Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Erevan"

Correspondant coopération décentralisée
Barbara REHBINDER
Courriel : barbara.rehbinder[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Jean-Paul MARTIN
Courriel : jean-paul.martin[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Programme mutualisé d’appui à la structuration d’acteurs du tourisme facteur de développement local dans les régions du Guegharkunik et du Syunik (Arménie)
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Attractivité des territoires
Sous-sous-thématique d'intervention
Tourisme

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
Terminé
Date de fin du partenariat
31/12/2009
Contexte
L’Arménie, pays indépendant depuis 1991 suite à l’effondrement de l’Union soviétique, affronte aujourd’hui de nombreuses difficultés dues à la transformation et à la reconversion de son économie.
Par ailleurs, malgré la liaison commerciale avec l’Iran et la Géorgie, la situation géopolitique de l’Arménie combinée à son relief, constitue des contraintes supplémentaires pour le développement du pays. Aussi, les conséquences de cette situation d'enclavement sont d'autant plus importantes dans des régions éloignées de la capitale comme le Guegharkunik et le Syunik.
Historique
Ce programme de coopération, lancé par un diagnostic réalisé en 2005, a pour priorité d’échanger les pratiques de huit collectivités françaises et arméniennes, et de les rendre communes à toutes. Des rencontres de travail ont ainsi lieu depuis février 2006 dans ce but dans chaque région partenaire, associant les acteurs de territoire locaux.
En 2007, un premier programme a été réalisé dans le domaine du tourisme, partant du constat que dans un contexte arménien économiquement et socialement difficile en milieu rural, l’apport de revenus par le tourisme est un enjeu local de première importance. La valorisation et promotion touristique des territoires de coopération et la mise en avant du patrimoine et de la richesse culturelle arménienne sont une réponse complémentaire au développement durable des collectivités partenaires. Plusieurs projets ont ainsi été concrétisés rythmés par des rencontres d’acteurs locaux. En 2008, la mutualisation des actions s’est amplifiée par des formations touristiques dans chaque territoire, mais également par l’élargissement du projet aux domaines du renforcement des capacités locales et de la francophonie, facteur de désenclavement.
En 2007 et 2008, les collectivités participant à ce programme ont bénéficié d’un cofinancement du Ministère des Affaires étrangères, sur l’appel à projets de la Délégation à l’Action Extérieure des Collectivités Locales.
Objectif du partenariat
Le présent projet s’inscrit dans un objectif de développement durable, mutualisant les atouts et les richesses des différentes collectivités partenaires, françaises et arméniennes, et s’appuyant sur les ressources et compétences d’acteurs de territoires. Il favorise l’attractivité et le développement local des partenaires locaux, collectivités et autorités, soutenues dans leur capacité à définir une politique locale ambitieuse et à mettre en œuvre des actions autonomes.
Les Villes de Romans sur Isère, Vienne et Grenoble ont dans le même esprit signé en avril 2004 la « Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable». Le Conseil général de l’Isère a adopté en 2008 sa propre Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable, en adéquation avec l’agenda 21 départemental. Les collectivités partenaires du projet soutiennent ainsi l'émergence d'une démarche de développement durable au sein des actions de coopération décentralisée. La définition communément utilisée du développement durable le caractérise comme le « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs». Dans cette optique, on ne peut prétendre être porteur de développement durable sans se préoccuper de solidarité internationale, ce qui encourage l'émergence de coopérations décentralisées appelées « durables ». Ceci se concrétise à travers 4 points, dans une approche transversale et globale :
ASPECT SOCIAL :
Ce projet entend appuyer les structures partenaires dans les activités qu'ils ont eux-mêmes identifiées et qu'ils souhaitent développer avec notre soutien. Il a donc dès le départ pris en compte les critères d'accessibilité sociale, culturelle et économique indispensable à un projet viable.
Il concerne notamment des familles qui sans être les plus pauvres, vivent dans des conditions difficiles et ont besoin de revenus complémentaires.
Il incite à l'ouverture à l'autre, à une implication citoyenne pour valoriser sa ville. Par la promotion d'un tourisme solidaire, des échanges culturels et l'implication des structures actives dans ces secteurs, il entend développer des échanges fructueux entre habitants, visiteurs et visités sur leurs conditions de vie, sur une meilleure compréhension des différences culturelles. Il permet une autre façon de découvrir un pays et ses habitants.
ASPECT ECONOMIQUE :
En promouvant notamment un tourisme plus équitable, ce projet permet de partager modestement les revenus générés par le tourisme en en faisant bénéficier les plus pauvres, et les territoires qui en sont généralement exclus.
