Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Bamako"

Correspondant coopération décentralisée
Sherazade BENALLA
Courriel : sherazade.benalla[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Françoise GIANVITI
Courriel : francoise.gianviti[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Projet de développement local en milieu rural. Commune de Sio au Mali
Année de première signature de la convention
2004
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2004
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
La Commune de Sio au Mali, créée par la loi 96-059 du 12 novembre 1996, portant création des Communes est située dans la partie sud-ouest du Cercle de Mopti.
Elle est limitée à l’est par les Communes de Ouo et Goundaga, à l’ouest par la Commune de Soye, au nord par la Commune de Fakala au sud par les Commune de Socoura et Mopti.
Elle se situe à environ 650 km à l’est de Bamako, la capitale du Mali et à 35 km de Mopti. La Commune de Sio couvre une superficie de 521 km2 et se compose de 20 villages qui regroupent 15 750 habitants (RACE 2001). Elle est divisée en trois secteurs :
- secteur I : Soufouroulaye, en jumelage coopération avec La Fouillouse (France)
- secteur II : Somadougou, en jumelage coopération avec La Talaudière (France)
- Secteur III : Saré Mala n’a plus à ce jour de partenaire officiel.
Les deux secteurs (I et II) totalisent 13 528 habitants
Toutes les ethnies y sont représentées avec en priorité les Markas, les Bambaras, les Peulhs, les Dogons, les Bozos, les Mossis.
La population, actuellement islamisée à 90 %
compte 5 % de christianisme, et 5 % d’animistes ou d’athées.

Situation géographique :
Les deux secteurs regroupent 14 villages : 5 d’entre eux sont situés sur le goudron qui va de Bamako à Mopti.
Les autres sont éloignés de 5 à 15 kilomètres et accessibles uniquement par piste ou par digue à la saison des pluies.
La zone est de type sahélienne avec de grandes plaines et quelques plateaux.
Les saisons sont :
- de mars à juin : un climat très chaud assorti d’un vent sec
- de juin à octobre : une saison des pluies ou hivernage
- d’octobre à mars : une saison froide
Le Bani, affluent du Niger traverse le secteur. Sa crue lors des pluies permet d’irriguer une zone importante de casiers ; La transhumance des troupeaux a lieu après les récoltes.

• La situation économique
La principale activité reste l’agriculture avec le riz, le mil, le sorgho, le niébé et un peu d’arachide. L’élevage concerne les bovins, les ovins, les équidés, les caprins mais aussi les volailles.
On trouve aussi dans les villages des maraîchages qui permettent la culture d’oignons, de pomme de terre, d’aubergines, de condiments, de salades, de tomates …….
Il existe aussi une activité de pêche collective organisée principalement au moment de la décrue.
Cette économie rurale reste très dépendante des aléas climatiques.
Le marché de Somadougou, pôle d’attraction économique, constitue l’un des deux centres commerciaux les plus importants du Cercle de Mopti.

• Les équipements collectifs
Depuis 2008 le village de Soufouroulaye est alimenté par de l’eau courante. Par contre l’électricité n’est installée nulle part.
Les équipements collectifs restent mineurs, mais grâce au partenariat, ils s’élaborent progressivement.
Ils concernent :
- l’éducation et plus spécifiquement le deuxième cycle,
- la formation au travers des centres d’alphabétisation dans les villages,
- l’agriculture avec les maraîchages et l’élevage.
- l’économie avec les magasins de stockage.
La Commune a l’avantage d’avoir une société civile très dynamique et bien organisée au sein d’associations et de groupements villageois.
Par contre, le secteur est entré de plein fouet à l’heure du portable.

• La vie politique
La Commune est administrée par un conseil de 17 membres. L’arène politique est dominée par les courants suivants : ADÉMA, URD, US, RAMAT, MPR, RPM, RND, PARÉNA, UDD.


