Accueil > ???menu.atlas.libelle??? > ???menu.atlas.detailProjet.libelle???

Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures

Contacts dans le poste diplomatique "Ambassade de France à Alger"

Correspondant coopération décentralisée
Hubert OLIE
Courriel : hubert.olie[at]diplomatie.gouv.fr
 
Conseiller de coopération et d'action culturelle
Gregor TRUMEL
Courriel : gregor.trumel[at]diplomatie.gouv..fr
Titre
Projet pilote de réhabilitation de la culture et de l'économie du cerisier en Algérie et site de référence à Larbaâ Nath Irathen en Kabylie
Année de première signature de la convention
1998
Thématique d'intervention
Economie durable
Sous-thématique d'intervention
Agriculture et développement rural
Sous-sous-thématique d'intervention
Agriculture et agroalimentaire

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat

Autres thématiques mises en œuvre pour le partenariat
Thématique éligible Sous-thématique Sous-sous-thématique Priorité
<< < pagination.page.precedent 1 pagination.page.suivant > >>
Année de début du partenariat
1998
Le partenariat est
En cours
Date de fin du partenariat
Contexte
Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’accord de coopération liant les villes de Saint-Denis et de Larbaâ Nath Irathen depuis 1998. Un nouvel accord signé en 2009, accueilli très favorablement par l’Ambassade de France, a permis de relancer une véritable dynamique de coopération avec la collectivité algérienne, située dans la wilaya de Tizi-Ouzou en grande Kabylie, région dont une part importante de la population de Saint-Denis est issue, et l’a élargi à de nouveaux domaines.

Ce nouvel accord de coopération s’inscrit dans le cadre d’une volonté commune des deux villes de porter, à travers l’action locale, des politiques publiques fondées sur la valorisation et l’appui au développement durable et solidaire de leurs territoires, ainsi que la recherche de cohésion sociale. C’est dans ce contexte que les deux villes oeuvrent depuis plusieurs années à la réalisation d’un projet réhabilitation de la culture et de l’économie du cerisier.

Jusqu’au milieu des années 70, la sous-filière cerisier constituait une activité et une ressource importantes pour nombre de familles rurales dans plusieurs régions d’Algérie, entre Kabylie, Tlemcen, Médéa et Miliana. Réputées pour la qualité et la prospérité de leur production le cerisier et la cerise étaient promus et célébrés par l’organisation de Fêtes annuelles attractives qui participaient à la notoriété et à l'économie de ces terroirs. Depuis 30 ans, la culture du cerisier a progressivement périclité, entraînant une crise structurelle de toute l’économie rurale et familiale qui lui était liée.

Deux facteurs agissant conjointement ont alimenté le dépérissement progressif et avancé des vergers et l’observation de la chute des rendements et de la production (de l’ordre de 100 à 10) :
• Abandon progressif du travail, des opérations agricoles de base et des pratiques culturales élémentaires (entretien et régénération) sur les vergers, lié à plusieurs causes (déprédation des activités rurales et agricoles au profit de la ville, dévalorisation des métiers et activités agricoles, exode rural, perte des savoir-faire, réduction de l'agriculture à une activité de cueillette).
• Apparition, installation et prolifération exponentielle d’insectes ravageurs, tels que le capnode, qui ont fini par décimer les vergers. Le capnode, « ravageur dit de faiblesse », s’attaque aux rosacées et spécifiquement au cerisier et les détruit par les racines. Il sévit depuis plus de 30 ans jusqu’à être reconnu maintenant comme l’un des principaux facteurs de destruction généralisée et d'empêchement de la régénération du verger cerisier en Kabylie. A ce jour, selon la connaissance des experts consultés, aucun mode de lutte biologique n’a été mis au point ; aucun produit de lutte chimique n’a été homologué (en attente pour 2011 en France).

En Algérie les tentatives soutenues par les institutions et tentées par les agriculteurs, pour la lutte ou la replantation ont globalement échoué. On peut déterminer aujourd'hui que les vergers sont ravagés à 90%, de même que les rendements ont chuté dans les mêmes proportions ; toute la filière est donc à reconstruire, à l'exception de quelques poches préservées et entretenues en haute altitude. Cette situation touche tous les terroirs cerisier en Algérie.