Ce projet développe des conditions d'échanges équitables en permettant aux familles et artisans de mieux valoriser leurs productions, leurs savoirs et savoir-faire.
Ce projet a dès le départ pris en compte les moyens dont disposaient les partenaires (habitants, associations, collectivités territoriales). Il ne s'agissait pas de pousser les membres à de lourds investissements que ces derniers ne pourraient supporter mais les appuyer pour trouver des solutions leur permettant de valoriser leurs ressources au mieux.
Le projet permet de valoriser et de faire travailler tous les acteurs du territoire notamment les structures d’hébergement, de restauration, de loisirs ainsi que les artisans
Le projet s'efforce d'appuyer les compétences des membres en leur proposant un appui et une formation en fonction de leurs besoins identifiés.
ASPECT ENVIRONNEMENTAL :
Ce projet permet essentiellement une sensibilisation des parties prenantes à la richesse de leur patrimoine culturel et paysager. La valorisation par le tourisme permet une meilleure appropriation d'un environnement souvent vécu de manière contraignante (climat rude, isolement, conditions de vie difficiles).
Il permet une conscientisation sur la nécessité d'améliorer le cadre de vie et la propreté de la ville.
ASPECT GOUVERNANCE :
Ce projet met la concertation avec les acteurs locaux concernés au cœur du dispositif et entend informer plus largement les populations locales.
Ils s'efforcent d'impliquer toutes les catégories à la décision: élus, associations, et bénéficiaires.
Ils proposent un renforcement de la capacité des acteurs notamment sur les aspects techniques mais aussi organisationnels et contribue au développement de la vie associative.
Certains projets résultent directement de l'initiative des habitants qui ont été accompagnés dans leur démarche.
La coopération décentralisée entre les collectivités partenaires s'appuie sur les habitants des différents territoires et favorise l'émergence de la vie associative. Il s'agit de donner aux habitants les moyens de contribuer à leur propre développement et à celui de leur territoire.
L'héritage culturel soviétique n'a pas permis à la vie associative de se développer en Arménie. La transition vers l'économie de marché s'est réalisée brutalement en creusant les inégalités sociales et économiques laissant les plus faibles dépourvus de ressources, et les institutions dans l'incapacité d'accompagner ces changements. La décentralisation est encore récente, et les communes peu expérimentées. Face à un tel contexte, et ne disposant pas de moyens financiers permettant d'agir sur les facteurs infra structuraux, les actions engagées en partenariat présentent les qualités suivantes : ce sont des actions de proximité, permettant une aide diffuse sur l'ensemble du territoire, qui profite réellement aux habitants et sont réalisées avec eux, avec une attention toute particulière à ne pas engager de dépenses excessives.
Pour cela, l'appui institutionnel des acteurs locaux arméniens par leurs homologues en France est privilégié. Il se construit grâce à la mise en place de partenariats solides et pérennes entre structures partageant les mêmes préoccupations sur chacun des territoires en France et en Arménie. Ces relations sont basées sur la compréhension réciproque des enjeux, des réalités et des intérêts de chacun des partenaires. La coopération décentralisée apporte un soutien financier pour appuyer l’émergence de projets de développement local portés par les structures locales partenaires, renforcer les compétences des acteurs (notamment dans leur capacité technique et organisationnelle), favoriser l’échange sur les pratiques professionnelles, et voir émerger des solidarités locales et internationales.
L'enjeu est donc de créer les conditions d'un climat de confiance entre les collectivités et autorités locales arméniennes et les structures associatives locales prenant en charge ces activités économiques, sociales et culturelles, et d'accompagner progressivement les élus de la ville partenaire dans une vision plus stratégique du développement de son territoire en lien avec les acteurs locaux.
Description détaillée du partenariat
Projet cofinancé par le MAEE en 2010
Les Villes de Goris, Sevan et Vardénis ainsi que la Préfecture du Guegharkunik, en collaboration avec leurs territoires partenaires français, respectivement les Villes de Vienne, Grenoble, Romans sur Isère et le Conseil Général de l’Isère s’engagent aujourd’hui dans la mise en place d’un programme concerté de soutien au désenclavement social, culturel et touristique dans une perspective de développement local durable dans les régions du Guegharkunik et du Syunik.
Cette démarche se décline en trois axes principaux : l’appui aux acteurs locaux arméniens dans le domaine du tourisme, le renforcement des capacités locales en Arménie et la promotion et l’accès à la francophonie.
Afin de mener à bien ce programme, les collectivités locales françaises et leurs partenaires techniques, acteurs de leurs territoires, accompagnent leurs homologues arméniennes en fonction de leurs compétences et de leurs savoir-faire reconnus dans les domaines de l’action sociale et culturelle, du développement local, du tourisme, des TIC et de leur expérience dans le domaine de la citoyenneté active.


