Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Addis-Abeba"

Correspondant coopération décentralisée
Lucien BRUNEAU
Courriel : lucien.bruneau[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Patrick COHEN
Courriel : patrick.cohen[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Réduction de la pauvreté à Gondar par la mise en valeur du patrimoine culturel et le développement durable du tourisme
Année de première signature de la convention
2010
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2010
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Aujourd’hui, malgré certaines améliorations, l’Ethiopie reste parmi les plus pauvres du monde. Selon l’indice de développement humain, le pays se classe à la 171ème place sur 182 pays. Près de 45% de la population vit sous le seuil de la pauvreté.
L’économie de l’Ethiopie est très fragile car elle est essentiellement fondée sur l’agriculture. Or le pays a souvent été touché par la sécheresse, des pénuries alimentaires, ainsi que par des conflits politiques qui ont contribué à ralentir son développement économique.

Le tourisme est considéré comme l’un des secteurs à plus forte croissance potentielle de l’économie du pays. Avec seulement 330 000 entrées de touristes internationaux enregistrés en 2008, dont 95 000 seulement sont de véritables touristes de loisirs, le tourisme fait déjà partie des premiers secteurs pourvoyeurs de devises et représente 60,6% des exportations des services. L’Ethiopie dispose d’un potentiel touristique exceptionnel, encore largement sous exploité. Malgré des atouts indéniables, le tourisme souffre encore d’une image dévalorisée : régimes autoritaires, famines, guerre civile, relations tendues avec les pays limitrophes. La qualité médiocre des services touristiques et le sous équipement hôtelier freinent encore le développement touristique de ce pays, pourtant doté d’un patrimoine naturel et culturel unique. L’Ethiopie possède en effet 8 sites classés sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (Axoum, Lalibela, Gondar, Harar, Tiya, basse vallée de l’Omo, basse vallée de l’Aouache et parc national du Simien) et un environnement exceptionnel avec une flore et une faune endémique (loup d’Abyssinie, babouin gelada, ibex walia) et africaine (éléphants, fauves…). Aucun autre pays d’Afrique n’offre sur le même territoire un patrimoine culturel aussi remarquable et des réserves naturelles aussi riches. Pourtant, si le nombre d’arrivées de touristes internationaux a augmenté de 50% entre 2003 et 2008, ces chiffres demeurent très modestes et bien en dessous des potentialités touristiques de l’Ethiopie. A noter dans ce contexte la construction prévue à Gondar de deux hôtels, un trois étoiles à proximité directe du château de Ras Mikael Sehul et un quatre étoiles en plein centre de Gondar.