Le territoire de Larbaâ Nath Irathen, un des fers de lance de cette culture subit de plein fouet l'impact de cette dégradation, aussi bien sur le plan économique que celui de l'image de la ville, jusque-là intimement liée à la production de cerises et à la culture du cerisier. Ainsi, la « Fête des cerises », fondée en 1928, a dû s'interrompre pendant plus de 30 ans. Depuis quelques années, l'organisation de la fête a repris à la recherche d'une stratégie de relance de la filière.

Depuis 2010, le partenariat entre Larbaâ et Saint-Denis, s'appuyant sur l'expertise apportée par ID Méditerranée, laisse entrevoir la perspective d'une solution de relance.
Historique
Saint-Denis entretient un lien particulier avec l’Algérie et particulièrement avec la Kabylie, région dont une part importante de la population est issue. Ces liens trouvent leur expression à travers les activités de plusieurs associations, la contribution d’un grand nombre de Dionysiens au développement économique de leur pays d’origine et l’émergence d’une culture qui s’est enrichie de l’apport et de la diversité des deux rives de la Méditerranée. Dans cet esprit, les villes de Saint-Denis et de Larbaâ Nath Irathen en grande Kabylie ont engagé des relations et des échanges dans les années 90 et ont concrétisé ce rapprochement par un accord-cadre de coopération en 1998.

Les projets de coopération menés entre les deux villes avaient pour axes principaux le travail de mémoire (en lien notamment avec la jeunesse), la formation des élus et des cadres territoriaux (échanges d’expérience portant sur l’efficacité du service public et la gestion locale en partenariat avec le Centre National de la Fonction Publique Territoriale) et le développement économique (réalisation d’un guide des entrepreneurs de la wilaya de Tizi-Ouzou et identification d’opportunités de partenariats avec des entreprises de Saint Denis). En effet, la région souffre tout particulièrement du chômage. Le nouvel accord de coopération signé en 2009 a permis d’insuffler une nouvelle dynamique entre les deux collectivités et d’élargir leurs actions notamment en terme de co-développement.

En 2009, la municipalité de Larbaâ Nath Irathen, concernée en première ligne sur son territoire, a fait l’objet d’un diagnostic de terrain réalisé par l'association ID Méditerranée et accompagné d'une proposition de solution pour relancer l'activité agricole fondée sur la production de cerises. Suite à une concertation avec Saint-Denis, et dans le cadre des accords liant les deux collectivités, il a été convenu d'engager et de soutenir dans la durée un projet pilote de réhabilitation de l'économie et de la culture du cerisier à Larbaâ Nath Irathen, en partenariat avec ID Méditerranée.

Ainsi, depuis 2010, Saint-Denis et Larbaâ ont soutenu sur leur ressources propres et pendant deux années la première phase de diagnostic et de préparation du projet pour son implantation sur le terrain. A ce jour, le diagnostic approfondi a été formalisé, le noyau d'agriculteurs volontaires a été constitué et l'équipe technique locale est en place pour assurer la mise en œuvre des interventions et opérations culturales, l'accompagnement et la formation des agriculteurs.

Le partenariat institutionnel local est acquis, englobant les services techniques de l'Etat (au niveau de la wilaya). Le protocole de solution destiné à réhabiliter la culture du cerisier a été défini et le projet est prêt pour son implantation sur le terrain. Une première expérience d'approche a été engagée sur le terrain avec les agriculteurs. Il s'agit maintenant de mettre en oeuvre le protocole, incluant un accompagnement technique et matériel, afin d’atteindre les objectifs d'amélioration des rendements, de la qualité et de viabilité économique du projet. Cela nécessite la poursuite des efforts fournis et la mise en œuvre d’une phase de consolidation du projet sur 3 années.

