Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Dakar"

Correspondant coopération décentralisée
Julie CAMY
Courriel : julie.camy[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent PEREZ
Courriel : laurent.perez-vidal[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Développement des TIC et de l'E learning pour une éducation de qualité et des écoles ouvertes sur le Monde
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Technologies de l'information et de la communication
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Depuis le début des années 90, la politique éducative du Sénégal s’inscrit dans le cadre de rencontres internationales œuvrant à son développement.

Aussi, en réponse à la Déclaration Mondiale de l’Education pour Tous (EPT) lancé par l’UNESCO lors du Forum mondial sur l’éducation de 2000 à Dakar, le Sénégal a organisé différents colloques régionaux qui ont permis d’identifier « un plan d’action pour chacun des sous-secteurs de l’Education, dans une démarche sectorielle, compilée dans le Programme de Développement de l’Education et de la Formation (PDEF).

Ce programme est un cadre d’opérationnalisation pour la démocratisation de l’accès à l’Education de base, de l’amélioration de la qualité des enseignements et de l’efficience de la gestion du système ; traduction des objectifs de Dakar 2000 (EPT).

Initié en 2011, le programme tri-annuel d’équipement numérique des écoles de la Région de Matam s’inscrit comme une réponse au PDEF et aux engagements de la Communauté Internationale pour l’accès à l’éducation de qualité pour tous les enfants en âge d’aller à l’école.

Dans ce contexte, l’introduction des nouvelles technologies dans les écoles est un puissant levier pour le développement et un outil pour la lutte contre la pauvreté et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), tant en termes de pauvreté que d’éducation.
De plus, différents sommets mondiaux sur la société de l’information (SMSI - et plus particulièrement ceux des autorités locales organisés à Lyon et Bilbao en 2003 et 2005) et la Conférence de Lyon pour la Solidarité Numérique (2008) ont identifié les problématiques auxquelles des solutions doivent être apportées pour assurer le développement équitable d’une société de l’information et de la connaissance.

L’accès aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication et leur appropriation technique s’est imposé comme en étant les enjeux.
En 1998 le gouvernement sénégalais a mis en place un programme décennal de l’éducation et de la formation avec de nombreux partenaires.

L’évolution du secteur éducatif au Sénégal va de pair avec la décentralisation et l’émergence d’une société civile forte (stratégie du faire - faire).

Le Sénégal est un pays où la coopération décentralisée tient une place de plus en plus importante.
La tenue du sommet Africités qui a réuni de très nombreux élus locaux d’Afrique et leurs partenaires du monde entier en décembre 2012, le prouve et a aussi accentué cette dynamique.


Les politiques sectorielles de l’éducation et des technologies de l’information et de la Communication du Sénégal s’inscrivent dans le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP). Mis en place par le FMI et la Banque mondiale en 1999, il constitue un cadre de référence partagé en matière de politique économique et sociale qui a pour objectif l’atteinte des OMD en termes de réduction de la pauvreté.
Pour la période quinquennale 2011 – 2015, l’universalisation de la scolarisation à l’élémentaire constitue l’objectif principal et les TIC figurent au rang de priorités notamment pour accélérer le développement des télé - services.

L’éducation numérique constitue ainsi un levier pour atteindre les OMD en matière d’éducation.

La région de Matam s’inscrit dans ces orientations et tend à assurer le développement de son territoire et un accès équitable et de qualité aux services sociaux de base.
L’enseignement élémentaire au Sénégal s’adresse aux enfants de 6 à 12 ans.

Le cursus scolaire est sanctionné par le certificat de fin d’études élémentaires (CFEE), outil de sélection pour l’accès à l’enseignement moyen.

À l’échelle nationale, l’enseignement élémentaire public connaît une évolution régulière depuis 2006, mais insuffisante pour atteindre les objectifs fixés par les OMD pour 2015 soit 105%, le Taux Brut de Scolarisation (TBS) atteignant 92.5% en 2009.

Au niveau de la région de Matam, les dernières études (2009) permettent de disposer des statistiques suivantes :

- Pourcentage de scolarisation des garçons: 42.2% (2007 : 44.23%)
- Pourcentage de scolarisation des filles: 57.8% (2007 : 55.7%)
- Taux Brut de Scolarisation : 77.07% (2008 : 70.5%)
- Taux d’Achèvement : 38.09% (2007 : 29.79%)
- Taux de réussite au CFEE : 83.77%.(2008 : 78%)
Historique
La ville de Mantes-la-Jolie, 3e ville des Yvelines, située à l’ouest de l’Ile de France, compte 44000 habitants. Forte de ses richesses culturelles, résultat des flux migratoires de la deuxième moitié du XXe siècle, la ville a répondu présent aux sollicitations de la population migrante quant aux questions de développement local des territoires de migrations dont sont originaires ses ressortissants.

