Accueil > Atlas > Détail projet

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Partenariat de coopération entra la ville de Ouagadougou, le Grand Lyon et la Ville de Lyon
Année de première signature de la convention
2013
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Gouvernance et démocratie locales

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < Précédent 1 Suivant > >>
Année de début du partenariat
2013
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Avec un accroissement exponentiel de sa population, la ville de Ouagadougou est confrontée au difficile exercice de la gestion urbaine dans un contexte marqué par un transfert des compétences par l’Etat sans moyens financiers additionnels et par la faiblesse de ses ressources financières et humaines. Malgré ces difficultés, les autorités municipales de Ouagadougou ont entrepris d’améliorer la performance des services municipaux pour accroitre l’efficacité des services publics auprès de sa population. Aujourd’hui, dans les domaines de la propreté ou de la sécurité urbaine, la Ville de Ouagadougou est considérée comme un modèle en Afrique subsaharienne, grâce à la mise en place de services compétents et organisés.

Avec le soutien de partenaires financiers tels que l’AFD ou l’UE, la ville de Ouagadougou a pu ainsi affirmer son rôle de maitre d’ouvrage sur des projets d’aménagement et d’infrastructure de la ville.

Il s’agit de poursuivre cette dynamique de renforcement de capacités d’actions de la ville de Ouagadougou pour l’aider à relever les défis de la gestion et du développement urbain.

Historique
Depuis 1993, la ville de Ouagadougou et le Grand Lyon (Communauté urbaine de Lyon) ont engagé un partenariat de coopération dans les domaines des services urbains.
Au cours des premières années, les services du Grand Lyon et la direction des services techniques de la ville de Ouagadougou ont développé un ensemble d’actions conjointes.

A partir de 1999, cette coopération s’est structurée autour d’un premier programme sur trois ans, défini par une convention de coopération décentralisée (1999-2002) entre les deux collectivités. Ce partenariat visait à renforcer les compétences des services municipaux dans les domaines suivants : propreté urbaine, voirie, signalisation lumineuse, informatique, organisation générale des services techniques, garages et ateliers municipaux.

Une seconde convention triennale (2003-2005) a été signée, permettant ainsi à la ville de Ouagadougou de poursuivre ses efforts de modernisation des services municipaux. Parallèlement, la ville de Lyon s’est également engagée, au côté du Grand Lyon, dans un programme triennal de coopération (2003-2005), couvrant trois nouveaux domaines de coopération : la police municipale, l’éclairage public et les espaces verts.

Chacune de ces conventions de coopération a bénéficié d’un soutien financier du ministère français des affaires étrangères, à hauteur de 50 % des moyens financiers et techniques mis à disposition par les collectivités du Grand Lyon et de Lyon.

En 2004, une étude d’évaluation sur les dix ans de coopération entre le Grand Lyon et Ouagadougou, a été réalisée par l’organisme Economie et Humanisme. Cette étude montrait qu’au cours de cette période, la coopération décentralisée entre le Grand Lyon et la ville de Ouagadougou avait évolué et s’était renforcée sur plusieurs plans :

- formalisation des relations établies à travers les conventions de partenariat,
- rapprochements entre les services techniques municipaux,
- transferts de compétences (formations) et apports d’expertise,
- fourniture régulière d’équipements et de matériels (maintenance) pour équiper les services de Ouagadougou.

En 2006, l’agence française de développement a accordé une subvention de 15 millions d’euros à la ville de Ouagadougou pour un programme d’adduction d’eau dans les quartiers périphériques.

Ce financement, confié pour la première fois à une collectivité locale burkinabè, s’est accompagné d’une assistance technique du Grand Lyon auprès de la Ville de Ouagadougou dans ses fonctions de maître d’ouvrage, responsable financièrement et techniquement de la mise en œuvre de ce programme. En Août 2007, un ingénieur territorial du Grand Lyon a été détaché auprès du Secrétaire général de la Mairie de Ouagadougou pour une durée de 3 ans. Le coût de cette prestation est pris en compte par le Ministère des Affaires étrangères et l’Agence française de Développement.

