Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
RENFORCEMENT DES CAPACITES DE MAITRISE D’OUVRAGE DE LA VILLE DE TENKODOGO EN MATIERE DE GOUVERNANCE DE L’EAU POTABLE ET DE L’ASSAINISSEMENT
Année de première signature de la convention
2009
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Appui institutionnel

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2009
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
15/09/2015
Contexte
Le nouveau contexte de la décentralisation au Burkina Faso (communalisation intégrale) a octroyé de nouvelles compétences aux communes, mais avec une absence de transferts équivalents des moyens humains et financiers. La ville de Tenkodogo est devenue « commune intégrale » et a intégré dans ses limites communales 83 villages, atteignant près de 130 000 habitants. Les problèmes de gestion de la ville sont multipliés, avec la nécessité pour la municipalité de trouver des solutions ou des outils pour améliorer les conditions de vie de la population.
Depuis 2006, la commune de Tenkodogo avec l’appui de Chinon et d’Etaules travaille sur la la mise en œuvre de son plan de développement communal, défini en 2006 et sur le renforcement de ses services.
En 2008, le travail réalisé par l’ONG Water Aid, à la demande de la municipalité de Tenkodogo dans le cadre de la mise en place du plan de développement communal sur l’accès à l’eau potable et l’assainissement a fait apparaître un déficit d’installation dans les villages de Tenkodogo. La moitié des écoles de Tenkodogo ne possède pas de forages. Seules 4% des concessions sont équipées de latrines et le taux d’accès global atteint seulement 10%. La sensibilisation à l’hygiène quotidienne (mode de stockage de l’eau de boisson, lavage des mains) reste très faible, facteur de propagation des maladies. C’est sur la base de l’étude réalisée (diagnostic précis pour chaque secteur urbain et pour chaque village) par cette ONG que ce nouveau programme prend appui.
Historique
A/La coopération décentralisée Chinon -Tenkodogo

1/ Jumelage et programme de coopération décentralisée : le lancement d’un premier programme

Les Villes de Chinon et de Tenkodogo se sont jumelées en 1975.
Fortes des relations tissées durant ces années de jumelage et sur demande du Maire de Tenkodogo, les deux villes ont souhaité s’engager dans un partenariat plus fort à travers la mise en place d’une coopération décentralisée. Une convention de coopération a donc été signée le 27 novembre 2006.

Un premier programme, d’une durée de dix-huit mois, visant à renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage de la Commune de Tenkodogo, en lien avec notamment la mise en application de la dernière loi de décentralisation (2004), s’est mis en place. Ce programme avait pour objectif principal d’aider la municipalité de Tenkodogo à trouver des solutions pour améliorer les conditions de vie de la population avec la meilleure efficacité économique et sociale.
D’un montant total de 128 000 euros, il a été cofinancé par le MAEE, les villes de Chinon et Tenkodogo, la Région Centre et des partenaires privés chinonais (grande distribution).

Ce programme comprenait trois volets :
- Le renforcement de la direction des services techniques et de l’urbanisme avec l’embauche d’un chef de projet burkinabé, futur directeur des services techniques, intégré à la fin du programme comme personnel municipal.
- La formation des élus (alphabétisation de 128 élus) et des agents municipaux pour consolider les services techniques de la collectivité (formation sur la planification des tâches, sur l’état civil, les droits et devoirs d’un fonctionnaire…),
- La création de deux écoles, action pilote, support au renforcement de la maîtrise d’ouvrage et permettant de rendre visible l’action auprès de la population.


La convention de coopération décentralisée Chinon-Tenkodogo avait inscrit officiellement l’Agence de développement et d’urbanisme du Chinonais (ADUC), au cœur de ce dispositif de coopération en la positionnant comme assistante technique dans la mise en œuvre du partenariat, tirant ainsi partie de sa double expérience dans le montage et le suivi des projets des collectivités locales françaises et dans la coopération internationale.