Largement représentée, la communauté sénégalaise, majoritairement Foutinké (originaire du Fouta, c’est-à-dire du bord du fleuve Sénégal), a interpellé la Mairie de Mantes-la-Jolie, son maire et l’ensemble des élus au sujet des projets qu’ils souhaitaient mettre en œuvre dans leur village d’origine.

En 2001, la ville de Mantes-la-Jolie s’est engagée dans un programme pour la petite enfance et a contractualisé son engagement par la signature en avril 2002, d’une convention de coopération avec la commune de Kanel, dans la région de Matam.

Cette convention s’est concrétisée par la construction d’une « Case des tous petits » pour la ville de Kanel, première CTP du Sénégal. Elle permet d’accueillir et de socialiser les jeunes enfants avant leur entrée en cycle scolaire.

Forte de cette expérience, la ville a renouvelé son engagement par la signature d’une convention de coopération décentralisée avec le Conseil Régional de Matam en mars 2007 lors d’une première visite des élus de Mantes-La-Jolie.

Les objectifs de la Convention de coopération étant :

- d’échanger dans le cadre de projets éducatifs, sociaux et sanitaires en direction de la petite enfance ;
- d’enrichir la vie culturelle, sociale, économique et urbaine ;
- de poursuivre et de développer des actions dans les secteurs du développement économique, de l’agriculture, de la formation, de l’artisanat, de la santé, de l’agriculture ou d’autres domaines identifiés par les deux partenaires.

À cette fin, Mantes-la-Jolie s’est engagée dans un programme pour l’éducation avec l’équipement en mobilier scolaire de classes de 11 écoles maternelles et élémentaires et d’une Case des tous Petits dans la région de Matam faisant ainsi suite à l’expression des besoins et des attentes villageoises.

En 2011, en s’inscrivant dans le projet Sankoré, les deux collectivités ont poursuivi leur programme de coopération pour l’éducation avec l’équipement de quatre écoles pilotes en tableaux numériques interactifs (TNI), associé à la formation des enseignants bénéficiaires.

Une mutualisation de l’action de formation pour une mise en réseau Sud-Sud des enseignants bénéficiaires a été opérée avec des enseignants du collège de N’Gogom, région de Diourbel, en partenariat avec la Ville de Malakoff et l’association GENAF (Une génération pour l’Afrique).

Les écoles de la Ville de Mantes-la-Jolie étant dotées de ce dispositif depuis 2007, des jumelages ont été mis en place entre les établissements des deux territoires.

En 2012, le projet TNI s’est intensifié, avec la tenue de trois nouvelles sessions de formation à Dakar et à Matam (avril, mai et décembre 2012), financées pour partie, par les crédits obtenus dans le cadre des appels à projet 2011 et 2012 de la DAECT.

Des émissions de Web-radio ont été produites par les enseignants et leurs élèves et mises ligne sur internet.

8 nouveaux kits TNI ont été envoyés en liaison avec les formations du programme 2012, ainsi que du matériel Web-radio.

Certains enseignants ont aujourd’hui un niveau confirmé dans l’utilisation des TNI, et peuvent donc participer à leur tour à la formation de leurs collègues.

De leur propre initiative des sessions d’échanges de données et de savoir-faire ont eu lieu dans la région de Matam entre les professeurs ayant participé à une ou plusieurs formations.

L’inscription dans le long terme de la coopération entre la Ville de Mantes-la-Jolie et le Conseil Régional de Matam a permis une amélioration permanente de la performance et de la cohérence des projets menés en commun. Les liens étroits formés entre les deux collectivités et leur souhait de continuer à coopérer ensemble assurent un suivi favorisant grandement la pérennité des projets.

Cette relation offre des capacités d’évaluation et d’analyse des besoins toujours plus élaborées, aboutissant à des projets innovants et adaptés aux populations bénéficiaires.
Objectif du partenariat
L’objectif final du projet est de renforcer l’appropriation technique des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) dans les écoles de la région de Matam pour l’amélioration des conditions et de la qualité des enseignements tout en ouvrant les écoles au Monde.

Pour atteindre cet objectif et en garantir la réussite, il s’agira tout d’abord de poursuivre la mobilisation des moyens humains initiée en 2011 et 2012. En effet, l'implication des enseignants dans le projet reste le garant de sa pérennité (volontariat, investissement en temps, engagement personnel, animation de la coopérative).

L’investissement et la motivation des huit premiers enseignants bénéficiaires permettent d’envisager leur mobilisation effective pour un transfert de compétences Sud-Sud.