L'appel à projet triennal du MAEE constitue une opportunité pour consolider et appuyer les efforts des deux municipalités sur ce projet. Saint-Denis et Larbaâ se sont engagées à poursuivre la mise en œuvre du projet sur les trois années qui viennent, entre 2013 et 2015, jusqu'à atteinte des objectifs opérationnels fixés.
Objectif du partenariat
Conformément aux accords de coopération liant Saint-Denis et Larbaâ, ce projet a pour objectif général l’appui institutionnel dans le cadre du développement économique, par l’appui à l’activité agricole, en particulier les filières arboricoles, et le développement territorial.

Le projet vise en particulier à réhabiliter la culture et l’économie du cerisier (activité, savoir faire, production, rendements, qualité, revenus, emploi et insertion), filière jadis rémunératrice et prospère, qui a périclité depuis une trentaine d’année

La démarche expérimentale de ce projet pilote s'inscrit dans l'objectif de valorisation des ressources de l’agriculture de montagne en Kabylie, et plus largement de l’ensemble des terroirs cerisier reconnus en Algérie (Tlemcen, Miliana, Médéa et Constantine).
Description détaillée du partenariat
Les villes de Larbaâ Nath Irathen (Algérie) et de Saint-Denis, dans le cadre de leurs liens de coopération décentralisée, ont souhaité mettre en œuvre un projet de développement rural destiné à la réhabilitation de la culture et de l’économie du cerisier dans la commune algérienne. Cette dernière disposait en effet par le passé d'une des plus importantes productions du pays, à présent très affaiblie du fait d’une dégradation de cette activité depuis plusieurs années liée à la contamination de l’ensemble des cerisiers de la région par un parasite ravageur, le capnode (« la mouche du cerisier »).

L’idée est de pouvoir mener un projet expérimental dans la région, en collaboration avec des scientifiques, des experts et des agriculteurs de France et d’Algérie. Il s’agit là de trouver une solution intégrée et durable, en mobilisant les savoir faire et en favorisant les compétences locales en lien avec les dispositifs existants, à savoir notamment le PPDRI (Programme de Proximité de Développement Rural Intégré) de la wilaya de Tizi-Ouzou qui, à travers la Conservation des Forêts, partage la même volonté de préserver le patrimoine naturel local. Un projet spécifique PPDRI « cerisier » a notamment récemment été validé à Larbaâ Nath Irathen par les autorités compétentes.

Les villes de Larbaâ Nath Irathen (Algérie) et de Saint-Denis ont décidé de faire appel à l’association I.D. Méditerranée, association au service du développement local durable et du partenariat euro-méditerranéen, comme maître d’œuvre pour la mise en œuvre de ce projet.

Le projet vise donc à assurer la réhabilitation de la culture du cerisier en luttant efficacement et par des moyens respectueux de l'environnement contre les dégâts causés par le capnode. La démarche consiste à conduire sur une dizaine de parcelles familiales témoins spécialisées dans la culture du cerisier à Larbaâ un ensemble d'opérations intégrées curatives et d'interventions techniques de terrain de régénération, durant 3 années, selon un protocole agronomique, incluant notamment la formation des agriculteurs. Un accompagnement sera assuré à cet effet par une équipe d'agronomes et d’ingénieurs projet en direction d'une vingtaine d'agriculteurs.

Une des clés de la réussite de ce projet est d'assurer sur 3 années consécutives l'accompagnement des agriculteurs pour la conduite des opérations culturales définies dans le protocole garantissant les conditions de remise en viabilité des parcelles.
- Programme d’accompagnement et de formation des agriculteurs pour l’implantation du projet pilote de réhabilitation de la culture et de l’économie du cerisier à Larbaâ Nath Irathen
Objectif de l’action : Objectifs généraux

Ce projet contribuerait notamment à apporter une dynamique nouvelle de développement local durable multi acteurs au travers de :
1. l’amélioration des conditions de travail et des revenus des agriculteurs et de leurs familles, et plus généralement l’appui à la création d’activités génératrices de revenus dans le secteur agricole ;
2. l’appui au développement économique du territoire (commune de Larbaâ Nath Irathen et plus généralement wilaya de Tizi-Ouzou) ;
3. le renforcement des compétences des parties prenantes par la formation, l’échange d’expertises et de savoir-faire ;
4. la mobilisation des migrants en faveur du développement de leur territoire d’origine.