- Le Plan Communal de Développement
En parallèle de cette démarche, et pour répondre localement aux grands axes stratégiques énoncés dans les Plans Programmes de Développement aux niveaux nationaux et régionaux, un Plan Programme de Développement Local (PPDL) avait été confié à un consortium de consultants locaux, financé par la coopération danoise.
Le plan programme de développement local (PPDL) de la Région de Tenkodogo couvre trois provinces, soit environ 300 000 habitants. Cadre de référence du développement économique, le PPDL est un document stratégique pour les vingt prochaines années.

Il a trois ambitions :
- Faire de Tenkodogo la zone de référence pour des cultures identifiées (riz, banane, cumin, tomate et oignon).
- Faire de Tenkodogo la zone de référence pour la pisciculture.
- Développer des activités économiques en lien avec ces productions pour faire de Tenkodogo une plateforme de transformation, d’échanges et de distribution.

Le PPDL se décline en cinq documents :
1.Le programme de développement de l’aménagement territorial.
2.Le programme d’investissements prioritaires (PIP)
3.Le programme d’entretien prioritaire (PEP), document à échéance 5 ans.
4.Le programme de management de la commune et des réformes.
5.Le programme de mobilisation des ressources de la commune.

En conclusion : l’objectif majeur du PPDL est de relancer l’économie locale, en s’appuyant notamment sur les acteurs privés, en identifiant les porteurs de projets.
Une deuxième étape a consisté à l’élaboration du plan communal de développement. Un budget de 8 millions de FCFA a été obtenu par la Ville de Tenkodogo à cette fin. La réalisation de ce Plan a été confiée au même consortium de bureaux de consultants locaux, sur ses aspects développement économique et aménagement du territoire.

Cependant, la Ville de Tenkodogo a souhaité que la Ville de Chinon et l’ADUC soient associées, en parallèle du programme de coopération décentralisée expliqué plus haut, à cette démarche de réflexion stratégique. La Ville de Tenkodogo a demandé notamment une assistance technique sur le volet de la planification urbaine et de l’urbanisme, pour établir un plan stratégique sur les grands enjeux de développement urbain, afin de lui permettre de programmer les investissements futurs et d’envisager de nouveaux partenariats avec l’ensemble des bailleurs de fonds.


Dans le cadre de la démarche d’élaboration du Plan de Développement Communal, la Ville et l’ADUC sont venus compléter l’équipe constituée du bureau d’étude et de l’équipe municipale, notamment :
- par la mise à disposition d’un stagiaire, de niveau bac+ 5 en aménagement du territoire et urbanisme de l'École polytechnique de l’université de Tours, pour une durée de cinq mois en 2007
- et par la réalisation de missions techniques d’appui de l’ADUC aux élus de Tenkodogo parallèlement à la coordination et au suivi de l’étude.

Le travail du stagiaire en lien avec le chef de projet et l’agent des domaines a été orienté sur la réalisation d’un premier travail sur l’adressage.

L’adressage est un outil de base indispensable pour la gestion du territoire urbain, notamment en permettant aux autorités locales de connaître leurs territoires et leurs populations, de maîtriser et de prévoir les investissements publics des infrastructures, des équipements et des réseaux. Par ailleurs, il permet d’améliorer les ressources financières de la ville en facilitant le recouvrement des taxes et impôts et d’ajuster au mieux le budget municipal.

Ce premier travail sur l’adressage a été mené au sein de la DSTM avec l’appui d’un stagiaire, M Pierre Bieuzen et de M. Lalhou El Outtassi, architecte, spécialiste de l’adressage et conseiller technique auprès de l’Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF).
Dans le contexte du stage, l’étude effectuée a permis de définir la méthodologie de mise en œuvre, de réaliser une carte actualisée des zones potentiellement concernées par un futur adressage (les 6 secteurs lotis de Tenkodogo), de créer au sein de la DSTM, une cellule ad hoc pour l’adressage, et d’identifier précisément les étapes, le budget et le calendrier de l’opération.

Ce travail préalable, non prévu à l’origine du premier programme, a permis la définition du contenu du deuxième programme.