Constitués en coopérative locale et étant fortement impliqués dans la réussite du projet, ils ont servi de référents aux nouveaux enseignants dont les écoles ont été équipées en 2012. En janvier 2013, tous les enseignants du projet se sont réunis de leur propre chef afin de mutualiser leurs savoir-faire et de parler de leurs difficultés.
Deux enseignants particulièrement motivés par le projet possédant les capacités requises prennent déjà en charge des formations sur les TNI. Ils travaillent avec l’Inspection académique (IA) et sont prêts à former les nouveaux enseignants intégrés au projet.

D’autre part, l’objectif de d’attribution en matériel reste soutenu, puisque quatre nouvelles écoles devraient être équipées par deux kits TNI chacune, et huit nouveaux kits Web-radio devraient être envoyés.
Description détaillée du partenariat
Depuis 2002, la Ville de Mantes-la-Jolie entretient des liens étroits avec le territoire d’origine de la majorité de ses ressortissants d’origine sénégalaise : la Région de Matam.

La signature d’une convention de coopération en 2007 a formalisé la relation entre les deux collectivités qui ont travaillé prioritairement sur la thématique de l’éducation.

L’accès à la scolarisation étant un enjeu majeur pour la construction des sociétés et des pays dont le développement dépend des jeunes générations, les deux collectivités ont réaffirmé leur engagement dans ce programme de coopération les 24 mars et 19 septembre 2011.

À l’heure du développement des technologies, les deux collectivités ont choisi de participer à la réduction de la fracture numérique par l’équipement des écoles de la Région de Matam, infrastructures pilotes pour la diffusion de l’utilisation de ces nouvelles pratiques et la formation des enseignants des écoles bénéficiaires.

Entre 2011 et 2012, 8 écoles de la région de Matam ont été équipées de tableaux numériques interactifs à raison de 2 kits par écoles.
Pour constituer une dynamique interne, chacune de ces écoles a désigné deux enseignants qui ont suivi au moins un stage de sensibilisation et de formation au dispositif « Sankoré » organisé par les villes de Mantes-la-Jolie et de Malakoff pour la partie française et la région de Matam et de Djourbel pour la partie sénégalaise.

Le programme Sankoré, « éducation numérique libre et gratuite pour tous », proposé par la Délégation Interministérielle à l’éducation numérique en Afrique (DIENA) vise à participer efficacement à l’atteinte de l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) relatif à l’éducation. Il s’agit à la fois d’un programme d’équipement en classes numériques, de formation des maîtres par le numérique et d’un logiciel d’édition et de création de ressources numériques éducatives libres et gratuites.

Ce nouveau dispositif éducatif permet :

- d’être une fenêtre ouverte sur le monde, donnant accès à des ressources pédagogiques illimitées, et permettant aux écoles de communiquer entre elles à l’échelle régionale et internationale (jumelage entre les écoles de Mantes la Jolie et de la Région de Matam),
- d’adapter en permanence les programmes éducatifs et la pédagogie des enseignements par une actualisation du contenu des leçons et une participation directe des élèves,
- d’accéder instantanément à des ressources, telles que des images, des animations 3D, des textes, etc.
- d’améliorer l’interactivité des cours et donc la concentration, l’implication et la participation des élèves.
- de pallier le manque éventuel de manuels scolaires (souvent en nombre insuffisant), et de placer le TNI en complément et en actualisation des livres.

Aussi, la Ville de Mantes-la-Jolie et la Région de Matam entendent poursuivre leur projet par l’équipement de 4 nouvelles écoles en TNI en 2013 et assurer aux enseignants bénéficiaires un cycle de formation, d’approfondissement ou d’initiation portant sur l’utilisation des dispositifs.

Dans le but d’approfondir et d’élargir la formation des enseignants aux NTIC en 2013 une plateforme « E-learning » sera créée et animée par des agents territoriaux de Mantes-la-Jolie. Outil de formation innovant pour les enseignants, déjà initiés ou sans bases informatiques préalables, il permet un apprentissage individuel à distance.
Quelques rencontres de formation présentielles compléteront le suivi en ligne et les évaluations à distance par les formateurs.

De plus, afin de renforcer la qualification des enseignants et l’implication des élèves, un système de Web-radio a été mis en place en 2012, dans les écoles de Matam équipées de tableaux interactifs numériques. Il permet aux écoles d’avoir un véritable outil de renforcement des savoirs, des compétences et d’échanges avec des classes jumelées au Sénégal et en France.