Bâtie sur les contreforts du massif du Simien à 2207 mètres d’altitude, en surplomb du lac Tana, la ville de Gondar (près de 300 000 habitants) a été la capitale des souverains éthiopiens du XVII au XIXème siècle et dispose d’un important patrimoine (châteaux, palais, églises) dont la cité royale de Fasil Ghebbi, classée par l’Unesco. La ville est pourtant moins fréquentée que les deux autres sites majeurs de la "route touristique du nord" que sont Axoum et Lalibela. En effet, près de 55 000 touristes internationaux ont visité ces sites contre 20 000 seulement pour Gondar. La capitale des rois Fasilidas, Iyassou, Dawit et de la reine Mentewab dispose, certes d’un patrimoine architectural exceptionnel, mais sous valorisé. De même la richesse artistique et artisanale de Gondar est peu exploitée contrairement à ses deux rivales. C’est pourquoi ce projet se propose de créer un nouveau produit touristique et culturel à Gondar afin d’améliorer l’offre touristique dans le cadre d’un développement durable du tourisme, d’augmenter la fréquentation touristique de la ville, de rallonger la durée de séjour des visiteurs et de générer des activités génératrices de revenus et créatrices d’emplois au profit de la population.
Le château de Ras Mikael Sehul, situé à 280 mètres seulement de la cité royale, n’est pourtant pas visité aujourd’hui car il est fermé au public. Ce magnifique palais, construit entre 1730 et 1755, a l’intérêt d’avoir traversé 250 ans d’histoire. Bâti sous le règne de Iyassou II et de la reine Mentewab, ce monument a été la résidence du puissant "faiseur de rois" Ras Mikael Sehul. Il a également servi de quartier général aux forces italiennes fascistes, de résidence au roi Hailé Sélassié puis de lieu de détention et de torture pendant l’ère révolutionnaire. Ce palais contient dans chaque pièce des meubles et œuvres d’art de différentes époques, la plupart en parfait état.
Grâce à une démarche territoriale, c'est-à-dire la promotion d’un développement qui s’articule autour de l’activité touristique, mais qui prend également en compte les autres problématiques du territoire, ce projet, initié par la commune de Gondar, consiste à restaurer ce château et à le transformer en musée de l’histoire de Gondar. De grands arbres (palmiers, pins, oliviers, jacarandas, ficus) constituent un très beau et grand parc autour du château. Grâce à un aménagement paysager, ce parc peut être exploité pour promouvoir les produits du terroir, la cuisine de Gondar, les artistes et les artisans de la ville. Ce projet prévoit ainsi de développer des activités qui permettront à la jeunesse et aux femmes de Gondar de promouvoir leurs talents et d’en vivre. Un restaurant et un café seront aménagés sous les arbres, une scène permettra l’épanouissement des musiciens, chanteurs, danseurs, peintres, troupes théâtrales et folkloriques et un espace sera consacré à la promotion de l’artisanat local pour permettre aux coopératives de femmes artisanes (filles mères, mères célibataires) de présenter leurs productions.
Ce nouvel espace touristique et culturel favorisera enfin les échanges culturels et de savoir faire entre la population locale et les touristes étrangers et nationaux mais aussi entre les villes de Gondar et de Vincennes.
Historique
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une coopération décentralisée entre les communes de Gondar et de Vincennes. Le projet, initié par la commune de Gondar, a été présenté à Vincennes lors d’une mission d’une délégation en Ethiopie en septembre 2009. Un premier compte rendu a permis de commencer l’instruction de ce projet, également soutenu par l’Ambassade de France et le Service de Coopération et d’Action Culturelle d’Addis Abeba et le Centre Français d’Etudes Ethiopiennes.
Le Ministère de la Culture et du Tourisme est associé également à la formulation de ce projet et à sa réalisation. Le Ministre de la Culture et du tourisme est très enthousiaste et intéressé par ce projet novateur en Ethiopie. Un partenariat est également en cours entre la commune de Vincennes et l’Organisation mondiale du tourisme pour la mise à disposition de son expertise et l’apport de cofinancements à travers son programme ST-EP (Sustainable Tourism Eliminating Poverty) de réduction de la pauvreté par le développement durable du tourisme. Le présent document a d’ailleurs été élaboré grâce à l’assistance technique de l’OMT
Objectif du partenariat
L’objectif général du projet est la réduction de la pauvreté à Gondar grâce aux emplois et revenus générés par les activités mises en place par le projet et le développement durable du tourisme.
Les objectifs spécifiques du projet sont :
- La création d’un nouveau produit touristique et culturel à Gondar
- La valorisation du patrimoine culturel de Gondar
- L’appropriation par les habitants de Gondar de leur propre patrimoine
- L’augmentation de la fréquentation touristique de Gondar
- L’allongement de la durée de séjour des touristes à Gondar
- L’amélioration et la diversification de l’offre touristique
- Le développement d’activités génératrices de revenus et créatrices d’emplois
- L’amélioration et la promotion des productions des artisans locaux
- La promotion des artistes de Gondar
- La promotion des spécialités culinaires locales et des produits du terroir