Le Centre de formation de Ouagadougou (CIFAL Ouagadougou) a franchi en 2006, une nouvelle étape, grâce à la mobilisation d’une fondation internationale (African Capacity Building Fondation, basée à Harare –Zimbabwe) qui apporte une contribution de 1 million de dollars pour les activités d’échanges d’expérience entre villes africaines. Ce Centre de formation, dont Lyon fut à l’origine en 2003, est aujourd’hui une référence dans toute l’Afrique francophone, en permettant aux villes africaines de se retrouver régulièrement pour confronter leurs pratiques et expériences dans le domaine de la gestion urbaine.
Chaque année, 4 à 5 sessions de formation se déroulent sur les thèmes de la gestion urbaine. Elles mobilisent chacune d’entre-elles, une vingtaine de collectivités africaines provenant de toute l’Afrique francophone. La plupart des sessions de formation sont appuyés par de l’expertise technique du Grand Lyon et de l’Agence d’Urbanisme de Lyon.


L’Agence d’urbanisme de Lyon intervient depuis 2007 sur des questions de planification urbaine à Ouagadougou. Elle est fortement impliquée avec les services du Grand Lyon pour la mise en place d’un agenda 21 local à Ouagadougou. L’enjeu pour le Maire de Ouagadougou est de pouvoir disposer d’un outil à la fois de programmation et de communication, pour mieux maîtriser la croissance urbaine de sa Ville (9% par an) tout en favorisant une meilleure articulation entre les différentes politiques municipales.



En 2008, Lyon a porté un projet auprès de la Commission européenne sur les programmes « jeunesses en action ; jeunesses dans le monde». Pour ouvrir davantage nos coopérations aux citoyens et notamment aux jeunes, la Ville de Lyon a mobilisé ses villes partenaires européennes et africaines, (Barcelone, Turin, Bamako, Ouagadougou et Porto-Novo) autour de la question de l’eau dans le Monde.

En s’appuyant sur l’engagement de 10 jeunes dans chacune de ces villes, le projet « Demain, l’eau en partage » a permis de créer les conditions d’un dialogue interculturel, favorisant une meilleure compréhension de leurs sociétés respectives en investissant la thématique de l’eau.


En 2008, Lyon a appuyé la ville de Ouagadougou pour accéder aux nouveaux financements mis en place par l’Union Européenne pour les collectivités locales du Sud.

Dans le cadre des accords de Cotonou, fixant le cadre de la coopération entre les pays Européens et les pays d’Afrique, Caraïbe et Pacifique, la Commission européenne a lancé en 2007 des appels à projets à destination des Acteurs Non Etatiques.

Un programme expérimental sur le traitement et la valorisation des déchets à Ouagadougou a été ainsi présenté aux nouveaux financements de l’UE

La Ville de Ouagadougou et ses partenaires ont souhaité aborder cette problématique avec une approche plus économique des déchets, en travaillant sur la mise en place à grande échelle d’une filière de traitement et de valorisation des déchets. L’objectif est d’accompagner des nouvelles filières économiques sur ce nouveau marché, potentiellement créateur d’emplois tout en apportant des réponses concrètes à la gestion des ordures ménagères à Ouagadougou.

Ouagadougou et Lyon ont mobilisé un réseau de partenaires autour de ce projet pour élaborer une offre technique pouvant répondre aux critères de l’appel à projet de l’UE.

Une équipe d’experts de Lyon (IDS/Cefrepade) a accompagné la Ville de Ouagadougou à rédiger la note d’intention (1er étape), puis lorsque l’UE a donné son avis favorable, a constitué le dossier technique final présenté mi-juin (2eme étape).

