Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Sherazade BENALLA
Courriel : sherazade.benalla[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Françoise GIANVITI
Courriel : francoise.gianviti[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Programme de renforcement des collectivités locales de Yelimané et de dynamisation de la coopération décentralisée
Année de première signature de la convention
2010
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Appui institutionnel

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2010
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Situé au Nord-Est de la région de Kayes et couvrant une superficie de 5 676 Km ², le cercle de Yélimané s’étend du Nord au Sud sur 100km et d’Est en Ouest sur 77,5 km. Il compte une population à forte dominance rurale (90%) de 153 556 d’habitants.

Le cercle de Yélimané constitue à la fois une zone d’élevage et de culture de décrue. La pluviométrie annuelle moyenne oscille entre 350 et 550 mm par an selon les zones. Elle a été bien inférieure en 2011, année marquée par un épisode de quasi sécheresse dont les conséquences illustrent les difficultés de mise en œuvre de stratégies de sécurité alimentaire dans la zone.

Le faible développement économique du cercle est un handicap important. Il se caractérise par une agriculture à faible rendements, un entreprenariat local quasiment inexistant et par la faiblesse des investissements productifs émanant des migrants.

La faible valorisation du rôle des femmes dans le développement et la vie politique locale (6 femmes élues seulement sur les 162 conseillers communaux du Cercle), la structuration insuffisante des associations féminines, la persistances d’inégalités importantes constituent d’autres handicaps de poids pour le développement durable du cercle.

Le cercle est composé de 12 communes (11 communes rurales et une commune urbaine) incluant 91 villages. Ces communes sont issues du processus de décentralisation malien amorcé dans les années 90. Les premières élections communales ont eu lieu en 1999.

Dans la pratique, les communes peinent à mettre en œuvre les compétences transférées dans le cadre de la décentralisation. Les ressources fiscales sont faibles et les dotations de l’Etat insuffisantes pour compenser ces transferts. La crise multidimensionnelle qui frappe le Mali depuis 2012 pèse sur les finances publiques et la capacité des collectivités à mener des projets de développement (gel des dotations de l’Etat, faible fiscalité).

Le Syndicat Inter Collectivités « Meraguemou » (« entente » en soninké), qui réunit les communes et du Conseil de cercle de Yélimané, a été conçu au début de l’année 2008 à la suite de la fermeture « Centre de Conseil Communal », pour, d’une part, palier le départ de ce dispositif d’appui technique, et, d’autre part, contribuer à la réalisation d’actions ou de projets d’intérêt commun de développement local ou régional et gérer un service commun (SECOM).

Le cercle de Yélimané se caractérise par une forte migration vers les pays de la sous-région, l’Afrique Centrale, la France, l’Espagne, etc. La migration assure l’apport de compléments nécessaires à la survie et à l’amélioration des conditions d’existence des populations. La Ville de Montreuil compte un nombre important de ressortissants maliens, ce qui a fortement contribué à l’établissement d’un partenariat de coopération avec le Cercle en 1985. La Ville de Montreuil a bénéficié dans ses projets des apports et conseils de l’Association pour le Développement du Cercle de Yélimané en France (ADCYF), dont le siège est à Montreuil.

80 structures de ressortissants de Yélimané sont recensées en France. Les migrants sont à l’origine de nombreux partenariats tissés entre la France et le cercle de Yélimané.

La détérioration des conditions sécuritaires au Mali et dans la zone sahélienne freine les déplacements de partenaires étrangers dans le Cercle de Yélimané, à l’exception des migrants. Beaucoup de partenaires organisent différemment leur coopération (travail à distance, accueil de délégations, rencontres à Bamako ou Kayes, etc.). Depuis mai 2011, l’équipe de Meraguemou est renforcée par un poste de chargé de coopération malien.
Historique
Depuis 1985, Montreuil et le cercle de Yélimané au Mali entretiennent des relations d’amitié, conjugaison des efforts de la population locale, de l’investissement des ressortissants du cercle de Yélimané en France et de l’appui de la ville de Montreuil.

L’Association pour le Développement du Cercle de Yélimané en France, ADCYF, a été créée en 1994 pour fédérer les actions des ressortissants de Yélimané (Mali) installés en France et favoriser leur intégration, à travers des activités d’alphabétisation, de soutien scolaire, de médiation, etc. Elle demeure l’association de référence de la Ville de Montreuil pour développer les liens avec les migrants dans le cadre de cette coopération

Cinq Programmes de jumelage-coopération Montreuil-Yélimané (PJCMY) ont été réalisés jusqu’en 2004.
Les actions des PJCMY successifs portaient sur l’hydraulique, l’agriculture, l’élevage, l’environnement, l’appui au maraîchage, l’appui à la décentralisation, l’éducation et l’alphabétisation, la formation, l’hygiène, etc.
En 2004 était conçu le PADDY (Programme d’appui au développement durable de Yélimané.)