Historique
En 1987 un premier protocole d’amitié était signé à La Fouillouse par le chef d’arrondissement de Soufouroulaye et le maire de La Fouillouse, Monsieur Firmin Targe.
Plusieurs missions se sont succédées entre 1986 et 1991, apportant un soutien réel, mais sans véritable efficacité, compte tenu de l’importance de la population de la commune de SIO, répartie alors dans 20 villages.
C’est à partir de 1990 que les responsables du comité de La Fouillouse ont alors décidé de consacrer leur appui au seul secteur 1 de Soufouroulaye et de rechercher d’autres partenaires pour les secteurs de Somadougou et de Saré-Mala.
C’est ainsi que la commune de La Talaudière, acceptant la sollicitation de La Fouillouse, a décidé de se jumeler avec le secteur de Somadougou en 1992.
Malgré plusieurs démarches auprès des communes ligériennes, La Fouillouse n’a pu trouver un partenaire pour le secteur de Saré-Mala mais poursuit actuellement ses recherches.
Les phases institutionnelles :
Lors de la mise en place des communes au Mali, l’arrondissement de Soufouroulaye devint la commune de SIO, elle-même constituée de trois secteurs, recouvrant exactement l’ancienne répartition de l’arrondissement.
En 1996, avait été signé un second protocole d’amitié marquant les 10 ans du jumelage.
En 2001, la municipalité de La Fouillouse signait une convention de maîtrise d’ouvrage, confiant au comité de jumelage la gestion et l’animation de la coopération.
Une convention de coopération généralisée était signée entre les deux communes en 2004, laquelle convention fut ensuite approuvée par les autorités du cercle de Mopti.
Cette coopération a été renouvelée par anticipation, en septembre 2006, lors de la venue des maliens à La Fouillouse, pour une durée de 3 ans.
En décembre 2004, la municipalité de La Fouillouse approuvait la charte du jumelage, proposée par le comité de jumelage. Cette charte fixe les conditions de fonctionnement du comité, rappelle les principes essentiels de la coopération décentralisée à respecter et précise le comportement des membres du comité notamment au cours des missions au Mali.
Le conseil communal de SIO a voté au 1er janvier 2007, une délégation de maîtrise d’ouvrage, confiant au comité de jumelage de Soufouroulaye la gestion de la coopération sur le secteur 1 de Soufouroulaye, légalisant ainsi les rapports entre la commune et le comité de jumelage.

Objectif du partenariat
Développement et gouvernance locale.
Avec nos partenaires maliens, la commune de SIO et le Comité de Jumelage de Soufouroulaye, nous nous sommes donnés comme objectif, d’accompagner toute action qui conduit à améliorer durablement, les conditions de vie et les revenus des villageois en favorisant leur responsabilisation, leur autonomie et en respectant au plus près les objectifs et la cohérence de la décentralisation malienne.
Ainsi nous conjuguons deux grands types d’actions.
Des actions d’accompagnement de la commune pour ses « services publiques », visant à :
- Améliorer l’accès à l’eau, la santé, l’école
- Consolider les infrastructures communales (exemple, équipement de la mairie en 2008)
- Former les élus pour les conforter dans l’exercice de leur responsabilité
Des actions d’accompagnement des initiatives des villageois, dans les activités génératrices de revenus
Nous le faisons dans le cadre du plan quinquennal de la commune de Sio et sur l’ensemble des villages de notre secteur.
Plus précisément lorsque nous intervenons sur des micros projets économiques, cela se fait au travers d’associations villageoises avec pour objectif :
- Créer des revenus
- Apprendre à gérer, à entretenir à renouveler des équipements agricoles
- Accroitre par mise en réserve d’une partie des bénéfices le capital d’exploitation.
La formation des responsables de ces petites associations étant posée comme préalable, le projet devient ainsi, en quelque sorte, l’application de la formation suivie.
Cette formation est également faite, auprès des membres du comité de jumelage qui sont tous des représentants des villages et auprès des élus communaux, afin qu’ils puissent suivre et évaluer les résultats attendus.
Nous tenons, ainsi, à nous inscrire, étroitement, dans les objectifs d’acquisition de compétence, de responsabilisation et de recherche d’autonomie que nous nous sommes fixés pour renforcer la gouvernance locale.
Chaque micro projet est donc construit sur les bases suivantes :
- Création d’une association villageoise avec un comité de gestion
- Analyse des objectifs visés et des résultats attendus au travers d’une fiche projet qui devient un véritable contrat de projet - Formation des responsables
- Tenue d’une comptabilité et ouverture d’un compte bancaire
- Organisation du suivi et des comptes rendus par les responsables locaux.
Le comité de Soufouroulaye effectue les suivis évaluations et les comptes rendus prévus. Un bilan est fait en commun et avec les élus communaux, lors des missions du Comité de La Fouillouse, faites sur place.

Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2009.