- Développement d’un tourisme facteur de développement local et durable dans la région du Guégharkunik et du Syunik
Objectif de l’action : Le tourisme en Arménie (notamment à Sevan) était une pratique très développée pendant la période soviétique. Du fait de la chute de l’Union Soviétique et de la crise qui a émergé à la suite de l’indépendance de l’Arménie, le tourisme est aujourd’hui peu structuré et peu organisé. L’offre d’activités est assez limitée en général alors que le potentiel est très important, notamment au niveau des activités de pleine nature et du patrimoine (culturel et naturel) dans les régions du Guegharkunik comme du Syunik.
Le tourisme se développe à nouveau fortement pour les Arméniens nationaux et issus de la diaspora. Il est encore peu organisé et n’est pas pris en charge pas les institutions publiques (Etat et collectivités locales), mais plutôt laissé à l’initiative privée. Il se concentre sur certaines zones : Erevan, Sevan, mais apporte peu de retombées économiques dans les régions où il n’est quasiment pas organisé.
Ainsi, des projets à l’initiative de la diaspora commencent à émerger pour promouvoir des activités de pleine nature. Par exemple, la fondation Tufenkian a édité un guide de randonnée en anglais et en arménien. Le Raid Karen Aventure propose un séjour itinérant et sportif chaque année en Arménie. Aussi, l’association EldoRando (Festival de la randonnée, Pyrénées) poursuit l’objectif de créer un festival de la randonnée en Guegharkunik (avec trois objectifs : création du festival, réalisation de topo-guides et formation d’accompagnateurs de montagnes). Quelques tours opérateurs locaux proposent également des séjours alliant randonnées, découverte de la nature et du patrimoine culturel.
La mise en réseau des acteurs du tourisme est aujourd’hui nécessaire en Arménie. Elle permettra de faire se rencontrer les acteurs, naître des dynamiques particulières et mettre en place des produits groupés, mutualisés et adaptés.
Il est déterminant de travailler avec tous les acteurs de la filière en amont du projet actuel. Parmi les structures partenaires identifiées, seront présentes un bureau d'information du tourisme, des représentants d'un comité local du tourisme composé d'opérateurs, et des représentants d'une association de tourisme rural et d'accueil chez l'habitant. Par ailleurs, l’idée de la mise en réseau est également nécessaire en France. En effet, ce projet rassemble plusieurs partenaires aux missions et objectifs complémentaires : collectivités locales, offices de tourisme, associations d’accueil chez l’habitant, une agence de tourisme solidaire et un centre de formation.

Cette démarche de structuration des acteurs touristiques arméniens se décline en cinq objectifs opérationnels:
- Améliorer les compétences des acteurs dans les domaines de l'accueil, de l'animation, du guidage, de la gestion de groupe, du service, de la valorisation des produits locaux, de la communication ;
- Développer la concertation entre les acteurs touristiques arméniens et français dans le cadre des coopérations décentralisées entre collectivités locales de Rhône-Alpes et d’Arménie ;
- Contribuer à l'amélioration du cadre de vie et de l'attractivité des sites ;
- Produire des outils d'aide à la décision et à une gestion prospective du tourisme ;
- Contribuer à une plus grande reconnaissance par leurs pairs et par les institutions de l'activité touristique dans ces régions.