Le projet porté par la Ville de Ouagadougou pour un durée de 3 ans sur le traitement et la valorisation des déchets, fédère deux villes partenaires, le Grand Lyon et la ville de Turin, un pôle de recherches (Université de Ouagadougou, INSA de Lyon, le Centre Régional de l’Eau Potable et de l’Assainissement à faible coût (CREPA)» basé à Ouagadougou), un réseau de villes (Association Internationales des Maires francophones), un centre de formation (Cifal Ouagadougou) et des structures spécialisées (IDS/Cefrepade, Association lyonnaise regroupant des experts environnements, LVIA (association internationale des volontaires laïcs), ONG italienne).

Ce programme des partenaires de statuts différents a reçu un avis favorable en septembre 2008 de la Commission Européenne. Le Maire de Ouagadougou a signé l’accord cadre de coopération avec l’UE en décembre 2008 d’un montant total de 1,100 millions € avec un cofinancement de l’UE de 980 000 € (87% du montant total).

En 2010, L’agence d’urbanisme de Lyon, dans le cadre d’un contrat de prestation de service conclu avec la municipalité de Ouagadougou et financé par l’Agence française de développement, a démarré une mission d’assistance technique portant sur l’élaboration du Plan d’Occupation des Sols de la ville de Ouagadougou. Cette mission s’est achevée en 2012, avec l’exécution de ce document d’urbanisme et son approbation en novembre 2012.

En 2011, toujours le cadre d’un partenariat avec l’AFD, le Grand Lyon a entamé des discussions pour définir un accompagnement auprès du service de la mobilité urbaine de la ville de Ouagadougou dans le cadre du Programme d’Appui à la Mobilité de Ouagadougou (PAMO). Le volet renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage de ce projet sera co réalisé dans le cadre du partenariat de coopération décentralisée du Grand Lyon. Un contrat de prestation de service de l’agence d’urbanisme de Lyon, appuyé par la Direction de la Voirie du Grand Lyon, sera conclu au cours de l’année 2013. Un Volontaire International devrait être mis en place auprès du service mobilité urbaine au cours du 1er semestre 2013, pour une durée de 2 ans.

En 2012, la fondation ACBF (African Capacity Building Fundation) a décidé de soutenir financièrement le CIFAL Ouagadougou pour une période de 4 ans. Des programmes de formation et d’échanges d’expériences permettront aux collectivités territoriales africaines francophones de se retrouver régulièrement sur des thématiques de la gestion urbaine.

Enfin, trois des partenaires du projet « déchets » financé par l’Union Européenne, CEFREPADE, réseaux d’experts internationaux, l’école 2IE et l’ONG Italienne LVI, ont développé un programme de « Plateforme pour la promotion des déchets en Afrique et dans les Caraïbes » dont le siège sera installé à Ouagadougou. Financée par l’Union européenne, le Fonds français pour l’environnement et l’AFD, ce réseau de compétences aura pour objectif de répondre au besoin de capitalisation et d’information des collectivités et des services de l’Etat pour leurs choix stratégiques et de formation des acteurs de terrain. Ce projet sera lancé en janvier 2013 pour une période de 5 ans.



Fort de ces 20 années de coopération, les collectivités de Lyon et du Grand Lyon et la ville de Ouagadougou ont décidé de poursuivre cette collaboration dans les domaines des services urbains avec, comme objectif stratégique, aider la ville de Ouagadougou à mieux maîtriser le développement de son territoire.

Objectif du partenariat
Rendre les services municipaux de Ouagadougou plus performants pour des services publics plus efficaces.
Ce partenariat de coopération s’est fixé comme objectif général l’appui au renforcement des capacités d’actions de la ville de Ouagadougou, pour l’aider, dans une phase d’accroissement de ses compétences, à mettre en œuvre des services publics urbains.

Pour chacun des axes de coopération qui composent ce partenariat de coopération, les objectifs spécifiques sont les suivants :

Renforcement des services municipaux de la ville de Ouagadougou : il s’agira d’améliorer leurs capacités d’actions en vue de maîtriser la croissance urbaine de la ville et de favoriser l’accès des services publics au plus grand nombre d’habitants ouagalais.

