Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Ouagadougou"

Correspondant coopération décentralisée
Marion ANVROIN
Courriel : marion.anvroin[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Laurent BARBOT
Courriel : laurent.barbot[at]diplomatie.gouv.fr
Titre
Programme COPRA II - COopérer Pour Réussir l’Avenir II
Année de première signature de la convention
2007
Thématique d'intervention
Politique, humanitaire et coopération transfrontalière
Sous-thématique d'intervention
Gouvernance locale et appui institutionnel
Sous-sous-thématique d'intervention
Appui institutionnel

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
2007
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Les collectivités engagées dans ce programme mènent chacune, depuis plusieurs années, des actions de coopération avec leurs partenaires en coopération décentralisée au Burkina Faso. Ces actions touchent plusieurs domaines (appui institutionnel à la décentralisation, eau, assainissement, éducation, agriculture, tourisme, …) et sont financées sur les crédits propres des collectivités, abondés le cas échéant de subventions du Ministère des Affaires Étrangères (MAE) (pour le contrat triennal 2007-2009 : Ville de Besançon / CG 90 ; Communauté d’Agglomération de Belfort ; pour les appels à projets annuels 2008 et 2009 : la Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard et la ville de Montbéliard ; et pour l’ensemble des collectivités dans le cadre de l’appel à projets triennal 2010-2012).

La mise en œuvre du COPRA I a convaincu les collectivités concernées en France comme au Burkina de la nécessité d’approfondir leur mutualisation et de consolider les acquis afin d’être plus efficaces sur le terrain, de bénéficier du savoir-faire des unes ou des autres dans un domaine particulier, de capitaliser leurs expériences et les bonnes pratiques ; et dans un contexte financier difficile, de gérer au mieux les budgets alloués aux projets de coopération décentralisée.

Au mois d’octobre dernier, une mission commune des collectivités, conduite par le CERCOOP Franche-Comté, a été organisée. Elle a permis de faire le bilan du COPRA I, de définir les perspectives communes et de lancer le processus ayant abouti à l’élaboration du COPRA II dont l’une des finalités est de consolider les acquis et de permettre aux partenaires burkinabè de disposer de tous les moyens nécessaires à la pérennisation et au développement des actions entreprises.
Historique
De 1983 à 1995, la coopération franc-comtoise au Burkina Faso est passée des jumelages à la coopération décentralisée. Elle a évolué des actions humanitaires isolées à des actions ponctuelles de développement local, de l’appui à projets à l’appui institutionnel aux collectivités burkinabè pour aller vers une coopération de territoire à territoire.

La recherche d’efficacité a conduit les Villes de Besançon et Neuchâtel et le Conseil général du Territoire de Belfort à présenter un dossier commun au MAE en 2006, dans le cadre d’un appel à projets annuel, puis en 2007 pour le premier appel à contrat triennal 2007-2009.

Dans un contexte marqué par le processus de communalisation intégrale au Burkina Faso avec la mise en place des communes rurales, les actions portaient en particulier sur l’appui à la décentralisation (formation des élus et information à la population). Elles étaient complétées par un programme de renforcement de lutte contre la pauvreté (stages de formation à l’agro-écologie/Villes de Besançon et Neuchâtel), de mise en place d’activités génératrices de revenus et d’éducation formation (alphabétisation/Villes de Besançon et Neuchâtel ; Centres d'Éducation de Base Non-Formelle (CEBNF)/CG90), ainsi que de valorisation du tourisme communautaire et des patrimoines historique et culturel.

Simultanément, la Ville de Belfort, la Communauté de l’Agglomération Belfortaine et les Syndicats des eaux de Giromagny et de Rougemont-le-Château appuient, depuis 2007, le programme de gestion intercommunale de l’eau à Tanghin-Dassouri et à Komki-Ipala qui a permis la mise en place d’un véritable service intercommunal de gestion de l’eau potable et l’amorce d’une réelle politique de l’assainissement avec l’appui de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

Pour sa part, le Conseil général du Doubs, présent dans la Région Centre depuis 1998, mène une action en faveur du développement de la filière lait (élevage et production laitière). Ces actions se sont poursuivies en 2010-2012 dans le cadre d’un partenariat entre la Chambre d’Agriculture du Doubs et celle de la Région Centre et a permis la mise en place de trois (3) coopératives d'utilisation de matériel agricole (CUMA) qui ont permis aux producteurs de trois villages de se structurer et d’avancer vers l’autonomie fourragère des troupeaux.