Ce dispositif sera renforcé et ouvert à de nouvelles écoles en 2013. Dans une optique d’ouverture au monde, elles seront mises en réseau par la Web-radio-blog. Deux formations portant sur le 2.0 et les techniques médias seront assurées, permettant aux enseignants d’acquérir les compétences nécessaires à la gestion et l’animation de pages web. Des kits de matériel-média seront fournis aux volontaires désireux d’intégrer de nouveaux contenus web à leurs séquences pédagogiques.

Ce projet s’inscrit dans la droite ligne des orientations fixées par le MAEE et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans leur programme Isi@Med (Initiative pour la Société de l’Information en Méditerranée) dont le domaine principal d’action vise au développement de projets communautaires par la mise en réseau via l'utilisation d'outils technologiques web et le recours aux réseaux sociaux.

- Formation des enseignants et du personnel académique à l’outil informatique : « Création d’une plate-forme d’enseignement E-learning » .
Objectif de l’action : Cette action a pour but de renforcer les compétences des enseignants et du personnel de l’Inspection académique de la région de Matam en matière d’utilisation de l’outil informatique appliquée à la pédagogie de l’enseignement élémentaire.

Il s’agit de parfaire les connaissances des enseignants participant déjà au programme « Sankoré » et de former les nouveaux à l’utilisation des TIC.

Le E-learning ouvre l’apprentissage de l’utilisation de l’outil informatique à tous les enseignants participant au programme quelles que soient leurs connaissances préalables.

Cette méthode offre la possibilité d’acquérir les compétences en informatique nécessaires à l’utilisation des TIC et plus particulièrement des TNI dans l’éducation.

Cette approche de démocratisation relève de la volonté de réduire les inégalités territoriales relatives à l’utilisation des TIC. En effet, les villages où les enseignants ont le moins de connaissances informatiques sont généralement les moins équipés et les plus exclus de l’accès aux TIC.

Description sommaire : La plate-forme E-learning prendra la forme d’un site Web sur lequel les enseignants pourront trouver des vidéos, des tutoriels et des documents téléchargeables afin de pouvoir travailler en ligne et hors-ligne.

La première étape du projet sera entièrement dédiée à la création de la plate-forme E-learning par les animateurs multimédias de Mantes-la-Jolie.

Cette plate-forme reprendra les 5 grands domaines du « Brevet informatique et internet » (B2i) français à savoir :

- Maîtriser un environnement informatique,
- Adopter une attitude citoyenne,
- Traiter et produire un document,
- S'informer,
- Communiquer.

Une fois la plate-forme créée, des formations seront dispensées par des animateurs multimédias aux enseignants afin qu’ils puissent comprendre et s’approprier l’utilisation de la plate-forme par la suite.

Cette étape est une condition nécessaire à la réussite du projet :

D’une part, elle permet aux enseignants profanes d’acquérir les bases élémentaires de l’informatique nécessaires à l’utilisation de la plate-forme.

D’autre part, elle permet de créer des modes de gestion et des échéances d’évaluations choisies conjointement entre les enseignants et les formateurs. À partir de ce socle minimum commun, la plate-forme E-learning propose un espace d’apprentissage et d’auto enseignement très libre pour les enseignants.

Le travail hors-ligne offre aux enseignants une grande flexibilité en termes d’espace et de temps d’apprentissage. Chacun peut progresser à son rythme aux différentes étapes prévues par la plate-forme.

Cette méthode a pour intérêt de diminuer des réunions coûteuses en temps et en argent pour les enseignants et au cours desquelles les disparités de savoirs informatiques ralentissent les progrès de chacun.

Toutefois des connexions à internet fréquentes restent nécessaires pour les enseignants afin de pouvoir communiquer avec les animateurs et leur envoyer leurs travaux.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Région de Matam
Maître(s) d'ouvrage
Mantes la Jolie
Bénéficiaire(s)
Les bénéficiaires directs du projet seront les enfants du primaire, âgés de 6 à 12 ans. Les bénéficiaires indirects seront les enseignants du Sud et du Nord, les écoliers du Nord (particulièrement de Mantes-la-Jolie), les agents du Conseil Régional de Matam, de l’Inspection académique et le personnel des organes de presse mobilisés ainsi que les populations locales des deux territoires. Elles pourront également bénéficier de l’ouverture culturelle que les contenus d’enseignement offriront à leurs enfants, et enfin les internautes qui pourront accéder au site de la Web - radio - blog.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Région de Matam Sénégal commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Région de Matam DRAME Abdoulaye abdoulayedrame54@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Mantes la Jolie commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Ville de Malakoff
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Région de Matam


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 6000 0 2007
Mantes la Jolie 32000 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 16000 2007
Ville de Malakoff, Région de Matam 10000 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013