Description sommaire : Ces objectifs se réalisent de la manière suivante :
- Réalisation en mai 2009 d’un séminaire franco-arménien à Gavar sur le développement du tourisme dans les régions du Guégharkunik et du Syunik (budget 2008). Il s’agit de réunir sur une période de 3 jours les représentants du secteur touristique, les collectivités et autorités locales, et les acteurs engagés de la société civile. Un temps de travail en ateliers thématiques est proposé sur des thématiques restant à définir : enjeux, rôles et attentes des collectivités, des opérateurs et de la société civile dans le développement touristique – valorisation de l’image des territoires – implication des populations locales dans le développement touristique - préserver le patrimoine, l’environnement et les modes de vie locaux – établir des partenariats entre secteur public et secteur privé – développer et améliorer les gammes de produits touristique… Ce séminaire fait suite à trois séminaires itinérants de formation et d'échanges ont eu lieu en 2008 à Goris, Sevan et Vardénis, structurant un réseau d’acteurs et permettant de lancer une réflexion commune sur les thématiques :
- accueil, services, communication
- guidage, animation, gestion de la dynamique de groupe
- valorisation de produits locaux, logement chez l’habitant
- conception d’une charte structurant l’engagement des acteurs de la coopération, permettant de donner de la cohérence et de la transparence aux interventions, et mutualiser plus facilement les actions menées, qui conduira vers un label qualité, géré localement, et structurant l’offre touristique du territoire.
- Concevoir un programme pluriannuel d’intervention en milieu rural, en recensant les acteurs du territoire et les partenaires potentiels, pour mieux cibler les actions.
- Renforcement de la capacité des partenaires locaux au sein de chacun des territoires à gérer un projet de sa conception à son évaluation. Pour ce faire, des actions spécifiques seront réalisées sur les territoires partenaires.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Ville de Goris
Maître(s) d'ouvrage
Vienne
Bénéficiaire(s)
VOLET TOURISMELes bénéficiaires du projet sont avant tout les acteurs locaux du tourisme, le tissu économique local et les touristes par :- l’amélioration des compétences de ces acteurs dans les domaines de l'accueil, de l'animation, du guidage, de la gestion de groupe, du service, de la valorisation des produits locaux, de la communication ;- le développement de la concertation entre les acteurs touristiques arméniens et français dans le cadre des coopérations décentralisées entre collectivités locales de Rhône-Alpes et d’Arménie ;- la contribution à l'amélioration du cadre de vie et de l'attractivité des sites ;- la production d’outils d'aide à la décision et à une gestion prospective du tourisme ;- la contribution à une plus grande reconnaissance par leur pair et par les institutions de l'activité touristique dans ces régions.VOLET APPUI INSTITUTIONNELCette démarche concerne les responsables et élus locaux ainsi que les acteurs de la société civile par : - le renforcement des capacités des acteurs dans la gestion de leur activité ;- le renforcement de la visibilité extérieure des acteurs et de leur offre de services public, touristique et culturel ;- l’accessibilité à tous les acteurs locaux des TIC.VOLET FRANCOPHONIE ET DIVERSITE CULTURELLE, FACTEUR DE DESENCLAVEMENTLa francophonie constitue un volet d'action transversal qui s'applique dans chacune des actions mises en place. Par ailleurs, la culture continue d'être un levier d'intégration sociale pour des individus ou des communautés en difficulté, contribuant à ce titre à rendre le développement durable. Les bénéficiaires de ce volet sont donc les apprenants (élèves, collégiens, lycéens, étudiants, professionnels du tourisme et agents des collectivités et autorités partenaires) ainsi que les enseignants en français par : - l'apprentissage du français pour les jeunes et les acteurs touristiques ;- l'apprentissage du français aux différents acteurs de la coopération : élus, responsables associatifs… ;- l’amélioration des connaissances pédagogiques des professeurs de français ;- le développement des activités culturelles francophones.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Ville de Goris Arménie commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Ville de Goris MARTIROSSIAN Anahit amartirosyangcityhall@yahoo.com

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Vienne commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Ville de Romans sur Isère
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Préfecture du Guégharkunik


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 56020 0 2007
Vienne 16748 0 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 50000 2007
Ville de Romans sur Isère, Préfecture du Guégharku 41290 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013