2/ Coopération Chinon – Tenkodogo : le lancement d’un deuxième programme (appel à projet 2008)

Le deuxième programme de coopération décentralisée Chinon – Tenkodogo, d’un montant de 88 814 euros a porté sur l’appui à la mobilisation des ressources en s’articulant autour de deux axes :

a - L’appui à la mobilisation des ressources existantes par l’outil adressage
L’ensemble des rues et des maisons des six secteurs urbains de la ville possèdent aujourd’hui un numéro (environ 6000 maisons adressées). Elle rejoint en cela la capitale Ouagadougou et les principales villes du pays Bobodoulasso, Kaya… La population a bien accueilli l’opération d’adressage et la satisfaction se fait ressentir avec des habitants qui viennent d’eux-mêmes signaler à la cellule adressage que leur maison nouvellement construite n’a pas encore reçu de numéro.
La cellule adressage, crée au sein de la DSTM, a été maintenue et dispose désormais d’un personnel, fonctionnaire permanent de la DSTM, bien formé et bien outillé pour poursuivre le travail engagé. La continuité dans l’action est donc assurée. De même, il reste suffisamment de matériel (peinture, pochoir, pinceaux…) à la DSTM pour permettre aux équipes de poursuivre dans le futur, l’actualisation au fur et à mesure de l’adressage.
Enfin, la municipalité inscrit, depuis, dans son budget annuel, le financement d’une nouvelle campagne d’adressage de deux fois un mois pour permettre son actualisation.

Cette opération a permis de démarrer un partenariat efficace entre la Direction des services techniques de Ouagadougou et celle de Tenkodogo, permettant de développer des échanges concrets entre deux municipalités du Burkina et un transfert de compétence au sein d’institution d’un même pays, sous la houlette de l’AMBF.

Des techniciens (notamment le directeur des services de Ouagadougou) se sont déplacés, à Tenkodogo, pour assurer sur place une part de la formation et des techniciens de Tenkodogo se sont rendus tout au long du programme, selon les besoins, en formation au sein des services de Ouagadougou. Ce partenariat se poursuit encore aujourd’hui et devrait s’amplifier dans le futur sur d’autres thématiques.
L’adressage aura également été l’occasion d’une mise en réseau des partenaires permettant une meilleure efficacité dans l’action et une mutualisation des moyens. Ainsi, au-delà des fonds mobilisés par le programme de coopération décentralisée, deux enveloppes supplémentaires sont venues s’agréger :

- Une enveloppe de 9.5 millions de francs CFA de l ’AMBF au travers du projet FSP PADC mis en œuvre par le SCAC de l’Ambassade de France à Ouagadougou qui a permis de prendre en charge des dépenses de matériel (photocopieuse, plaques et poteaux supplémentaires, dépenses de communications…)non prises en compte par le programme de coopération décentralisée.
- Une enveloppe de 3 900 000 FCFA au travers du projet Pôles Régionaux de développement (PRD), conduit par l’AMBF, pour la prise en charge des activités de la commission toponymie.
Sur le plan technique, cette mise en réseau, s’est également concrétiseé par l’appui constant du conseiller technique de l’AMBF, poste financé par le MAEE. M Lalhou el Outassi, puis par la suite M Jean-Michel Bretel, son successeur, ont soutenu et appuyé l’équipe pendant toute la durée de l’opération.



b - L’appui au développement économique, source de ressources futures avec la création d’une plateforme d’initiative.

Conjointement à cette démarche, la ville de Chinon a mobilisé la plateforme d’initiative locale du chinonais, Touraine Chinonais Initiatives, pour apporter un soutien à la ville de Tenkodogo. En effet l’augmentation des ressources de la ville de Tenkodogo passe par deux volets :
- Une meilleure mobilisation des impôts et taxe (taxe de résidence, patente), l’adressage étant l’outil permettant d’améliorer le niveau de recouvrement.
- L’appui au développement économique, en favorisant la création et le développement d’entreprises localement.
Touraine Chinonais Initiatives, association loi 1901, adhérente du réseau France initiatives (FIR), est une association regroupant l’ensemble des partenaires économiques du Chinonais (chambres consulaires, collectivités locales, banques, entreprises) qui délivre des prêts d’honneur, sans garantie, à taux zéro, aux créateurs d’entreprises ou aux entreprises en développement, en complément d’un prêt bancaire. Ainsi depuis 17 ans, Touraine Chinonais Initiatives a permis la création de 430 entreprises dans le Chinonais avec un taux de remboursement de 93%.
Le réseau FIR regroupe 236 plateformes et a permis la création ou le développement de 12202 entreprises pour la seule année 2006. Premier réseau associatif pour la création d’entreprises en France, FIR, dans le cadre de son projet stratégique 2006-2013 souhaite développer le modèle plateforme à l’international. La démarche engagée à Tenkodogo est précurseur dans ce domaine.

