour les professeurs.
Ce collège « DIENE COUMBAN’DIAYE » a été construit en 1969, les classes sont vétustes et pour certaines les structures métalliques sont prête à s’effondrer. Les sols sont constitués d’une chape de ciment dégradée, les murs intèrieur sont à refaire ainsi que les fenêtres métalliques. Il est également nécessaire de rénover les latrines qui sont hors d’usage. Les plaques de toit sont à réparer, constat établi lors du déplacement en novembre 2006, par un spécialiste du bâtiment. L’état de la ville de Foundiougne a été établi dans un document réalisé suite à un audit du Ministère de l’intèrieur du Sénégal en collaboration avec le ministère des affaires étrangères : le P.I.C (Plan d’Investissement Communal).

De ce constat et de ces différentes rencontres est né le premier chantier international jeune en juillet 2007, avec l’idée d’impliquer des jeunes volontaires dans la rénovation du collège, en cohérence avec la politique éducative locale (C.E.L.) dont un des objectifs porte sur la mobilisation des jeunes sur des questions citoyennes. Ce Chantier s’est déroulé sur une période de 20 jours et a permis la rénovation de quatre classes.

Dans la continuité du partenariat amorcé sur la rénovation des infra structures scolaires de Foundiougne et toujours dans la volonté d’impliquer des jeunes français et sénégalais dans une relation d’échanges et de coopération, le projet de chantier d’insertion d’octobre 2011 avec la rénovation de classes de l’école primaire est en cours de réalisation.
De façon plus globale, dans une perspective d’insertion en direction des publics jeunes éloignés de l’emploi, le projet de chantier de septembre 2011 sera adosser au programme expérimental « Humaquitaine » initié par la Conseil Régional. Lors de la rencontre du 11/10/2010 au C.C.A.S de Martignas, les partenaires susceptibles d’accompagner ce programme ont particulièrement été intéressés par le sens et le contenu de ce projet «  d’utilité sociale » permettant dans un contexte de mobilité, l’acquisition de compétences sociales et professionnelles et l’échange avec de jeunes africains autour de pratiques culturelles.

Enfin il convient de préciser que la ville de Martignas-sur-Jalle et certaines de ses associations sont depuis des années en étroite collaboration avec la population de Foundiougne et ses représentants, ce qui est un atout majeur pour l’accueil des jeunes stagiaires et la réalisation de ce chantier qui devrait s’échelonner sur une période de cinq semaines.
Objectif du partenariat
rénover l'école primaire de « TASFIR BIRAM COUNEU THIAM »
: 3 classes, la salle des professeurs et les sanitaires


1) Soutenir l’implication des jeunes dans chaque étape du projet.
2) Favoriser la mobilité internationale comme un outil complémentaire à la formation
3) Sensibiliser les jeunes de Foundiougne et Martignas à un environnement professionnel et aux métier du bâtiment et aux métiers de la communication (réalisation d’un film)
4) Permettre une application concrète de terrain aux jeunes en formation
5) Développer les échanges culturels entre les deux villes entre les jeunes français et sénégalais.
6) Inscrire cette activité dans une démarche de pérennisation de l’action.
Description détaillée du partenariat
La ville de Martignas-sur-Jalle a relevé le besoin d’encourager les jeunes à passer du statut de « consommateur » à celui d’acteur ; de son côté, Foundiougne a un réel besoin d’aide pour la rénovation de son école.
D’autre part, les deux villes souhaitent poursuivre et développer leurs échanges culturels, dans une perspective de fraternité et de développement durable.

- RENOVATION DE TROIS CLASSES, DE LA SALLE DES PROFESSEURS ET DES SANITAIRES DE L’ECOLE PRIMAIRE « TASFIR BIRAM COUNEU THIAM »
Objectif de l’action : Permettre l’acquisition de compétences personnelles et professionnelles complémentaires à la formation dans les métiers du bâtiments
Permettre les échanges entre les jeunes français et sénégalais
Donner la possibilité aux jeunes sénégalais d’étudier dans des conditions adaptées

Description sommaire : Rénovation des classes et mise en état de l’école primaire sous forme de chantier formation
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
FOUDIONGNE
Maître(s) d'ouvrage
Martignas sur Jalle
Bénéficiaire(s)
10 jeunes de 18 à 25 ans peu ou pas qualifiés issus de Mission Locale participant aux projets, - Les bénéficiaires directs du projet relatif à la rénovation des salles de classes de l’école sont les jeunes scolarisés fréquentant l’école primaires, En outre, les autres bénéficiaires directs du projet sont représentés par les 10 jeunes apprentis sénégalais qui auront l’occasion dans le cadre du chantier de mettre en pratique et d’acquérir de nouvelles compétences en bâtiment.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
FOUNDIOUGNE Sénégal Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
FOUNDIOUGNE diame BABACAR

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Martignas sur Jalle Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Conseil régional aquitaine, conseil général aquitaine
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
FOUDIONGNE


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 29333 0 2004
Martignas sur Jalle 14460 0 2004
Conseil régional aquitaine, conseil général aquita 20500 2004




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013