Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Addis-Abeba"

Correspondant coopération décentralisée
Lucien BRUNEAU
Courriel : lucien.bruneau[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Patrick COHEN
Courriel : patrick.cohen[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Développement d'activités génératrices de revenus à Harar par la création de sites et d'activités dédiés à la promotion et à la fabrication de l'artisanat traditionnel Harari
Année de première signature de la convention
2013
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention
Tourisme

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2013
Le partenariat est
En sommeil
Date de fin du partenariat
Contexte
Deuxième pays le plus peuplé du continent africain (plus de 85 millions d’habitants), pays relativement stable dans la Corne de l’Afrique, l'Éthiopie a connu, ces dernières années, une croissance annuelle proche de 10%. Le plan quinquennal – Growth & transformation Plan (GTP) – du gouvernement éthiopien pour la période 2010- 2015 y est particulièrement volontariste.

Plus de 474 000 touristes ont visité l ’Éthiopie au cours des neuf premiers mois de 2012 (Source : Ministère de la Culture et du Tourisme éthiopien). Des activités réalisées par les différentes régions en vue de promouvoir les nombreux sites touristiques du pays et une forte présence aux multiples foires internationales du tourisme ont contribué à favoriser la croissance du nombre de visiteurs. Le nombre de touristes et les recettes obtenues au cours de cette période ont respectivement augmenté de 35% et 50% par rapport aux chiffres de l ’année précédente.

Ce développement s'explique par la présence dans ce pays de 9 sites culturels et naturels inscrits au patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO. Pour autant, si le tourisme connaît une véritable croissance, le nombre d'arrivées de touristes internationaux demeurent modestes au regard des potentialités touristiques du pays. La qualité médiocre des services touristiques et le sous-équipement hôtelier dans certaines parties du pays freinent encore le développement touristique. C'est le cas notamment à Harar qui présente par ailleurs l'inconvénient de ne pas être placée sur la « route touristique du Nord » où figurent trois sites majeurs, Axoum, Gondar et surtout Lalibela.

Harar est située à 500 km à l'est de la capitale Addis-Abeba. L'origine de la ville de Harar est antérieure au XIIIe siècle.Jusqu'à ce siècle, le développement de la ville s'est fait seulement à l'intérieur des remparts datant du XVIe siècle, où vit une population qui continue de s'accroître. Bien que la ville moderne se soit lentement développée extra-muros, Harar a, d'une façon générale, préservé une apparence harmonieuse La vieille ville de Harar est l'une des rares cités éthiopiennes qui se soient développées à partir des traditions architecturales islamiques et compte près de 100 mosquées. En même temps, elle conserve une combinaison très spécifique de différentes cultures éthiopiennes.

Par ailleurs, son importance commerciale au XIXe siècle, son renom de quatrième ville sainte de l'islam après La Mecque, Médine et Jérusalem, et son occupation successive par les Égyptiens, les Italiens et les Amharas, ont amené de fortes influences extérieures. La ville reflète ce riche passé par l'architecture de différentes époques : trois mosquées du Xe siècle, des murailles édifiées au XVIe siècle et des maisons traditionnelles dont certaines sont dues à des immigrés indiens arrivés XIXe siècle. C'est pour ces raisons que la ville a été classée au Patrimoine mondial par l’UNESCO en 2006.

Les récits de voyageurs de la fin du XIXe siècle laissent transparaitre deux images de Harar. Celle de ville des saints et celle de la ville du commerce que décrivent Burton et les autres témoins de la fin du XIXe siècle et notamment Arthur Rimbaud qui y a vécu environ 10 ans.

Aujourd’hui, Rimbaud est une des figures les plus porteuses de sens à Harar pour les étrangers, et les Harari ont bien saisi quel attrait elle pouvait représenter du point de vue touristique. La maison qu’habita Rimbaud lorsqu’il séjourna dans la ville n’existe plus. On lui a néanmoins attribué une autre demeure, magnifique maison indienne, entourée de dépendances, qui a fait l'objet d'une complète restauration en 2000.

Carrefour de civilisations et d’influences, la ville-état de Harar est un véritable creuset d’expressions culturelles et religieuses ou la tolérance prévaut. Musulmans, Chrétiens et Animistes vivent en harmonie, une harmonie qui mérite d’être encouragée et consolidée par un développement économique qui en garantira la pérennité ; le développement intelligent d’un tourisme équitable s’inscrit dans cette action prioritaire. 