Du côté du Pays de Montbéliard Agglomération et de la Ville de Montbéliard, un programme de développement du maraîchage autour du lac de Bam a été engagé en 2008, au bénéfice de la commune de Zimtanga, située dans la province de Bam. Ce programme a la particularité d’être porté par des groupements de femmes des deux villages Dougré et Bargo. Sur la période 2010-2012, d’autres actions ont été mises en place dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement afin de doter la commune rurale de Zimtanga d’un véritable service communal de gestion de l’eau et de l’assainissement avec l’appui de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

Convaincues que la mutualisation est plus que nécessaire pour plus d’efficacité et d’efficience pour leurs actions et mesurant les premiers effets positifs, malgré les difficultés inhérentes à tout travail multi-acteurs à diverses échelles, les collectivités franc-comtoises, suisses et burkinabè ont décidé d’un commun accord de continuer leur aventure dans le cadre d’un nouveau programme triennal 2013-2015 (COPRA II) afin d’amplifier cette dynamique de partenariat et de permettre à leurs homologues burkinabè de mieux se structurer pour aller ensemble chercher d’autres financements comme ceux de l’Union européenne, en partenariat avec leurs homologues du Nord.
Objectif du partenariat
Au Nord :
- Accroître l’efficacité des actions de coopération et d’appui institutionnel
- Sensibiliser aux enjeux des relations Nord-Sud
- Favoriser les échanges de jeunes Nord-Sud

Au Sud :
- Impacter positivement l’ensemble des acteurs du système du développement local durable
- Renforcer les capacités de maîtrise d’ouvrage des collectivités burkinabè
- Affirmer leur rôle d’interlocuteurs incontournables des acteurs du développement sur leur territoire
- Développer les échanges inter-burkinabè entre élus et producteurs
Description détaillée du partenariat
Avec une première expérience assez bien réussie de projet mutualisé (COPRA I), coordonné par le CERCOOP Franche-Comté, neuf collectivités ou leurs regroupements en Franche-Comté (Ville de Besançon, Conseil général du Doubs, Ville de Belfort, Communauté de l’Agglomération Belfortaine, Conseil général du Territoire de Belfort, Syndicats des eaux de Giromagny et de Rougemont-le-Châteaux, Ville de Montbéliard, Pays de Montbéliard Agglomération) et la Ville de Neuchâtel en Suisse ont décidé de poursuivre, avec l’accord de leurs partenaires rencontrés lors d’une mission commune au Burkina Faso en octobre 2012, la mutualisation de leurs actions de coopération décentralisée.

Ainsi, tout en prenant en compte les besoins et attentes spécifiques de chacune des collectivités burkinabè concernées et des avancées du projet 2010-2012, il s’agit d’approfondir la mutualisation amorcée et de donner davantage de cohérence et lisibilité aux actions entreprises au Burkina Faso, mais aussi en France. Les thématiques de coopération étant communes dans leur globalité, (Agriculture, eau, assainissement, éducation et formation, culture, tourisme, …) et majoritairement les actions concernent les mêmes territoires partenaires, les collectivités franc-comtoises vont continuer leur expérience avec leurs homologues burkinabè afin d’agir ensemble pour plus d’impacts sur leur territoire respectif dans un cadre d’actions mutualisées au bénéfice de leurs co-citoyens.

Ce programme qui s’inscrit dans la continuité des actions entreprises ces dernières années est donc élaboré comme un véritable programme participatif de développement local durable en milieu rural et périurbain, porté par dix (10) collectivités ou regroupements de Franche-Comté et de Neuchâtel (Suisse) avec leurs cinq (5) partenaires burkinabè.

NB : Pour votre information, les contributions financières du Pays de Montbéliard Agglomération et de la Ville de Montbéliard, ainsi que celles de la Communauté d'Agglomération Belfortaine et de la Ville de Belfort sont mutualisées et communes. Par conséquent, les contributions concernant la Ville de Belfort et la Ville de Montbéliard n'apparaissent pas dans le tableau financier. Ainsi, le chiffre est indiqué à leur égard.
- Agriculture et alimentation : produire local, s’organiser et commercialiser
Objectif de l’action : - Lutter contre la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations des communes rurales.
- Rechercher l’auto suffisance alimentaire.
- Responsabiliser les producteurs et promouvoir un esprit d'entrepreneuriat notamment en matière de commercialisation et dans le développement d'activités complémentaires.
- Renforcer la capacité des membres du conseil municipal des communes concernées en gouvernance locale.

Description sommaire : À Douroula, les formations entreprises depuis 2007 avec le soutien des Villes de Besançon et Neuchâtel (Suisse) se sont poursuivies dans le cadre du projet mutualisé 2010 – 2012, permettant de consolider la capacité des producteurs locaux à améliorer les rendements (riz, miel, karité, embouche bovine et ovine, aviculture, pêche). Ce programme a permis d’aller plus loin, à travers un accompagnement à la mise en place d’un système de warrantage, ou encore à travers une sensibilisation au respect de l’environnement (techniques d’exploitation du bois mort, de carbonisation, utilisation et fabrication de fertilisants naturels).