Tenkodogo Initiatives a été créée en juillet 2009, elle est la première plateforme au Burkina Faso. Présidé par M Pierre Kima, elle a, à ce jour, soutenu près de 27 porteurs de projets en phase de création ou de développement avec un taux de remboursement de 90%. Le prêt moyen accordé est de 100 euros. En 2011, la plateforme avait pour objectif d’atteindre l’appui et le suivi de 30 projets par an.

Ce projet s’est inscrit également en complément d’un programme cofinancé par l’Ambassade de France et confié à l’ONG Ethnik. L’association Ethnik par le biais de son chef de projet, M Alain Lejeune, qui a été basé à Tenkodogo pendant deux ans, avait pour mission de travailler sur la création d’une zone artisanale et d’une pépinière d’entreprises à Tenkodogo. L’objectif fut donc de rechercher des complémentarités entre ces deux actions, afin de créer une dynamique économique sur le territoire de Tenkodogo.
Ainsi, un étudiant de l'École polytechnique de l’université de Tours, Département Aménagement, a travaillé pendant quatre mois à la définition d’une stratégie de développement économique pour le territoire de Tenkodogo. Ce stage a été co-encadré par M Alain Lejeune. Des séances de travail conjointes ont permis de valider et d’enrichir le travail mené.
L’étude comportait trois volets :
- Un diagnostic des entreprises artisanales de Tenkodogo avec la création de fiches métiers basés sur des entretiens approfondis auprès des groupements et des individuels et la cartographie de leur implantation dans la ville. Ce diagnostic mettra en évidence les potentialités et les faiblesses des entreprises locales, leurs besoins.
- Un état des lieux des acteurs intervenants dans le domaine et des politiques et programmes engagés pour appuyer le développement économique.
- La définition d’une stratégie de développement présentée sous forme de fiches actions mettant en évidence le souhaitable et le possible, le court terme et le long terme et les freins à lever.



Suite au départ d’Ethnik, la gestion de la pépinière a été confiée à la mairie de Tenkodogo qui y a affecté un agent. Tenkodogo Initiatives est hébergée dans les locaux de la pépinière et octroie des prêts d’honneur aux artisans formés par cette dernière.

B/ La coopération décentralisée Etaules – Tenkodogo

Les villes de Tenkodogo, et d’Etaules ont signé en 2004 une convention de coopération décentralisée. Ce partenariat se décline autour de quatre thèmes principaux :

a-Culture :
Création et animation d’un Festival de culture locale basé à Tenkodogo tous les deux ans. Trois éditions de ce Festival Nord Sud ont été réalisées en 2005, 2007 et en 2009. La prochaine édition de ce Festival aura lieu en du 14 au 20 janvier 2012.

b- Formation :
Chaque année depuis 2004, un élu et un fonctionnaire municipal de Tenkodogo sont accueillis à Etaules et dans les autres communes de la communauté d’agglomération Royan Atlantique pour un stage de formation de cinq semaines.
Pour l’année 2011, sont venus en formation M Gabin Soubeiga, Directeur de la DSTM et M Sibone Mathias, Conseiller municipal.

c- Sportif :
Des rencontres sportives sont annexées au Festival Nord Sud tous les deux ans et offrent la possibilité d’échanges humains et formateurs pour les ressortissants des deux villes concernées. Le prochain festival aura lieu du 15 au 20 janvier 2012.

d- Technique :
La commune d’Etaules s’est engagée depuis 2005 dans un partenariat technique avec la ville de Tenkodogo portant principalement sur l’amélioration de la collecte et la gestion des déchets ménagers et assimilés de la ville de Tenkodogo. Un broyeur a été mis à la disposition de la mairie de Tenkodogo et des deux associations de femmes en charge de la collecte et du tri des déchets.