En effet, le patrimoine et le tourisme sont aujourd’hui l’objet d’un traitement commun par les autorités d'Harar : la préservation et la valorisation du patrimoine sont envisagées pour servir le développement du tourisme. Cette approche trouve une traduction dans la volonté de l'État régional de « sanctuariser » la partie historique d'Harar, le Jugol, pour qu’il devienne une zone touristique. Plusieurs projets sont liés à la réhabilitation de sites patrimoniaux. Ils sont tous situés dans un périmètre très restreint et ont tous vocation à devenir des lieux touristiques (ancien tribunal de la Charia, musée du Chérif, ancienne maison Menen).

Dans cette perspective, la Maison Rimbaud, située dans le même périmètre et qui constitue le bâtiment le mieux restauré de tout le Jugol, n’est pas oubliée et fait l’objet d’une volonté de modernisation. Elle souffre néanmoins de l’absence de projets permettant de réellement la faire vivre en tant que lieu central du Jugol et de passage incontournable pour les touristes. La maison Rimbaud, a vocation à devenir un site de de référence répondant à trois vocations : culturelle, économique et sociale.

La construction prochaine d'un hôtel de luxe à Harar contribuera à pallier à une offre d'hébergements actuellement bien insuffisante en haute-saison et inadaptée aux nombreux atouts touristiques de la ville. Elle ne répond néanmoins pas à la demande de chambre d'hôtes, dans la vielle ville, inspirées de l'habitat traditionnel Harar dont les caractéristiques sont bien précises. Il n'existe actuellement que deux chambres d'hôtes de ce type, qui ne répondent pas complètement aux standards d'accueil. Raison pour laquelle les autorités de la région prévoient de soutenir la réalisation d'une dizaine d'autres.
Historique
Le projet s'inscrit dans le cadre de la coopération décentralisée entre la Ville de Charleville-Mézières et l'État régional de la nation des peuples Harari. Cet état est le plus petit des états qui constituent la République Fédérale d'Éthiopie. Il est composé de la ville de Harar et de 17 villages. Sa surface est de 343 km2. La population y serait d'environ 200 000 habitants, dont 120 000 vivent à Harar. Charleville-Mézières et Harar sont les deux seules villes au monde où des lieux spécifiques sont dédiés à la mémoire et à l'œuvre d'Arthur Rimbaud. Natif de Charleville, le poète a vécu presque dix ans à Harar, où seule la mort l'a empêché de retourner en 1891.

Charleville-Mézières et Harar entretiennent des relations plus ou moins formelles depuis 1971, concrétisées en 2004 par un protocole d'amitié, puis en 2006 et 2009 par la signature de conventions de coopération décentralisée portant sur l'insertion professionnelle et la formation civique des femmes, l'amélioration des conditions de santé publique et de sécurité civile, la culture, l'accès à l'eau et l'éducation.

Cette coopération a bénéficié d'un soutien pour la période 2008-2009, de la part du Ministère des Affaires étrangères, d'un montant de 60 000€ dans le cadre des projets menés dans les secteurs suivants : activités féminines génératrices de revenus, Maison Rimbaud, eau. Ces projets ont permis de soutenir l'activité de fabrication d'objets manufacturés d'une coopérative de femmes, l'organisation d'expositions au Musée Rimbaud de Charleville-Mézières et à la Maison Rimbaud d'Harar, l'alimentation progressive du fonds documentaire de la Maison Rimbaud et l'installation de plaques interactives du parcours Rimbaud à Harar, ainsi que la mise en œuvre d'un programme d'accès à l'eau dans des lieux périphériques d'Harar et la rénovation et l'extension des réseaux existants dans la vielle d'Harar.

Le projet de réalisation de chambres d'hôtes au sein de la Maison Rimbaud d'Harar et de création d'ateliers de fabrication d'artisanat traditionnel fait suite aux missions techniques réalisées en Éthiopie en juillet et novembre 2011 et mars 2012. Il fait l'objet d'une étude technique portant sur la réalisation des chambres d'hôtes par un bureau d'études éthiopien Muya Ethiopia PLC.

Une troisième convention de coopération décentralisée a été signée le 5 février 2013. Elle porte notamment sur le développement d'activités génératrices de revenus liées à l'artisanat traditionnel, à la culture, au patrimoine et au tourisme. L'avenant N°1 à cette convention, qui précise le programme d'actions de coopération pour l'année 2013, encadre la première phase de réalisation du projet.
Objectif du partenariat
L'objectif général du projet est la réduction de la pauvreté à Harar grâce aux emplois et revenus générés par la réalisation d'hébergements touristiques et la création d'ateliers de fabrication d'objets artisanaux.