Le PADDY 1 (2005-mars 2010) était un programme innovant et complexe, élaboré dans un cadre qui dépasse celui de la coopération décentralisée stricto sensu pour s’articuler avec la coopération Sud-Sud (Mali-Vietnam) et développer un partenariat avec l’Association pour le développement de Yélimané en France (ADCYF). Il a bénéficié d’un engagement technique et/ou financier des Etats malien, français (AFD, MAEE) et vietnamien, des collectivités et de la population locale, des ressortissants maliens en France, et de partenaires institutionnels internationaux.

Le cercle de Yélimané a choisi en 2008 la création du Syndicat Inter Collectivités Meraguémou « SICM » comme stratégie d’intervention pour la mise en œuvre des projets et actions d’envergure de développement local au bénéfice de tout le cercle. Sa création a bénéficié de l’appui institutionnel de la ville de Montreuil et du cofinancement triennal (2008-2010) du Ministère des Affaires étrangères et européennes, sollicité par la Ville.

Suite à une évaluation menée en 2009, Montreuil a remanié en profondeur son dispositif de coopération, avec la volonté de privilégier l’appui institutionnel apporté aux collectivités, dans le contexte de la décentralisation malienne et de l’apparition de structure de coopération intercommunales et inter collectivités.

En 2010 la Ville de Montreuil a signé un accord de coopération avec Méraguémou .
C’est à la même époque, sur la base des recommandations de l’évaluation externe par le CIEPAC de la coopération conduite entre Montreuil et le cercle de Yélimané entre 2005 et 2009, que la ville de Montreuil décide de réorienter son action de coopération autour de 5 axes, et ce pour les années 2010-2015 :

1. construire ou renforcer les institutions communales ou intercommunales dans leur maîtrise d’ouvrage,
2. rendre l’agriculture plus créatrice de revenus sans compromettre l’objectif d’autosuffisance alimentaire,
3. créer les conditions d’un développement économique viable à travers la disponibilité de financements et une meilleure valorisation des apports financiers des migrants,
4. créer les conditions d’un développement économique durable à travers la gestion énergétique, la stabilisation des terres et la gestion des déchets,
5. soutenir les services publics locaux de base tels que l’éducation et la santé.


En 2010, du fait du contexte sécuritaire dans la bande sahélienne, le pilotage de la coopération entre Montreuil et Yélimané a été réorganisé : implication accrue des agents maliens, importance du travail à distance, de l’organisation de missions techniques en France, etc.

Ce dispositif a fait ses preuves, malgré le contexte politique et sécuritaire difficile. Peu de retards ont été enregistrés dans les projets lancées en 2012. Le partenariat se renforce. En novembre 2012, une rue de Yélimané a été inaugurée à Montreuil.

A l’initiative de la Ville, une rencontre des acteurs de la coopération avec Yélimané organisée à Montreuil le 12 novembre 2012 a réuni 6 collectivités locales françaises, une dizaine d’ONG et associations ainsi qu’une vingtaine d’associations de migrants.

Objectif du partenariat
Le programme vise à renforcer le rôle des collectivités locales et à développer des dynamiques multipartenariales pour la mise en œuvre de projets de développement local et de coopération entre la France et le Mali.
Description détaillée du partenariat
Depuis 1985, la Ville de Montreuil (105 000 habitants, Seine Saint-Denis) entretient des relations avec le Cercle de Yélimané au Mali, dont est originaire une partie importante des migrants maliens résidant dans la commune.

Le Syndicat Inter Collectivités Meraguémou (SICM), regroupement de collectivités territoriales du cercle de Yélimané (12 communes et le Conseil de Cercle), est depuis 2010 l’interlocuteur et le partenaire principal de la coopération décentralisée entre Montreuil et le Cercle de Yélimané. L’essentiel de l’activité de Meraguemou se situe dans le domaine de la formation des élus, agents, et dans l’appui-conseil aux collectivités.
Dans un contexte de crise multidimensionnelle au Mali, le renforcement du SICM et son positionnement au cœur des politiques publiques et des politiques de coopération du Cercle (menées en partenariat avec Montreuil, d’autres collectivités françaises, les associations de migrants, etc.) est un atout majeur pour la continuité des projets.
Un plan de renforcement institutionnel de l’Inter collectivités a été mis en œuvre en 2012 avec l’appui du Ministère des Affaires étrangères, ce qui a permis de créer les conditions d’une mise en œuvre optimale du projet collectif des collectivités de Yélimané et des actions de coopération avec Montreuil.

Grâce à la qualité des ressources humaines du SICM (au sein de laquelle figure un chargé de coopération malien), au développement de la communication à distance, la coopération Montreuil-Yélimané a pu lancer de nouveaux projets en 2012, année de renforcement de la coopération et de la dynamique partenariale, malgré la crise politique et militaire.

La réalisation de ces nouveaux projets et l’enracinement de la coopération décentralisée sont les priorités de la période 2013-2015.