À Zimtanga, le dernier triennal aura entre autres permis la réalisation de 2 périmètres maraîchers de 4 ha, à Dougré et Bargo, au bénéfice de 2 groupements de femmes.

À Komki Ipala, pour renforcer d’une part la capacité des élus de la commune, et d’autre part la dynamique de la production agricole, principale activité économique de la zone, le programme de développement local (PDL) a été mis en œuvre au niveau de la commune, dans le cadre du projet mutualisé 2010-2012. Ce PDL a ciblé le secteur du développement agricole. Avec des ressources assez limitées, la stratégie de l’effet « boule de neige » a été retenue, en soutenant l’installation de producteurs modèles dont la qualité des exploitations a fait l’effet tâche d’huile. Des initiatives de sécurité alimentaire ont également été accompagnées : soutien au comité de gestion d’une banque de céréales qui a mis en route une dynamique de warrantage ; appui à la coopérative maraîchère communale, à travers une série d’actions visant à dynamiser le maillon de la commercialisation et de la production.

Il s’agit maintenant de consolider les acquis sur Komki Ipala et d’appliquer les mêmes outils sur la commune de Tanghin Dassouri, voisine de Komki Ipala.

Au niveau de la région Centre, la mise en place de trois CUMA a été effective dans le COPRA I et a permis d’augmenter les réserves fourragères destinées à l’alimentation pendant la saison sèche.

D’une manière globale, il s’agira de consolider les acquis du COPRA I concernant :
- la maîtrise des techniques de production respectueuses de l’environnement ;
- l’organisation des filières de production et la maîtrise des circuits de commercialisation.

Et d’aller plus loin en favorisant :
- l’effet d’entraînement par l’appui de producteurs(trices) modèles ;
- la structuration organisationnelle (encouragement à la constitution de coopératives et d’unions de groupements à l’échelle communale, voire régionale) ;
- le renforcement institutionnel avec une aide à la gouvernance locale ;
- la préservation de l’environnement avec notamment le soutien d’une zone de conservation et d’exploitation protégée (ZCEP) autour du village de Bazoulé dans la commune de Tanghin Dassouri et la protection des berges du lac de Bam. La logique est ici de préserver le cadre naturel et la surface agricole utile, dans des zones, en périphérie directe de Ouagadougou, sujette à un étalement urbain ou de développement du maraîchage sans la préservation de la ressource « eau » du lac de Bam.
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
Commune rurale de Komki Ipala, Commune rurale de Douroula, Commune rurale de Zimtanga, Conseil régional Centre, Ville de Neuchâtel
Maître(s) d'ouvrage
Communauté de l'agglomération Belfortaine, Pays de Montbéliard Agglomération, Ville de Montbéliard, Syndicat des eaux de Giromagny, Syndicat des eaux de Rougemont-le-Château, Conseil général du Doubs, Conseil général du Territoire de Belfort, Ville de Besançon, Ville de Belfort
Bénéficiaire(s)
Les bénéficiaires du projet sont les élus et les administrés des (5) cinq collectivités burkinabè (4 communes rurales et le Conseil régional Centre) et des dix collectivités du Nord. Avec la diversité des actions entreprises au Burkina Faso, l’ensemble des acteurs locaux et tous les publics seront directement ou indirectement impactés par le programme, et particulièrement : les élus, les techniciens des collectivités, les producteurs, les familles, les enfants et les élèves, les populations vulnérables et le secteur privé (cabinets associatifs ou entreprises). Quelques chiffres : - Tanghin Dassouri, 60 villages, 53 000 habitants ; - Komki-Ipala, 18 villages, 21 700 habitants ; - Douroula, 12 villages, 12 000 habitants ; - Zimtanga, 42 villages, 21 000 habitants ; - Les deux premières communes rurales font partie de la Région Centre qui a une population estimée à 1 211 380 habitants en 2003. Ainsi, une population estimée à plus de 1 244 380 habitants sera concernée de manière directe ou indirecte par le programme COPRA II.

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Commune rurale de Tanghin Dassouri Burkina Faso commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Commune rurale de Tanghin Dassouri ZONGO Adama azongo@yahoo.fr

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Grand Belfort Communauté d’agglomération commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat en France
Pays de Montbéliard Agglomération, Ville de Montbéliard, Syndicat des eaux de Giromagny, Syndicat des eaux de Rougemont-le-Château, Conseil général du Doubs, Conseil général du Territoire de Belfort, Ville de Besançon, Ville de Belfort
Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
Commune rurale de Tanghin Dassouri, Commune rurale de Komki Ipala, Commune rurale de Douroula, Commune rurale de Zimtanga, Conseil régional Centre, Ville de Neuchâtel


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 644921 0 2007
Grand Belfort Communauté d’agglomération 146283 136500 2007
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 520000 2007
Pays de Montbéliard Agglomération, Ville de Montbé 913705 2007




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013