Les objectifs spécifique du projets sont :
-La création d'activités génératrices de revenus et créatrices d'emploi
-Le développement de l'infrastructure touristique à Harar
-Le développement de l'artisanat d'art à Harar
-L'amélioration et la promotion des productions des artisans locaux
-La rentabilité de la production d'objets artisanaux
-La préservation et la valorisation du patrimoine culturel Harari
-L'amélioration et la diversification de l'offre touristique à Harar
-L'augmentation de la fréquentation touristique à Harar
-La promotion de la destination touristique de Harar
-La création d'un lieu et la mise en œuvre d'une démarche de référence pour la réalisations d'autres infrastructures touristiques et la création d'unités de production d'objets artisanaux
-L'autonomie des femmes
-L'ouverture au monde et sur un pays en devenir pour les habitants de Charleville-Mézières
-L'échange d'expériences et de connaissances entre Harar, classée au patrimoine de l'Unesco et Charleville-Mézières, candidate à la labellisation 'Ville d'Art et d'Histoire ».
Description détaillée du partenariat
Le projet fait l'objet d'une convention de coopération décentralisée triennale 2013-2015 entre l'Etat régional de la nation des peuples Harari et la Ville de Charleville-Mézières.
Le projet vise à la réalisation de chambres d'hôtes au sein de la Maison Rimbaud d'Harar et la création d'ateliers de fabrication d'artisanat traditionnel, générateurs de revenus pour les populations locales dans une démarche de tourisme durable.
La création de chambre d'hôtes à l'attention de touristes au sein de la Maison Rimbaud doit permettre de compléter l'offre inadaptée d'hébergements touristiques de la ville, classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO, et servir de vitrine pour des objets inspirés de l'artisanat traditionnel.
Le projet s'inscrit dans une stratégie de développement touristique de la vielle ville d'Harar mené par les autorités de l'Etat régional de la nation des peuples Harari et répond à leur souhait de moderniser et d'animer la Maison Rimbaud. Il répond aussi à leur volonté de préservation du patrimoine immatériel Harari. Il rejoint enfin le projet de création d'un pôle de référence national en matière d'artisanat à Harar.
Le projet fait émerger un style unique d'hébergement touristique, inspiré des caractéristiques de l'habitat traditionnel Harari et répondant aux standards internationaux d'accueil, et destiné à servir de modèle pour la création d'une dizaine d'autres chambres d'hôtes dans la vielle ville.
Il sert aussi à la conception d'une dizaine d'objets d'artisanat d'art, issus des techniques traditionnels mais spécifiquement adaptés pour répondre aux attentes de la vente aux touristes et à l'étranger et s'accompagne d'un plan de formation des personnes qui seront chargées de l'accueil des chambres d'hôtes, ainsi que de la fabrication des objets d'artisanat d'art. Il doit aider au renforcement des capacités des personnels de la Maison Rimbaud et du Bureau régional du tourisme qui supervisera la gestion de l'hébergement touristique nouvellement créé et la production des ateliers de fabrication des objets artisanaux.
- Réalisation de chambres d'hôtes au sein de la Maison Rimbaud d'Harar
Objectif de l’action : Améliorer l'offre d'hébergement touristique à Harar
Description sommaire : Des chambres d'hôtes sont réalisées dans l'une des dépendances de la Maison Rimbaud d'Harar, située au cœur de la ville. Elles permettent d'accueillir 2 à 4 personnes, essentiellement des touristes mais aussi des étudiants, chercheurs ou encore artistes en résidence.

La dépendance envisagée est dans un bon état général, la Maison Rimbaud ayant complétement été réhabilitée en 2000, mais complètement inadaptée à un usage de logement touristique.
La réalisation est effectuée pour répondre aux standards d'accueil et de confort touristiques et pour permettre aux futurs occupants de découvrir les caractéristiques de l'habitat traditionnel Harari.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Etat régional de la nation des peuples Harari
Maître(s) d'ouvrage
Charleville-Mézières
Bénéficiaire(s)
10 artisans d'Harar, 20 personnes formées à la fabrication des objets artisanaux, 30 personnes qui vendront les objets artisanaux, 5 femmes membres de l'association « Craft Women » qui opèrent au sein de la Maison Rimbaud et qui seront chargée de l'accueil et de l'entretien des chambres d'hôtes, 2 personnes de la Maison Rimbaud, 2 à 3 agents du Bureau régional du patrimoine, du tourisme et de la culture, propriétaires et gestionnaires d'autres chambres d'hôtes à venir, touristes nationaux et internationaux, population locale, public qui achètera les objets artisanaux exportés.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
État régional de La Nation des Peuples Harari Ethiopie Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
État régional de La Nation des Peuples Harari Yusuf Ferej yferejgg@yahoo.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Charleville-Mézières Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Etat régional de la nation des peuples Harari


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 16800 0 2013
Charleville-Mézières 40000 0 2013
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 13200 2013
, Etat régional de la nation des peuples Harari 24000 2013




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013