La Fouillouse s’est engagée, depuis plus de 20 ans, dans un jumelage coopération avec la commune de SIO, secteur de Soufouroulaye, au Mali afin d’accompagner l’ensemble des villageois de ce territoire dans leurs efforts de développement.
Les communes de La Fouillouse et de Sio sont chacune, responsables de la maitrise d’ouvrage de ce jumelage. Elles ont confié à deux comités de jumelage (comité de jumelage de La Fouillouse, comité de jumelage de Soufouroulaye), la mise en œuvre et le suivi des actions décidées en commun.
Le plan annuel des comités s’inscrit dans le plan de développement communal de SIO. Il est validé par le conseil communal.
Les deux communes françaises, de La Fouillouse et de La Talaudière, interviennent sur deux secteurs voisins de la commune de Sio. Depuis plusieurs années, elles ont décidé de s’associer pour mener en commun au bénéfice de Sio, des actions d’envergure communale, qui sont complétées par les actions spécifiques à chaque secteur.
Orientations pour 2009.
Sur la partie commune, deux axes :
- Renforcement de l’attractivité d’une zone marchande, en l’occurrence le marché de Somadougou.
- Renforcement du budget de Sio par le recouvrement de nouvelles taxes communales.
Sur la partie spécifique :
Favoriser, par l’ensemble des actions entreprises, la responsabilisation et l’autonomie des villageois.

- Aménagement du marché de Somadougou, commune de Sio
Objectif de l’action : Renforcer l’attractivité du marché
Mettre en place une gestion de ce marché et ainsi alimenter le budget de la commune par la perception de taxes

Description sommaire : Cette action se situe sur le marché de Somadougou situé sur la commune de Sio. Ce marché se situe à cheval sur la RN 16 et le chenal naturel longeant le marché sur toute sa longueur. Il évacue les eaux collinaires, après les pluies, venant du côté est vers une mare située à l’ouest.
Il est un des deux marchés les plus importants du cercle de Mopti, il est très fréquenté etentraine une animation conséquente sur trois jours. On y vient de très loin et les affaires sont intenses.
Aucune condition n’est actuellement en vigueur dans sa gestion ce qui explique que nous n’avons pas de chiffres précis sur la fréquentation ou le nombre de commerçants, pas plus que ne sont perçues des taxes communales. Mais le Conseil Communal s’est largement prononcé pour son aménagement pour des raisons de salubrité (amélioration de l’hygiène, assainissement) de sécurité pour les populations et les forains, d’accessibilité donc de fréquentation en période hivernale, et, comme un projet permettant de générer des ressources pour la Commune.
Cette action se présente de la manière suivante :
1- une première réalisation en 2007 et 2008 avec aménagement d’une zone commerciale de onze magasins, de latrines (hommes, femmes), d’un logement de gardien, de l’emplacement d’une borne fontaine à venir. Le financement de 34689€ a été assuré par la commune de La Talaudière et du MAE_ la population en sus à hauteur de 20%.
2- L’aménagement d’une gare routière qui devient urgente compte tenu de l’augmentation de la fréquentation du marché (personnes, poids lourds, véhicules, cyclos). Le porteur de projet est la mairie de Sio qui doit rechercher les bailleurs locaux.
3- La construction d’un canal (ou chenal) d’évacuation pour assainir le marché et permettre l’accessibilité. En effet le marigot situé en amont déborde largement à la saison des pluies, inondant tout sur son passage et pourrait éroder le soubassement des magasins en cas de pluies majeures.
C’est cette dernière action que nous avons retenue et il est bien précisé qu’elle est assujettie à la recherche, par le Maire, d’une subvention complémentaire, auprès des organisme locaux.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
SIO
Maître(s) d'ouvrage
La Fouillouse
Bénéficiaire(s)
Pour les actions communes La Commune de Sio soit 15 750 habitants Les élus, les cadres, les responsables associatifs. Les populations hors secteur (par la fréquentation du marché, du CESCOM, du collège…) Au travers des actions spécifiques, Pour l’école, l’eau, la santé, les infrastructures, c’est l’ensemble de la population des 7 villages qui est directement concernées. Au travers des micros projets économiques, ce sont les différentes associations villageoises (touchant également les jeunes) porteuses de ces projets qui bénéficient des retombées en termes de revenus et en termes de constitution de capital d’exploitation. A chaque fois les retombées concernent également, très directement, l’ensemble de la commune de Sio.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Sio Mali commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Sio KAMIAN Amadou

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
La Fouillouse commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Ministère des Affaires Étrangères et Européennes. LA TALAUDIERE


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 37375 0 2004
La Fouillouse 7500 0 2004
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 3000 2004
LA TALAUDIERE 3500 2004




Évaluations, communication et perspectives

Aucune communication n'a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013