Objectifs spécifiques

1. Regrouper et former les agriculteurs concernés au protocole technique et à la lutte raisonnée contre le capnode ; réflexion sur le mode d'organisation et le statut des coopératives (avantages et mutualisation).
2. Organiser le diagnostic partagé sur le terrain avec les agriculteurs spécifique à chacune des parcelles pour décliner le protocole cultural et de lutte contre le capnode par verger.
3. Organiser une journée de lancement ouverte à l'ensemble de la profession à l'occasion de la « Fête des cerises » en juin 2013 à Larbaâ Nath Irathen aux fins de sensibilisation et de vulgarisation plus large.
4. Conduire les opérations de base et les travaux culturaux sur une dizaine de parcelles sélectionnées selon le protocole technique élaboré par ID Méditerranée pour la relance du cerisier.
5. Mettre en oeuvre sur les 10 parcelles en question le protocole de lutte intégrée et raisonnée contre le ravageur que représente le capnode, dans le respect de l’environnement et de la biodiversité entomologique et végétale.
6. Améliorer la qualité, les rendements et la production des cerises dès la première année du projet.
Description sommaire : Implantation du projet pilote sur les 10 parcelles témoins avec le panel d’agriculteurs cibles et l’appui d’une équipe technique d’agronomes. Elle consiste à la mise en œuvre des travaux et des opérations définis dans le protocole cultural autour de la replantation, de la lutte intégrée contre le capnode, de la formation, de l’accompagnement technique et scientifique et de la valorisation économique. Le projet doit donner lieu à la conception et à la réalisation d’outils cartographiques et d’études technico-scientifiques (études entomologiques et pédologiques).
Votre partenariat prend la forme d'un(e)
Projet de coopération décentralisée
Mise en œuvre du partenariat
Maître(s) d'œuvre
APC de Larbaâ Nath Irathen, Association ID Méditerranée - Association Tamurt Développement
Maître(s) d'ouvrage
Saint-Denis
Bénéficiaire(s)
En Algérie Directs Environ 50 agriculteurs du panel et autant de familles bénéficiaires directes. Partenaires techniques et institutionnels acteurs directs de la filière : 10 organismes et autant de techniciens concernés. Indirects Environ 500 agriculteurs producteurs de cerises des 5 communes du territoire de Larbaâ Nath Irathen. Et environ 5 000 personnes au total (estimation tenant compte des familles des agriculteurs des 5 communes concernées par la production de cerises). Impact de la vulgarisation de l’expérience sur l'ensemble de la filière dans la région. En France Directs Techniciens de la ville de Saint-Denis via l’échange d’expériences et d’expertise en terme d’environnement et de développement économique. Indirects Résidents de la ville de Saint-Denis originaires de l’Algérie, et en particulier de cette région (associations de migrants notamment).

Partenaires étrangers du partenariat

Partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Pays  
Larbaâ Nath Irathen Algérie commun.ico.loupe.alter

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat

Contacts dans les partenaires étrangers du partenariat
Nom de la collectivité étrangère Nom Prénom Fonction Courriel
Larbaâ Nath Irathen LOUNIS Mohand contact@athirathen.org

Collectivités territoriales partenaires du partenariat

Collectivités territoriales partenaires du partenariat
Nom de la collectivité territoriale  
Saint-Denis commun.ico.loupe.alter

Autres partenaires du partenariat dans le(s) pays partenaire(s)
APC de Larbaâ Nath Irathen


Le partenariat n'est pas triennal

Financement du partenariat

Financement du partenariat
Nom du financeur Montant en euros Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Montant 1% Eau (Loi Oudin 2005) Année
Autre 100063 0 1998
Saint-Denis 45000 0 1998
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 29000 1998
, APC de Larbaâ Nath Irathen 21000 1998




Évaluations, communication et perspectives

Une communication a été engagée en France

Une communication a été engagée dans les pays partenaires

Une politique d'évaluation a été engagée

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité

Volontaires impliqués dans le partenariat (VSI, service civique, etc.) d'Échange et de Solidarité
Nom Prénom Mission Champs d'action Entité d'affectation


PIED DE PAGE

Tous droits réservés - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères 2013