C/ La coopération décentralisée Chinon – Etaules - Tenkodogo

1/ 2009 - 2011 : La mise en place d’un premier programme commun sur l’eau et l’assainissement

Dès 2008, suite à des rencontres favorisées initialement par le Maire de Tenkodogo, les trois communes ont décidé de travailler ensemble afin d’améliorer la cohérence et la puissance des actions menées.
Pour ce faire, un premier protocole d’accord a été signé en décembre 2008, suivi un an plus tard par la signature d’une convention de coopération décentralisée tripartite, jetant les bases de ce nouveau partenariat.
Ce partenariat s’est concrétisé par la mise en place d’un troisième programme d’appui institutionnel autour de l’accessibilité à l’eau potable et l’assainissement, qui a fait l’objet d’un financement en 2009 du MAEE.

Cette thématique a été retenue pour quatre raisons essentielles :
- Le plan de développement communal sur l’accès à l’eau potable et l’assainissement réalisé par l’ONG Water Aid en 2008 avait fait apparaître un déficit d’installation dans les villages de Tenkodogo.
- La coopération danoise finançait un programme sur cette thématique à Tenkodogo, pour une durée de deux ans sur les secteurs urbains. Il paraissait donc judicieux d’intervenir en synergie, en concentrant l’intervention sur les villages de Tenkodogo, dans une approche d’aménagement du territoire, afin de maintenir un équilibre ville/campagne.
- Au niveau mondial, l’accessibilité à l’eau potable et l’assainissement était considérée comme un enjeu prioritaire et identifié comme un des objectifs du millénaire.
- La création en France du dispositif « Loi Oudin » qui a donné aux collectivités locales françaises, au-delà de financements plus facilement mobilisables, une légitimé d’intervention.

Ce programme d’un montant de 145 548 euros, financé avec l’appui, au delà du MAEE, de la ville de Chinon, de la ville d’Etaules et les communes de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique, de la ville de Tenkodogo, de la Région Centre, de l’Agence de Bassin Loire Bretagne et de partenaires privés, s’achève.

Il aura permis :
- La création de six forages dans des villages de Tenkodogo
L’équipement de 8 écoles en latrines
- Le lancement d’une campagne de sensibilisation à l’hygiène dans les écoles et les villages concernés par les équipements
- Le renforcement de la direction des services techniques municipaux, notamment la cellule eau et assainissement par un programme de formation adapté, l’achat de matériel, et l’appui au recrutement d’un agent supplémentaire.
- Le renforcement de la formation des élus.



2/ 2012 – 2013 : La volonté de poursuivre cet effort commun

Durant le dernier semestre 2011, une évaluation technique et politique a été menée par les trois collectivités. De cette évaluation, sont ressortis les points suivants :

- L’importance pour la ville de Tenkodogo de poursuivre la coopération engagée avec ses partenaires français. Tous ont souligné, qu’au-delà des fonds mobilisés, essentiels quand on sait que le budget annuel d’investissement de la commune est de seulement 213 000 euros pour 130 000 habitants, l’appui institutionnel apporté par les deux communes partenaires ont été jugés très importants pour la municipalité et ses agents. Cet appui institutionnel va au-delà de la thématique du programme financé par les partenaires, et correspond à un appui global technique et politique, qui cherche également à fédérer l’ensemble des partenaires intervenants sur la commune de Tenkodogo.

- La municipalité de Tenkodogo, au vu de la programmation de son plan de développement communal sectoriel sur l’eau et l’assainissement, et des besoins non encore satisfaits des populations, souhaiterait poursuivre la coopération sur cette thématique. Ce nouveau programme serait à destination majoritairement des villages, largement sous-équipés, en particulier pour les questions d’assainissement (seulement 4% des ménages des villages disposent de latrines) et d’accessibilité à l’eau potable, en particulier dans les écoles. Cette volonté est commune aux deux partenaires français qui souhaitent eux aussi, afin de renforcer la lisibilité de leurs actions auprès de leur propre population, poursuivre dans ce sens.