- La promotion de la destination touristique de Gondar
- L’ouverture pour les vincennois d’une fenêtre privilégiée sur un pays en devenir, avec un potentiel exceptionnel de développement touristique, économique et culturel dont Vincennes serait partie prenante.
- La création d’un lieu de référence pour le développement d’un savoir faire en matière de tourisme, dans le cadre d’un partage de savoirs.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
Gondar fut pendant deux siècles la capitale de l’Ethiopie et conserve un remarquable patrimoine historique. Cette richesse n’est pas suffisamment exploitée aujourd’hui et la ville ne bénéficie pas encore des retombées que l’activité touristique pourrait lui procurer. Le présent projet, initié dans le cadre d’une coopération décentralisée avec Vincennes, ville également reconnue pour la richesse de son patrimoine et la beauté de son château, propose de réduire la pauvreté à Gondar par la valorisation du patrimoine culturel, le tourisme durable et le développement d’activités créatrices d’emplois et génératrices de revenus. La restauration d’un château du XVIIIème siècle, sa transformation en musée de l’histoire de l’ancienne capitale éthiopienne, la promotion des produits du terroir, des jeunes artistes locaux, des artisans, notamment les femmes en difficulté, constituent les actions prévues dans ce projet pour créer à Gondar, un nouveau produit touristique et culturel au cœur de la ville et unique en Ethiopie.
- Restauration du château de Ras Mikael Sehul
Objectif de l’action : Valorisation du patrimoine culturel de Gondar
Description sommaire : Le château de Ras Mikael Sehul, situé en plein centre de Gondar à moins de 300 mètres de la cité royale n’est pas visité aujourd’hui car le site est fermé au public. Ce palais, construit entre 1730 et 1755 par le roi Iyassou II et la reine Mentewab fut la résidence principale de l’une des figures politiques majeures durant le règne de l’empereur Iyassou II et de ses successeurs : Mikael Sehul. Celui-ci, né vers 1691 et mort le 23 juin 1779 fut le Ras ou Gouverneur de la province du Tigré entre 1748 et 1771 puis une nouvelle fois de 1772 jusqu’à sa mort. Il est surnommé "le faiseur de rois" car il réussit à faire nommer les deux empereurs suivants : Yohannès II, qu’il fit empoisonner en 1769, puis Takla Haïmanot II. Ce château fut aussi la résidence de l’empereur Hailé Sélassié. Il servit également de quartier général aux forces italiennes fascistes et plus tristement de prison et de lieu de torture pendant la période révolutionnaire.
Le palais est plutôt en bon état par rapport aux autres monuments de Gondar car il a déjà bénéficié de travaux de rénovation sous le règne d’Hailé Sélassié. Toutefois, les murs de ce bâtiment de deux étages se fissurent. La belle terrasse sur le toit n’est plus étanche et des plantes poussent dans les murs et contribuent à la dégradation et à fragiliser la structure. La plupart des portes et fenêtres sont cassées et une rénovation intérieure est également nécessaire.
Le château se trouve au milieu d’un superbe parc arboré. Un aménagement paysager contribuerait à le valoriser davantage.
Quelques bâtiments récents jouxtent le château et enlaidissent le site. Si leur destruction a d’abord été envisagée, quelques travaux d’embellissement pourraient permettre de mieux les intégrer et de les utiliser comme bureaux administratifs et pour accueillir le restaurant et la cuisine. Un des bâtiments sera toutefois démonté et replacé ailleurs.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
GONDAR
Maître(s) d'ouvrage
Vincennes
Bénéficiaire(s)
70 personnes, dont 65 ouvriers de Gondar (chantier de restauration du château); artisans d'art de Vincennes (échanges de savoirs); 20 emplois (entretien du château et du parc, gestion et fonctionnement du musée); 20 emplois (restaurant et scène artistique); artistes locaux (musiciens, danseurs, peintres, comédiens, animateurs) et artisans (notamment les femmes); paysans et producteurs divers de Gondar (approvisionnement du restaurant); différents acteurs du tourisme de Gondar comme les hôteliers (par la croissance du taux d’occupation) et les guides touristiques; personnel du département du tourisme, de la culture et des affaires sociales de la commune de Gondar; touristes nationaux et internationaux; population locale.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
GONDAR Ethiopie commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
GONDAR SEYOUM Getahun getahunseyoum@gmail.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Vincennes commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Centre Français d'Etudes Ethiopiennes


Le partenariat est triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 200000 0 2010
Vincennes 256000 0 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50000 2010
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50000 2011
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50000 2012




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Aucune communication n'a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation
HARDY SIMON COORDINATEUR DU PROJET SUIVI DU PROJET DANS SON INTEGRALITE SERVICE DE LA CULTURE ET DU TOURISME


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013