Formation des élus locaux et des agents communaux à la gestion urbaine à travers le centre international de formation de Ouagadougou (CIFAL Ouagadougou). Il s’agira de favoriser les échanges d’expériences entre les collectivités du Sud en organisant des sessions thématiques sur la gestion urbaine.

Développer des relations de coopération dans les domaines du développement économique locale et de la culture en favorisant l’implication des acteurs de nos territoires sur ces deux nouveaux champs de coopération.
Description détaillée du partenariat
Le Grand Lyon et la Ville de Lyon soutiennent depuis 1994 un partenariat de coopération décentralisée avec la Ville de Ouagadougou. Ce partenariat concerne essentiellement de l’appui au renforcement des capacités d’action de la ville de Ouagadougou en agissant par de l’échanges d’expérience et de l’aide à l’équipement.

Depuis 2006, ce partenariat a franchi une nouvelle étape avec une collaboration de l’Agence française de développement (AFD), sur plusieurs projets de développement urbain à Ouagadougou. La coopération de Lyon est mobilisée sur des missions d’assistance technique visant à accompagner les services techniques à mettre en œuvre les projets financés par l’AFD.

Enfin, Le Grand Lyon et la Ville de Lyon se sont mobilisés au côté de la Ville de Ouagadougou pour répondre aux nouveaux appels à projet de l’Union européenne ; ANE/AL. La ville de Ouagadougou a pu ainsi déposer deux projets, l’un sur le traitement et la valorisation des déchets, l’autre sur le développement urbains de 2 quartiers de la ville. Ces deux projets ont été cofinancés par l’UE.

Ce nouveau programme de coopération s’inscrit dans la continuité des actions entreprises récemment (appui aux services municipaux de la ville) en s’ouvrant toutefois vers deux nouveaux champs de coopération, le développement économique local et la culture. Il poursuivra les démarches visant à rassembler autour de la ville de Ouagadougou des réseaux de compétences multi-acteurs, permettant de répondre plus efficacement aux défis urbains de la capitale du Burkina Faso.

- Missions d’expertises des collectivités de Lyon, du Grand Lyon et de l’Agence d’urbanisme de Lyon
Objectif de l’action : Accompagner des services municipaux dans l'exercice de leurs missions
Description sommaire : La Ville de Lyon, le Grand Lyon et l’Agence d’urbanisme, mettront à disposition, pendant une durée moyenne de 8 jours par mission, des experts et prendront en charge leurs frais de séjours et de voyages.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Ville de Ouagadougou
Maître(s) d'ouvrage
Communauté urbaine de Lyon
Bénéficiaire(s)
Au Nord, la maîtrise d’ouvrage est assurée par la communauté urbaine de Lyon. La Ville de Lyon agit également comme partenaire de la Ville de Ouagadougou sur des propres domaines de compétences. D’un point de vue opérationnel, le suivi technique et financier est assuré par le service de coopération décentralisée commun aux deux collectivités. L’agence d’urbanisme de Lyon agira en tant que prestataire sur des missions d’assistance technique auprès des services urbains de Ouagadougou. Elle interviendra en particulier, sur des questions d’aménagement urbain dans le cadre de la mise en place du plan d’occupation des sols (POS) et de la définition de la stratégie de la mobilité urbaine. Son intervention est inscrite au contrat d’objectifs entre l’agence d’urbanisme et le Grand Lyon, définissant son implication dans les opérations de coopération de l’agglomération lyonnaise. Au sud, la ville de Ouagadougou assurera la maîtrise d’ouvrage des opérations définies dans le cadre des conventions de coopération Grand Lyon / Lyon 2013 – 2015.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ouagadougou Burkina Faso Icone d'une loupe

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ouagadougou ZERBO ADAMA lezerbo@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Grand Lyon Icone d'une loupe

Autres partenaires du partenariat en France
Ville de Lyon
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Ville de Ouagadougou


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 70600 0 2013
Grand Lyon 452000 0 2013
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 106000 2013
Ville de Lyon , Ville de Ouagadougou 228000 2013




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013