- La nécessité de renforcer le travail sur la sensibilisation à l’hygiène, en poursuivant la collaboration avec l’ONG Burkinabé Dakupa, reconnue pour son savoir faire et son implantation dans la région. L’objectif est, en lien avec la création de forages dans les écoles, de cibler particulièrement les enfants.


De ce bilan, est né un quatrième programme, qui s’engagera sur 2012 et 2013, et qui fait l’objet de cette nouvelle demande.
Objectif du partenariat
Renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage de la ville de Tenkodogo afin de permettre à la ville de s’inscrire dans une politique de développement durable et d’améliorer les conditions de vie de sa population, notamment dans le domaine de l’accès à l’eau potable et l’assainissement.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2011
Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de coopération décentralisée Chinon (37) - Etaules (17) et Tenkodogo (Burkina Faso). Quatrième étape d’une démarche démarrée en 2005, il a pour finalité de poursuivre et renforcer l’appui institutionnel à la municipalité de Tenkodogo et d’améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement des populations.

Il comprend :
La construction d’équipements (implantation de forages dans 9 écoles existantes, construction de 2 latrines scolaires, et de 313 latrines familiales dans six villages de Tenkodogo), favorisant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement. Les actions seront concentrées sur les villages de Tenkodogo
La mise en place de campagne de sensibilisation à l’hygiène quotidienne.
Le maintien d’un volet appui institutionnel auprès des élus et des agents municipaux avec la poursuite d’un plan de formation et la mise à disposition d’un volontaire auprès de la mairie de Tenkodogo.

Le montant total de ce projet s’élève à 239 500 euros.
L'action 1 recouvre les investissements, financés par les partenaires. L'appui du Ministère est sollicité sur les seules actions 2 et 3 du programme (formation et appui institutionnel).
- Accès à l’eau potable dans les écoles et à l’assainissement des villages de Tenkodogo
Objectif de l’action : - Améliorer le taux d’équipement d’accès à l’eau potable des écoles de Tenkodogo.
- Sensibiliser les élèves du primaire à l’hygiène quotidienne dès leur plus jeune âge et par leur intermédiaire leurs familles
- Améliorer le taux d’équipement d’accès à l’assainissement des villages de Tenkodogo.
Sensibiliser les familles à l’hygiène
- Former et créer une dynamique de projet au sein de la direction des services techniques municipaux.
- Améliorer la lisibilité de l’action municipale dans les villages où le pouvoir coutumier reste très présent. (1er mandat pour l’ensemble des conseillers municipaux dans les villages).
- Respecter un équilibre entre les actions menées en secteur urbain et en secteur rural enfin d’éviter des disparités trop grandes dans les modes et les conditions de vie
Description sommaire : NB: Ce volet d'action est pris en charge financièrement par les partenaires hors Ministère.

L’action n° 1 se décompose en deux volets :
- Un volet de mise à disposition de moyens supplémentaires pour la direction des services techniques municipaux, notamment des moyens de transport pour leur permettre de se déplacer dans les villages pour travailler avec les habitants, élaborer les projets par village ou par école et suivre les travaux.

- Un volet investissement avec la création de 9 forages dans les écoles, 2 latrines scolaires (latrines manquantes dans les écoles retenues) et la création de 313 latrines familiales VIP dans les villages. Ce nombre correspond à l’équipement de l’ensemble des concessions de six villages.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
TENKODOGO, DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES MUNICIPAUX
Maître(s) d'ouvrage
Chinon, VILLE D'ETAULES
Bénéficiaire(s)
Les élus et les agents municipaux de la ville de Tenkodogo, La direction des services techniques municipaux,La population de Tenkodogo

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Tenkodogo Burkina Faso Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Tenkodogo ZAKANE Alassane mairie_tenkodogo@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Chinon Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
VILLE D'ETAULES
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
TENKODOGO


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 165000 0 2009
Chinon 18000 6000 2009
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 32000 2009
VILLE D'ETAULES, TENKODOGO 24500 2009




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013