La promotion des droits des femmes, thématique démarrée en 2011, doit faire l’objet d’un plan d’actions conçu par les femmes du cercle qui vise le renforcement de leur participation à la vie publique et au développement local. La création et l’animation d’une Maison des femmes est un des points centraux de ce dispositif.

Le développement du dispositif d’appui à la création d’entreprises, lancé en 2012 à l’issue d’un travail multi partenarial impliquant notamment les migrants, est une des priorités énoncées par l’Inter collectivités et les élus du Cercle.

La dynamique de coopération autour des nouveaux projets s’appuie sur l’apport des migrants originaires de Yélimané et sur les échanges menés avec l’ensemble des acteurs de la coopération avec Yélimané, que Montreuil a réuni en séminaire le 12 novembre 2012.

Plusieurs projets multi partenariaux impliquant des migrants seront mis en œuvre, dans des secteurs prioritaires tels que l’agriculture et la lutte contre le désertification et les services publics. D’autres collectivités françaises (Région Ile-de-France, Villes de Gron, Divion, Houdain) ont été sollicitées pour participer à ces projets, dont le point commun est l’existence d’un intérêt intercommunal, qui justifie la participation du SICM, et la pleine association des maires de communes concernées à la maîtrise d’ouvrage.


Il s’agit, d’une part, de faire la démonstration de la capacité des collectivités maliennes et de leur regroupements à se positionner au cœur des politiques de développement durable de leurs territoires, en assumant la maîtrise d’ouvrage des projets et en animant les liens avec les partenaires et, d’autre part de permettre à la coopération décentralisée de se pérenniser et s’enraciner malgré la crise.


- Renforcement de la dynamique inter collectivités et de l’appui conseil aux collectivités
Objectif de l’action : Renforcer l’Inter Collectivités et accompagner les élus, agents communaux et les services techniques dans la maîtrise d’ouvrage des projets de développement.
Description sommaire : La fin du Dispositif d’appui technique de l’Etat (CCC) a vu naître dans le cercle de Yélimané le Syndicat Inter Collectivités Meraguemou (SICM). Cette structure a continué à appuyer les collectivités dans les domaines de l’administration communale, de la programmation communale, de la maîtrise d’ouvrage communale et dans les domaines des services sociaux de base. A ce jour le SICM est appuyé par la ville de Montreuil à travers une convention de coopération décentralisée qui a aboutit à l’élaboration d’un diagnostic institutionnel et organisationnel du SICM et d’un plan stratégique de renforcement.

Les missions assignées au SICM sont entre autres :
- d’initier une dynamique de partenariat entre les collectivités du cercle de Yélimané
- d’initier et appuyer la mise en œuvre de projets communs contribuant à promouvoir l’Inter Collectivités, à l’exemple de la préfiguration d’un service de collecte des déchets intercommunal, projet dont les étapes préalables (diagnostic, analyse des pratiques existantes) seront conduites dans le cadre du programme triennal 2013-2015.

La mise en œuvre de ces actions nécessite des moyens qui permettent aux élus et aux techniciens de faire vivre au quotidien le travail en Inter Collectivités. Outre le renforcement de la structure même, qui nécessite des moyens pour réunir les élus, délibérer, accueillir un secrétariat et communiquer avec les partenaires (activités prises en charge pour l’essentiel grâce aux cotisation des collectivités membres), il s’agit de développer les moyens d’action du Service Commun (SECOM) en matière d’appui-conseil aux collectivités et de développement de projets d’intérêt de Cercle ou d’intérêt intercommunal qui contribuent à renforcer la légitimité de l’Inter Collectivités.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Syndicat Inter Collectivités Meraguemou
Maître(s) d'ouvrage
Montreuil-Sous-Bois
Bénéficiaire(s)
- Les élus et agents de l'Inter collectivités Meraguemou, - Les élus et agents des collectivités du Cercle, - Les femmes du Cercle, en particulier les femmes élues, - Les populations du Cercle de Yélimané, - Les agents, directions, associations, migrants de Montreuil impliqués dans les projets avec Yélimané, - La population montreuilloise, - Les acteurs maliens et français engagés dans la coopération Montreuil-Yélimané,

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Syndicat Inter Collectivités Meraguemou Mali Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Syndicat Inter Collectivités Meraguemou Tamboura Hamidou hamidout2002@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Montreuil-Sous-Bois Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Région Ile de France, Ville de Gron
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Syndicat Inter Collectivités Meraguemou, Commune de Diafounou Diongaga, Commune de Diafounou Gory, Commune de Fanga, Commune de Gory, Commune de Guidimé, Commune de Kirané Kaniaga, Commune de Konsiga, Commune de Kremis, Commune de Marekaffo, Commune de Soumpou, Commune de Toya, Commune de Tringa, Conseil de Cercle de Yélimané


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 179000 0 2010
Montreuil-Sous-Bois 482500 0 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 226000 2010
Région Ile de France, Ville de Gron, Syndicat Inte 108600 2010




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013